Home » Posts tagged 'CISM'

Tag Archives: CISM

CISO : Responsabilités et compétences indispensables

Depuis sa création durant les années 90, le rôle du CISO a largement évolué. A l’origine, il était principalement consacré à la correction des vulnérabilités sur le système informatique. Aujourd’hui, le paysage de la sécurité a évolué, avec l’élargissement de la périphérie de l’entreprise, l’explosion du cloud et de la mobilité, avec les mutations des menaces et des risques, et jusqu’aux environnements règlementaires. Le CISO est donc devenu un acteur majeur du management de l’entreprise. Pour assurer ses responsabilités, il doit nécessairement posséder des compétences et des aptitudes très spécifiques.

CISO : Responsabilités et compétences
Crédits © rawpixel.com 2018

Dans cet article je vais essayer de vous expliquer les responsabilités d’un CISO ainsi que les compétences requises. Attention, il ne faut pas confondre CISO et RSSI. En France il y a beaucoup plus de RSSI que de CISO. Malheureusement les entreprises françaises ne comprennent toujours pas que ce rôle est absolument indispensable. Hélas, comme d’habitude au pays des Gaulois réfractaires, c’est le coût qui domine les décisions. Or les bons CISO sont rares sur le marché et donc, ils sont chers. La conséquence est une plus grande vulnérabilité des entreprises Françaises face aux nombreux risques de sécurité.

Qu’est-ce qu’un CISO?

Le Directeur de la Sécurité de l’Information (Chief Information Security Officer : CISO) répond de la sécurité des informations et des données d’une organisation. Par le passé, le rôle était défini assez étroitement dans ce sens. De nos jours, le titre est souvent utilisé de manière interchangeable avec CSO (Directeur de la Sécurité) et VP de la sécurité. Ceci indique un rôle plus étendu dans l’organisation.

Vous êtes un professionnel de la sécurité ambitieux? Vous cherchez à grimper les échelons de votre entreprise? Alors vous pouvez avoir un poste de Directeur de la sécurité informatique dans votre ligne de mire. Examinons ce que vous pouvez faire pour améliorer vos chances de décrocher un rôle de CISO et ce que seront vos responsabilités si vous décrochiez ce poste essentiel. Et si vous cherchez à ajouter un CISO à  votre organisation, vous serez sûrement intéressé par cet article.

Quelles sont les responsabilités d’un CISO?

La meilleure façon de comprendre le travail de CISO est sans doute de se baser ses responsabilités quotidiennes. Elles nous révèlent les compétences nécessaires. Bien qu’il n’existe pas deux cas identiques, Stephen Katz, qui a joué le rôle de CISO chez Citigroup dans les années 90, a décrit les domaines de responsabilité des CISO dans une interview avec MSNBC.

Les 7 domaines de responsabilité du CISO

Il répartit ces responsabilités dans les catégories suivantes:

  • Sécurité opérationnelle : Il analyse en temps réel des menaces immédiates et priorisation en cas de problème
  • Cyber-risque et cyber intelligence : Il se tient au courant des menaces pour la sécurité. Il aide le conseil d’administration à comprendre les problèmes de sécurité potentiels pouvant résulter de fusions, d’acquisitions ou de cessions.
  • Prévention des violations de données et de la fraude : Il s’assure que le personnel interne ne fait aucune mauvaise utilisation ni ne vole des données de l’entreprise
  • Architecture de sécurité : Il planifie, achète et déploie du matériel et des logiciels de sécurité. Il s’assure également que l’infrastructure informatique et réseau est conçue sur la base des meilleures pratiques de sécurité
  • Gestion des identités et des accès : Il s’assure que seules les personnes autorisées ont accès aux données et aux systèmes protégés
  • Gestion de programme : Il doit garder une longueur d’avance sur les besoins de sécurité en mettant en œuvre des programmes ou des projets réduisant les risques. Par exemple, il doit s’assurer du déploiement de correctifs réguliers des systèmes.
  • Enquêtes et expertises légales : Il détermine ce s’est mal passé, collabore avec les responsables, s’ils sont internes, et prévoiT afin d’éviter la répétition d’une crise identique
  • Gouvernance : Il s’assure que toutes les initiatives ci-dessus se déroulent sans heurts et qu’elles reçoivent le financement et les ressources dont elles ont besoin. Il s’assure également que les dirigeants de l’entreprise comprennent bien leur rôle et leur importance dans la sécurité.

Si vous voulez en savoir plus

Pour des informations plus poussées, nous vous conseillons de lire le livre blanc de SANS Institute : « Mixing Technology and Business: The Roles and Responsibilities of the Chief Information Security Officer« .

Quelles sont les exigences pour être CISO?

Que faut-il pour pouvoir postuler à ce poste? D’une manière générale, un CISO doit posséder une base technique solide. Généralement, un candidat doit être titulaire d’une licence en informatique ou dans un domaine connexe. De plus, il doit compter entre 7 et 12 années d’expérience professionnelle (dont au moins cinq ans dans un rôle de direction). Les diplômes de master en sécurité de l’information sont également de plus en plus en vogue.

Des compétences techniques sont nécessaires…

Il existe également une liste exhaustive des compétences techniques attendues. Au-delà des bases de la programmation et de l’administration système que tout dirigeant technique de haut niveau devrait posséder, vous devez également comprendre certaines technologies centrées sur la sécurité, telles que le DNS, le routage, l’authentification, les VPN, etc. services proxy et technologies d’atténuation DDOS; pratiques de codage, piratage éthique et modélisation des menaces; et les protocoles de pare-feu et de détection / prévention des intrusions. Les CISO sont censés contribuer à la conformité réglementaire. Par conséquent, vous devez également connaître en quoi consistent les évaluations de la conformité PCI, HIPAA, NIST, GLBA, GDPR, ISO 27001 et SOX.

… mais elles ne sont qu’une base

Cependant les connaissances techniques ne constituent pas le seul pré-requis requise, ni même le plus important pour décrocher le poste. Une grande partie du travail d’un CISO implique la gestion et la défense de la sécurité au sein de la haute direction de l’entreprise. Larry Ponemon, chercheur en informatique, a déclaré à SecureWorld que « les principaux RSSI ont de bonnes bases techniques mais possèdent souvent une expérience professionnelle, un MBA et les compétences nécessaires pour communiquer avec les autres cadres dirigeants et le conseil d’administration ».

Des compétences de management sont vitales

La combinaison de compétences techniques et non techniques permettant de juger un candidat au poste de RSSI peut varier en fonction de la société qui embauche. De manière générale, les entreprises ayant une portée mondiale ou internationale recherchent des candidats possédant une formation en matière de sécurité globale et fonctionnelle et évaluent les compétences en leadership tout en prenant en compte la progression de carrière et les réalisations passées. D’un autre côté, les entreprises qui ont une activité plus centrée sur le Web et les produits cherchent plutôt des compétences spécifiques orientées vers la sécurité des applications et du Web.

Quelles certifications doit posséder un CISO?

Au fur et à mesure que vous gravissez les échelons, vous pouvez améliorer votre CV avec des certifications. Ces qualifications rafraîchissent la mémoire, invitent à une nouvelle réflexion, augmentent la crédibilité. Et, plus important, elles constituent un élément obligatoire de tout programme de formation interne solide. Il existe beaucoup de certifications en sécurité de l’information. Alors lesquelles choisir? Le top 3 est constitué de :

  • CISM (Certified Information Security Manager) est spécialement indiqué pour ceux qui cherchent à gravir les échelons dans le domaine de la sécurité de l’information et à faire la transition vers le leadership ou la gestion de programme.
  • CISSP (Certified Information Systems Security Professional) est destiné aux professionnels de l’informatique qui souhaitent faire de la sécurité de l’information un objectif de carrière.
  • CEH (Certified Ethical Hacker) est destiné aux professionnels de la sécurité qui souhaitent acquérir une connaissance approfondie des problèmes susceptibles de menacer la sécurité de l’entreprise.

Nous avons, dans un précédent article, comparé les certifications CISM et CISSP. Vous pouvez vous y référer pour plus d’informations.

CISO vs CIO

La sécurité est un rôle au sein d’une entreprise qui s’oppose inévitablement avec les autres dirigeants de l’Entreprise. En effet, l’instinct des professionnels de la sécurité consiste à verrouiller les systèmes et à les rendre plus difficiles à accéder. Ceci peut entrer rapidement en conflit avec la direction informatique. La DSI a, pour sa part, l’objectif de rendre les informations et les applications disponibles sans difficulté. La manière dont tout se joue en haut de l’organigramme est souvent vue comme une bataille CISO contre CIO. On identifie souvent les contours de ce bras de fer grâce aux lignes de reporting au sein de l’organisation.

CISO vs RSSI

C’est la raison pour laquelle une entreprise ne peut pas se contenter d’un RSSI. En effet, il est relativement courant que les RSSI soient rattachés aux DSI. Cela limite la capacité du RSSI à s’aligner stratégiquement sur la stratégie de l’Entreprise. En effet, dans ce cas sa vision finit par être subordonnée à la stratégie informatique du DSI. Les RSSI n’acquièrent définitivement de l’influence que lorsqu’ils relèvent directement de la Direction Générale. C’est une pratique de plus en plus courante. Cela impliquera généralement un changement de titre en CISO. Ainsi la CISO se retrouvera sur un « pied d’égalité » avec le CIO (DSI). Cela lui permettra d’avoir des responsabilités en matière de sécurité non liées à la technologie.

Le CISO doit être sur un pied d’égalité avec le CIO

Placer le CIO et le CISO sur un pied d’égalité peut aider à résoudre les conflits. Cela indique notamment à toute l’organisation que la sécurité est importante et n’est pas limitée au domaine informatique. Mais cela signifie également que le CISO ne peut pas simplement être un gardien de l’accès aux initiatives techniques. Piergiorgio Grossi, DSI de Ducati, a déclaré au magazine i-CIO: « Il incombe au CISO d’aider l’équipe informatique à fournir des produits et des services plus robustes au lieu de simplement dire » non « . Cette responsabilité partagée des initiatives stratégiques modifie la dynamique de la relation. Et cela peut faire la différence entre succès et échec pour un nouveau CISO.

La description de poste d’un CISO

Si vous recherchez un CISO prometteur pour votre organisation, cela implique en partie de rédiger une description de poste. Une grande partie de ce que nous avons discuté jusqu’à présent peut vous aider à aborder cette question. Vous devez d’abord décider si vous voulez engager un RSSI ou un CISO. Ensuite vous devrez obtenir les approbations pour le niveau, la structure hiérarchique et le titre officiel du poste. Dans les petites entreprises, le CISO peut être vice-président ou directeur de la sécurité. Vous devez également définir les exigences minimales et les qualifications du rôle. Ensuite vous pouvez décider de recruter en externe ou en interne.

Votre description doit clairement énoncer l’engagement de votre organisation en matière de sécurité. En effet, c’est ainsi que vous allez attirer un candidat de grande qualité. Vous devez indiquer où le nouveau CISO se retrouvera dans l’organigramme et son niveau d’interaction avec le conseil d’administration. Cela clarifiera vraiment sa position et son rôle. Un autre point important est de maintenir à jour la description de poste. Il faut le faire même si vous avez quelqu’un qui occupe actuellement ce poste. Vous ne savez jamais quand cette personne passera à une autre opportunité. C’est un rôle absolument critique et vous ne pouvez pas prendre le risque de vous retrouver sans CISO.

Quel salaire pour un CISO?

CISO est un poste de haut niveau et les CISO ont donc une rémunération en conséquence. La prévision des salaires est bien plus un art qu’une science. Mais on admet généralement qu’aux USA des salaires supérieurs à 100 000 dollars sont la règle. A ce jour voici les moyennes de salaire constatées aux USA

  • ZipRecruiter annonce une moyenne nationale de 153 117 $
  • Salary.com positionne la fourchette standard encore plus haut, entre 192 000 et 254 000 dollars.

Si vous consultez Glassdoor, vous pouvez consulter les fourchettes de salaire des offres d’emploi actuelles de CISO. Ceci peut vous aider à déterminer les secteurs qui paient le plus ou le moins. Par exemple, au moment de la rédaction de cet article, le poste de chef de la sécurité publique au sein du gouvernement fédéral américain rapporte entre 164 000 et 178 000 dollars, et le poste de CISO à l’Université d’Utah, entre 230 000 et 251 000 dollars.

Toujours sur Glassdoor, vous pouvez consulter le salaire des offres d’emploi en France pour un RSSI. Il se situe en moyenne entre 50 K€ et 80 K€. On voit tout de suite la différence! Malheureusement cela traduit bien le niveau de maturité des entreprises Françaises en 2019. C’est un mauvais présage de l’aptitude des entreprises Françaises à faire face aux challenges de la transition numérique.

