Home » Sécurité

Category Archives: Sécurité

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

19 résolutions pour une année 2019 réussie

2018 vient de se terminer. Et ce fut une année riche en nouveautés dans les domaines de la gouvernance, du management des TI et de la sécurité de l’information. C’est donc le moment idéal pour souhaiter une très belle année 2019 à tous nous lecteurs de la part de toute l’équipe de 2AB & Associates. Cette année 2019 va voir arriver sans doute encore plus de nouveautés que la précédente. Et cela va commencer dès les prochaines semaines et les prochains mois.

Bonne année 2019
Crédits © rawpixel.com 2018

Mais avant de nous concentrer sur ce qui arriver ou ce qui vient d’arriver, essayons de garder les pieds sur terre. Traditionnellement, chaque début d’année est propice aux bonnes résolutions. Alors, pour ne pas faillir à la tradition, nous avons également réfléchi à ce qui pourrait servir de base pour de bonnes résolutions dans les départements ITSM des organisations.

« C’est une nouvelle ère. C’est un nouveau jour. C’est une nouvelle vie pour moi. Et je me sens bien! »  Est-ce vraiment ce que vous vous êtes dit en rentrant dans votre bureau le 2 Janvier? D’accord, certains d’entre vous l’ont peut-être dit. Mais beaucoup d’entre vous n’ont fait que recommencer la même course, la nouvelle année marquant seulement le début de 12 mois de nouveaux défis. Ces nouveaux défis seront accompagnés d’une grande partie des anciens, qui sont toujours là. Alors, que devriez-vous faire pour commencer 2019 de la bonne façon – ou au moins de la meilleure façon possible?

Ou, dit autrement,

Démarrez dans la bonne direction

Mon premier groupe de conseils pour 2019 porte sur la construction des fondations appropriées pour les améliorations et les changements futurs.

1. Comprenez que l’informatique «telle que nous la connaissons» est en train de changer rapidement

Beaucoup de changements sont intervenus récemment. Ils concernent la technologie que nous gérons. Mais ils affectent aussi celle que nous utilisons pour nous aider à gérer l’informatique. La demande de l’entreprise et son besoin confiance en cette technologie (ainsi que dans les services auxquels elle contribue) ne cessent de croître. Et il en est ainsi également des attentes croissantes des employés et des clients externes qui bénéficient des meilleurs résultats des stratégies d’expérience utilisateur. Tous ces facteurs, ainsi que d’autres, vont changer radicalement la gestion des services TI au cours des 12 prochains mois et au-delà. Il est temps pour vous de changer et vous adapter. Sinon c’est vous qu’on risque de changer.

2. Appuyez-vous sur les bonnes pratiques pour susciter le changement

Si vous lisez régulièrement mon blog, vous avez déjà découvert les nouvelles versions de VeriSM, ISO/IEC 20000, COBIT et ITIL. La première vague d’ITIL 4 arrive au premier trimestre 2019. D’une part, c’est formidable. Ce cadre de bonnes pratiques est enfin en train de rattraper le monde en rapide évolution dans lequel nous travaillons. De l’autre côté, cependant, ces «nouvelles versions» vont potentiellement stimuler les activités axées sur un accroissement de flexibilité par les personnes qui y sont exposées. Il en résultera beaucoup de petites activités de changement potentiellement disparates. Bien sûr, vous pouvez toujours considérer cela comme «mieux que rien». Il est toutefois bien plus raisonnable d’envisager tous ces changements à venir dans le cadre d’une approche globale d’amélioration. C’est la seule façon de pouvoir en tirer le meilleur avantage.

3. Commencez enfin à penser et à communiquer en termes de valeur business – et non informatique.

Cela ne concerne bien sûr que ceux et celles qui ne le font pas déjà. C’est la grande orientation que prend l’industrie de la gestion des services informatiques aujourd’hui. Nombreux sont ceux qui considèrent qu’elle aurait déjà dû être dans cette approche de «focalisation sur la valeur» depuis des années. Une de ces voix est celle de Paul Wilkinson, dont les ateliers révèlent généralement que le principal reproche que les cadres supérieurs font à leurs collègues des TI est qu’ils ne comprennent «pas la priorité business et l’impact de l’informatique sur l’entreprise».

