Home » Sécurité

Category Archives: Sécurité

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

RGPD: Plus que 6 mois

A seulement 6 mois de la date d’application définitive du RGPD (en anglais GDPR: EU Generic Data Protection Regulation) nous vous proposons de faire un état des lieux au travers d’une infographie publiée par ComputerWeekly et TechTarget.

RGPD-Etat des lieux

La date est fixée : 25 Mai 2018

La date d’obligation de mise en oeuvre totale des exigences de la réglementation européenne sur la protection des renseignements personnels ne changera pas. Elle est fixée au 25 Mai 2018 pour toutes les organisations concernées. Et il est maintenant clair que le BREXIT ne permettra pas de report de cette date butoir. Il faut dire que cette réglementation est entrée en vigueur en mai 2016. Un délai de grâce de deux ans a été accordé aux organisations pour se mettre en conformité. Hélas, comme pour les autres projets de mise en conformité, les Entreprises ont attendu le dernier moment! Aujourd’hui le compte à rebours s’égraine inexorablement et il reste beaucoup de choses à faire.

Quelques exigences clés du RGPD à satisfaire

Recrutement d’un Délégué à la Protection des Données (DPO)

Le RGPD impose que les autorités publiques et certaines entreprises traitant des données personnelles doivent recruter un Délégué à la Protection des Données (DPO – Data Protection Officer) dans le cadre de leur mise en conformité. A ce jour, cela représente près de 28.000 DPOs à recruter dans les deux prochaines années en Europe. Le nombre de DPOs à recruter dans les deux ans est d’environ 75.000 au niveau mondial. Or aujourd’hui ce type de profil n’existe quasiment pas sur le marché. Le DPO n’est en aucun cas un informaticien comme le croient beaucoup de gens. C’est d’abord un juriste qui doit avoir quelques connaissances informatiques en plus de ses connaissances en droit.

Art. 37 : Le Délégué à la Protection des Données est désigné sur la base de ses qualités professionnelles et en particulier de ses connaissances spécialisées du droit et des pratiques en matière de protection des données et de sa capacité à accomplir les missions visées à l’article 39…

En vue de répondre aux besoins du marché dans les prochains mois, certains organismes de certification ont d’ores et déjà mis en place des cursus de formation et de certification de DPO. C’est le cas d’EXIN dont AB Consulting est partenaire. Nous proposons donc dès maintenant les formations Protection des données et des renseignements personnels PDP Foundation et PDP Practitioner d’EXIN qui aboutissent à la certification « Data Protection Officer Certified« .

Evaluations régulières d’impact sur la protection des données personnelles (DPIA)

Une évaluation régulière d’impact sur la protection des données personnelles (DPIA) est maintenant imposée. Cette évaluation d’impact entre dans le cadre plus général d’une évaluation du risque. Elle doit être incluse dans le système de management mis en oeuvre au niveau de l’organisation.

Obligation de consentement explicite lors de la  collecte des données

Le texte du RGPD stipule l’obligation de recueillir le consentement de la personne concernée par les données personnelles soumises au traitement. Ce consentement doit être recueilli avant toute action sur les données. Il consiste en une manifestation de volonté libre, spécifique (limitée en matière de contenu du traitement, éclairée et univoque de la personne concernée. Ce consentement doit être un acte positif clair. Ceci implique qu’une simple case cochée en bas d’un formulaire ne suffit plus.

Là encore, la procédure de consentement doit être documentée et appliquée dans le cadre d’un système de management mis en place.

Notification des violations

En cas de violation de données à caractère personnel, le responsable du traitement doit en faire la notification à l’autorité de contrôle de son pays dans un délai maximal de 72 heures. Dans le cas où cette obligation ne serait pas respectée, une justification argumentée doit être soumise.

Portabilité des données personnelles

Les personnes concernées par les données personnelles collectées par une Entreprise ont le droit d’obtenir la communication de ces données dans un format structuré couramment utilisé et lisible par machine  et ont le droit de les transmettre à une autre organisation sans que le responsable du traitement y fasse obstacle… (Article 20)

Une politique formalisée sur la protection des données personnelles

Le RGPD impose aux organisations concernées d’avoir des « règles contraignantes d’entreprise » (Article 4). Ces règles contraignantes se présentent sous la forme de « politiques sur la protection des données personnelles ». Dans la pratique, il convient de mettre en place un système de management. Celui-ci doit inclure les politiques, les processus et les procédures auxquelles doivent adhérer le responsable du traitement ainsi que son ou ses sous-traitants établis tant à l’intérieur de la communauté Européenne que dans un pays tiers. Bien entendu, l’ensemble des règles précédemment énoncées doivent être formalisées dans ce système de management.

6 étapes vers la conformité avec le RGPD

En vue de réussir à vous mettre en conformité avec le RGPD avant la date d’entrée en vigueur des sanctions fixée au 25 Mai 2018, il convient de lancer un projet d’entreprise. Celui-ci peut se décomposer en 6 étapes :

  1. Nommer un responsable général du projet (peut être interne ou externe à l’Entreprise),
  2. Elaborer une cartographie des données de votre organisation afin d’identifier les données personnelles,
  3. Evaluer les risques potentiels et prioriser les actions à entreprendre (périmètre, délai, coûts, ressources),
  4. Conduire une évaluation d’impact et planifier les plans de réponse aux risques identifiés,
  5. Documenter et mettre en place le système de management de données personnelles prévu par le règlement,
  6. Assembler la documentation afin de prouver votre conformité au RGPD/GDPR.

AB Consulting et 2AB & Associates comptent plusieurs experts du domaine susceptibles de vous accompagner pendant cette phase de mise en oeuvre.

Quels sont les risques en cas de non conformité au RGPD?

En cas de non conformité au RGPD, à compter du 25 Mai 2018, des amendes administratives pourront être appliquées. C’est l’autorité de contrôle compétente qui est en charge de les infliger. Et le montant de cette amende pourra atteindre des montant colossaux! En effet, elle peut s’élever à 4% du chiffre d’affaires mondial annuel avec un minimum de 20 millions d’euros.

Pour en savoir plus

Pouvons aider à y voir plus clair, nous vous proposons un certain nombre de ressources. Régulièrement, des wébinaires gratuits portant sur des points précis du RGPD vous sont proposés. Si vous êtes intéressés par ces wébinaires, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire.

De plus, AB Consulting et 2AB & Associates vous proposent également plusieurs formations :

De plus, régulièrement, vous pouvez nous retourner sur ce blog ou sur les réseaux sociaux.

Vous avez d’autres questions? Vous souhaitez savoir si votre entreprise est concernée? Alors, merci de nous laisser un commentaire et nous vous répondrons en ligne.

Protection des renseignements personnels

Dans le cadre du mois de la cybersécurité 2017, nous avons eu le plaisir d’accueillir, le 11 octobre dernier, David Henrard pour un wébinaire exceptionnel présentant un état des lieux de la protection des renseignements personnels en 2017 dans le monde.

La protection des renseignements personnels
Crédits : © 2AB & Associates – AB Consulting

La protection des renseignements personnels

Un état des lieux en 2017

Les renseignements personnels sont au coeur du modèle économique du 21ème siècle. Grâce à la vidéo de notre wébinaire, nous vous proposons de mieux comprendre sur ce sujet clé. Parmi les points abordés, citons :

  • les définitions de ce qu’on appelle des renseignements personnels,
  • les pratiques en vigueur dans les différents pays du monde,
  • Les nouvelles lois et réglementations visant à protéger les citoyens contre l’utilisation de leurs données personnelles,
  • les risques pour les personnes en cas de vol de leurs données personnelles,
  • quelques conseils pour mieux se protéger en ligne.

Objectif : responsabiliser chaque individu

La protection des renseignements personnels est avant tout la responsabilité de chacun. Nous devons en permanence nous attacher à ne pas divulguer des informations concernant notre identité et notre vie personnelle. Ces informations constituent alors un produit qui ne manquera pas d’être vendu à des fins marketing ou autres. Ces données courent alors le risque d’être volées avec un impact potentiellement important pour les personnes concernées. Cela va de l’envoi de mails non désirés en masse (spam), avec souvent des liens véreux (phishing) jusqu’à l’exploitation d’informations sensibles telles que vos données médicales ou vos informations bancaires. Pour mieux comprendre ces enjeux, nous vous invitons à lire notre précédent article Protection des données – C’est votre responsabilité.

Des mesures prises par les états pour protéger leurs citoyens

De nombreux états ont d’ores et déjà légiféré sur la collecte, le traitement et la communication des renseignements personnels. L’Europe a, pour sa part, publié une réglementation qui s’applique à tous les pays de la communauté européenne et même au delà. En effet, cette règlementation appelée GDPR s’applique à toute organisation dans le monde susceptible de traiter des données personnelles de citoyens européens. La CNIL publie d’ailleurs sur son site une carte interactive montrant les pays ayant adopté une loi de protection des données personnelles et, plus intéressant encore, leur niveau de conformité avec la loi européenne.