Vous êtes un CISO en poste et vous souhaitez nous faire part de votre expérience? Vous voulez évoluer vers un rôle de CISO? N’hésitez pas à échanger grâce à vos commentaires.

 

10 trucs pour bien démarrer avec COBIT 2019

Il y a quelques semaines que la nouvelle version du référentiel de Gouvernance et de Management de l’information : COBIT 2019 a été publiée sous la forme des 4 premiers volumes. Nous nous sommes donc posé la question de comment bien démarrer avec COBIT 2019. Voici nos 10 conseils.

COBIT 2019 - 10 trucs pour bien démarrer votre initiative de gouvernance
Crédit © rawpixel.com 2018

Petit rappel historique : de Cobit à COBIT® 2019

Vous avez sûrement déjà entendu parler de COBIT. COBIT existe depuis un moment maintenant. Si tel est le cas, vous vous souviendrez peut-être que COBIT était un cadre dirigé vers des pratiques en matière d’audit. Vous vous souvenez peut-être aussi de l’ancien nom: CobiT. C’était alors un acronyme signifiant littéralement «Objectifs de contrôle pour l’information et les technologies connexes». Son nom traduisait clairement ses racines basées sur l’audit. Tout cela, c’était il y bien longtemps. En tout cas, c’était avant 2012.

Mais maintenant c’est simplement devenu COBIT®, un nom commercial  sans signification spéciale. À l’instar d’ITIL, l’acronyme a été remplacé en 2012 avec la version COBIT® 5 traduisant une ambition beaucoup plus grande. COBIT 5 est devenu LE cadre de gouvernance et de management de l’information des entreprises, incluant la technologie associée. Il s’agit donc depuis 2012 d’un référentiel de gouvernance et de management couvrant toute l’entreprise. Ce n’est plus un cadre d’audit limité au domaine informatique.

Avec COBIT 2019, l’ISACA va encore plus loin en simplifiant COBIT 5 et en y rajoutant des outils de design ainsi que des niveaux de maturité pour chacun des objectifs. Les processus et les « enablers » ont quitté le premier plan du modèle principal, remplacés par les objectifs.

Démarrer avec COBIT

Comme pour beaucoup de choses dans la vie, et pas uniquement dans les TI, il y a rarement une seule approche universelle. Au lieu de cela, vous devez trouver l’équilibre entre ce que vous devez réaliser, vos priorités clés et les limites organisationnelles sur lesquelles vous souhaitez appliquer le changement.

Alors, prenez les 10 conseils suivants dans l’esprit dans lequel ils vous sont proposés. Considérez-les et conservez seulement ceux qui sont pertinents pour votre organisation.

1. Comprenez d’abord à quoi sert COBIT

Cela peut vous paraître étrange de prime abord. Mais je vous rappellerai l’évolution de COBIT que j’ai décrite en introduction. COBIT 2019 est aujourd’hui décrit comme un «cadre de gouvernance et de gestion de l’information et de la technologie (I & T)». On est très loin de sa vocation d’origine. Il est également important de bien comprendre que ce n’est pas un cadre de gestion des services informatiques comme l’est ITIL par exemple. Il s’adresse à toute l’organisation prise dans son ensemble. Ce n’est donc pas quelque chose destiné au DSI. Un programme de mise en oeuvre couvre toute l’entreprise, c’est à dire toutes les directions : métiers, finances, RH, risques, sécurité, etc.

2. Comprenez ce que le mot « gouvernance » signifie pour votre organisation

C’est peut-être le conseil le plus important. Pour tirer le meilleur parti de COBIT 2019, il est primordial de «mettre tout le monde sur la même longueur d’onde» en ce qui concerne la gouvernance (et la gestion bien sûr). Sinon, vous aurez probablement autant de définitions internes de la gouvernance que d’employés. D’ailleurs il n’est pas du tout certain que votre haute direction ait une vision claire à ce sujet. En effet, la notion de gouvernance dans les pays francophones est assez mal comprise. Sans doute est-ce dû à l’histoire et à la culture « monarchique » française. Elle est très éloignée de la gouvernance comprise par les anglophones. Nous y reviendrons dans un prochain article sur la structure de gouvernance et de management des organisations. Alors si besoin, n’hésitez pas à faire suivre aux membres de votre direction une formation d’introduction. 2AB & Associates propose également des présentations destinées aux exécutifs que nous réalisons sur 1h30 à 3h pour l’ensemble de Comité de Direction

3. Reconnaissez que COBIT 2019 n’est pas seulement un ensemble de 40 processus

De nombreuses approches ITSM se concentrent sur les processus d’amélioration. COBIT 2019 inclut aussi 40 processus mais il ne sont que des composantes des 40 objectifs de gouvernance et de management. Les 40 objectifs se répartissent dans 5 domaines:

  • 1 domaine pour la Gouvernance
    • EDM : Evaluer, Diriger et Surveiller
  • 4 domaines pour le management
    • APO : Aligner, Planifier et Organiser
    • BAI : Bâtir, Acquérir et Implémenter
    • DSS : Délivrer, Servir et Supporter
    • MEA : Surveiller, Evaluer et Contrôler.

Chaque objectif repose sur 7 composants (qui s’appelaient les « enablers » dans la version précédente) pour être atteint :

  • un processus
  • structures organisationnelles
  • flux d’informations et d’éléments
  • personnes, des aptitudes et des compétences
  • politiques et des procédures
  • culture, éthique et comportement
  • services, infrastructure et applications.

Les objectifs sont déterminés en utilisant la cascade d’objectifs qui était au coeur de COBIT 5. De la sorte, vous vous focaliserez sur les objectifs prioritaires de votre organisation.

4. Obtenez l’implication forte de la haute direction pour la mise en oeuvre

Un facteur clé du succès de COBIT 5 a toujours été la haute direction, qui fournit la direction, le mandat et son engagement continu pour l’initiative. C’est encore plus vrai avec la version 2019. Il s’agit de mettre en oeuvre des pratiques de gouvernance et de management. C’est donc une responsabilité qui se situe au plus haut niveau de l’organisation. Sans une implication forte de haute direction, l’échec de votre programme est quasiment assuré.

5. Justifiez formellement l’investissement dans COBIT 2019

Ne démarrez pas cela comme «une bonne chose à faire» en vue de s’améliorer. Ces types d’initiatives tendent à être les premières à être arrêtées lorsque des pressions budgétaires entrent en jeu. Il s’agit là d’un programme d’envergure au niveau de votre entreprise. La justification grâce à des business cases appropriés est donc impérative. Réalisez une analyse de rentabilité pour chaque projet contenu dans le programme définissant la portée, les bénéfices attendus et, surtout, décrivant un mécanisme permettant de mesurer les progrès et les succès.

6. Commencez de façon ciblée pour obtenir un accord

En particulier, identifiez les «points de douleur» spécifiques. COBIT 2019 peut vous aider à les traiter (et à les résoudre) au lieu de simplement commencer par une liste d’actions. Cela vous aidera non seulement à rester concentré, mais aussi à promouvoir les succès obtenus. Cela vous permettra également de mieux convaincre la haute direction et de transformer un sentiment de besoin diffus en nécessité absolue de mise en oeuvre. C’est ainsi que vous déclencherez le désir du changement sans lequel rien n’est possible.

7. Mettez en oeuvre « votre » programme et n’essayez pas de copier-coller le contenu de COBIT 2019

Comme pour les autres cadres de bonnes pratiques, il est nécessaire d’adopter et d’adapter COBIT 2019 aux besoins et au contexte spécifiques de votre organisation. Ne considérez surtout pas la publication de l’ISACA comme un évangile et le seul moyen de bien faire les choses. Il s’agit simplement de lignes directrices vous permettant de comprendre comment procéder. Vous devez vous en inspirer pour créer votre propre cadre de gouvernance et de management de l’I&T, spécifique à votre organisation. Il convient également de cibler les objectifs qui sont prioritaires dans votre cas particulier. N’oubliez jamais que les ressources mises à votre disposition ne sont pas illimitées.

8. Assurez-vous que le langage que vous employez est compris et accepté de tous

Votre organisation n’est sans doute pas nouvelle. Elle a sans doute adopté un langage ou un lexique commun en interne afin de garantir la clarté de la communication. Il convient de faire en sorte que tout le monde ait une compréhension commune des choses. Donc, lorsque vous démarrez avec COBIT 2019, ne changez pas les habitudes. Utilisez le langage interne connu et compris de tout le monde connaît. Tant pis si ce n’est pas le langage utilisé dans les publications officielles. Le programme de mise en oeuvre ou d’amélioration de la gouvernance et du management de l’I&T est complexe. Ne le compliquez pas encore plus avec l’utilisation de termes que les gens ne comprennent pas. Cela risquerait d’aboutir au rejet pur et simple de votre initiative et à son échec. Ne courrez pas ce risque.

9. Démarrez doucement avec les choses simples et visibles

Comme pour chaque nouveauté introduite dans l’environnement professionnel, il est important de mettre l’accent sur les «gains rapides» (Quick Wins). Cette astuce se reflète dans la hiérarchisation des améliorations les plus bénéfiques dans le contexte de la facilité de réalisation. Cette atteinte rapide des objectifs et la réalisation des premiers bénéfices contribuera à renforcer la crédibilité et la confiance. Elle renforcera ainsi l’investissement continu en temps et en argent, ainsi que la motivation des personnes impliquées dans le changement.

10. Assurez-vous de mettre en place dès le début des mesures du succès

Comme déjà mentionné dans le conseil n ° 5, il doit exister un mécanisme permettant d’évaluer et de rendre compte des améliorations. Il est important de noter qu’il ne s’agit pas seulement de mesurer  la phase « projet ». Il convient aussi et surtout  de réaliser l’évaluation continue des performances et la progression des opportunités d’amélioration. Et surtout ne trichez pas. Soyez transparent et communiquez les résultats des mesures réelles. Si les cibles ne sont pas atteintes, c’est peut-être que vous avez été trop ambitieux. Alors expliquez- et adaptez vos cibles pour qu’elles soient atteignables et faites les progresser dans le temps. Il vaut toujours mieux commencer avec des résultats modestes mais en constante amélioration qu’avec des résultats incroyablement bons mais faux…

Voici donc nos 10 conseils pour bien démarrer avec COBIT 2019. Vous n’êtes pas d’accord? Vous pensez que vous pouvez en rajouter d’autres? Vos commentaires sont les bienvenus. N’hésitez pas à ouvrir le débat.

Certifications et compétences qui paient en 2018

Comme chaque année, nous vous proposons un survol des certifications et compétences qui paient le mieux en 2018. Cet article s’appuie sur l’enquête annuelle réalisée par Global Knowledge sur les compétences et les salaires dans le domaine IT.

Les certifications et les compétences les mieux payées en 2018
Crédit © AdobeStock & Gwimages 2018

Notre précédent article sur les 6 certifications qui payaient le mieux en 2017 continue à être l’article plus lu de ce blog. Voici donc la version 2018 avec quelques évolutions notables. On constate un véritable glissement vers de nouvelles certifications et compétences correspondant aux meilleurs salaires. Cependant on peut constater des différences énormes selon les zones géographiques. Elles correspondent totalement à l’économie et aux besoins des entreprises dans chacune des zones. Il reste toutefois clair que les salaires sont dépendants de l’offre de compétences et de la demande régionale.

Vous courrez après les gros salaires? Cet article vous présente les certifications les mieux payées. Cependant il vous indique aussi ce que les employeurs attendent de vous et ce que cela implique. La certification ne suffit pas… C’est, pour un employeur potentiel, une assurance raisonnable quand à vos connaissances dans le cas de certifications courantes et aussi de votre compétence dans le cas des certifications professionnelles. Le recherche trois critères :

  • le savoir (sur la base de vos diplômes académiques et des vos certifications standards),
  • le savoir-faire (sur la base de vos certifications professionnelles et de votre expérience),
  • votre savoir-être sur la base de l’évaluation de votre comportement et de votre attitude (le recruteur ira chercher ces informations sur les réseaux sociaux, auprès de votre entourage professionnel et personnel).

Dans tous les cas, dites-vous que votre futur employeur vérifiera la réalité de ce que vous annoncez dans votre CV. Inutile donc de revendiquer une certification que vous n’avez pas. La vérification auprès de l’organisme émetteur de la certification révèlera immédiatement la supercherie. Cela se retournera contre vous. D’ailleurs, certains organismes de certification n’hésitent pas à porter plainte contre les fraudeurs et réclament des amendes importantes.

Certifications standards vs certifications professionnelles

Lorsqu’on parle de certification, il faut toujours bien faire attention à la signification qu’on donne aux mots. Les certifications standards sont par essence des certifications résultant de la simple réussite à un examen. C’est le cas des certifications ITIL, PRINCE2, VERISM, certaines certifications COBIT, etc. Elles se dénomment souvent Foundation, Practitioner, Intermediate ou encore Advanced. Aucune expérience dans le domaine n’est réclamée et la certification est valide sans limitation de durée.