4. Réalisez que l’amélioration réelle de la gestion des services informatiques ne se réalisera que si vous la planifiez de manière proactive.

Vous savez probablement déjà ce qui se passe souvent avec vos meilleures ambitions d’amélioration de l’ITSM. Le «vrai travail» vous en empêche. Le tumulte quotidien au sein du département TI, et en particulier du support informatique, empêche les gens de prendre du temps pour «sortir la tête de l’eau». Ils « courent » en permanence pour satisfaire les utilisateurs. Une approche proactive d’amélioration nécessite non seulement de justifier des ressources et des coûts supplémentaires. Mais ce n’est pas suffisant. Il faut aussi de veiller à ce que les opportunités soient bien priorisées en fonction des besoins et des objectifs du business. Il est également indispensable de pouvoir ensuite mesurer et communiquer les résultats atteints par rapport aux objectifs de l’entreprise.

5. Chassez les idées fausses

Ne faites pas l’erreur de penser que l’amélioration des services TI engendre toujours une amélioration de la performance du business. Ce n’est pas vrai. Au lieu de cela, vous devez vraiment comprendre les effets ultimes des idées potentielles d’amélioration des TI sur les résultats business. Et comprenez également que, de façon perverse, il n’est pas impossible que les améliorations apportées à la gestion des services informatiques aient un effet négatif sur les résultats de l’entreprise.

Pourquoi? Prenons un exemple très simple: l’organisation informatique a réussi à favoriser l’adoption du libre-service informatique. C’est un gros succès pour le département informatique qui se trouve libéré de multiple tâches de support. Dès lors, les commerciaux de l’entreprise se débrouillent maintenant seuls pour résoudre leurs incidents informatiques. Ils sont autonomes pour faire les demandes de nouveaux services. Du coup, du fait de leur inefficacité dans ce domaine et de leur mauvaise compréhension, ils perdent beaucoup de temps à cela. Ce temps perdu est évidemment répercuté sur le temps consacré à leurs activités business. Or c’est leur activité business qui crée de la valeur pour l’entreprise. Au final, les économies opérationnelles réalisées par le centre de services informatiques sont très largement contrebalancées par la baisse des ventes mensuelles. Et c’est l’entreprise toute entière qui est impactée négativement. C’est un cas simple que j’ai déjà rencontré à plusieurs reprises et qui mérite d’être médité lorsque l’on cherche à s’améliorer.

6. Identifiez et priorisez les améliorations ITSM par le biais de conversations avec vos clients, et non avec les informaticiens.

Vous avez sans doute déjà une longue liste de choses que vous aimeriez améliorer. Mais vous devez faire attention à ce que ce soient les «bonnes choses», du point de vue business. C’est particulièrement le cas lorsque ce qui semble être une amélioration très intéressante en matière de gestion des services informatique n’a que peu d’impact positif sur les opérations business (voir le point précédent). Ainsi, plutôt que de considérer l’amélioration du point de vue du département IT, vous devez toujours partir de l’extérieur et aller de l’avant vers l’intérieur. C’est à dire qu’il faut systématiquement opter pour une approche externe. C’est toujours le business qui doit être le point de départ.

7. Analysez vos précédentes activités d’amélioration des services TI.

Cette activité d’analyse est, hélas, trop souvent négligée. L’orientation prospective du département informatique empêche souvent de revenir sur ce qui s’est passé auparavant. Pourtant, comme pour tout ce que vous faites dans le domaine des TI, cela vous permettra d’apprendre du passé (et des autres). Il s’agit non seulement de tirer des leçons de ce qui n’a pas bien fonctionné, mais également de ce qui s’est bien passé. Il faut surtout comprendre le « pourquoi » afin d’identifier les risques et les améliorations à apporter. Ces résultats d’analyse devront ensuite être pris en compte dans les activités d’amélioration de 2019. Vous éviterez ainsi de refaire éternellement les mêmes erreurs.