Pays ayant une loi sur la protection des renseignements personnels

Cette carte est particulièrement intéressante car elle montre qu’actuellement la quasi totalité de l’Afrique et du Moyen Orient ne sont pas en conformité avec la loi européenne.

La loi européenne est très contraignante et sa violation sera punie d’une amende pouvant aller jusqu’à 4% du chiffre d’affaires annuel avec un minimum de 20 millions d’euros pour les organisations contrevenantes. L’impact sera donc majeur sur le commerce avec les pays africains et les états du moyen orient à compter du 25 Mai 2018, date d’application des sanctions.

En savoir plus

Vous pensez avoir été victime d’abus en matière d’utilisation de vos renseignements personnels? Nous sommes à votre disposition pour vous aider. Vous souhaitez en savoir plus sur ce sujet crucial? Alors laissez-nous un commentaire et nous vous répondrons. Vous êtres une Entreprise et vous vous demandez quel impact va avoir la réglementation sur votre organisation? Nous sommes mobilisés pour répondre à vos questions.

Aussi n’hésitez pas… Visionnez la vidéo complète et gratuite de notre wébinaire du 11 Octobre 2017. Nous attendons vos commentaires, remarques et suggestions.

Protection des données. C’est votre responsabilité!

A l’heure où internet est partout et où nous communiquons de plus en plus de façon digitale, comment protéger vos données personnelles? La réponse n’est peut-être pas celle que vous attendez. La protection des données personnelles est de la responsabilité de chacun. Il ne faut pas attendre que les entreprises ou les états s’en chargent. Chaque utilisateur d’Internet doit prendre conscience de sa responsabilité à ce niveau. Internet est un univers absolument fantastique permettant au plus grand nombre de rester connectés. Mais Internet n’est rien d’autre que ce que ses utilisateurs en font. Dans le cadre du mois de la cybersécurité 2017, nous vous proposons de nous arrêter un moment sur ce sujet capital.

Protection des données. C'est votre responsabilité!
Crédit : © Africa Studio

La protection des données : votre responsabilité

L’être humain est ainsi fait qu’il attend toujours des autres de le protéger contre tous les dangers. Les éditeurs de logiciels et constructeurs de solutions informatiques l’ont bien compris. Ils se battent à coup d’initiatives technologiques censées protéger les utilisateurs contre le vol de leurs renseignements personnels sur Internet. Les états, soucieux de la protection des données de leurs citoyens, publient des réglementations toujours plus contraignantes dans ce domaine. Bien sûr, cet arsenal technologique et réglementaire est utile pour se protéger. Mais il est très loin d’être suffisant. Le premier niveau de protection est totalement de notre responsabilité. Il consiste à adopter un comportement basé sur le bon sens. Hélas, il semble que le bons sens ne soit pas universellement partagé. Il convient donc de mettre l’accent sur la sensibilisation, l’éducation et la formation des individus. Et ce, dès le plus jeune âge…

Une technologie toujours plus performante

Au cours de ces dernières années, les éditeurs de logiciel et les constructeurs de matériel ont mis l’accent sur la protection des appareils. Cela concerne particulièrement les matériels permettant l’accès à internet comme les ordinateurs et les éléments du réseau. Malheureusement le même effort n’a pas forcément été déployé sur les téléphones portables. Bien sûr on a vu apparaître assez récemment sur ces téléphones mobiles des protections biométriques. Certains terminaux permettent aujourd’hui le cryptage des données qu’ils hébergent. Mais combien d’utilisateurs utilisent ces  systèmes de sécurisation? De plus, ces protections bien qu’assez performantes sont encore très insuffisantes pour résister à des hackers professionnels.

Pour rester performante, la technologie doit évoluer en permanence. En effet, la compétence des hackers évolue, elle, chaque jour. Cela signifie donc que les éditeurs doivent produire des mises à jour de sécurité très fréquentes. C’est généralement ce qu’ils font. La responsabilité d’installer ces mises à jours revient naturellement aux utilisateurs eux-mêmes. Or, souvent ils ne le font pas. Cela prend du temps et consomme du volume de données sur internet. Dans beaucoup de pays, notamment dans les pays africains, la facturation internet s’effectue au volume. Donc, une mise à jour de sécurité assez lourde se traduira par un coût important pour l’abonné. Par conséquent, la plupart du temps les mises à jour de sécurité ne sont pas installées, laissant des larges failles ouvertes à la disposition des pirates.

Des lois de plus en plus contraignantes

Pour protéger leurs citoyens, les états prennent des dispositions de plus en plus contraignantes en matière de protection des renseignements personnels. Ainsi, en Europe, la nouvelle réglementation connue sous le nom de GDPR (Generic Data Protection Regulation), qui entrera en vigueur le 25 mai 2018, impose aux entreprises qui utilisent et traitent des données personnelles de citoyens Européens des exigences très restrictives. Toute violation de cette réglementation sera punie d’une amende allant jusqu’à 4% du chiffre d’affaires mondial annuel de l’Entreprise fautive, avec un minimum de 20 millions d’Euros.

Parmi les contraintes imposées, figure l’obligation de recueillir le consentement explicite des personnes pour utiliser leurs données personnelles à des fins marketing ou commerciales.

Une autre disposition contraignante, ayant des impacts très importants, est la responsabilité du donneur d’ordre sur toute la chaîne de sous-traitance utilisée pour le traitement des renseignements personnels. Ceci signifie que dans le cas où des informations personnelles (nom, prénom, adresse mail ou numéro de téléphone par exemple) seraient volées à un sous-traitant de la Société qui a recueilli ces données, quel que soit l’endroit où ce vol surviendrait (sur un autre continent par exemple), la Société d’origine serait considérée comme totalement responsable du délit et passible de l’amende.

Une méconnaissance des risques

Depuis quelques années on constate une utilisation croissante des téléphones portables pour l’accès à internet. Ceux-ci sont de plus en plus performants et offrent souvent des fonctionnalités et une puissance équivalentes aux ordinateurs. Leur portabilité en fait le terminal privilégié des internautes. Pour autant ils sont beaucoup plus vulnérables que les ordinateurs. Très peu d’entre eux sont équipés d’anti-virus. Les mises à jour de sécurité sont réalisées de façon très aléatoires. Ils sont plus sujets à la perte et au vol que les ordinateurs portables.

Les téléphones mobiles constituent aujourd’hui un maillon faible en matière de protection des renseignements personnels. Chacun enregistre sur son téléphone une grande quantité de données personnelles. Il s’agit bien sûr des numéros de téléphones de ses contacts, mais aussi d’autres informations comme leur nom et leur adresse mail ou même leur adresse physique. Souvent on y retrouvera aussi leur date de naissance, pour penser à fêter leur anniversaire. Ces téléphones portables sont aussi largement utilisés, en Afrique notamment, pour le paiement par mobile ou le transfert d’argent.

Le paiement par mobile

Devant la faiblesse des banques, les opérateurs téléphoniques du continent Africain ont développé des services de paiement et de transfert d’argent extrêmement prisés. Ainsi, au Kenya, M-Pesa, le service de paiement mobile de l’opérateur Safaricom possédait plus de 29,5 millions d’abonnés fin 2016. Sur l’année 2016 plus de 6 milliards de transactions ont été réalisée par M-Pesa, pour un montant global de plus de 30 milliards de dollars US, soit près de 45% du PIB du Kenya tout entier.

Les montants annuels transitant par ces services mobiles sont devenus phénoménaux. De plus leur croissance est évolution constante. Le succès de ces offres repose sur l’ouverture de ce type de services au plus grand nombre. Par contre ni les utilisateurs, ni les vendeurs de ces services ne sont formés sur la sécurité. Le risque lié au paiement mobile en Afrique est donc, en peu de temps, devenu un risque majeur. Ce risque concerne bien sûr l’économie entière des pays concernés, mais aussi chacun des utilisateurs individuellement. Les services de paiement mobile constituent en effet une cible plutôt facile pour des pirates qui y voient une incitation financière importante.

Un comportement immature des utilisateurs

Pour la plupart des utilisateurs, la protection des données ne constitue pas une préoccupation majeure. La plupart d’entre eux considère n’avoir rien à cacher. Ils n’hésiteront pas bien longtemps devant un formulaire leur demandant des informations personnelles. Et surtout s’il y a une incitation à les fournir!