Dans le cas des certifications professionnelles, à l’inverse, la réussite à l’examen n’est qu’une première étape. Ensuite il est nécessaire de prouver une expérience minimum de 3 à 5 ans dans le domaine concerné. L’organisme de certification effectue donc une vérification auprès des précédents employeurs de du candidat sur la valeur et la durée de son expérience ainsi que sur son attitude et son comportement. Ce n’est que lorsque cette vérification est positive que la certification est délivrée.

En général les certifications professionnelles ont une durée limitée, souvent de 3 ans. Chaque année ou chaque 3 ans, l’organisme exige la preuve que le certifié a bien suivi un nombre minimum d’heures de formation (CPD/CPE/CPU). Le certifié doit également acquitter de nouveau un montant significatif pour le renouvellement de sa certification. L’organisme de certification effectue alors, de façon aléatoire, des contrôles sur l’expérience acquise pendant les 3 ans ainsi que sur le comportement du certifié pendant cette période. A cette occasion la certification peut lui être retirée.

Parmi les certifications professionnelles, on peut citer CISA, CISM, CGEIT, CRISC, PMP, CIA, ISO 27001 Lead Implementer ou ISO 27001 Lead Auditor. Il est bien évident que les certifications professionnelles, plus « sérieuses », sont les plus recherchées par les employeurs. Ce sont donc aussi, logiquement, celles qui correspondent aux meilleurs salaires.

Les compétences les plus recherchées

Les compétences les plus recherchées sont bien naturellement celles qui paient le plus. C’est tout simplement la loi de l’offre et de la demande. Voyons ensemble les 5 domaines de compétences qui suscitent le plus de demandes en 2018. Précisons bien qu’il s’agit là de recherche de professionnels certifiés et pouvant démontrer plusieurs années d’expérience dans le domaine. Donc ce sont des domaines dans lesquels les employeurs recherchent en priorité des détenteurs de certifications professionnelles.

Notons toutefois que parmi ces 5 compétences les plus recherchées, deux certifications sont de niveau Foundation (COBIT 5 Foundation et Six Sigma Green Belt).

La cybersécurité

Comme lors des trois dernières années, les certifications en sécurité tiennent les premières places en matière de rémunération. Lorsque nous élargissons la liste aux 20 premiers, six certifications sont relatives à la sécurité an niveau mondial, y compris les deux premières places: CISSP de (ISC) 2 et CRISC de l’ISACA. Le CISM d’ISACA se classe au sixième rang mondial et au huitième rang en EMEA.

Le CISSP enregistre le salaire global moyen le plus élevé avec 70.177 € en EMEA (100.146 $ aux USA, ce qui représente une différence de plus de 27% entre les deux zones géographiques). Les professionnels de l’informatique possédant des certifications en sécurité ont tendance à avoir des salaires moyens globaux supérieurs de 15% (aux USA) à 63% (dans la région Asie-Pacifique) à la moyenne des autres certifiés.

Pour en savoir plus sur les certifications CISSP et CISM, nous vous invitons à lire notre article CISM vs CISSP : quelle certification choisir?

Le Cloud

Les certifications liées au Cloud, y compris AWS Certified Solutions Architect – Associate, ont des salaires moyens nettement supérieurs à la norme. En Amérique du Nord, le le salaire moyen du personnel informatique certifié AWS est 10% plus élevé que celui des personnels possédant une autre certification dans le Cloud et 29% supérieur au salaire moyen des professionnels IT certifiés dans un autre domaine. Toutefois, l’augmentation du salaire des professionnels certifiés en Cloud computing n’est pas limitée à ceux possédant les certifications AWS.

L’accent mis sur le nuage s’est également étendu à d’autres domaines fonctionnels. Les help-desks et les équipes de support technique recherchent activement des professionnels possédant des certifications dans le cloud computing et les réseaux.

La gestion de projet

Les gestionnaires de projets certifiés en Amérique du Nord ont également des salaires moyens au dessus de la norme. C’est particulièrement vrai pour ceux qui possèdent une certification PMP (103 406 $) par rapport à la moyenne des autres professionnels certifiés en gestion de projet, par exemple PRINCE2  (97 745 $). La tendance est beaucoup moins nette sur la région EMEA. Pour en savoir plus sur ces deux certifications, nous vous invitons à relire notre article PRINCE2 vs PMP : Quelle méthode de gestion de projet choisir?

On voit également émerger cette année une demande croissante pour les chefs de projets certifiés sur une méthode agile. Dans ce contexte c’est la certification Certified ScrumMaster (CSM) avec un salaire moyen de 98 562 $ qui tient la tête.

La gouvernance et le management

L’ISACA est une association indépendante axée sur l’adoption et l’utilisation des meilleures pratiques de gouvernance et de management de l’information et des technologies dans les organisations. L’ISACA possède six certifications dans le top 20 mondial, y compris CGEIT, CISA, CRISC et CISM . Une nette tendance se dégage également avec une demande de plus en plus forte de professionnels certifiés sur COBIT 5. Cela se traduit par un salaire moyen des professionnels certifiés COBIT 5 Foundation qui atteint maintenant 65.000 € dans la région EMEA.

Si vous vous posez des questions sur le CISA, nous vous conseillons trois articles précédemment publiés sur notre blog :

Compétences Six Sigma

La certification Six Sigma Green Belt est parrainée par l’association indépendante IASSC. C’est une certification de base sur un ensemble de techniques et d’outils d’amélioration des processus. Une tendance nette se dégage également en faveur des professionnels possédant une certification Six Sigma Green Belt qui obtiennent un salaire moyen de 99.865 $ en Amérique du Nord et de 69.000 Euros en EMEA soit une différence de 21%, la plus faible du top 20 des certifications.

Le top vingt des salaires par certification en Europe

Les résultats du classement 2018 sont extrêmement intéressants car ils montrent un changement important par rapport à 2017. La grande nouveauté est l’arrivée en force des certifications AWS (Amazon) dans les premières places du classement. A l’inverse les certifications qui monopolisaient les premières places ce dernières années subissent un fort recul (CISA, PMP). On voit également apparaître en 7ème position une certification qui fait sont entrée dans les 10 premières : COBIT 5 Foundation. Il est également à noter que cette année les certifications CISCO disparaissent complètement du classement.

Classement 2018 des 20 certifications et certifications professionnelles correspondant au meilleurs salaires en euros
Classement établi sur les salaires en région EMEA (Europe, Moyen Orient & Afrique). L’ordre est différent en Amérique du Nord.

L’autre enseignement de ce classement est la différence très importante des salaires entre la région EMEA et l’Amérique du Nord. Les salaires en EMEA sont tirés nettement vers le bas par la zone Afrique ainsi que le montre la carte suivante.

Salaires des professions IT par région du monde
Moyenne des salaires IT par région du monde – Crédit © Global Knowledge 2018

Conclusion

Ces éléments peuvent vous aider à choisir parmi les certifications disponibles celles qui vous conviennent le mieux. Bien sûr le salaire est un critère mais n’oubliez pas que la certification ne garantit pas le niveau de salaire. C’est votre compétences et votre adéquation au marché qui feront la différence.

N’hésitez pas à commenter cet article en y apportant vos témoignages sur votre expérience personnelle. Posez-nous également des questions. Nos experts se feront un plaisir de vous répondre. Si cet article vous a paru intéressant, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux et à nous mettre un « like » si vous le souhaitez.

COBIT 2019 – Vos questions, nos réponses

Depuis la publication de notre article présentant, en avant-première, les nouveautés de COBIT 2019, vous nous avez posé de nombreuses questions. Nous vous apportons quelques réponses. Pour l’heure, nous ne pouvons pas encore tout vous dire. Soyez patients. Nous vous donnerons notre avis détaillé sur cette nouvelle version du cadre de référence en Gouvernance de l’Information dès que les deux premières publications seront disponibles sur le site de l’ISACA.

Cadre de gouvernance COBIT 2019 - Questions réponses
Crédit © rawpixel 2018

L’accélération de la transformation numérique a rendu l’information et la technologie (I&T) cruciales pour le soutien, la croissance et la durabilité des entreprises. Les conseils d’administration et les cadres dirigeants ont pu jadis déléguer, ignorer ou éviter les décisions liées à l’I&T. Cependant ils savent maintenant que cette approche est mal avisée. Ce ne sont pas uniquement les entreprises digitales qui dépendent de l’I&T pour leur survie et leur croissance. La création de valeur par les parties prenantes (c’est-à-dire la réalisation des bénéfices à un coût optimal en ressources tout en optimisant les risques) est également souvent obtenue par la digitalisation de nouveaux modèles d’affaires, grâce à des processus efficaces et à des innovations réussies.

L’I&T est maintenant totalement intégrée à la gestion des risques d’entreprise et de la création de valeur. Un accent particulier a donc été mis sur la gouvernance de l’information d’entreprise et de la technologie (GEIT) au cours des deux dernières décennies. COBIT a reflété cet accent mis sur la GEIT dans ses dernières mises à jour, aboutissant à COBIT 5. Toutefois, une nouvelle édition, dont la sortie est prévue en novembre 2018, étendra et facilitera encore cette tendance.

La nouvelle édition s’appelle COBIT 2019. Les mises à jour de COBIT ne seront dorénavant plus identifiées par des numéros de version. Au lieu de cela, elles porteront  la date de la dernière mise à jour. Cela correspond à un environnement I&T dynamique qui génère des changements à un rythme si rapide qu’il est difficile de les suivre. COBIT 2019 prend en compte ces problèmes et les résout en faisant de COBIT un cadre de gouvernance I&T dynamique pouvant être mis à jour plus rapidement, en appliquant les commentaires des utilisateurs pour qu’ils restent pertinents pour la communauté internationale des professionnels de la gouvernance.

Vos questions, nos réponses

Qu’est-ce que COBIT?

Le processus de mise à jour de COBIT a impliqué des efforts considérables pour mettre en perspective ce qu’il est et ce qu’il n’est pas. Cet article décrit chaque côté de l’équation, en commençant par ce qu’il est.

COBIT 2019 peut être décrit comme un cadre pour la gouvernance et la gestion de l’I&T des entreprises, destiné à l’ensemble de l’organisation. L’I&T d’entreprise fait référence à tous les traitements I&T mis en place par l’entreprise pour atteindre ses objectifs, quel que soit le lieu où cela se produit dans l’organisation. En d’autres termes, l’I&T d’entreprise ne se limite pas au service informatique d’une organisation, mais il est certain qu’elle l’inclut. Elle inclut aussi sans aucun doute d’autres départements tout aussi importants comme les ressources humaines.

COBIT 2019 définit les composants permettant de construire et de maintenir un système de gouvernance : politiques, processus et procédures, structures organisationnelles, flux d’informations, compétences, infrastructure, culture et comportements. Celles-ci étaient appelées «facilitateurs» (« enablers » en anglais) dans COBIT 5. Il définit également les facteurs de conception que l’organisation doit prendre en compte pour créer un système de gouvernance parfaitement adapté.

Il aborde les problèmes de gouvernance en regroupant les composants de gouvernance pertinents dans des domaines prioritaires pouvant être gérés aux niveaux de maturité requis.

Qu’est-ce que COBIT n’est pas?

Après avoir décrit ce qu’est COBIT 2019, il est important de définir ce qu’il n’est pas. Cela implique de tordre définitivement le cou à certaines idées fausses au sujet de COBIT, telles que :

  • COBIT 2019 ne décrit pas complètement l’environnement I&T d’une organisation.
  • Ce n’est pas un cadre pour organiser les processus métier.
  • Ce n’est pas un cadre technique (informatique) pour gérer toutes les technologies.
  • Il ne prend ni ne prescrit aucune décision liée à l’informatique. Par exemple, il ne répond pas aux questions telles que: quelle est la meilleure stratégie informatique? Quelle est la meilleure architecture? Combien devrait coûter l’informatique? Au lieu de cela, il définit tous les composants qui décrivent quelles décisions doivent être prises, comment et par qui elles doivent être prises.

Pourquoi le logo a-t-il changé?

COBIT 5 a été publié en 2012, ce qui fait presque 7 ans. Depuis cette époque, d’autres cadres et les normes ont évolué, créant un paysage différent. L’émergence de nouvelles technologies et les tendances business en matière d’utilisation des technologies de l’information (transformation numérique, DevOps, par exemple) n’étaient pas intégrées dans COBIT 5. Un réalignement était donc nécessaire.