Focalisez-vous sur ce qui est vraiment important

Mon deuxième groupe de conseils pour 2019 concerne les tendances et les innovations qui affecteront votre façon traditionnelle de penser ainsi que votre façon d’exploiter vos services TI.

8. Prenez conscience de l’importance de l’expérience utilisateur en matière de services TI.

Aussi loin que je me souvienne, les meilleures pratiques en matière de gestion des TI n’ont jamais voulu reconnaître les utilisateurs finaux comme étant des clients. Elles se basaient pour cela sur le fait qu’ils ne paient pas personnellement leur s services informatiques. Elles considéraient donc que les clients étant plutôt des cadres supérieurs (ceux-ci risquant d’ailleurs de ne pas payer les factures informatiques). Cependant, tout cela n’a aujourd’hui plus aucune importance. En effet  c’est l’expérience des employés qui est désormais au centre. Car l’informatique n’est qu’un outil au service des employés pour leur faciliter l’atteinte de leurs objectifs business. L’aspect majeur, c’est que le fait de ne pas tenir compte de l’expérience des employés aura probablement une incidence négative sur le succès, la valeur et la pertinence du service informatique pour toute l’entreprise.

9. Préparez-vous pour l’arrivée de l’intelligence artificielle (IA) dans le domaine des services TI.

Vous n’y échapperez pas. Il est impossible que votre organisation, votre département informatique et vos activités TI ne soient pas affectées par les opportunités offertes par l’intelligence artificielle en 2019. Et, au cours de la prochaine année, de plus en plus de fournisseurs d’outils ITSM introduiront des fonctionnalités d’intelligence artificielle basées sur des tâches, notamment pour le support. Cela va des chatbots à la catégorisation, à la hiérarchisation et au routage automatisés des tickets. Le battage médiatique de 2018 sur l’IA deviendra une réalité en 2019. Et ce sera essentiel pour améliorer l’ITSM dans les trois domaines suivants: «meilleur, plus rapide, moins cher». Alors, êtes-vous prêt, ou serez-vous prêt pour l’arrivée imminente de l’IA?

10. … Et essayez d’éviter un déferlement incontrôlé de l’IA.

En informatique, nous sommes souvent confrontés à la nécessité faire face à «un déferlement», où la technique et les coûts technologiques ne sont pas contrôlés. Ainsi, la virtualisation et la prolifération des machines virtuelles (VM) constituent un cas d’école bien connu. Les entreprises paient pour une plus grande «capacité», c’est-à-dire plus de VM, qu’elles n’en ont réellement besoin (et n’en utilisent). Ensuite, il y a eu la prolifération des services cloud (l’infonuagique). Et là encore, en raison du manque de contrôle sur les capacités de cloud payées on a sur-dépensé pour des capacités dont certaines n’étaient pas nécessaires. Maintenant, alors que les services informatiques et d’autres fonctions business cherchent à exploiter l’intelligence artificielle, ils ne doivent pas se retrouver face aux mêmes situations. Ce n’est pas tellement lié à la capacité redondante, mais plus à la disparité et au nombre d’initiatives d’IA. Contrairement à une mise en oeuvre centralisée et contrôlée, cela conduira à une duplication des efforts et à des coûts d’achat et de fonctionnement plus élevés (et probablement à des problèmes d’interopérabilité).

11. Cessez de parler de création de valeur par la gestion des services TI à vos collègues du business

Attendez!? Quoi!? Ne vous inquiétez pas, c’est l’une de ces situations du type «Le roi est mort, vive le roi». La gestion des services TI est toujours aussi bénéfique pour votre entreprise. Par contre, il est important de faire la distinction entre ce dont on parle et comment cela s’appelle. La plupart des personnes de votre entreprise (y compris au sein des équipes informatiques) ne savent pas ou ne se soucient pas de ce qu’est vraiment la gestion des services TI. La plupart, cependant, comprennent que «la transformation numérique est un impératif commercial» (peu importe ce que cela signifie). Et les éléments de la gestion de services informatiques que nous connaissons et aimons peuvent jouer un rôle efficace dans la transformation numérique. C’est le cas en particulier dans la transformation du back-office. Il peut s’agir par exemple de remplacer les procédures manuelles souvent lentes par une automatisation améliorée, une meilleure compréhension et, pour l’avenir, de tirer avantage de l’AI.