Hier encore je suis tombé sur la page Facebook d’une personne qui publiait publiquement, photos à l’appui, sur ses vacances, pendant 4 semaines à l’étranger. Sur son profil, toujours public, apparaissent diverses informations suffisamment détaillées permettant de l’identifier de façon précise avec la localisation de son domicile. Il s’agit là d’informations personnelles extrêmement faciles à exploiter par n’importe quel cambrioleur qui sait désormais que cette maison est inoccupée et que les propriétaires ne reviendront pas avant une certaine date. De plus, sur la base des informations communiquées sur son profil et des photos partagées prises à l’intérieur de cette maison, il est évident que le butin risque d’être très intéressant. Cette personne s’est elle-même exposée au risque de se faire cambrioler. Elle a donné en ligne, de son plein gré, tous les informations personnelles pouvant inciter au délit. Si, ce qu’évidement nous ne lui souhaitons pas, le cambriolage se produit, l’assurance de ladite personne ne couvrira pas les dommages car la compagnie d’assurance estimera, de façon tout à fait justifiée, que c’est la personne elle-même qui a « provoqué » le cambriolage.

C’est un exemple tout à fait courant, malheureusement, de ce que nous nommerons un comportement immature d’un utilisateur d’internet.

Comment en savoir plus?

Pour en savoir plus sur la protection des données personnelles, nous vous invitons à visionner l’enregistrement video de notre wébinaire du 11 Octobre dernier. La présentation était animée par David Henrard, expert international du domaine et actuel président du Chapitre ISACA de Québec. Vous pourrez ainsi avoir une vision complète de l’état des lieux en la matière à travers les différentes régions du monde.

Nous répondrons également avec plaisir à vos remarques, commentaires et questions sur cet article.

 

Sécurité sur internet : 10 pratiques essentielles

Dans le cadre du mois de la cybersécurité 2017, AB Consulting CI et 2AB & Associates, sponsors officiels depuis plusieurs années, s’associent de nouveau à la campagne de sensibilisation des citoyens sur les bonnes pratiques en matière de sécurité sur internet.

10 pratiques essentielles pour rester en sécurité sur internet

10 pratiques essentielles pour rester en sécurité sur internet

A l’occasion du mois de la cybersécurité 2017, nous publions un livre blanc intitulé 10 pratiques essentielles pour rester en sécurité sur internet. Ce livre blanc sera remis à tous les participants lors de notre wébinaire gratuit du 4 octobre prochain.

Aujourd’hui notre vie est étroitement liée à l’utilisation d’internet. Cela vaut aussi bien pour notre vie professionnelle que pour notre vie privée. L’objectif est de sensibiliser l’ensemble des citoyens sur la nécessité de prendre quelques précautions élémentaires pour se protéger des risques inhérents à l’utilisation de ce mode de communication.

Nous vous proposons donc de nous rejoindre sur notre wébinaire du 25 octobre 2017 pour creuser ensemble ce sujet délicat. Attention, le nombre de places est limité. Inscrivez-vous ici dès maintenant… C’est entièrement gratuit!

Nous faisons tout pour sauvegarder nos biens personnels – en verrouillant nos portes, en surveillant nos sacs et nos portefeuilles. Hélas, souvent, nous ne prenons pas le même soin avec les informations personnelles que nous stockons en ligne, sur les réseaux sociaux et dans nos appareils, qu’il s’agisse d’ordinateurs ou de téléphones. La plupart du temps, c’est simplement parce que nous ne comprenons pas bien les risques et que nous ne savons pas par où commencer.

Alors, avant de participer à notre wébinaire et de lire notre livre blanc, voici quelques règles élémentaires. Il s’agit simplement de 3 conseils de bon sens à respecter scrupuleusement :

Naviguez toujours prudemment sur Internet

Bien sûr, commencez par utiliser un navigateur et une machine à jour des correctifs de sécurité, Mais il convient encore de prendre quelques précautions élémentaires lorsque vous naviguez sur des sites internet.

Sites marchands et sites bancaires

IMPORTANT : Ne donnez jamais d’informations personnelles et confidentielles (vos coordonnées personnelles, vos coordonnées bancaires, etc) sur un site marchand ou un site bancaire, sans avoir vérifié au préalable que le site est sécurisé.

Le site doit utiliser un certificat électronique qui garantit qu’il est authentique. C’est grâce à ce certificat que la confidentialité des informations échangées est bien garantie. Bien sûr, là il s’agit de considérations quelque peu techniques et vous n’êtes pas forcément un(e) technicien(ne). Il existe une façon simple de vous assurer que le site est bien sécurisé. Il y a deux informations affichées par le navigateur qui doivent être vérifiées :

  • l’adresse URL du site web doit commencer par « https:// ». Par ailleurs, le nom du site doit correspondre à ce que vous vous attendez à trouver.
  • un petit cadenas fermé doit figurer à droite de l’adresse du site. Il peut aussi se trouver en bas à droite de la barre d’état selon la version et le type de votre navigateur. Ce cadenas symbolise une connexion sécurisée. En cliquant dessus, on peut afficher le certificat électronique du site, et visualiser le nom de l’organisme.

Attention cependant, il est toujours possible à un agresseur d’intervenir en amont (sur votre machine) ou en aval (sur le site consulté). Il peut aussi essayer de vous aiguiller sur un site frauduleux, au nom très voisin. L’objectif est le plus souvent d’obtenir des informations sensibles. La prudence doit donc être de rigueur.

Pour plus de précisions sur les procédés utilisés par les pirates, nous vous conseillons la lecture de deux articles publiés sur notre blog : Phishing – Mode d’emploi et 10 trucs pour reconnaître un mail d’hameçonnage.

Les forums et les blogs

IMPORTANT : En aucun cas vous ne devez donner d’informations personnelles sur des forums (adresse physique, de messagerie, numéro de téléphone…).

Il est désormais fréquent de communiquer sur des sites communautaires de types forums de discussion ou autres blogs. Il est important de bien garder en mémoire, lorsque l’on veut déposer un message sur ce type de site, que le contenu de vos écrits  pourra être analysé par des robots. Qu’appelle-t-on des robots? Ce sont des programmes capables de récupérer les informations personnelles contenues dans le texte. Il peut s’agir de vos adresses de messageries ou de vos identifiants de messageries instantanées. Ces informations pourront ensuite être utilisées afin de propager du pourriel (spam). Aujourd’hui, il n’est pas rare après avoir déposé son adresse personnelle de messagerie électronique sur un forum de se voir inondé de spams les heures ou jours suivants. Attention, ces informations communiquées sur ces sites resteront publiques et non maîtrisables durant une très longue période.

Le paiement en ligne

IMPORTANT : Soyez prudent sur la nature des données bancaires demandées lors d’un paiement en ligne. Un site ne doit jamais vous demander de saisir votre code secret associé à votre carte bancaire. 

Lorsque que vous décidez de faire des achats sur internet,-vous devez vous assurer du sérieux du site marchand. Il doit offrir toutes les garanties de sécurité lorsque vous payez : chiffrement, possibilité de rétractation….Si vous avez le moindre doute, ne finalisez pas la transaction et signalez le site aux points de contact mentionnés sur contrat de votre carte bancaire.

Pour en savoir plus…

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à nous adresser vos commentaires et à partager vos expériences relatives à la sécurité sur internet. Et surtout inscrivez-vous vite à notre wébinaire gratuit du 25 Octobre et recevez le livre blanc 10 pratiques essentielles pour rester en sécurité sur internet.

Mois de la cybersécurité 2017 à Abidjan

Mois de la cybersécurité 2017

Le Mois de la cybersécurité (CSM) s’appuie sur le fait qu’Internet est une ressource partagée et que la sécurité des communications sur internet est une responsabilité partagée.

Mois de la cybersécurité 2017

Le Mois de la cybersécurité est une campagne internationale de sensibilisation. Elle a lieu chaque année en Europe, Asie, Amérique du Nord et Australie au mois d’octobre. L’objectif de cette campagne est de sensibiliser le public sur l’importance de la sécurité de l’information. Elle vise à informer les citoyens sur la sécurité lors de l’utilisation d’Internet et sur quelques bonne pratiques simples à suivre pour se protéger en ligne, ainsi que pour protéger leur famille, leur milieu de travail et leurs appareils.

Les thèmes du mois de la cybersécurité 2017

Le mois est divisé en thèmes (un thème par semaine) qui soulignent les différents aspects de la cybersécurité. Cette année, la campagne débutera le 2 octobre pour s’achever le 31 Octobre et sera organisée de la façon suivante :

  • 1ère Thème : du 2 au 6 octobre : Pensez cybersécurité – Prenez des mesures simples pour assurer votre sécurité en ligne
  • 2ème Thème : du 9 au 13 octobre : Soyez vigilants – Protection des renseignements personnels et des données privées
  • 3ème Thème : du 16 au 20 octobre : Nous sommes tous concernés – La cybersécurité au travail est l’affaire de tous
  • 4ème Thème : du 23 au 27 octobre : Le citoyen numérique dans un monde de plus en plus numérique

Les évènements planifiés à Abidjan

Afin de soutenir cette campagne internationale de sensibilisation, AB Consulting CI s’associe cette année encore à l’initiative collective. Chaque semaine, des évènements gratuits seront proposés. Mais, cette année, outre les évènements (wébinaires, rencontres), des ressources documentaires seront mises à disposition de tous. Il s’agira de livres blancs, de posters à partager, d’infographies, d’articles sur notre blog et même d’outils de sensibilisation.