Pour rester pertinent, il est impératif que COBIT continue d’évoluer, ce qui nécessitera des mises à jour plus fréquentes et plus fluides. Dans le nouveau logo, la flèche rouge symbolise cette notion d’évolution continue. De plus, pour assurer un contrôle efficace des versions, toutes les mises à jour futures comporteront l’année correspondant à la publication la plus récente.

Quelles sont les publications de COBIT 2019 et quand seront-elles disponibles?

La famille de produits COBIT 2019 est n’est pas limitée aux produits qui seront prochainement publiés. Le développement de nouvelles orientations, formations et ressources pour soutenir la famille de produits COBIT 2019 sera continuellement évaluée en fonction de la demande du marché. Ce développement sera géré en cohérence avec les autres produits de l’ISACA.

Disponibles le 12 novembre 2018

  • Cadre COBIT 2019: Introduction et méthodologie – Introduction aux concepts clés de COBIT 2019.
  • Cadre COBIT 2019: Objectifs de gouvernance et de gestion. Cette publication décrit de manière exhaustive les 40 objectifs fondamentaux en matière de gouvernance et de gestion, les processus qu’ils contiennent, et d’autres composants connexes. Ce guide fait également référence à d’autres normes et référentiels du marché.

Disponibles le 10 décembre 2018

  • Guide de conception COBIT 2019: Conception d’une solution de gouvernance de l’information et de la technologie. Ce guide explore les facteurs de conception pouvant influencer la gouvernance. Il inclut un flux d’activités afin de planifier un système de gouvernance sur mesure pour l’entreprise.
  • Guide d’implémentation COBIT 2019: Implémentation et optimisation d’une solution de gouvernance de l’information et de la technologie. Ce titre représente une évolution du Guide de mise en œuvre de COBIT 5.  Il propose l’élaboration d’une feuille de route pour l’amélioration continue de la gouvernance. Il peut être utilisé en combinaison avec le Guide de conception COBIT 2019.

Les publications COBIT 2019 seront-elles gratuites pour les membres ISACA?

Dans le cadre de l’engagement de l’ISACA d’apporter une valeur optimale à ses membres, le téléchargement au format PDF des quatre publications principales de COBIT 2019 suivantes seront gratuites pour les membres :

  • Cadre COBIT 2019 : Introduction et méthodologie
  • Cadre COBIT 2019 : Objectifs de gouvernance et de gestion
  • Guide de conception COBIT 2019 : Conception d’une solution de gouvernance de l’information et de la technologie
  • Guide d’implémentation COBIT 2019: Implémentation et optimisation d’une Solution de gouvernance de l’information et de la technologie

De plus, les membres de l’ISACA recevront des réductions exclusives sur l’achat de publications imprimées. Pour en savoir plus, consultez le site de ‘ISACA : http://www.isaca.org/COBIT.

COBIT 2019 est-il aligné avec les autres normes et cadres internationaux?

L’un des principes directeurs appliqués tout au long du développement était de maintenir son positionnement de COBIT 2019 en tant que cadre général de gouvernance. Ainsi, il continue de s’aligner sur un certain nombre de normes, cadres et / ou réglementations pertinents. COBIT 2019 comprend des références et s’aligne sur des concepts provenant d’autres sources. Par exemple COBIT 2019 est aligné, entre autres, sur ITIL, ISO 27001, ISO 20000, DEVOPS, PRINCE2, PMBOK, TOGAF, COSO, SFIA, etc..

Dans ce contexte, l’alignement signifie que :

  • COBIT 2019 ne contredit aucune indication des référentiels et normes correspondants,
  • Le cadre COBIT 2019 ne copie pas le contenu de ces référentiels et normes associés,
  • COBIT 2019 fournit des conseils ou références équivalents aux normes et référentiels correspondants.

Une liste complète des normes et guides pratiques utilisés dans le cadre du développement de COBIT 2019 est fournie dans la présentation PPT intitulée  COBIT® 2019 Overview. Celle-ci, en anglais, est disponible dans la boîte à outils COBIT 2019 sur le site de l’ISACA. Cette liste figure également dans la publication Cadre COBIT 2019 : Introduction et méthodologie.

Y aura-t-il un cursus de formation de certification COBIT 2019?

Un nouveau parcours de formation et de certification sera proposé dès le début 2019. COBIT 2019 est un cadre en évolution continue. En conséquence, l’ISACA continuera en permanence à évaluer le marché et à proposer de nouveaux modules de formation. Les premier modules seront disponibles selon le calendrier suivant :

Janvier 2019 : Atelier de transition COBIT 5 vers COBIT 2019 (1 journée)

Ce cours de transition d’une journée présente les concepts, les modèles et les définitions clés du nouveau cadre en mettant l’accent principalement sur les différences majeures entre COBIT 2019 et COBIT 5.

Janvier 2019 : Formation et certification COBIT 2019 Foundation (3 jours)

Développée pour préparer les participants à l’examen de certification COBIT 2019 Foundation, cette formation plongera dans le contexte, les composants, les avantages et les principales raisons pour lesquelles utiliser COBIT en tant cadre de gouvernance de l’information et des technologies en entreprise.

Avril 2019 : Formation et certification COBIT 2019 Conception et mise en oeuvre (3 jours)

Cette formation de 3 jours prépare les participants à l’examen de certification COBIT 2019 Design and Implementation. Les participants apprendront comment concevoir un système de gouvernance parfaitement adapté au contexte de leur entreprise en s’appuyant sur le cadre de gouvernance de l’ISACA.

Où puis-je me former et passer les certifications?

La formation ainsi que les examens de certification seront disponibles à partir de janvier 2019. Vous pourrez y accéder via les canaux suivants:

  • Centres de formation accrédités par ISACA (via APMG ou Peoplecert);
  • Chapitres ISACA;
  • Conférences ISACA et ateliers pré-conférence;
  • Programme de formation sur site d’ISACA.

Pour ce qui nous concerne, 2AB & Associates sera accrédité par l’ISACA dès le lancement des modules de formation. Nous avons d’ores et déjà commencé le développement des trois modules initiaux prévus par ISACA. Les premières sessions COBIT 2019 Bridge et COBIT 2019 Foundation sont déjà à notre calendrier dès janvier 2019. Nous proposons également pour les personnes déjà certifiées COBIT 5 Foundation un atelier d’une journée leur permettant de faire la transition de leur certification actuelle vers la nouvelle version.

Nous organisons également, à la demande, des présentations d’une demi-journée destinées aux dirigeants des entreprises. N’hésitez pas à consulter le site www.2abassociates.fr ou www.2abassociates.ca pour en savoir plus.

Les programmes de formation COBIT 2019 remplaceront-il les formations COBIT 5?

ISACA continuera à soutenir l’accréditation et la délivrance de la formation et du cursus de certification COBIT 5. Ainsi, la formation COBIT 5 continuera à cohabiter avec la formation COBIT 2019. Il ne serait donc par judicieux de remettre votre formation COBIT à plus tard en attendant le nouveau cursus de formation/certification. Tout au contraire, nous vous invitons à profiter de notre offre promotionnelle sous forme de package Formation et certification COBIT 5 Foundation + atelier de transition vers COBIT 2019.

Les publications COBIT 5 resteront-elles disponibles en 2019?

L’ISACA continuera de soutenir les nombreuses organisations gouvernementales et  non gouvernementales qui, depuis 2012, ont mis en oeuvre COBIT 5. Tous les guides COBIT 5 (et produits dérivés) vont donc rester disponibles pour téléchargement ou achat en ligne. De plus, tous les produits, ressources et programmes de formation COBIT 5 resteront disponibles (parallèlement à COBIT 2019).

Quelles sont les différences entre COBIT 2019 et COBIT 5?

COBIT 2019 offre une plus grande flexibilité et une plus grande ouverture pour améliorer la pertinence dans le temps de COBIT.

  • L’introduction de nouveaux concepts tels que les domaines de focalisation et les facteurs de conception permet de proposer des bonnes pratiques pour adapter un système de gouvernance aux besoins de l’entreprise.
  • La mise à jour de l’alignement sur les normes, les cadres et les meilleures pratiques améliore la pertinence de COBIT.
  • Un modèle de type «open source» permettra à la communauté mondiale de la gouvernance de contribuer aux futures mises à jour  en apportant des commentaires, en partageant des applications et en proposant des améliorations au
    cadre et aux produits dérivés en temps réel. De la sorte, de nouvelles évolutions de COBIT pourront être publiées sur une base cyclique.
  • De nouvelles orientations et de nouveaux outils soutiennent l’élaboration d’un système de gouvernance optimal. Cela rend donc COBIT 2019 plus prescriptif.

Ce n’est pas le CISA qui fait un bon auditeur

Je suis toujours très étonné de constater que les pages les plus consultées sur ce blog sont celles qui font référence au CISA, à la certification PMP et aux certifications qui correspondent aux meilleurs salaires. C’est un peu comme si le fait de posséder une certification garantissait un niveau de rémunération. D’ailleurs une des pages les plus populaires de ce blog est celle qui liste les 6 certifications les mieux payées.

Le CISA ne fait pas un auditeur
Crédit © Bakhtiarzein

Le CISA est une certification professionnelle, pas un label

En France et dans la majorité des pays francophones, on cultive une vénération totalement incohérente pour les diplômes et les certifications de tout type. Ainsi, un de mes clients, en Afrique de l’Ouest, membre de l’élite dirigeante, me confiait :


Aux Etats-Unis, quand tu recherches un emploi, le recruteur te demande: « Pourquoi voulez-vous travailler pour nous et qu’est-ce que vous pouvez nous apporter? ». En France le recruteur te demande: « Quels diplômes et quelles certifications possédez-vous? ». En Afrique, le recruteur te pose la question suivante: « Qui est-ce qui t’envoie? ».


Tout est résumé dans cette approche. La France est obsédée par les certifications et les diplômes. Dès lors il n’est pas étonnant de voir que l’intérêt des personnes se porte sur les certifications. Et le CISA figurant parmi les certifications qui, statistiquement, sont détenues par des  personnes considérées comme les mieux rémunérées, le raccourci est assez facile. CISA devient synonyme de forte rémunération.

Comment est structuré le CISA?

Essayons d’abord de replacer le CISA dans son contexte. C’est une certification professionnelle, proposée par l’ISACA et destinée à reconnaître les compétences d’auditeurs TI expérimentés. A ce titre, il est composé de deux parties. La première partie est un examen – difficile -de 150 questions destinées à vérifier les connaissances des auditeurs. Il porte sur 5 domaines de connaissances  que devraient posséder à minima tous les auditeurs TI pour accomplir leur mission :

  • Le processus d’audit des SI (représente 21% des connaissances testées)
  • La gouvernance et le management des TI (16% sur l’organisation, les rôles et responsabilités et surtout le système de management de l’entreprise)
  • Acquisition, développement et mise en oeuvre des SI (18% sur l’audit des projets dans le domaine des TI)
  • Exploitation, maintenance et gestion des services (20% sur la production informatique)
  • Protection des actifs informationnels (25% sur la sécurité des systèmes d’information)

Bien évidemment, cela n’est en aucun cas suffisant pour prétendre être un bon auditeur TI. Vous pouvez toujours apprendre par coeur les contenu des manuels, cela ne prouvera jamais que vous êtes compétent. Tout au plus cela prouvera que vous avez « une mémoire de cheval »… Et clairement, vous ne serez pas le profil dont ont besoin les entreprises pour se développer. C’est juste un minuscule premier pas vers la compétence. Pour pouvoir se développer sur leur marché, les entreprises ont besoin de personnels compétents.

La compétence de l’auditeur, dès lors qu’il a acquis les connaissances de base, se mesure à son aptitude à réaliser des missions d’audit. La compétence intègre donc une composante importante liée à l’expérience et au comportement des personnes. C’est ce qui constitue la seconde partie du CISA : la vérification de l’expérience et de l’attitude des candidats sur une durée totale de 5 ans durant les 10 dernières années écoulées.

Comment s’effectue la vérification de la compétence des postulants au CISA?

Chaque postulant à la certification CISA doit remplir des documents listant ses expériences passées dans le domaine de l’audit et du contrôle interne des TI. Chaque document doit ensuite être signé par un (ex-) manager qui pourra attester de la véracité de vos compétences d’auditeur. Lorsque vous avez atteint la durée cumulée de 5 années durant lesquelles il existe des preuves de votre expérience, vous pourrez alors renvoyer votre dossier à l’ISACA. A ce moment, un comité de certification évaluera votre dossier et vérifiera vos compétences. Le plus souvent il s’agit de revoir votre dossier de candidature et de vérifier sa cohérence par rapport au cinq domaines de compétences.

De façon aléatoire et/ou en fonction du résultat de cette revue, ISACA contacte les personnes qui vous ont servi de référence. Elles seront interviewées par un membre de l’ISACA qui vérifiera que le document reçu représente bien la vérité. Ensuite le comité de certification, après délibération, vous attribuera, ou pas, la certification CISA.