12. Repensez vos stratégies et vos politiques en matière de ressources humaines.

J’ai parlé de certains changements importants ayant une incidence sur la gestion des services TI dans les points précédents. Cependant, les responsables informatiques doivent également tenir compte les effets de ces changements sur les personnes. Et ils doivent se préparer à y réagir. C’est un sujet qui mérite beaucoup plus qu’un simple point et un conseil, mais je vais essayer d’être bref.

Pour commencer, il faut bien comprendre qu’il est de plus en plus difficile de travailler dans l’informatique. Les informaticiens se sentent de plus en plus mal à leur place. Le stress quotidien augmente considérablement sur le lieu de travail et conduit à des difficultés de rétention du personnel. De plus, les types de compétences et de capacités requises du personnel évoluent en permanence. Cela va de l’attitude à l’aptitude du centre de services informatiques à travailler avec succès, en s’améliorant continuellement en s’appuyant sur de nouvelles fonctionnalités basées sur l’IA. Non seulement de nouvelles méthodes de travail apparaissent, mais aussi de nouveaux rôles traitant de tâches et de problèmes plus complexes. Ceci est dû notamment à un accroissement du libre-service, de l’automatisation et de l’IA qui ont supprimé les tâches plus simples. Les techniciens se retrouvent donc désormais uniquement face à des tâches complexes.

13. Reconsidérez la façon dont vous évaluez la satisfaction des utilisateurs face à l’informatique.

Le traditionnel questionnaire de satisfaction constitue depuis longtemps l’outil privilégié pour comprendre ce que vos clients, c’est-à-dire vos collègues de travail, pensent de l’organisation informatique et du support en particulier. Toutefois, l’industrie de la gestion des services informatiques (ITSM) tarde à prendre conscience du fait que cette mesure – ou du moins les questions qui sont posées et la manière dont elles sont posées – cache la véritable perception des clients en matière d’informatique. Et si les perceptions des clients ne sont pas bien comprises, toutes les activités entreprises pour vous améliorer sont probablement mal ciblées. Pour citer le légendaire Ivor Macfarlane: « Si nous mesurons les mauvaises choses, nous améliorerons probablement seulement les mauvaises choses ».

14. Evaluez votre niveau de gestion des connaissances et le succès de votre libre-service

Pourquoi? Parce que ce sont deux domaines qui devraient influencer positivement vos succès en matière d’IA. Mais cela sera possible seulement si vous «exploitez» au mieux ces deux domaines. Et, malheureusement, de nombreuses organisations informatiques ont beaucoup de mal à traduire les technologies associées en fonctionnalités que les employés utilisent activement au quotidien.

15. Examinez bien la façon dont vos collaborez avec les équipes de développement

Je ne m’étendrai pas sur ce point, car mon article est déjà long et j’aime penser que les choses s’améliorent. Cependant «70% des répondants pensent que le personnel ITSM n’a pas été suffisamment impliqué dans les activités et les ambitions DevOps du business” selon une enquête ITSM réalisée mi-2017. Alors, prenez le temps de vous demander si les communautés de la production, du support et DevOps collaborent vraiment bien au sein de votre organisation. Si elles ne le font pas, alors faites enfin quelque chose de positif sur ce sujet critique. Et rappelez-vous que le point critique dans une approche DevOps c’est l’aspect culturel.

16. Investissez massivement sur la facilitation du changement organisationnel

Non, je ne parle pas ici du processus de gestion du changement préconisé par ITIL. Je fais bien référence à la gestion du changement organisationnel (OCM) qui est essentiellement culturel. Il est indispensable de reconnaître que la plupart des changements technologiques et commerciaux sont en définitive des changements liés aux personnes.

La publication « ITIL Practitioner Guidance » décrit la gestion du changement organisationnel (OCM) comme suit: «Une approche permettant de gérer les effets du changement sur les personnes, ce qui peut être dû à de nouveaux processus métier, à des changements de structure organisationnelle ou à des changements culturels au sein d’une entreprise. En termes simples, OCM s’adresse au côté humain de la gestion du changement. ». Il s’agit en réalité de comprendre comment nous, humains, réagissons au changement, puis d’utiliser des outils et des techniques éprouvés pour aider les gens à adhérer à un changement donné. COBIT prend d’ailleurs très au sérieux ce sujet qui se traduit dans plusieurs composantes de la gouvernance et du management.

