Home » Gestion de projets » Etes-vous plutôt agile ou classique?

Etes-vous plutôt agile ou classique?

AGILE ou traditionnelle, quelle approche choisir?

L’approche agile vous semble peut-être nouvelle ou au contraire, peut-être êtes vous un ou une adepte des méthodes agiles? Quoi qu’il en soit, il est important de partir sur de bonnes bases. Déjà quand nous parlons d’agile à quoi faisons-nous référence? Ce blog étant spécialisé dans la gouvernance, le management et la sécurité, vous comprenez bien sûr que nous faisons référence à l’agilité dans la gestion de projets. Avant de démarrer il faut comprendre que le terme « Méthode » est trop limitatif pour aborder ce mode de gestion de projet. Le terme approprié serait plutôt « Approche Agile » car il s’agit plus d’une philosophie que d’une méthodologie.

Approche agile

Cette approche, donc, est devenue au cours de ces dernières années, très populaire dans les entreprises. Elle est conçue de sorte à apporter de nombreux avantages mais requiert une discipline stricte pour produire la valeur promise. Chaque étape est importante et indispensable. Nous allons vous montrer, au travers de cet article, les avantages de cette approche déjà très populaire. Il vous appartient ensuite de décider si elle est pertinente pour vous.

Agile, de quoi s’agit-il?

Né aux Etats-Unis, le mouvement agile est apparu en 2001, lorsque 17 experts se sont alliés pour mettre au point une nouvelle façon de développer des logiciels, visant à réduire le taux d’échec important des projets informatiques. C’est d’ailleurs à cette occasion que le terme Agile est apparu pour  qualifier cette nouvelle approche. Ce rassemblement a donné naissance à un manifeste définissant quatre axes de valorisation pour les projets :

  • Les individus et leurs interactions avant les processus et les outils
  • Des fonctionnalités opérationnelles avant la documentation
  • Collaboration avec le client plutôt que contractualisation des relations
  • Acceptation du changement plutôt que conformité aux plans

L’approche agile est une approche de gestion de projet défiant les approches classiques. La notion même de « Gestion de projet » est remplacée au profit de « Gestion de produit » de façon à mieux se focaliser sur le produit plutôt que sur le projet. L’objectif de tout projet est de livrer un produit. Dans une approche dite « classique », on attend généralement du client une expression détaillée et validée du besoin. Cette expression de besoin validée en début de réalisation laisse peu place au changement. La réalisation prend le temps qu’il faut et rendez-vous est repris avec le client pour la recette. Cet effet tunnel peut être mauvais et très conflictuel.

On remarque fréquemment un déphasage entre le besoin initial et l’application réalisée. On se rapporte alors aux spécifications validées et au contrat. La majorité des projets se terminent très mal au risque d’affecter la relation avec le client. De plus, il peut arriver que certaines fonctionnalités demandées soient inutiles à l’usage. D’autres, découvertes en cours de route, auraient pu donner plus de valeur au produit.

En quoi consiste réellement l’approche agile?

En 1994, une enquête réalisée par le «  Standish Group » a démontré que 31% des projets informatiques sont stoppé en cours d’exécution, 52% n’aboutisse pas et ne respectent pas les délais et le budget imposés proposant souvent moins de fonctionnalités qui étaient prévus. Et pour finir, seuls 16% des projets sont synonyme de réussite. La même enquête de nouveau menée en 2008 indique un taux de réussite de 35%. Cela représente une nette progression mais reste insuffisant.

Parmi les principales causes d’échec relevées on peut citer :

  • Manque d’implication des utilisateurs finaux : 12,8 %.
  • Changements de spécifications en cours de projet : 11,8 %.

L’approche Agile propose de réduire complètement les conséquences de cet effet tunnel en donnant davantage de visibilité, en impliquant le client du début à la fin du projet et en adoptant un processus itératif et incrémental. Elle considère que le besoin ne peut être figé et propose au contraire de s’adapter aux changements de ce dernier. Mais cela ne peut pas se faire sans un minimum de règles.

Comment est-ce que cela fonctionne?

Le principe de base des méthodes « Classiques » est qu’il peut être contre-productif. C’est-à-dire qu’avant de développer un produit, il faut le planifier et en spécifier les moindres détails. En effet, prévoir tous les aspects de la production entraîne dans la plupart des cas des frustrations et pertes de temps car les imprévus surviennent très souvent pendant la réalisation. C’est cette approche prédictive et séquentielle de type waterfall ou cycle en V que les tenants des méthodes « Agile » veulent casser.