Dès lors que l’ISACA reçoit votre dossier complet, le processus  prend environ de 4 à 8 semaines.

Et après l’obtention du certificat?

Ce n’est que lorsque vous recevez le certificat final, à l’issue du processus complet que vous pourrez revendiquer votre certification sur votre CV et sur les réseaux sociaux. Tant que vous n’avez réussi que l’examen seulement, vous n’êtes pas certifié CISA. Dans ce cas, il est d’ailleurs mentionné clairement par l’ISACA que vous ne pouvez en aucune façon le mentionner. Vous ne pouvez revendiquer votre certification qu’en mentionnant votre numéro de certificat. Il est à noter que l’ISACA audite régulièrement les réseaux sociaux afin d’éliminer et de sanctionner les « fraudeurs ».

Il est également important de noter que le CISA étant une certification professionnelle destinée aux auditeurs IT, elle n’est valable que pour une durée de 3 ans. A l’issue de ces trois ans vous serez nudité par le Comité de Certification. Celui-ci déterminera si votre CISA vous est attribué pour 3 années supplémentaires.

Comment maintenir son CISA dans le temps?

Dès l’obtention du CISA, vous serez soumis à des obligations pour pouvoir le conserver. Parmi ces obligations, figure celle d’adhérer au code d’éthique de l’ISACA et de le respecter en toute circonstance. En cas de manquement avéré votre CISA vous sera retiré immédiatement et définitivement. Il vous sera également demandé d’être adhérent à l’ISACA et de maintenir votre adhésion chaque année.

De plus, le métier d’auditeur évoluant en permanence, vous serez obligé, chaque année, de fournir des preuves que vous êtes dans un processus d’amélioration de vos compétences. Cela se fait en suivant des formations, en participant activement à des publications ou encore en participant à des conférences. Chacune de ces activités vous rapportera des CPE (Continual Professional Education). En moyenne, un CPE équivaut à 50 minutes de formation ou d’activité reconnue. Chaque année vous devez communiquer à l’ISACA le nombre de CPE acquis dans l’année écoulée. Vous devez en produire un minimum de 20 par année avec un minimum cumulé de 120 sur 3 ans.

A la fin de chaque période de 3 ans, votre certification est évaluée par le comité de certification et vos CPE peuvent être audités pour s’assurer qu’ils sont bien justifiés. Vous devrez donc conserver précieusement les preuves des CPE que vous revendiquez. Si l’ISACA découvre que vous revendiquez des CPE non valides ou si vous n’atteignez pas le minimum requis sur les 3 ans, votre certificat vous sera immédiatement retiré. Vous devrez alors retirer immédiatement la mention de votre CISA sur vos cartes de visite, vos CV et sur les réseaux sociaux. Le retrait du CISA est définitif. Dans le cas où vous souhaiteriez l’obtenir de nouveau, vous devrez repasser l’examen et suivre de nouveau le processus complet de certification.

Le CISA fait-il de vous un bon auditeur?

Comme vous pouvez le comprendre, le CISA ne fait pas de vous un bon auditeur. Au contraire, c’est si vous êtes déjà un bon auditeur que vous pourrez espérer obtenir le CISA. Ensuite pour le conserver, vous devrez démontrer durant toute votre vie professionnelles que vous restez parmi les meilleurs. C’est ce qui explique la valeur de cette certification et les salaires élevés qui lui sont associés. Les Entreprises sont toujours prêtes à bien rémunérer des personnes compétentes qui leurs apportent de la valeur. Elles n’ont aucun intérêt à rémunérer le savoir. Il est dans ce cas plus simple d’acheter une bonne base de connaissances auprès d’un éditeur. Ce n’est donc pas le CISA qui fait la rémunération. C’est la satisfaction des conditions exigées des auditeurs pour conserver leur CISA qui justifie leur rémunération élevée.

Y a-t-il de mauvais auditeurs parmi les détenteurs du CISA?

Malgré toutes les précautions prises par l’ISACA, il existe bien sûr des cas de personnes qui passent au travers « des mailles du filet ». L’ISACA est une association professionnelle dont l’effectif salarié est d’environ une centaine de personnes au niveau mondial. L’association n’a donc pas les moyens de vérifier en détail tous les dossiers. Elle procède donc par échantillonnage. N’oublions pas que nous avons affaire à des auditeurs. Il existe donc des personnes qui arrivent à obtenir leur certification en n’ayant pas les qualités requises. Mais l’audit réalisé tous les trois ans pour maintenir la certification aide à les éliminer sur le long terme. Il y a aussi des fraudeurs qui obtiennent des références de complaisance. Dans ce cas l’interview des références par les membres de l’ISACA a tôt fait de mettre au jour la fraude. Mais là encore, ces interviews ne sont pas systématiques et elles sont réalisées par échantillonnage.

Cependant, dans l’ensemble, une gros effort est fait pour maintenir la crédibilité de cette certification. Et c’est bien ce qui en garantit toute la valeur auprès des Entreprises et des recruteurs.

 

CISM vs CISSP : quelle certification choisir?

La technologie constitue une réponse courante aux risques de cybersécurité. Cependant,aujourd’hui, envisager de se protéger des risques de sécurité uniquement grâce à la technologie est un leurre. Selon une enquête publiée par IBM, 95% des cyber-attaques réussies ont ciblé un domaine non informatique. Il est donc vital de renforcer les compétences en sécurité dans les entreprises. Or la pénurie de professionnels qualifiés en sécurité informatique représente aujourd’hui un défi majeur pour les organisations de toutes tailles. Selon (ISC)2, le déficit passera à 1,5 million d’ici 2020. L’écart de compétences est un obstacle majeur pour de nombreuses organisations. Mais c’est aussi une opportunité pour les informaticiens. Les enquêtes auprès des responsables informatiques montrent que les certifications en sécurité sont de plus en plus importantes. Les deux certifications en sécurité les plus recherchées sont CISM et CISSP. A l’heure du choix : CISM vs CISSP quelle certification vous convient le mieux?

CISM vs CISSP
Crédits : © Blacksalmon

CISM vs CISSP : l’heure du choix

Les professionnels des Systèmes d’Information possédant certains types de certifications particulièrement recherchés. Ils peuvent donc espérer une meilleure rémunération. CISM et CISSP sont  certifications professionnelles les plus  reconnues dans le domaine de la sécurité de l’information ainsi que le montre le classement 2017 des certifications qui paient le mieux. CISM (Certified Information Security Manager) est une certification de l’ISACA. CISSP (Certified Information Systems Security Professional) est une certification de la fondation (ISC)2. Les deux nécessitent un investissement important en temps et en coût. Alors, laquelle  correspond le mieux à votre profil et à vos compétences?

La différence majeure entre ces deux certifications réside dans leur contenu et le public qu’elles ciblent. CISM se concentre sur le management et la stratégie, et couvre superficiellement les sujets techniques. Elle est, par conséquent, extrêmement prisée pour des Managers (RSSI, CISO,…). A l’inverse, CISSP se focalise principalement sur les aspects tactiques des opérations de sécurité. CISSP concerne donc d’avantage les ingénieurs et techniciens impliqués dans les opérations.

CISM : la certification des managers

CISM (Certified Information Security Manager) est une certification professionnelle délivrée par l’ISACA et détenue par plus de 32.000 professionnels dans le monde parmi lesquels plus de 7.500 ont des responsabilités de CISO ou de RSSI, tandis que plus de 3.500 occupent un rôle de DSI ou de Directeur Informatique. Elle cible spécifiquement les managers en sécurité de l’information. Elle fait partie en 2017, comme en 2016 des trois certifications les mieux rémunérées.

CISM couvre 4 domaines d’expérience dans les quels vous devrez réussir un examen et, ensuite, faire la preuve de votre expérience :

CISM
Crédits : © ISACA
  1. Gouvernance de la sécurité de l’information (24%)
  2. Gestion des risques informationnels (30%)
  3. Développement et gestion d’un programme de sécurité de l’information (27%)
  4. Gestion des incidents de sécurité de l’information (19%)

L’examen, désormais électronique, se compose de 150 questions multi-choix et dure 4 heures. Le score minimum pour réussir l’examen est de 450 points. Cela semble correspondre plus ou moins à 60-70% des réponses correctes. Il est en effet à noter que toutes les questions n’ont pas le même poids. De plus, environ 25 questions ne sont pas notées et figurent dans l’examen uniquement à des fins d’évaluation.

Le syllabus du CISM s’appuie très largement sur COBIT® 5. Aussi une formation COBIT sera une bonne base pour bien comprendre les aspects de gouvernance et de gestion des risques couvrant la première moitié du contenu.

2AB & Associates vous propose de façon régulière des séminaires de formation accrédités par ISACA pour préparer le passage de la certification CISM à Paris, Québec et Abidjan.

CISM : une certification professionnelle

CISM, à l’instar de CISSP ou PMP, est une certification professionnelle. Cela signifie que la réussite à l’examen n’est que la première étape. Vous devrez ensuite postuler, auprès de l’ISACA, à l’obtention de la certification CISM. Pour cela vous devrez prouver, de façon très documentée votre expérience en management de la sécurité de l’information sur 5 années. Vous devrez également donner des références pouvant confirmer cette expérience de façon détaillée. Les références seront ensuite interrogées par des membres de l’ISACA aux fins de vérification. Après un délai de l’orde de 4 à 8 semaines, vous recevrez alors votre certificat ou un mail vous indiquant les raisons du rejet de votre demande.


La certification CISM m’a aidée à progresser du niveau de support IT au service desk à celui de vice-président. La connaissance que j’ai acquise est applicable dans le monde entier, dans tous les pays. (L.D. CISM, IT Security Manager, 3M Company) (Source : site web ISACA)


CISM : une revalidation continue exigée

CISM (Certified Information Systems Security Professional) vise à garantir, non seulement des connaissances, mais aussi votre expérience. C’est ce qui explique le succès de cette certification auprès des Entreprises. Elles sont ainsi assurées de la compétence des titulaires. De plus, vous devrez, chaque année, fournir à l’ISACA des preuves de votre engagement dans un processus d’amélioration continue. A défaut votre certification vous sera purement et simplement retirée de façon définitive.

CISSP : une certification plus technique

CISSP (Certified Information Security Professional) est une certification professionnelle délivrée par la fondation (ISC)2. Elle est détenue par plus de 100.000 professionnels de la sécurité de l’information dans le monde, dont 75% aux seuls Etats-Unis. Le deuxième pays comptant le plus de CISSP est le Royaume Uni.

En Afrique de l’Ouest, on compte 1 certifié au Burkina Faso, 1 au Sénégal, 4 en Côte d’Ivoire, contre 29 au Ghana et 153 au Nigéria. Avec 922 certifiés, la France se classe au 13ème rang mondial. Les certifiés CISSP occupent pour la plupart des responsabilités tactiques et opérationnelles en sécurité du SI (RSSI, responsable réseau, Information Security Manager, architectes IT). Le CISSP se positionne à la 4ème place des certifications les mieux rémunérées.

CISSP couvre huit domaines de compétence dans lesquels vous devrez apporter la preuve de votre expérience avant de pouvoir vous présenter à l’examen :

CISSP
Crédits : © (ISC)2
  1. Gestion des risques et de la sécurité (16%)
  2. Sécurité des actifs (10%)
  3. Ingénierie de la sécurité (12%)
  4. Sécurité des communication et du réseau (12%)
  5. Gestion de l’identité et des accès (13%)
  6. Evaluation et tests de sécurité (11%)
  7. Opération de la sécurité (16%)
  8. Sécurité des développements logiciels (10%)

L’examen, au format électronique, se passe uniquement dans des centres d’examen Pearson VUE. Il comporte 250 questions et dure jusqu’à 6 heures. Le score minimum pour réussir l’examen est de 700 points (sur un total de 1000).

CISSP est une certification recherchée mais difficile à réussir. Pour la préparer et la réussir dès le premier essai, nous vous conseillons de bien vous préparer. Pour ce faire, nous vous conseillons de suivre la formation Réussir la certification CISSP® sur 5 jours. 2AB & Associates propose cette session dans différentes villes dont Paris et Abidjan.

CISSP : une certification professionnelle également

CISSP est également une certification professionnelle mais, à l’inverse du CISM, la preuve de l’expérience préalable dans le domaine doit être fournie en amont de l’examen. Ce n’est que lorsque (ISC)2 aura validé cette expérience d’au moins cinq années à temps complet dans un minimum de deux des 8 domaines de compétence couverts que vous pourrez vous présenter à l’examen. Aucune équivalence n’est admise. Là encore, l’objectif est de s’assurer de la compétence des candidats sur la base de l’expérience.