Regardez au delà de chaque changement pris individuellement

Mon dernier groupe de conseils de 2019 concerne la durabilité des activités d’amélioration dans le temps.

17. Obtenez la mesure de vos mesures ITSM

Depuis combien de temps utilisez-vous les mêmes mesures ITSM? Et en particulier depuis combien de temps avez-vous les mêmes indicateurs de performance clés pour votre centre de services? J’ai déjà évoqué la nécessité de mieux comprendre la perception des clients vis-à-vis de l’informatique, au-delà du questionnaire de satisfaction client traditionnel. Mais il existe également de nombreuses autres raisons d’investir du temps et des ressources dans la révision de vos métriques.

Par exemple, une fois que vous avez une meilleure compréhension de ce qui influence ou motive le «bonheur» du client, vous pouvez ensuite identifier les indicateurs actuels qui génèrent les comportements et actions incorrects du personnel informatique, puis les résultats obtenus, par rapport aux besoins désormais connus du client. Et donc vous pouvez identifier les attentes. Ou encore, comment les mesures d’efficacité traditionnelles seront affectées par le succès du libre-service, de l’automatisation et de l’IA. Sera-t-il possible de modifier simplement les cibles ou est-il plus facile de simplement mettre quelques mesures nouvelles dans votre tableau de bord? Par exemple vous pourriez mesurer le taux de résolution de premier contact.

18. N’oubliez pas de communiquer largement sur vos succès

C’est facile à faire! Pourtant c’est rarement fait… Tout le monde est tellement occupé par les tâches quotidiennes que tous les succès en matière d’amélioration sont rapidement «salués de la tête», puis on passe à autre chose. Si vous vous êtes longtemps battu pour obtenir des ressources et des budgets supplémentaires pour atteindre vos objectifs, ne pas communiquer efficacement vos succès revient à «vous tirer une balle dans le pied». En effet si vous ne communiquez pas, on oubliera que vous avez atteint votre objectif. Et, au final, il en résultera une impression de faible retour sur investissement.  Et, point important, obtenir des budgets d’amélioration en 2020 sera probablement encore plus difficile.

19. Essayez d’aider les autres mais surtout aidez-vous vous-même

Le succès futur de l’ITSM dépend, et a probablement toujours dépendu, de ceux qui ont pu aider les autres à réussir. Traditionnellement, cela a pu se faire via les nombreuses conférences mondiales liées à l’ITSM ou, pour quelques-uns, en contribuant aux publications officielles des meilleures pratiques ITSM. Cependant, comme le montre l’évolution rapide et le succès de DevOps, nos vies de plus en plus sociales et connectées offrent davantage de possibilités de partage et de collaboration entre pairs – en amélioration itérative – pour des bonnes pratiques émergentes qui pourraient bien remplacer les meilleures pratiques « à l’ancienne » rapidement obsolètes.

Voici donc mes 19 conseils ITSM pour 2019.  Que pensez-vous devoir ajouter? Avec quoi n’êtes-vous pas d’accord? S’il vous plaît exprimez-vous dans les commentaires.

SMSI certifié ISO 27001 vs conformité RGPD

Quel rapport y a-t-il entre la mise en oeuvre d’un SMSI (sytème de management de la sécurité de l’information) certifié ISO 27001 et la conformité au RGPD? Est-ce une solution pour répondre aux obligations réglementaires et légales? J’entends souvent cette question. Essayons-donc de voir quelle relation il peut y avoir entre les deux. Et essayons de comprendre en quoi la certification ISO 27001 peut vous aider à améliorer votre conformité.