Le programme des évènements est d’ores et déjà fixé et nous vous invitons à vous inscrire nombreux et nombreuses pour y assister. C’est évènements sont entièrement gratuits mais le nombre de places est limité. Alors n’attendez pas pour vous inscrire en suivant les liens ci-dessous :

Pensez cybersécurité – Prenez des mesures simples pour assurer votre sécurité en ligne

Nous vous proposons de nous suivre le 25 Octobre 2017 à 11h GMT pour un wébinaire d’une heure, présenté par Alain Bonneaud sur le thème « 10 moyens simples de vous protéger en ligne« . Les participants se verront remettre gratuitement un livre blanc reprenant les 10 conseils pour assurer leur sécurité en ligne. Inscrivez-vous ici.

Soyez vigilants – Protection des renseignements personnels et des données privées

Le 11 Octobre 2017 à 11h GMT, David Henrard, président du Chapitre ISACA de Québec et expert de la protection des renseignements personnels, présentera un wébinaire d’une heure sur le thème « Cybersécurité : La protection des renseignements personnels« . A l’heure où le GDPR entrera bientôt dans sa phase obligatoire, cette présentation fera le point sur les aspects réglementaires pour les entreprises mais aussi sur les précautions à prendre par tout utilisateur d’internet en matière de protection de ses informations personnelles. Inscrivez-vous ici.

Nous sommes tous concernés – La cybersécurité au travail est l’affaire de tous

Le 18 Octobre 2017 à 11h GMT, Alain Bonneaud, expert en cybersécurité et en gouvernance des Entreprises présentera un wébinaire d’une heure sur la nécessité, au sein des Entreprises, de sensibiliser l’ensemble du personnel à une obligation de respecter des règles de bases en matière de sécurité. Contrairement à une idée reçue, la sécurité n’est pas l’apanage des informaticiens. Savez-vous que 95% des attaques informatiques réussies passent par des personnels non informaticiens? Que vous soyez chef d’Entreprise ou salarié ou même consultant, cette présentation intitulée « La cybersécurité au travail est l’affaire de tous. Pas seulement des informaticiens! » vous concerne. Insrcivez-vous ici.

Le citoyen numérique dans un monde de plus en plus numérique

Le 27 Octobre 2017, à Abidjan, AB Consulting CI organisera une petit déjeuner pour les directions des Entreprises afin d’échanger avec les Directeurs et Managers sur leurs responsabilités en matière de gestion des risques de cybersécurité et les manières de se protéger dans un monde toujours plus numérique. Cette rencontre sera l’occasion d’échanger avec nos experts sur l’ensemble des aspects relatifs à ces problématiques de plus en plus sensibles. Cette matinée est accessible uniquement sur invitation, le nombre de places étant très limité. N’hésitez pas à nous laisser vos coordonnées si vous souhaitez y participer.

Et bien sûr, n’hésitez pas à nous adresser vos commentaires et à partager d’autres initiatives utiles à tous dans le cadre de cette campagne internationale.

CISM vs CISSP : quelle certification choisir?

La technologie constitue une réponse courante aux risques de cybersécurité. Cependant,aujourd’hui, envisager de se protéger des risques de sécurité uniquement grâce à la technologie est un leurre. Selon une enquête publiée par IBM, 95% des cyber-attaques réussies ont ciblé un domaine non informatique. Il est donc vital de renforcer les compétences en sécurité dans les entreprises. Or la pénurie de professionnels qualifiés en sécurité informatique représente aujourd’hui un défi majeur pour les organisations de toutes tailles. Selon (ISC)2, le déficit passera à 1,5 million d’ici 2020. L’écart de compétences est un obstacle majeur pour de nombreuses organisations. Mais c’est aussi une opportunité pour les informaticiens. Les enquêtes auprès des responsables informatiques montrent que les certifications en sécurité sont de plus en plus importantes. Les deux certifications en sécurité les plus recherchées sont CISM et CISSP. A l’heure du choix : CISM vs CISSP quelle certification vous convient le mieux?

CISM vs CISSP
Crédits : © Blacksalmon

CISM vs CISSP : l’heure du choix

Les professionnels des Systèmes d’Information possédant certains types de certifications particulièrement recherchés. Ils peuvent donc espérer une meilleure rémunération. CISM et CISSP sont  certifications professionnelles les plus  reconnues dans le domaine de la sécurité de l’information ainsi que le montre le classement 2017 des certifications qui paient le mieux. CISM (Certified Information Security Manager) est une certification de l’ISACA. CISSP (Certified Information Systems Security Professional) est une certification de la fondation (ISC)2. Les deux nécessitent un investissement important en temps et en coût. Alors, laquelle  correspond le mieux à votre profil et à vos compétences?

La différence majeure entre ces deux certifications réside dans leur contenu et le public qu’elles ciblent. CISM se concentre sur le management et la stratégie, et couvre superficiellement les sujets techniques. Elle est, par conséquent, extrêmement prisée pour des Managers (RSSI, CISO,…). A l’inverse, CISSP se focalise principalement sur les aspects tactiques des opérations de sécurité. CISSP concerne donc d’avantage les ingénieurs et techniciens impliqués dans les opérations.

CISM : la certification des managers

CISM (Certified Information Security Manager) est une certification professionnelle délivrée par l’ISACA et détenue par plus de 32.000 professionnels dans le monde parmi lesquels plus de 7.500 ont des responsabilités de CISO ou de RSSI, tandis que plus de 3.500 occupent un rôle de DSI ou de Directeur Informatique. Elle cible spécifiquement les managers en sécurité de l’information. Elle fait partie en 2017, comme en 2016 des trois certifications les mieux rémunérées.

CISM couvre 4 domaines d’expérience dans les quels vous devrez réussir un examen et, ensuite, faire la preuve de votre expérience :

CISM
Crédits : © ISACA
  1. Gouvernance de la sécurité de l’information (24%)
  2. Gestion des risques informationnels (30%)
  3. Développement et gestion d’un programme de sécurité de l’information (27%)
  4. Gestion des incidents de sécurité de l’information (19%)

L’examen, désormais électronique, se compose de 150 questions multi-choix et dure 4 heures. Le score minimum pour réussir l’examen est de 450 points. Cela semble correspondre plus ou moins à 60-70% des réponses correctes. Il est en effet à noter que toutes les questions n’ont pas le même poids. De plus, environ 25 questions ne sont pas notées et figurent dans l’examen uniquement à des fins d’évaluation.

Le syllabus du CISM s’appuie très largement sur COBIT® 5. Aussi une formation COBIT sera une bonne base pour bien comprendre les aspects de gouvernance et de gestion des risques couvrant la première moitié du contenu.

CISM : une certification professionnelle

CISM, à l’instar de CISSP ou PMP, est une certification professionnelle. Cela signifie que la réussite à l’examen n’est que la première étape. Vous devrez ensuite postuler, auprès de l’ISACA, à l’obtention de la certification CISM. Pour cela vous devrez prouver, de façon très documentée votre expérience en management de la sécurité de l’information sur 5 années. Vous devrez également donner des références pouvant confirmer cette expérience de façon détaillée. Les références seront ensuite interrogées par des membres de l’ISACA aux fins de vérification. Après un délai de l’orde de 4 à 8 semaines, vous recevrez alors votre certificat ou un mail vous indiquant les raisons du rejet de votre demande.


La certification CISM m’a aidée à progresser du niveau de support IT au service desk à celui de vice-président. La connaissance que j’ai acquise est applicable dans le monde entier, dans tous les pays. (L.D. CISM, IT Security Manager, 3M Company) (Source : site web ISACA)


CISM : une revalidation continue exigée

CISM (Certified Information Systems Security Professional) vise à garantir, non seulement des connaissances, mais aussi votre expérience. C’est ce qui explique le succès de cette certification auprès des Entreprises. Elles sont ainsi assurées de la compétence des titulaires. De plus, vous devrez, chaque année, fournir à l’ISACA des preuves de votre engagement dans un processus d’amélioration continue. A défaut votre certification vous sera purement et simplement retirée de façon définitive.

CISSP : une certification plus technique

CISSP (Certified Information Security Professional) est une certification professionnelle délivrée par la fondation (ISC)2. Elle est détenue par plus de 100.000 professionnels de la sécurité de l’information dans le monde, dont 75% aux seuls Etats-Unis. Le deuxième pays comptant le plus de CISSP est le Royaume Uni.

En Afrique de l’Ouest, on compte 1 certifié au Burkina Faso, 1 au Sénégal, 4 en Côte d’Ivoire, contre 29 au Ghana et 153 au Nigéria. Avec 922 certifiés, la France se classe au 13ème rang mondial. Les certifiés CISSP occupent pour la plupart des responsabilités tactiques et opérationnelles en sécurité du SI (RSSI, responsable réseau, Information Security Manager, architectes IT). Le CISSP se positionne à la 4ème place des certifications les mieux rémunérées.