CISM : comment conserver votre certification

CISSP est une certification qui vise à garantir le maintien de votre compétence dans le temps. Vous devrez donc chaque année fournir à (ISC)2 la preuve que vous avez accumulé des CPEs grâce à des formations ou la participation à certaines conférences. Vous devrez en outre payer un montant annuel de 85$ à (ISC)2 et accumuler un total de 120 CPEs par cycle de 3 ans. A défaut d’apporter la preuve de vos CPEs, votre certification sera annulée. Vous pourrez cependant la récupérer ultérieurement en payant les redevances pour l’intégralité des années de retard et en repassant et  réussissant de nouveau l’examen.

L’intérêt d’une certification

Selon la dernière enquête annuelle réalisée par Certification Magazine les professionnels confirment l’intérêt d’une certification CISM ou CISSP.

Pour beaucoup de professionnels, la valeur de ces certifications réside d’abord dans une meilleure compréhension des concepts clés de leur domaine. Cela semble plus important que l’augmentation espérée de salaire liée à la certification.

Pour les employeurs, elles permettent d’identifier les candidats à fort potentiel dans le domaine de la sécurité du SI. Ces deux certifications démontrent l’expertise approfondie d’un candidat et augmentent la crédibilité et le calibre de son potentiel. C’est une façon de mesurer la qualité d’un candidat. Attention cependant à ne pas trop compter sur les certifications seules au lieu d’évaluer l’adéquation d’une personne à la culture et à la mission de l’entreprise. En soi, une certification ne constitue pas une garantie qu’un praticien réussira dans une organisation particulière.

Alors, CISM vs CISSP? Qu’en pensez-vous?

Si vous hésitez toujours, merci de nous laisser vos remarques et vos questions en commentaire. Nos experts se tiennent à votre disposition pour vous apporter une réponse. Si vous détenez déjà l’une de ces deux certifications, votre commentaire est aussi le bienvenu.

Pour en savoir plus, vous pouvez aussi nous suivre sur les réseaux sociaux et vous abonner sans engagement à notre blog.

Les 6 certifications qui paient

Vous envisagez de vous lancer dans une carrière dans le domaine des technologies de l’information (TI)? Vous souhaiteriez obtenir une certification dans un domaine que vous maîtrisez déjà? Une multiplicité de solutions s’offre à vous. Alors comment choisir? Sur quels critères? Que vous soyez intéressé par les réseaux, la sécurité ou l’administration des systèmes, vous trouverez sans peine une certification qui est censée vous aider à lancer ou faire progresser votre carrière. Mais toutes ces certifications ont-elles la même valeur? Et même, pour certaines certifications il semble qu’il y ait différents organismes proposant des certifications concurrentes. Sont-elles équivalentes? S’adressent-elles au même public? Sont-elles reconnues de façon similaire par la communauté des Entreprises? Bien évidemment la réponse est négative. Alors, vous devez faire votre choix et ne pas vous tromper.

6 certifications qui paient en 2018

6 certifications qui paient bien!

Une des motivations souvent évoquées par les personnes qui nous contactent pour suivre une formation et passer une certification consiste à obtenir un meilleur salaire. Quelles sont donc les certifications qui paient le mieux en 2017? Nous allons essayer de vous aiguiller un peu en vous présentant les 6 certifications qui paient le mieux de façon générale. Bien sûr il peut y avoir des différences selon les pays. Il est clair que le salaire proposé pour une fonction correspondant à une même certification ne sera pas le même aux USA, au Canada, en France ou en Côte d’Ivoire. Mais il demeure que le classement reste globalement identique.

Mais soyons honnêtes: vous courrez après les gros salaires? Cet article vous présente les six certifications les mieux payées. Mais il vous indique aussi ce que les employeurs attendent de vous et ce que cela implique. La certification ne suffit pas… C’est un élément qui, conjugué à d’autres vous permettra d’atteindre votre objectif.

Commençons par le bas pour remonter vers la certifications qui, cette année, remporte la palme du meilleur salaire. Nous sommes fiers, chez 2AB & Associates, de proposer des ateliers de préparation à ces 6 certifications depuis maintenant plusieurs années dans le cadre de nos accréditations internationales.

6. Project Management Professional : PMP

Les professionnels adorent la certification PMP car elle leur donne accès à une grande variété d’Entreprises.  Elle leur permet d’appliquer leurs compétences dans une grande variété de domaines. Beaucoup d’informaticiens la recherchent, même si ce n’est pas une certification liée au domaine informatique. Toutes les Organisations ont des projets à gérer. Mais il est vrai que beaucoup de projets, aujourd’hui, tournent autour de l’informatique. La capacité d’appliquer les principes de gestion de projet (PM) au domaine informatique vous permet de glisser un pied dans la porte de presque n’importe quelle Entreprise. Vous serez alors responsable de veiller à ce que les activités de gestion des services informatiques soient effectuées dans les temps et dans les budgets.

Venons-en à ce qui vous intéresse vraiment: l’argent. Le titulaire du certificat PMP gagne en moyenne 112.153 $ par année, en 2017. Ce n’est pas mal si vous pouvez obtenir ce type de certification. Pour pouvoir passer l’examen de certification, vous devrez  justifier d’au moins un diplôme d’études secondaire, d’un minimum de 7 500 heures d’expérience de gestion ou de direction de projets, et 35 heures de formation au PMP dans un organisme de formation accrédité. Bien sûr, le PMI vérifiera minutieusement chacun des pré-requis avant de vous autoriser à passer votre certification.

5. Certified Information Systems Auditor : CISA

Pour ceux qui veulent démontrer leurs compétences dans les domaines de la sécurité informatique, de l’audit informatique, de la gestion des risques et de la gouvernance, la certification CISA constitue une excellente référence.

L’examen se compose de 200 questions à choix multiples réparties sur 5 domaines. Si vous le réussissez, ce ne sera qu’un premier pas franchi. Vous devrez également prouver au minimum cinq ans d’expérience professionnelle dans les domaines concernés et 20 heures de formation. Ce n’est que lorsque vous aurez accompli cette étape supplémentaire que vous vous verrez attribuer la certification CISA. En aucun cas vous ne pourrez vous prévaloir de la certification avec uniquement la réussite à l’examen. Dès lors que l’ISACA vous aura attribué la certification, vous intègrerez un groupe de professionnels dont le salaire annuel moyen est de l’ordre de 112.931 $.

Pour en savoir plus sur cet examen, vous pouvez consulter notre article CISA: 12 trucs utiles pour l’examen.

4. Certified Information Systems Security Professional : CISSP

Si vous êtes un consultant en sécurité, un manager, un auditeur, un analyste ou un ingénieur système, le CISSP peut être une bonne certification pour vous. C’est l’opportunité de prouver que vous êtes capable de concevoir et d’élaborer et de mettre en oeuvre un protocole de sécurité d’entreprise.

Le test est composé de 250 questions à choix multiples et de mises en concordance. Cette certification vous donne accès à des postes en sécurité de l’information qui paient, en moyenne, 120.933 $ par an.

3. Certified Information Security Manager : CISM

Le CISSP est principalement focalisé sur les aspects techniques. A l’inverse la certification CISM est principalement axée sur le management de la sécurité de l’information. Bien sûr, vous serez toujours impliqué dans la conception et l’ingénierie des protocoles de sécurité, mais vous serez surtout impliqué dans la gestion de la sécurité d’une entreprise. Ce type de position vous donnera accès à des secteurs d’activité en dehors de l’informatique, car vous devrez travailler avec d’autres parties prenantes pour atteindre les objectifs commerciaux globaux de l’entreprise. Il s’agit d’une certification débouchant sur des rôles de senior manager.

Si c’est bien ce qui vous intéresse, vous pourrez alors prétendre à un salaire annuel moyen de l’ordre 121.177 $. Avant de pouvoir récolter les fruits de votre labeur, vous devrez d’abord réussir l’examen, qui comprend 200 questions à choix multiples, et ensuite prouver que vous avez un minimum cinq ans d’expérience pertinente dans les domaines correspondants. Ce n’est seulement après cette dernière étape que l’ISACA vous attribuera la certification CISM.

2. Certified in Risk and Information Systems Control : CRISC

L’examen de certification CRISC porte sur quatre domaines majeurs de la gestion des risques : identification, évaluation, réponse et atténuation, surveillance et suivi des contrôles. Si vous souhaitez travailler dans ce domaine, ou si vous avez une expérience dans le domaine et si vous voulez obtenir une certification recherchée, vous devriez envisager la certification CRISC.

L’examen comprend 150 questions à choix multiples. Si vous réussissez l’examen, devrez ensuite justifier d’un minimum de 3 années d’expérience dans 3 des 4 domaines couverts par le CRISC. L’ISACA confirmera la recevabilité de votre demande et vous attribuera le certificat CRISC. Vous entrerez alors dans une catégorie professionnelle dont la moyenne de salaire annuel est de l’ordre de 121.424 $.

1. Certified in Governance of Enterprise Information and related Technology : CGEIT

La certification la plus lucrative couvre un large éventail de responsabilités, y compris les responsabilités de la gestion du cadre de gouvernance de l’information d’entreprise, de la gestion stratégique de l’informatique et de l’entreprise, de la réalisation des bénéfices, de l’optimisation des risques et de l’optimisation des ressources.

Cette certification s’adresse à des personnes exerçant des responsabilités au sein d’un Conseil d’Administration ou d’un Comité de Direction.

L’examen de certification comprend 150 questions à choix multiples auxquelles il faut répondre en moins de quatre heures. La réussite à l’examen vous permettra de soumettre votre dossier à l’ISACA. Vous devrez alors prouver un minimum de 5 années d’expérience à un niveau de Gouvernance ou de Direction.  Dès lors que votre dossier sera vérifié et validé par l’ISACA vous obtiendrez la certification CGEIT. La moyenne annuelle de rémunération d’un CGEIT est de l’ordre de 131.443 $.

Pour en savoir plus et échanger avec nos experts…

Pour en savoir plus et échanger avec nos experts, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire. Nous vous répondrons alors avec grand plaisir. Et si vous avez réussi au moins l’une de ces certifications, n’hésitez pas à nous laisser votre témoignage…

CISA 12 trucs utiles pour l’examen

Les 12 astuces pour réussir votre CISA

Ca y est vous vous êtes décidé à passer l’examen pour obtenir la certification CISA? Vous savez pourtant que le taux de réussite à l’examen n’est pas très haut alors que le tarif, lui, est plutôt élevé. Malgré cela, l’attrait de cette certification qui figure parmi les plus recherchées par les Entreprises et parmi les 6 certifications les plus rémunératrices vous a convaincu. Bienvenue au club!!! Maintenant vous voilà pris au piège. De plus vous êtes condamné à réussir l’examen pour ne pas perdre vos frais d’inscription. Nous allons essayer de vous aider avec quelques conseils pratiques.

CISA - 12 trucs utiles pour réussir la certification
Crédit © Studio Grand Ouest

Pourquoi tenter le CISA?

Le monde de l’audit des systèmes d’information s’est développé à une vitesse vertigineuse ces dernières années. Par conséquent la demande pour les auditeurs des SI et des professionnels de la sécurité a explosé. Récemment, le champ d’application pour les professionnels certifiés CISA s’est élargi, encourageant un plus grand nombre de professionnels de la sécurité à passer l’examen CISA. Il en résulte donc une demande en forte hausse pour les détenteurs de certification CISA.

La plupart des Banques Centrales et des instituts financiers à travers le monde ont commencé à embaucher des professionnels certifiés CISA pour réaliser des audits de sécurité efficaces. Cela s’accompagne d’une hausse des salaires correspondant. Les salaires des titulaires du CISA se situent parmi les plus élevés dans le domaine de la sécurité. C’est également vrai sur l’ensemble du secteur de l’informatique en général.

Aujourd’hui, plus de 125.000 professionnels dans le monde ont réussi cette certification. Parmi eux, près de 3.000 sont membres d’un comité de direction (DG, DAF ou équivalent). Le CISA est exigé comme pré-requis pour être embauché par les plus grands cabinets d’audit internationaux. Peut-être sont-ce ces raisons qui ont influencé votre décision? Par contre, inutile de vous leurrer, votre probabilité de réussite à l’examen, sans préparation préalable, reste extrêmement faible.

CISA, une certification difficile à obtenir

L’examen CISA est connu pour être difficile. De ce fait, il présente un taux de réussite assez faible. L’ISACA, organisme qui administre l’examen, a cessé de publier des informations sur les taux de réussite au cours des dernières années. Toutefois, les retours des candidats, après réception de leurs résultats, laissent apparaître un taux global de réussite d’environ 40 à 50%. Ce taux dépend également des régions du monde.

Qu’est-ce qui rend l’examen et la certification si difficiles?