Ainsi, le mieux serait de procéder par étapes c’est-à-dire se fixer des objectifs à court terme et commencer le développement sans perdre de temps. Une fois l’objectif atteint, on passe à la phase suivante et ainsi de suite jusqu’à atteindre le but recherché. Concernant le niveau de développement de logiciel, il appartient au client de transmettre à l’équipe de développeurs sa vision du produit avec les fonctionnalités qui l’accompagnent. Cela permet ainsi d’avoir un échange direct avec l’équipe et et de définir ensemble le coût de chacune des fonctionnalités pour aboutir à un budget final approximatif. L’équipe devra choisir ensuite une partie des exigences du client à exécuter dans un court délai appelé « itération ».

Itération agile

Le principe des itérations

Dans chaque itération se trouvent les travaux de conception, les techniques de développement et les spécifications fonctionnelles. Au terme de chaque itération, le produit semi-fini mais utilisable, est montré au client. Il peut donc se rendre compte par lui-même du travail réalisé dans un temps très court. Quant à l’utilisateur final, il peut déjà se projeter dans l’usage du produit. Cela lui permet de transmettre des feedbacks importants pour les prochaines itérations. Cette transparence est un grand avantage pour solidifier la relation de confiance et de collaboration entre le client et le fournisseur. Cela permet ainsi d’économiser son budget et de récolter rapidement un premier retour sur investissement. Le client a aussi la possibilité de changer en cours de route la priorité des fonctionnalités qui n’ont pas encore été développés (prochaines itérations).

Cette souplesse ainsi offerte est donc un véritable atout pour le client. Encore une fois, on pense plus « Produit » que « Projet » d’où le terme approprié ici est « gestion de produit » remplaçant celui de « gestion de projet ».

Les différentes méthodes agiles

Il existe plusieurs types de méthodes Agiles, se différenciant par leur capacité d’adaptabilité à certains projets. Parmi ces méthodes nous retrouvons la méthode RAD qui implique par exemple la présence d’une tierce personne pour résoudre les problèmes et les incompréhensions. La méthode SCRUM, la méthode FDD et la méthode DSDM sont quant à elles basée sur l’organisation de plusieurs mais courtes réunions permettant de d’approuver chaque étape, contrôler les avancées et développer une bonne relation de confiance entre les intervenants en la rendant plus interactive.

Loin d’être une simple méthodologie, l’approche Agile définit un état d’esprit impactant l’ensemble des entreprises souhaitant s’y conformer. Cette démarche, à la fois longue et difficile à mettre en œuvre, en vaut largement la peine. Elle permet, en effet, d’obtenir des résultats très satisfaisants. Il est donc primordial d’en maitriser chaque partie afin de faire accepter ce changement tant au sein de l’entreprise qu’auprès du client.

Les évolutions récentes

La plupart des méthodes « agile » de gestion de projet sont ciblées sur les projets de développement de logiciel. Est-ce à dire qu’on ne peut utiliser Agile que pour l’informatique? A l’heure où la mondialisation exige des Entreprises qu’elles soient toujours plus agiles pour se repositionner sur le marché grâce à des innovations constantes, ne pourrait-on pas imaginer créer des produits non logiciels de façon agile?

La réponse est bien sûr positive. Les méthodes de gestion de projet traditionnelles se sont récemment enrichies d’une version agile. L’agilité n’entame en rien la nécessité d’utiliser une méthode éprouvée. Aussi, récemment les principaux éditeurs ont publié des versions « agile » de leur méthode traditionnelle :

  • AXELOS, éditeur de PRINCE2, vient de publier PRINCE2 Agile qui à donné naissance à la certification PRINCE2 Agile Practitioner,
  • PMI a créé récemment la certification PMP-ACP (PMP Agile Certified Practitioner).

Alors au final vous êtes plutôt Agile ou Classique?

Les méthodes Agiles pourront être utilisées pour de gros projets car elles proposent une adaptabilité, une meilleure visibilité et gestion des risques. Elles pourraient tout aussi bien être utilisées pour les projets où il n’y pas de documentation détaillée. Le client peut alors suivre la progression du projet et l’adapter au fur et à mesure selon ses besoins.

.Par contre, les méthodes Traditionnelles seront plus adaptées si vous avez une idée précise de votre projet avec un cahier des charges et planning très détaillé où vous avez anticipé tous les risques envisageables. Nous essaierons prochainement de vous orienter entre l’approche Traditionnelle ou l’approche Agile selon les types de projets. Notre prochain article proposera une étude comparative des approches et méthodes « agile » pour vous aider à faire un choix raisonné.

Bien sûr, nous vous invitons à réagir et à nous communiquer vos commentaires.


2 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Catégories

Archives

Calendrier

mars 2019
L M M J V S D
« Fév    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
%d blogueurs aiment cette page :