CISSP couvre huit domaines de compétence dans lesquels vous devrez apporter la preuve de votre expérience avant de pouvoir vous présenter à l’examen :

CISSP
Crédits : © (ISC)2
  1. Gestion des risques et de la sécurité (16%)
  2. Sécurité des actifs (10%)
  3. Ingénierie de la sécurité (12%)
  4. Sécurité des communication et du réseau (12%)
  5. Gestion de l’identité et des accès (13%)
  6. Evaluation et tests de sécurité (11%)
  7. Opération de la sécurité (16%)
  8. Sécurité des développements logiciels (10%)

L’examen, au format électronique, se passe uniquement dans des centres d’examen Pearson VUE. Il comporte 250 questions et dure jusqu’à 6 heures. Le score minimum pour réussir l’examen est de 700 points (sur un total de 1000).

CISSP est une certification recherchée mais difficile à réussir. Pour la préparer et la réussir dès le premier essai, nous vous conseillons de bien vous préparer. Pour ce faire, nous vous conseillons de suivre la formation Réussir la certification CISSP® sur 5 jours. AB Consulting propose cette session dans différentes villes dont Paris et Abidjan.

CISSP : une certification professionnelle également

CISSP est également une certification professionnelle mais, à l’inverse du CISM, la preuve de l’expérience préalable dans le domaine doit être fournie en amont de l’examen. Ce n’est que lorsque (ISC)2 aura validé cette expérience d’au moins cinq années à temps complet dans un minimum de deux des 8 domaines de compétence couverts que vous pourrez vous présenter à l’examen. Aucune équivalence n’est admise. Là encore, l’objectif est de s’assurer de la compétence des candidats sur la base de l’expérience.

CISM : comment conserver votre certification

CISSP est une certification qui vise à garantir le maintien de votre compétence dans le temps. Vous devrez donc chaque année fournir à (ISC)2 la preuve que vous avez accumulé des CPEs grâce à des formations ou la participation à certaines conférences. Vous devrez en outre payer un montant annuel de 85$ à (ISC)2 et accumuler un total de 120 CPEs par cycle de 3 ans. A défaut d’apporter la preuve de vos CPEs, votre certification sera annulée. Vous pourrez cependant la récupérer ultérieurement en payant les redevances pour l’intégralité des années de retard et en repassant et  réussissant de nouveau l’examen.

L’intérêt d’une certification

Selon la dernière enquête annuelle réalisée par Certification Magazine les professionnels confirment l’intérêt d’une certification CISM ou CISSP.

Pour beaucoup de professionnels, la valeur de ces certifications réside d’abord dans une meilleure compréhension des concepts clés de leur domaine. Cela semble plus important que l’augmentation espérée de salaire liée à la certification.

Pour les employeurs, elles permettent d’identifier les candidats à fort potentiel dans le domaine de la sécurité du SI. Ces deux certifications démontrent l’expertise approfondie d’un candidat et augmentent la crédibilité et le calibre de son potentiel. C’est une façon de mesurer la qualité d’un candidat. Attention cependant à ne pas trop compter sur les certifications seules au lieu d’évaluer l’adéquation d’une personne à la culture et à la mission de l’entreprise. En soi, une certification ne constitue pas une garantie qu’un praticien réussira dans une organisation particulière.

Alors, CISM vs CISSP? Qu’en pensez-vous?

Si vous hésitez toujours, merci de nous laisser vos remarques et vos questions en commentaire. Nos experts se tiennent à votre disposition pour vous apporter une réponse. Si vous détenez déjà l’une de ces deux certifications, votre commentaire est aussi le bienvenu.

Pour en savoir plus, vous pouvez aussi nous suivre sur les réseaux sociaux et vous abonner sans engagement à notre blog.

GDPR – Etat des lieux alarmant

GDPR – Les DSI face à leurs responsabilités

Alors que la nouvelle réglementation européenne sur la protection des données personnelles (GDPR) va entrer en vigueur le 25 Mai 2018, et donc à moins de 18 mois de son application, TREND Micro a réalisé une enquête  extrêmement révélatrice auprès des DSI Français. L’état des lieux est pour le moins alarmant concernant la sécurité des informations dans les Entreprises Françaises.

GDPR - Les DSI face à leurs responsabilités

Et vous? Serez-vous prêts pour cette échéance importante? N’hésitez pas à nous adresser vos commentaires et vos questions. Un de nos experts en protection des données personnelles vous répondra.

 

GDPR – Exigences de protection des données

GDPR – Exigences de la réglementation

Dans notre précédent article GDPR et la protection des données en Afrique. Nous avions évoqué la Réglementation Générale de Protection des Données adoptée par l’Union Européenne et quelles en seraient les impacts sur les économies des pays Africains. Dans ce nouvel article, nous allons voir, plus en détail, quelles sont les principales exigences de la réglementation. 

GDPR le contenu de la réglementation sur la protection des données

La mise en conformité à la GDPR peut, au premier abord, apparaître comme un fardeau. Cela ne l’est pas. C’est  un moyen de protéger chacun d’entre nous, car nous sommes tous l’objet de données, l’exploitant ou encore le vérificateur de données. La GDPR se concentre sur les données personnelles. Mais c’est une occasion idéale pour investir dans la protection de toutes vos données. Tout cela sera finalement très utile car ce sont vos données qui sont la source de votre activité économique.

Pourquoi protéger les données de l’Entreprise?

Vous pensez ne pas être concernés car vous produisez des crayons et vous pensez que l’informatique est secondaire dans votre activité. Pensez un seul instant aux données qui vous sont propres pour produire vos crayons. Il y a les spécifications, la propriété intellectuelle, les données sur vos fournisseurs, les informations sur commandes, les clients, les services financiers, les coordonnées bancaires de vos clients et de vos fournisseurs, les informations personnelles de vos employés, les configurations de sécurité que vous avez mises en place… Toutes ces informations sont vitales pour votre activité. Que se passerait-il si vous les perdiez ou si elles arrivaient entre les mains de votre concurrent?

Commençons donc par le début. Nous devons assurer une bonne protection des données. Ce n’est pas seulement parce que la GDPR l’exige et que nous devons nous aligner sur les exigences de l’UE. C’est simplement un pré-requis indispensable à la bonne gestion d’une Entreprise. Tout bon régime de protection des données commence par une stratégie. Celle-ci précise les obligations de l’Entreprise vis à vis des données et les résultats escomptés. La stratégie définit également les moyens à mettre en oeuvre pour protéger ces informations.

Comment nous y prendre?

Les Entreprises ont deux sources d’inspiration pour baliser leur chemin.

Le premier est la GDPR elle-même parce qu’elle énonce les obligations que les entreprises doivent appliquer à leur système d’information. Le second est l’utilisation de référentiels tels que COBIT 5 ou de normes telles que ISO 27001. COBIT 5 et ISO 27001 nous fournissent le cadre sur la base duquel évaluer comment vous allez atteindre ces résultats et les bénéfices attendus. En combinant liste complète des exigences de la GDPR et l’utilisation de COBIT 5, les entreprises seront donc en mesure de répondre aux exigences de conformité de GDPR de façon transparente.

Les principales exigences de la GDPR

Avant d’aborder comment nous y prendre, examinons un peu plus en détail les exigences de la réglementation

1. Même si votre entreprise n’est pas dans l’UE, la réglementation s’applique

Les organisations non situées dans un état européen mais qui font des affaires avec l’UE et utilisent les données personnelles des ressortissants de l’UE doivent se préparer à se conformer à la réglementation. Ceux qui fournissent des produits ou des services à des clients dans l’UE ou qui traitent ou manipulent leurs données peuvent avoir à faire face à des poursuites de l’UE si un incident de sécurité est signalé.

C’est notamment le cas de toute banque Africaine qui reçoit de l’argent depuis un compte situé en Europe. C’est la même chose si elle effectue un transfert vers un compte bancaire Européen. Cette banque Africaine aura alors en sa possession les données bancaires du citoyen ou de l’Entreprise européenne avec laquelle s’effectue la transaction. Ces informations doivent donc être protégées en respectant les exigences de la GDPR. Toute transaction commerciale impliquant une organisation Africaine et un Organisation Européenne est donc concernée.

2. La définition des données personnelles est élargie

La confidentialité des données concerne désormais d’autres facteurs susceptibles d’être utilisés pour identifier un individu. Il s’agit par exemple de son identité génétique, psychique, économique, culturelle ou sociale. Les entreprises sont incitées à prendre des mesures afin de réduire la quantité d’informations personnelles qu’ils stockent, et à veiller à ce qu’elles ne stockent pas les informations plus longtemps que strictement nécessaire.

3. Un consentement est requis pour traiter les données relatives aux enfants

Le consentement des parents sera nécessaire pour le traitement des données personnelles des enfants de moins de 16 ans. Chaque État membre de l’UE peut abaisser à 13 ans l’âge nécessitant le consentement parental. Bien entendu des traces doivent permettre la vérification au travers d’audits.