La question revient souvent : pourquoi l’examen du CISA est-il aussi coriace? Voici quelques éléments de réponse:

  1. Le CISA est désormais un examen au format électronique. Il comporte 150 questions, souvent basées sur un mini-scénario. Contrairement à la plupart des examens de certification spécifiques d’autres fournisseurs (ITIL, PRINCE2, DEVOPS, ISO 27001, etc.) la nature même du CISA fait que les candidats avec peu ou pas d’expérience sont rapidement mis en difficulté.
  2. Aucun pré-requis explicite n’est exigé par l’ISACA pour passer l’examen. Cela signifie que de nombreux candidats « occasionnels » issus d’une grande variété de milieux (informaticiens, comptables, auditeurs, professionnels de la sécurité et bien d’autres encore) s’inscrivent à l’examen, créant de ce fait une concurrence artificielle.
  3. La formulation des questions est souvent ambiguë et subjective. De nombreux candidats se plaignent des exemples de questions proposés par ISACA. Ils les trouvent trop vagues et pas toujours pertinents comparativement à l’examen écrit réel. C’est là une caractéristique de l’ISACA. Il faut se mettre dans le mode de raisonnement des auteurs de l’examen.
  4. L’accent est souvent mis sur l’apprentissage par cœur et la mémorisation. Une remarque récurrente des candidats porte sur ce point. Les questions d’examen CISA requièrent la connaissance parfaite du vocabulaire spécifique en matière de sécurité du SI.

Pourquoi un taux d’échec aussi important?

L’examen est bien moins difficile que cela n’est habituellement perçu. Pourtant des milliers de candidats échouent à leur première tentative. Les experts identifient tout un ensemble de raisons.

  • Les candidats ayant une formation technique ou technologique se heurtent souvent aux concepts de gouvernance et d’audit. Bien que le savoir-faire technique soit important, la capacité à auditer et gérer les processus de sécurité est absolument fondamentale pour le CISA.
  • A l’opposé, les candidats issus du monde de l’audit et de la comptabilité ont du mal avec les aspects techniques de l’examen. Les étudiants issus de ces domaines devraient mieux comprendre les concepts et les objectifs de base du programme d’étude.
  • Beaucoup de candidats expérimentés s’obstinent à utiliser leur propre approche pour aborder les questions et les scénarios difficiles de l’examen, refusant l’approche standard prescrite par l’ISACA.

Alors, comment se prépare-t-on à l’examen CISA?

Passons maintenant aux conseils pratiques. Voici les points les plus importants à garder à l’esprit avant de commencer votre préparation à l’examen CISA.

1. Etudier religieusement le CISA Review Manual

Manuel de préparation au CISAISACA propose le CISA Review Manual (CRM) qui sert de guide unique et complet pour l’examen. C’est l’ouvrage de référence conçu pour guider les candidats au CISA, Il fournit tous les détails relatifs à l’examen ainsi que la définition des rôles et des responsabilités d’un auditeur des systèmes d’information. Globalement, ce manuel est le meilleur guide d’auto-apprentissage pour les aspirants CISA. Il est recommandé de le lire de façon exhaustive au moins deux fois avant de se présenter à l’examen. A noter toutefois sa taille (plus de 500 pages) et sa présentation pour le moins austère. Si vous êtes un amateur de bandes dessinées, vous vous êtes clairement trompé de rayon! Ce manuel existe dans plusieurs langues dont l’Anglais et le Français.

2. Pratiquer intensivement les question de la base de données de préparation

Pratiquer les questions de révision est absolument obligatoire si vous voulez réussir l’examen. La base de données des questions d’examen proposée par ISACA est une ressource en ligne interactive et complète de 1000 questions pratiques avec les réponses et les explications. L’accès pendant 12 mois à la base de données est disponible au prix de 185 $ (pour les membres) et 225 $ (pour les non-membres). Attention cependant, il n’existe pas de version en Français.

Les futurs candidats peuvent utiliser les questions et les réponses de l’échantillon pour mieux comprendre les concepts et les sujets difficiles afin d’améliorer le niveau de leur préparation. Ces questions et réponses d’examen sont conçus pour offrir une vue d’ensemble de l’examen CISA. La base de données  de questions et réponses est mise à jour en alignement avec l’évolution du monde de l’audit de sécurité.

 3. Pensez comme le ferait un auditeur ou un comptable

La nature même de l’examen exige que vous pensiez comme un auditeur informatique ou même un comptable. Ne réfléchissez pas comme un candidat à un examen. La raison? Parce que l’accent est mis sur les applications du monde réel, vous devez mettre en avant vos aptitudes à prendre les bonnes décisions sur la base de scénarios. Face à des problèmes hypothétiques, vous devez apprendre à gérer, évaluer et prioriser des tâches multiples en vue de créer un bénéfice.

4. Utilisez au mieux les ressources gratuites de l’ISACA

Le site Web de l’ISACA offre une diversité de ressources libres de droit, utiles pour préparer le passage de l’examen. En voici quelques unes avec les liens pour y accéder.

5. Mettez les blogs et articles relatifs au CISA sur votre liste de lectures

Les candidats peuvent également tirer profit d’autres blogs et d’un grand nombre d’articles disponibles en ligne. Ils peuvent aider les candidats à mieux aborder les questions des domaines de connaissances récemment mises à jour. Certains blogs tenus par des contributeurs réguliers constituent également un ensemble de ressources à ne pas négliger. Parmi ceux-ci citons les blogs de l’ISACA et celui de Risk3sixty.

Si vous trouvez un site particulièrement intéressant pour les candidats, vous pouvez le partager en nous adressant un commentaire que nous publierons avec grand plaisir.

6. Une expérience pratique de l’audit est importante

Pour réussir votre certification CISA, une expérience pratique dans le domaine de la Sécurité IT est un plus extrêmement utile. Bien que similaires à des audits financiers ou des actifs, les audits IT ont une portée très différente. Ils traitent principalement des informations. Un candidat au CISA doit avoir une idée précise des processus business. Il doit, de plus, être familier avec la définition du périmètre, la planification de la vérification et les rapports d’audit.

Une simple expérience des processus de Sécurité de l’Information sera une aide importante. Dans la mesure du possible, rapprochez-vous des professionnels de l’audit informatique ou du département sécurité de l’information dans votre organisation actuelle. Profitez-en pour vous familiariser avec les rôles, les responsabilités et les activités quotidiennes concernées par le CISA. N’oubliez pas également de vous informer sur les autres activités en matière de sécurité.

7. Planifiez sérieusement votre préparation

La gestion de votre temps d’apprentissage et une bonne répartition du temps par domaine sont essentielles pour réussir l’examen. Vous êtes un professionnel du domaine? Alors prévoyez de démarrer votre préparation 3 à 5 mois avant l’examen. Prévoyez de consacrer au moins 1 à 2 heures d’étude sur une base régulière (quotidiennement ou 3 fois par semaine).

En outre, nous vous recommandons d’adapter votre préparation en fonction de votre parcours professionnel et de votre niveau d’expérience:

  •  Auditeur IT avec beaucoup d’expérience : 30 à 45 jours de préparation en vous appuyant sur le manuel de préparation au CISA et les questions d’examen avec réponses et explications. Prévoyez de revoir la totalité des domaines.
  • Professionnel de l’audit avec un peu d’expérience : prévoyez au moins 90 jours de préparation en vous appuyant sur le manuel de préparation au CISA et les questions d’examen avec réponses et explications. Mettez l’accent sur les domaines relatifs à la technologie.
  • Candidat sans réelle expérience des domaines couverts par le CISA : prévoyez au minimum 180 jours de préparation en vous appuyant sur l’ensemble des ressources disponibles. Ne négligez aucun des domaines.

Nos formateurs expérimentés sur le CISA vous conseillent de décomposer votre temps de préparation de la façon suivante :

  • 35 à 45% sur le manuel,
  • 15 à 20% sur le coaching,
  • et enfin 35 à 40% sur les examens de simulation et des tests pratiques.

8. Soyez adaptable, gardez l’esprit ouvert

Dans le cadre du CISA, si je devais vous donner un seul conseil, ce serait de désapprendre ce que vous avez appris. C’est presque aussi important que l’apprentissage du contenu même des concepts à retenir pour l’examen. L’industrie informatique est dynamique et en constante évolution. Par conséquent, il en va de même des principes et des techniques d’audit des systèmes d’information.

Lors de la préparation et lors du passage de l’examen, il est vital de garder un esprit ouvert, réceptif aux idées nouvelles et novatrices, et une position neutre sur des développements qui semblent aller à l’encontre de la norme établie. Le manuel CISA est maintenu à jour avec tous ces changements. Par conséquent, l’étude approfondie du manuel constitue une première étape incontournable de votre préparation.

9. Apprenez à gérer votre temps à l’examen

Comme dans le cas des autres examens, la réussite au CISA est également dépendante de la façon et de l’efficacité à gérer votre temps. Un commentaire courant  des candidats ayant échoué à l’examen porte un manque de temps pour terminer l’ensemble des questions. Cela traduit une mauvaise gestion du temps pour répondre à toutes les questions.. En examinant les documents de questions des années précédentes et les examens blancs, vous devez concevoir une stratégie de passage avec des estimations sur la quantité de temps à passer par question et par domaine, de façon à pouvoir répondre à la totalité des questions.

Après tout, ce qu’on attend d’un certifié CISA c’est bien d’être capable de prendre des décisions rapides, pragmatiques et efficaces. La gestion de votre temps à l’examen pour maximiser votre score constitue la première pierre de l’édifice.

CISA - Astuce pro

 10. Participez à des groupes de discussion et des forums

Les candidats peuvent se joindre à des groupes de discussion et des forums pour interagir avec d’autres candidats et certifiés. Il existe plusieurs forums de discussion sur la certification CISA sur le web. Ces plates-formes peuvent vous apporter des connaissances à la fois théoriques et pratiques sur l’audit du SI. Elles contribuent à améliorer la compréhension des concepts et leur application dans le monde réel.

11. Suivez un atelier de préparation à l’examen CISA

Un certain nombre d’organismes de formation accrédités proposent des ateliers de préparation au CISA sous forme de sessions en présentiel ou de cours en ligne. L’inscription et la participation à un cours de formation bien structuré et complet est fortement recommandée. Une session de formation se compose de présentations par des experts et de discussions en classe. L’interaction avec des professionnels de la sécurité expérimentés, venant de diverses parties du monde, constitue un atout exceptionnel pour vous mener à la réussite.

Leader de la formation professionnelle certifiante dans les domaines de la Gouvernance, du Management et de la  Sécurité en Afrique, 2AB & Associates vous propose des sessions de préparation au CISA en présentiel, alignées avec les exigences de l’examen. Elles sont toujours animées par des professionnels internationalement reconnus. Pour en savoir plus, visitez la page CISA – Atelier de préparation sur notre site.

L’ISACA propose également des cours de révision pour les candidats qui se sont inscrits à l’examen. Si vous trouvez l’apprentissage individuel difficile compte tenu de vos contraintes professionnelles et personnelles, vous pouvez participer à une session de révision proposée par un des chapitres de l’ISACA. Pour plus d’informations, visitez le site web de l’ISACA.

 12. Adaptez votre raisonnement au mode de pensée de l’ISACA

En particulier pour les candidats qui passent l’examen CISA dans une langue autre que leur langue maternelle, certaines questions peuvent être déroutantes. Les QCM à composition non limitée et l’étude de cas présentent généralement des choix subjectifs. Ils font souvent appel à un raisonnement verbal pour en déduire les attentes et arriver aux bonnes réponses. Vous sentez que vos compétences en raisonnement verbal ne sont pas tout à fait à la hauteur? Alors vous gagnerez sans aucun doute à suivre un atelier de préparation à l’examen.

CISA - Astuce Pro

En conclusion

Il s’agit clairement d’un examen difficile. Mais, grâce à une bonne planification, un travail acharné et de bons conseils, la réussite à la première tentative est tout à fait possible. Si vous suivez les conseils présentés dans cet article et concevez un plan de préparation adapté à vos propres besoins spécifiques, l’examen est à votre portée.

Et vous, comment avez-vous préparé votre examen? Avez-vous éprouvé des difficultés? Quels conseils donneriez-vous aux nouveaux candidats? Comment jugez-vous cette certification? Merci de nous donner votre avis en commentaire. Cela aidera sûrement beaucoup de candidats à mieux se préparer.

Vous avez réussi votre CISA? N’hésitez pas à partager la bonne nouvelle sur ce blog. Vous serez peut-être alors sollicité(e) pour partager votre expérience avec les autres candidats…

CISA : le booster de votre carrière

CISA, pourquoi il est si important

A l’heure où CISM et CISSP apparaissent comme les qualifications indispensables pour atteindre un niveau de senior management dans la sécurité de l’information, beaucoup de participants à nos formations nous posent la question: Où CISA se positionne-t-il dans mon plan de carrière? Ou bien: Est-ce que la qualification CISA est uniquement destinée aux auditeurs informatiques?

 CISA en quelques chiffres

Les chiffres parlent d’eux-mêmes et répondent aux interrogations.

Introduite en 1978, la qualification Certified Information Systems Auditor (CISA) est la doyenne des certifications de l’ISACA. Elle est actuellement détenue par plus de 125.000 professionnels de l’informatique dans le monde entier. Elle est mondialement reconnue comme une preuve de compétence et d’expérience en matière d’assurance que les actifs critiques de l’Entreprise sont sécurisés et disponibles.

Les membres du Conseil d’Administration des grandes Entreprises souhaitent s’assurer que leur Organisation est protégée contre les risques de cybercriminalité. En un mot, ils comptent sur leurs Managers qualifiés CISA pour cela. CISA reste, en 2016, l’une des six certifications les mieux rémunérées pour la deuxième année consécutive, selon l’enquête sur les compétences et les salaires IT de Global Knowledge.

Les cinq domaines du CISA

Il ne s’agit pas là d’une qualification de niveau initial telles qu’elles existent dans d’autres domaines tels que ITIL, COBIT, PRINCE2, etc. Les qualifications de niveau initial, généralement appelées Foundation permettent uniquement de valider la connaissance de concepts généraux et d’un vocabulaire. C’est donc uniquement une preuve de connaissance d’une documentation et en aucun cas une preuve de compétence. Par contre, c’est clairement un pré-requis pour avancer dans l’apprentissage, mais en aucun cas un visa pour la mise en oeuvre. Combien de projets ont échoué car confiés à des incompétents pourtant titulaires d’une certification de niveau Foundation… La compétence s’appuie certes sur la connaissance mais aussi et surtout sur l’expérience. C’est d’ailleurs l’un des 7 facilitateurs de COBIT 5 pour une bonne gouvernance et un management performant des Entreprises.

COBIT 5, également publié par l’ISACA, constitue le socle de la certification CISA. Il n’y a donc rien de surprenant à ce que celle-ci soutienne le facilitateur « People, Skills et Competencies » de COBIT. La qualification CISA est attribuée aux candidats ayant réussi un examen écrit rigoureux et faisant, de plus, la preuve d’au moins cinq ans d’expérience pertinente sur les cinq domaines de connaissance suivants:

  1. Le processus d’audit des systèmes d’information
  2. Gouvernance et Gestion des information et des technologies associées
  3. Systèmes d’information – Acquisition, développement et mise en œuvre
  4. Exploitation, maintenance et support des Systèmes d’Information
  5. Protection des actifs informationnels

A qui s’adresse la certification CISA?

L’ISACA met principalement l’accent, dans le cadre du CISA, sur trois rôles particulièrement critiques pour la réussite d’une Entreprise.

Les auditeurs du Système d’Information

CISA vous permet d’être reconnu(e), non seulement au niveau local ou national, mais aussi au niveau international, en tant que professionnel avec les connaissances, les compétences et la crédibilité pour vérifier tous les domaines liés aux systèmes d’information et délivrer des recommandations et des solutions. Le rôle d’auditeur ne se limite pas à la réalisation d’une vérification et à la fourniture des résultats. Une partie, peut-être la plus importante, consiste à donner des recommandations et à faire le suivi de leur mise en oeuvre. C’est là un point souvent incompris.

Les professionnels de Gouvernance du SI

CISA assure les parties prenantes de vos capacités à identifier les problèmes critiques pour l’Entreprise. Il rassure également sur vos compétences à recommander des pratiques personnalisées spécifiques à l’Entreprise pour soutenir et garantir la Gouvernance de l’Information et des technologies associées.

Les professionnels de la Sécurité de l’Information

CISA démontre votre expérience pour aider les entreprises dans un contexte légal et réglementaire complexe et en constante évolution. Il confirme aussi votre parfaite connaissance et votre expertise en matière de normes internationales. Enfin la qualification CISA confirme votre aptitude à réduire la complexité et les délais de gestion des vulnérabilités, à mesurer la sécurité et assurer la conformité. CISA est conçu pour être complémentaire à la qualification ISACA Certified Management Information Security (CISM).

Comment réussir la certification CISA?

La prochaine session d’examen CISA en 2016 se tiendra le 10 décembre 2016. Il ne vous reste que quelques jours pour vous inscrire avant la date limite d’inscription finale fixée au 21 Octobre. Pour vous préparer à l’examen, vous aurez certainement besoin d’acheter et de lire les manuels CISA Review, 26e édition et CISA Review Questions, Manuel des questions et d’explications, 11e édition.

Je vous recommande également, compte tenu de la difficulté de l’examen et du taux d’échec élevé d’envisager d’assister à notre Atelier de Préparation à l’examen CISA. Nous vous proposons deux ateliers, à Abidjan du 7 au 11 Novembre et Paris du 28 Novembre au 2 Décembre. Cet atelier a une durée de cinq jours (un jour par domaine). Il vous préparera efficacement à une meilleure compréhension du vocabulaire, des concepts et surtout à la compréhension des questions d’examen. A noter que les manuels mentionnés ci-dessus sont offerts dans le cadre de notre atelier de préparation à l’examen.

Vous avez des questions? Vous doutez toujours de l’intérêt pour votre cas personnel? N’hésitez pas à nous laisser votre commentaire et nous nous ferons un plaisir de vous répondre.

Cyber-résilience: un tournant stratégique

Les approches traditionnelles de gestion de la sécurité de l’information se concentrent généralement sur l’aptitude d’une organisation à prévenir et détecter les cyber-attaques sur son information et ses actifs. Mais le mythe largement répandu de la cybersécurité comme parade infaillible contre les cyber-risques grâce à une série de contrôles techniques est maintenant très largement battu en brèche. La nature et la fréquence des cyber-attaques ont énormément évolué ces dernières années au point qu’une cyber-attaque réussie sur votre système d’information est désormais considérée comme inévitable.

cyber-résilience

L’accent nouvellement mis sur la cyber-résilience reflète cette évolution en déplaçant les efforts sur comment les organisations peuvent résister, réagir et surtout récupérer d’une cyber-attaque réussie. Mais une-certification du personnel sur la cyber-résilience peut-elle vraiment avoir un impact significatif sur une organisation?

Pourquoi une certification en cyber-résilience?

Un niveau de cyber-résilience trop faible est maintenant un risque considéré comme critique au niveau du Conseil d’Administration et de la direction des Entreprises, ainsi que par la sécurité, mais aussi par les équipes informatiques et de la gestion des risques. Le top management est conscient de la pénurie de spécialistes dans le domaine de la sécurité et recherche des praticiens experts compétents comprenant les vulnérabilités, les menaces et les risques, en mesure d’expliquer les impacts potentiels sur l’entreprise.

Les qualifications traditionnelles en cybersécurité se focalisent principalement sur l’identification et la prévention des attaques. En revanche, RESILIA, le référentiel de bonnes pratiques de cyber-résilience publié récemment par AXELOS, se présente sous la forme d’un portefeuille complet de publications, d’un cursus de formations et d’outils de sensibilisation visant à renforcer la cyber-résilience des Organisations en commençant par le Conseil d’Administration et en descendant sur tous les niveaux de management et opérationnels de l’Entreprise. Le guide des meilleurs pratiques de Cyber résilience (Cyber Resilience Best Practices – TSO Ed.) complète et supporte les certifications Foundation et Practitioner, la sensibilisation à l’échelle de l’organisation toute entière, et un outil aidant à définir une feuille de route en cyber-résilience permettant d’adresser et de proposer des plans d’action et/ou d’amélioration appropriés.

RESILIA n’est pas une norme et ne permet donc pas de certifier les Organisations. A l’image des autres référentiels de bonnes pratiques, RESILIA permet de qualifier et de certifier uniquement les personnes grâce à des examens qui testent leurs connaissances et leur permettent de développer des compétences pratiques en cyber-résilience basées sur un langage commun, avec le potentiel de faciliter le changement comportemental au sein des organisations. RESILIA a été développé par AXELOS® pour être un complément à ITIL et en adopte la structure. Organisé sur la base des 5 phases du cycle de vie (Stratégie, conception, transition, exploitation et amélioration continue) ainsi que des 25 processus et des 4 fonctions d’ITIL 2011, RESILIA permet aux personnes déjà certifiées sur ITIL d’intégrer les aspects de la cyber-résilience à leurs compétences déjà acquises.

Le cursus officiel de certification comporte deux niveaux: Foundation et Practitioner. Ces formations ainsi que les examens de certifications sont proposés en exclusivité par des organismes de de formation accrédités par AXELOS®. Foundation est un niveau idéal pour des acteurs au sein de départements tels que les ressources humaines, le département commercial, la finance, les achats et la formation, ainsi que la sécurité, la technologie et la gestion de services informatiques, qui ont tous un rôle à jouer pour assurer la résilience. Le niveau praticien (Practitioner) complète le niveau Foundation, qui en constitue le prérequis, et cible principalement les spécialistes de la sécurité.

La formation à la certification RESILIA se concentre sur la recherche d’un équilibre efficace entre les personnes, les processus et la technologie et contribue à construire une collaboration performante entre la sécurité, la technologie et la gestion de services IT. Les cursus ont été conçus pour compléter les cycles de formation existant en matière de sécurité technique.

Les formations et certifications RESILIA sont profitables à la fois pour les personnes et les organisations. Les individus seront en mesure de démontrer leur expertise en la matière grâce à la certification, à se différencier dans la zone à croissance rapide de la sécurité de l’information et de la résilience, où les compétences sont rares, les salaires élevés et où la certification constitue à une prime à l’emploi. En s’appuyant sur RESILIA, les parties prenantes de l’Organisation bénéficieront d’une collaboration accrue avec leurs collègues dans les différents silos fonctionnels alors même que les systèmes de gestion de cyber-résilience s’intègreront efficacement dans toute l’organisation toute entière.

Les organisations peuvent en tirer avantage pour inclure:

  • une meilleure compétence organisationnelle dans le traitement de la cyber-résilience grâce à des spécialistes bien formés
  • une protection contre les menaces en assurant des contrôles bien compris et supportés
  • l’intégration et l’efficacité de leurs processus critiques intégrés, tels que la gestion des incidents, couvrant les cyber-risques.

Vers une compréhension commune de la gestion des risques

La formation de quelques personnes sur la cyber-résilience n’aura que peu d’effets pour protéger les organisations de cyber-menaces. De plus en plus, les menaces ciblent la plus grande vulnérabilité de toute organisation – son personnel. Une étude récente d’IBM a mis en évidence que 95% des cyber-attaques réussissent à cause des actions involontaires d’un membre du personnel. Nous avons déjà abordé ce thème dans nos récents articles Pare-feu humain : votre meilleure protection et Cyber-sécurité – Ingénierie sociale : un risque majeur.

Les personnes doivent toujours se situer au cœur de toute stratégie efficace de cyber-résilience. La sensibilisation de «tout le personnel» doit jouer un rôle fondamental dans la réduction des risques, favorisant son engagement fort, son adaptabilité aux évènements de sécurité ainsi qu’en permettant de mesurer son efficacité. Le contexte des cyber-risques est en mutation permanente. Il est donc essentiel de planifier la formation continue et la participation de l’ensemble du personnel de l’organisation à la cyber-résilience à ces programmes et de ne pas se limiter à une seule session de sensibilisation lors de l’embauche des personnels…

Une stratégie de cyber-résilience performante devrait donc incorporer les contrôles au niveau de la technique, des processus et du personnel. S’assurer que les employés sont bien formés pour reconnaître un cyber-risque, et capables de réagir en conséquence en temps opportun est essentiel. Une focalisation globale doit se faire sur l’alignement des priorités stratégiques de l’Entreprise, des outils de gestion, des services, des systèmes d’exploitation des architectures avec des programmes de formation continue et l’implication des personnels à travers toute l’organisation.

Il est essentiel d’amener les gens, les processus et la technologie à travailler de concert pour protéger, détecter et répondre aux cyber-menaces et aux attaques. Le cadre RESILIA des meilleures pratiques pour la cyber-résilience, en conjonction avec les systèmes de gestion des services existants tels que ITIL et les cadres de gestion de projets et de programmes qui incluent PRINCE2, permet aux organisations de créer une approche proactive, équilibrée et collaborative visant à l’identification et la gestion des cyber-risques tout en leur donnant la capacité de détecter et récupérer des cyber-attaques plus rapidement, en minimisant les dommages financiers ou de réputation qui pourraient en découler.

Pour plus d’information ou pour vous abonner à notre newsletter, merci de remplir le formulaire de contact:

Catégories

Archives

Calendrier

février 2019
L M M J V S D
« Jan    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728  
%d blogueurs aiment cette page :