4. Les modifications apportées aux règles d’obtention du consentement valide

Un document de consentement au traitement des données personnelles doit être exprimé en termes simples et non ambigus. Le consentement ne se présume pas. Le silence ou l’absence de réponse ne constitue pas un consentement. Un consentement clair et positif au traitement des données privées doit être fourni, de façon formelle et auditable.

Imaginons que vous utilisez le mailing internet pour contacter vos clients. Chacun d’eux doit avoir fourni un consentement clair et positif à être présent dans votre liste d’adresses. Cela signifie que citoyen d’un état Européen qui recevrait un email provenant d’une société, en Afrique par exemple, et qui n’aurait pas donné explicitement son consentement pour être contacté par mail serait en droit de poursuivre ladite Société, laquelle serait du coup passible d’une lourde amende pour non respect de la GDPR.

5. La nomination d’un Directeur de la Protection des Données (DPO) est obligatoire pour certaines entreprises

L’article 35 de la GDPR stipule que des Directeurs de la Protection des Données (DPO – Data Protection Officer) doivent être nommés dans toutes les administrations. En outre, un DPO sera nécessaire lorsque les activités de base de l’Organisation impliquent « un suivi régulier et systématique de grandes quantités de données personnelles » ou lorsque l’entité effectue le traitement à grande échelle de « catégories particulières de données à caractère personnel ». Cela fait donc référence aux sociétés de service informatique qui opèrent le système d’information de leurs clients.

Les entreprises dont l’activité principale n’est pas le traitement de données sont exemptées de cette obligation.

La GDPR ne précise pas les diplômes et certifications professionnelles requis pour les Directeurs de  la Protection des Données, mais stipulent néanmoins qu’ils doivent avoir  «une connaissance approfondie du droit et des pratiques de protection des données. »

6. Evaluations obligatoires d’impacts des risques sur la protection des données

Une approche basée sur les risques doit être adoptée avant d’entreprendre des activités de traitement de données sensibles. Des rôles de vérificateurs de données seront nécessaires pour effectuer des évaluations d’impact, analyser et minimiser ces risques pour les personnes concernées dès lors que des risques de violation de la vie privée sont élevés.

Ce sera notamment le cas lorsqu’une Entreprise Européenne entrera en relation d’affaires avec une Entreprise d’un pays dont la législation est plus tolérante.

7. Exigences nouvelles en matière de notification de violations des données

Les vérificateurs de données seront tenus de signaler les violations de confidentialité constatées à leur autorité de protection des données, à moins que celles-ci ne représentent qu’un risque faible pour les droits et libertés des personnes concernées. L’information doit être transmise dans les 72 heures suivant la constatation de la violation de confidentialité par les vérificateurs. Des dérogations pourront exister en cas de circonstances exceptionnelles, qui devront être justifiées.

Lorsque le risque pour les individus est élevé, les personnes concernées doivent être informées. Toutefois, aucun délai n’est spécifié par la règlementation.

Des audits réguliers de la chaîne d’information et des vérifications seront requis pour assurer que le nouveau régime de sécurité est bien adapté à l’usage.

8. Le droit à l’oubli

Tout individu a le « droit à l’oubli ». La GDPR prévoit des lignes directrices claires sur les circonstances dans lesquelles le droit peut être exercé.

9. Le transfert international de données

Étant donné que la règlementation est également applicable aux Entreprises qui utilisent et transforment les données, les organisations doivent être conscientes du risque de transfert de données vers des pays ne faisant pas partie de l’UE.

10. Responsabilités en matière de traitement de données

Les Entreprise exploitant des données auront des obligations et des responsabilités juridiques directes. Cela signifie que les exploitants peuvent être tenus responsables des violations de données. Les arrangements contractuels devront donc être mis à jour en précisant les responsabilités et les obligations de chacune des parties. Il s’agit là d’une exigence impérative dans les futurs accords.

Les Parties devront documenter leurs responsabilités sur les données encore plus clairement, et les niveaux de risque accrus peuvent clairement influer sur le coût des services.

11. La portabilité des données

La portabilité des données permettra à un utilisateur de demander une copie de ses données personnelles dans un format utilisable et par voie électronique transmissible à un autre système de traitement.

12. Protection par la conception

La GDPR exige que les systèmes et les processus prennent en compte le respect des principes de protection des données. L’essence de la protection par la conception est que la vie privée dans un service ou un produit est pris en compte non seulement au moment de la livraison, mais aussi dès l’origines de la création du concept de produit.

Il y a aussi une exigence que les vérificateurs ne doivent recueillir que les données strictement nécessaires à la réalisation de leurs objectifs spécifiques et les détruire  dès qu’elle ne sont plus nécessaires.

13. Un guichet unique

Un nouveau guichet unique Européen est créé pour les entreprises. Cela signifie que les entreprises ne devront faire face à une autorité de surveillance unique pour l’ensemble de l’Europe et non pas au sein de chaque état. Ceci rend plus simple et moins coûteux pour les entreprises de faire des affaires dans l’UE. Cela aura également un impact positif pour les fournisseurs de services Internet ayant des bureaux dans plusieurs pays de l’UE.

Et pour se mettre en conformité, comment fait-on?

Dans notre prochain article, nous verrons comment nous appuyer sur COBIT 5 et ISO 27001 pour implémenter l’ensemble des mesures nécessaires à la conformité requise par la GDPR.

Vous avez des questions sur le contenu de la réglementation, son interprétation ou ses conséquences pratiques? N’hésitez pas à nous poster un commentaire et un de nos experts en protection des données personnelles vous répondra.

GDPR et protection des données en Afrique

Les exigences et les conséquences du GDPR

La règlementation générale sur la protection des données (GDPR: General Data Protection Régulation) est applicable à partir du 25 mai 2018. Elle deviendra donc, de fait, une loi applicable dans chacun des pays de la Communauté Européenne à cette date. Encore une réglementation européenne de plus, pensez-vous? Non, pas exactement. Il s’agit là d’une réglementation majeure qui va impacter profondément les économies des pays Européens. Mais elle va également impacter celles des pays qui ont des liens commerciaux forts avec l’Europe. Les pays d’Afrique sont au premier plan des pays qui vont subir de plein fouet cette nouvelle réglementation. Alors de quoi s’agit-il? Faut-il s’inquiéter? Comment s’y préparer pour réduire les risques pour nos économies? Nous allons essayer de vous apporter quelques ébauches de réponses.

COBIT, GDPR et la protection des données

 GDPR – Ca veut dire quoi?

GDPR signifie Réglementation Générale sur la Protection des Données. Il s’agit d’une réglementation Européenne (99 articles décrits sur 88 pages) qui entrera en vigueur le 25 Mai 2018. A compter de cette date, elle s’impose à toutes les Entreprises de l’ensemble des états de la Communauté Européenne. L’objectif de cette réglementation est d’assurer la protection des données personnelles de l’ensemble des citoyens, notamment face aux risques de cybersécurité qui augmentent chaque jour.

La négligence, l’imprudence ou la simple malchance ne constitueront pas une excuse en vertu de la loi renforcée. Les entreprises qui seront en violation avec la loi devront faire face à une augmentation des peines importantes. A moins, bien sûr, qu’elles ne puissent démontrer que la protection des données qu’elles utilisent – la confidentialité et la sécurité – était manifestement au niveau de qualité exigé par le GDPR. Ceci a notamment pour objectif de nous assurer que nous, en tant qu’individus, disposons de privilèges plus étendus sur nos données personnelles, y compris le droit à l’oubli.

Quels sont les enjeux?

Le GDPR est fondamentalement une excellente chose. Il est moralement juste et chacun d’entre nous devrait y adhérer sans réserve. Il y a de bonnes raisons commerciales également à le respecter :

  • le respect du GDPR signifie que nous sommes alignés avec la réglementation Européenne en la matière et que nous pouvons donc avoir des activités commerciales avec des Entreprises dans tous les pays Européens,
  • c’est l’occasion de mieux protéger nos données contre les risques en matière de cybersécurité,
  • c’est aussi la meilleure façon d’assurer que nous sommes alignés avec la réglementation en vigueur en Amérique du Nord et que les risques de cybersécurité ne seront pas un frein à nos échanges avec les USA et le Canada.

Mais, malheureusement, il y a aussi des coûts associés :

  • la mise en oeuvre des obligations prévues par la réglementation,
  • les problèmes de réputation et les aspects stratégiques,
  • les coûts opérationnels et les coûts de conformité,
  • et enfin la mise à niveau, en termes de formation et de sensibilisation, de l’ensemble du personnel des Entreprises, depuis le Président du Conseil d’Administration jusqu’au gardien, car les individus sont les premiers remparts en matière de sécurité des données.

Tous ces coûts risquent fort d’être extrêmement importants. Et ce surtout en Afrique où le sujet n’intéresse, pour l’instant, pas grand monde et où le niveau de sécurité de l’information dans les Entreprises est proche de zéro. Combien d’Entreprises, par exemple, sont aujourd’hui, en Afrique, certifiées sur la base de la norme ISO 27001? L’étude annuelle réalisée début 2016 par l’ISO montre seulement 129 entreprises certifiées ISO 27001 en Afrique. Parmi celles-ci, seulement 2 sont en Afrique Francophone subsaharienne (1 en Côte d’Ivoire et 1 au Sénégal). Ce chiffre est à comparer avec les plus de 12.000 organisations certifiées en Asie…

Les exigences du GDPR en matière de protection des données

L’ICO (Information Commissioner’s Office), organisation indépendante créée au Royaume Uni en vue  superviser les droits sur l’information dans l’intérêt public, donne une explication détaillée et compréhensible des principaux aspects de cette règlementation.

Quelques points clés issus du contenu de la réglementation sont particulièrement importants pour les économies Africaines :

Fournisseurs et partenaires d’affaires sont inclus dans le périmètre

Les fournisseurs et les partenaires d’affaires doivent être inclus dans le périmètre de la gestion de la protection des données. Cela signifie qu’une Entreprise Européenne ne pourra transmettre des données (bancaires ou commerciales par exemple) à un fournisseur ou un partenaire d’affaires situé sur le continent Africain que si et seulement si ce fournisseur ou ce partenaire d’affaires peut apporter la preuve (au travers d’un audit ou d’une certification par exemple) qu’il sécurise ses informations à un niveau au minimum égal à ce qu’exige la réglementation Européenne.

Compréhension des vulnérabilité et menaces

Comprendre les vulnérabilités, les menaces et l’efficacité de votre maintenance corrective sont essentiels. Cela signifie, en clair, qu’il est indispensable que toutes les menaces, toutes les vulnérabilités et la maintenance corrective des logiciels que vous utilisez soient connues, comprises, évaluées et contrôlées. En Afrique, les Entreprises sont majoritairement des PMEs. Les budgets et les compétences nécessaires vont bien au-delà de leurs moyens. Par contre, cela rentre typiquement dans le périmètre des obligations d’un éditeur de logiciel. Cela signifie donc, entre autres, qu’il ne sera pas possible, sauf à démontrer que l’obligation est bien respectée grâce à des certifications internationales ou des audits, de s’appuyer sur des applications spécifiques, développées en interne par les Entreprises. Impossible également de s’appuyer sur du logiciel libre, largement répandu dans les Entreprises Africaines. Dans ce cas, il sera impossible d’apporter la preuve du respect de l’exigence dans le cadre d’un audit.

Sécurisation adéquate des données des clients

Les données des clients doivent être considérées parmi les « biens » les plus précieux de l’Entreprise. Elles doivent donc être protégées comme telles et  bénéficier d’un niveau de sécurité maximum. Des audits et/ou des certifications d’entreprises sur des normes internationales devront permettre de démontrer que le niveau adéquat de protection est bien appliqué aux données des clients (informations personnelles, informations bancaires, informations médicales par exemple), y compris lorsqu’elles transitent ou sont manipulées au sein d’une Entreprise Africaine, partenaire d’affaires, client ou fournisseur d’une Entreprise Européenne.

Protection efficace contre les faiblesses humaines

Une protection efficace est exigée contre des fuites de données involontaires, provoquées par l’entreprise et son personnel, notamment via les médias sociaux. Cela implique une formation de l’ensemble du personnel des Entreprises Africaines, allant du Président au gardien, sur la sécurité de l’information et la mise en oeuvre de moyens de contrôle, notamment sur la fuite d’informations via les réseaux sociaux. Cela risque de s’avérer quasi-impossible dans des pays où le moyen privilégié de communication est Facebook. Facebook constitue généralement, dans les pays d’Afrique subsaharienne, le support institutionnel pour la communication d’Entreprise.

De plus les législations locales des pays Africains n’autorisent pas ces pratiques de contrôle pour les Entreprises. Cela nécessite donc des changements culturels et législatifs qui prendront beaucoup de temps. Or le temps est compté puisque la réglementation s’applique à compter du 25 Mai 2018. De plus ces évolutions risquent fort de rencontrer une opposition farouche des populations. Elles considèreront cela, sans aucun doute, comme une entrave à leurs libertés.

Et si une Entreprise n’est pas conforme au GDPR?

L’article 83 du GDPR stipule que toute Entreprise Européenne non conforme à la réglementation sera soumise à une amende égale à la plus élevée des deux montants : 20.000.000 Euros ou 4% de son chiffre d’affaire annuel.

Il est clair qu’aucune organisation en Europe n’acceptera de courir un tel risque avec un partenaire d’affaires ou un fournisseur qui ne serait pas aligné sur les exigences de cette réglementation.

GDPR - Impacts

Les conséquences pour les économies des pays Africains

Les conséquences pour les économies Africaines sont donc claires. Elles doivent s’adapter pour permettre à leurs Entreprises de faire du business avec l’Europe, qui constitue un de leurs plus gros marchés. A défaut, elles seront dans de très grandes difficultés. Le temps presse car cette réglementation entre en vigueur le 25 Mai 2018. Inutile d’envisager de rediriger les marchés vers l’Asie ou l’Amérique du Nord. Des réglementations similaires, tout aussi contraignantes, y sont déjà appliquées ou en voie de l’être. Il faut donc transformer, dans un délai de 18 mois, les Entreprises pour les rendre conformes aux obligations réglementaires.

Dans notre prochain article, nous vous donnerons quelques pistes pour réussir cette transformation dans les délais en vous appuyant sur des référentiels de Gouvernance et de Management de la Sécurité de l’Information tels que COBIT ou ISO 27001 en vue d’une meilleure protection des données.

N’hésitez pas à nous communiquer vos commentaires et vos questions. Nos experts se feront un plaisir de vous répondre.

Cyber-risques – Que fait le Conseil d’Administration?

Le Conseil d’Administration est en charge de s’assurer de la création de valeur pour les parties prenantes de l’Entreprise tout en optimisant les risques et les ressources. Le Conseil d’Administration, organe de Gouvernance de l’entreprise est donc directement concerné par les cyber-risques.

Le conseil d'administration

« La SEC (organisme fédéral américain en charge de réguler et de contrôler les marchés financiers), la FTC (agence américaine chargée de contrôler les pratiques commerciales) ainsi que d’autres organismes de réglementation (fédéraux, d’état, mondiaux) ont renforcé leurs évaluations des Entreprises en matière d’efforts réalisés pour sécuriser les données, ainsi que concernant les informations et la communication sur les risques en matière de cybersécurité et de violations des données. » comme l’indique KPMG dans son rapport On the 2015 Board Agenda.

Réagissant au grand nombre et à l’ampleur des vols de données qui n’ont fait qu’augmenter durant la dernière décennie, les agences gouvernementales commencent tout juste à durcir le ton et à envoyer des signaux clairs que la sécurité constitue désormais un sujet prioritaire pour les Entreprises.

Le commissaire Luis A. Aguilar de la SEC (Securities and Exchange Commission), parlant au New York Stock Exchange (NYSE) le 10 Juin 2014, a clairement indiqué la position de la commission. « La surveillance des cyber-risques par le Conseil d’Administration est essentielle pour assurer que les entreprises prennent des mesures adéquates pour prévenir les cyber-attaques et se préparer à faire face aux préjudices qui peuvent en résulter », a-t-il dit. Il a également émis un avertissement clair sur le fait que « les Conseils d’Administration qui choisissent d’ignorer ou de minimiser l’importance de leur responsabilité de surveillance de la cyber-sécurité, le font à leurs risques et périls ».

Depuis lors, le commissaire Aguilar est de nouveau monté au créneau pour lancer un nouvel avertissement sur les cyber-risques. « Cela ne devrait être une surprise pour personne que la cybersécurité soit devenue un point focal des efforts d’application de la SEC durant ces dernières années. Il est d’ailleurs de notoriété publique que la Division d’Application de la SEC investigue actuellement plusieurs cas de violation de données, » a-t-il dit lors du Sommet SINET innovation le 25 juin 2015. « En outre, la SEC a examiné de façon proactive comment elle peut, en utilisant son pouvoir actuel, obliger à l’application de mesures supplémentaires en matière de cybersécurité, et comment cette autorité pourrait devoir être étendue pour répondre aux menaces émergentes de cybersécurité ».

Cette nouvelle orientation des agences gouvernementales n’est cependant pas limitée aux États-Unis. L’Autorité Technique Nationale du gouvernement britannique pour la sûreté de l’information a ainsi déclaré que « la gestion proactive du cyber-risque au niveau du Conseil d’Administration est essentielle. » A cette fin, le gouvernement britannique a publié un document qui décrit les responsabilités et questions clés de cyber sécurité pour le Conseil d’Administration et le Management. Des ressources supplémentaires pour les conseils d’Administration incluent notamment un «Manuel de surveillance des Cyber-Risques», publié aux USA par l’Association Nationale des Administrateurs de Sociétés (NCAD).

Une réalité nouvelle pour le Conseil d’Administration

La nouvelle réalité à laquelle fait face chaque Conseil d’Administration est bien résumée dans Cybersecurity Docket : «Chaque Conseil d’Administration doit maintenant savoir avec certitude que sa société sera victime d’une cybe-rattaque, et pire encore, que c’est le Conseil qui aura la charge de nettoyer le gâchis et de surveiller les retombées » .

Comme dans tous les autres autres domaines de la conformité, les Administrateurs peuvent être tenus pour responsables pour ne pas avoir fait leur devoir afin de prévenir les dommages à la société. Dans l’exercice de leur rôle de surveillance, les Administrateurs doivent rester informés en permanence sur les mesures de cybersécurité de leur société. Ils doivent évaluer les risques et déterminer ce qui doit être fait pour les atténuer.

L’absence de surveillance adéquate des cyber-risques constitue une menace. «Les Administrateurs qui ne parviennent pas à prendre des mesures appropriées – à la fois avant et après un incident de sécurité de l’information – courent le risque que leur Entreprise soit soumise à l’application de mesures gouvernementales (lois ou réglementations), et qu’eux-mêmes soient personnellement sujets à des poursuites de la part des actionnaires », a expliqué le cabinet d’avocats Fredrikson & Byron.

KPMG, dans sa publication de Février 2015 sur les défis et priorités en matière de Gouvernance pour 2015 désigne la cybersécurité comme « LE problème du 21e siècle. » Au-delà du risque de conformité, le rapport souligne l’importance « des poursuites, des dommages à la réputation et de la perte de clients» comme conséquences potentielles.

Pourquoi les Conseils d’Administration peinent-ils à prendre en compte ce type de risques?

Selon le rapport d’Ernst & Young publié fin 2014 et intitulé « Cyber program management« , il y a plusieurs raisons pour lesquelles ils sont si réticents à s’engager sur la cybersécurité. Parmi ces raisons figurent :

  • le fait que l’internet et la connexion de l’Entreprise constituent juste l’un des nombreux sujets à l’ordre du jour d’un Conseil d’Administration,
  • la culture de silo au niveau de l’informatique qui a relégué la responsabilité de protection des données et des systèmes uniquement au niveau du département IT,
  • la difficulté pour le Conseil d’Administration d’évaluer correctement les risques de cyberattaques et le programme de gestion des risques associé mis en place par la direction,
  • et enfin l’approche de consolidation des défenses (contrôles préventifs de sécurité) tout en ignorant les capacités de détection et de réponse aux incidents.

Cependant, comme le commissaire Aguilar l’a déclaré à la Bourse de New York, les temps ont changé, et «s’assurer de l’adéquation des mesures de cybersécurité de l’entreprise aux risques doit être une préoccupation essentielle d’un Conseil d’Administration dans le cadre de ses responsabilités de surveillance en matière de risques. » Cela devrait figurer comme un slogan en lettres capitales sur le mur de la salle du conseil : les administrateurs ne peuvent plus balayer  d’un revers de main les Cyber-Risques. C’est leur responsabilité de surveiller la gestion de ces risques qui était autrefois déléguée au domaine informatique.

Comment doivent-ils s’y prendre pour assurer cette responsabilité?

Le Conseil d’Administration de chaque Enterprise doit désormais prendre le temps nécessaire sur son agenda pour surveiller les cyber-risques . Selon les termes du document « Cyber program management » d’E&Y, les Conseils d’Administration sont maintenant invités à discuter de la cybersécurité sur une base trimestrielle, voire même plus fréquemment.

Comment les administrateurs doivent-ils d’y prendre pour surveiller les cyber-risques? Le Commissaire Aguilar, de la SEC, a fourni des conseils dans son discours au NYSE. « Les Conseils d’Administration sont chargés de s’assurer que la Société a mis en place des programmes de gestion des risques appropriés et de surveiller la façon dont le management met en œuvre ces programmes, » a-t-il déclaré. C’est clairement la responsabilité du Conseil d’Administration de veiller à ce que la direction ait mis en place des protocoles de gestion des risques efficaces.

Quels conseils pouvons-nous donner aux administrateurs?

Un Conseil d’Administration doit veiller à la gestion des cyber-risques dans le cadre de son programme de gestion des risques à l’échelle de l’entreprise. Il doit également chercher à mieux comprendre les risques informatiques et ceux liés à l’utilisation d’internet, évaluer les pratiques actuelles en matière de cybersécurité et planifier ainsi que préparer les personnels de l’Entreprise, grâce à des tests réguliers, pour une cyber-attaque. En résumé, la responsabilité deux Conseil d’Administration va au delà de la cyber-sécurité. Il doit répondre de la cyber-résilience de la Société devant les parties prenantes.

Les administrateurs devraient se poser trois questions importantes :

  1. Comprenons-nous bien la nature des cyber-menace s’appliquant à notre Société?
  2. Est-ce que les processus et la structure du Conseil d’Administration permettent un dialogue de qualité sur les questions de cyber-résilience?
  3. Que faisons-nous pour nous maintenir au courant des évolutions constantes des cyber-menaces?

Nous vous proposons quelques pratiques clés pour susciter intérêt et l’attention du Conseil d’Administration sur les cyber-risques :

  • Demander désormais régulièrement des informations sur les cyber-risques, et pas seulement à la Direction Générale ou au DSI,
  • Cherchent à mieux comprendre la nature des cyber-risques et leur impact sur l’organisation,
  • Remettre en permanence en question la gestion de la cyber-sécurité et la cyber-résilience de l’organisation.

Par quoi commencer?

Il existe désormais des référentiels de bonnes pratiques et des normes dans les domaines de la sécurité de l’information (ISO 27001, ISO 27002) et de la cyber-résilience (RESILIA). Il en va de même pour la Gouvernance du Système d’Information qui est clairement, comme nous l’avons vu précédemment, à la charge du Conseil d’Administration, avec COBIT® et ISO 38500.

Une première étape, afin de sensibiliser les Administrateurs sur ces responsabilités nouvelles pour eux, consisterait à organiser une séance de sensibilisation sur les responsabilités du CA dans l’Entreprise du 21ème siècle au travers de programmes tels que :

COBIT® 5 pour les Conseil d’Administration et les Exécutifs (2 formats : session de 4 heures ou d’une journée). Cette formation couvre à la fois les responsabilités des Administrateurs et des membres du Comité de Direction.

RESILIA : Sensibilisation (2 formats : session de 4 heures ou d’une journée). Cette formation, plus orientée sur la stratégie de cyber-résilience et sa mise en oeuvre, s’adresse aux Administrateurs mais aussi, et surtout, aux membres du Comité de Direction.

La seconde étape consiste bien évidemment à élaborer une stratégie de cyber-résilience en lançant un programme adéquat et à rédiger des politiques de sécurité, de gestion des risques, des gestion des ressources humaines, etc. adaptées à cette stratégie. AB Consulting, seul organisme accrédité en Afrique sur l’ensemble des domaines concernés par ISACA, AXELOS, APMG, EXIN, PECB, vous propose toute une game de services d’évaluation / audit d’aptitude des processus de l’entreprise mais aussi d’évaluation de la maturité de votre Organisation, ainsi que d’accompagnement à la mise en oeuvre et de l’amélioration de la gouvernance du SI et la réalisation du programme de cyber-résilience, grâce à ses experts du domaine.

Nous vous proposons également nos formations accréditées et certifiantes telles que :

ISO 27001 Practitioner Bootcamp (Foundation et Practitioner sur 5 jours – Certification APMG) destiné aux personnels en charge de l’implémentation d’un Système de Management de la Sécurité de l’Information dans votre Organisation

ISO 27001 Lead Implementer (5 jours – Certification PECB) destiné aux responsables du projet d’implémentation du SMSI

RESILIA Practitioner Bootcamp (Foundation + Practitioner sur 5 jours – Certification AXELOS®) destiné aux personnels en charge d’implémenter la cyber-résilience du système d’information

COBIT Implementation Bootcamp (Foundation + Implementation sur 5 jours – Certification APMG/ISACA) pour les personnes participant à l’amélioration ou l’implémentation de la Gouvernance du SI.

ISO 38500 Corporate IT Governance Manager (3 jours – Certification PECB)

Nous proposons également de nombreuses autres formations sur ce domaine, notamment destinées aux personnels des entités métiers des entreprise ainsi qu’aux auditeurs et contrôleurs.

Pour tout complément d’information ou pour vous inscrire à notre newsletter, merci de bien vouloir remplir le formulaire de contact :

Catégories

Archives

Calendrier

novembre 2017
L M M J V S D
« Oct    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  
%d blogueurs aiment cette page :