ISO 27001 : un SMSI certifiés est-il la solution pour la conformité RGPD?
Crédit © Adobe Stock

Le RGPD et la norme ISO 27001 ont beaucoup en commun. Tous deux visent à renforcer la sécurité des données et réduire le risque de failles de sécurité. De même, tous deux exigent des entreprises qu’elles assurent la confidentialité, l’intégrité et la disponibilité des données sensibles. ISO 27001 est une norme très détaillée en la matière. Le RGPD est une réglementation Européenne. Il faut d’ailleurs noter que l’article 24 du RGPD stipule que l’adhésion aux codes de conduite et certifications approuvées – comme ISO 27001 – peut être utilisée pour démontrer la conformité.

D’où la question : « Suis-je conforme au RGPD si j’obtiens la certification ISO 27001 de mon SMSI ? ».

Les similarités entre ISO 27001 et le RGPD

Le RGPD est un cadre beaucoup plus large avec une couverture plus fondamentale de la sécurité et de la confidentialité des données. Toutefois il est nécessaire de bien comprendre les similarités et les différences entre les deux standards pour savoir si un SMSI certifié ISO 27001 peut avoir une utilité pour passer les audits de conformité au RGPD.

Les deux cadres ont beaucoup de points communs.

Confidentialité, intégrité et disponibilité des données

L’article 5 du RGPD définit les principes généraux pour le traitement des données, comme la protection contre les traitements non-autorisés ou illégaux, les pertes de données accidentelles, leur destruction ou leur altération. L’article 32 précise que les entreprises doivent mettre en place les mesures techniques et organisationnelles pour assurer la sécurité des données : encryptage, résilience des systèmes de traitement, capacité de restaurer rapidement la disponibilité des données personnelles, etc.

De façon similaire, plusieurs mesures de sécurité dans ISO 27001 visent à aider les entreprises à assurer la confidentialité, la disponibilité et l’intégrité des données. Elles doivent, selon la clause 4, identifier les facteurs internes et externes susceptibles d’impacter leurs programmes de sécurité. La clause 6 leur impose de déterminer leurs objectifs de sécurité des TI et de créer un programme ad hoc. Enfin, La clause 8 définit les exigences pour la maintenance et l’amélioration continue de leur programme de sécurité . Elle leur impose de documenter ce dernier pour démontrer leur conformité.

Evaluation des risques

RGPD et ISO 27001 exigent tous deux une approche de la sécurité des données basée sur les risques. L’article 35 du RGPD impose aux entreprises d’effectuer des évaluations d’impact sur la protection des données et d’identifier les risques pour les données personnelles. Ces évaluations doivent obligatoirement être faites avant tout traitement de données à haut risque. C’est le cas notamment pour les données sensibles.

ISO 27001 impose également aux entreprises de faire des évaluations rigoureuses pour identifier les menaces et les  vulnérabilité pouvant affecter les actifs (clause 6.1.2). Elles doivent ensuite mettre en oeuvre les mesures de sécurité appropriées (clause 6.1.3).

Gestion des parties intéressées

La clause 8 de l’ISO 27001 demande aux entreprises d’identifier les actions de traitement qui sont externalisées et de s’assurer qu’elles restent sous contrôle. La clause 15 donne des directives spécifiques pour les relations avec les fournisseurs et demande aux entreprises de surveiller et évaluer le niveau de service des fournisseurs.

Des enjeux similaires sont couverts par l’article 28 du RGPD, qui exige que les contrôleurs de données sécurisent les termes contractuels et les assurances des processeurs, avec un « accord de traitement des données ».

Notification des failles de sécurité

En vertu des articles 33 et 34 du RGPD, les entreprises doivent informer l’autorité de contrôle dans les 72 heures suivant la découverte d’une violation de sécurité de données personnelles. Les personnes concernées doivent être notifiés sans délai, mais seulement si les données représentent un « risque élevé pour les droits et libertés des personnes concernées ».

La mesure de sécurité A.16 de l’ISO 27001 ne spécifie pas de délai pour la notification en cas de faille de sécurité. Cependant,  elle stipule que les entreprises doivent signaler rapidement tout incident de sécurité et communiquer de manière à permettre une action corrective rapide.

Protection des informations par défaut et dès la conception

L’article 25 du RGPD stipule que les entreprises doivent mettre en place les mesures techniques et organisationnelles au cours de la phase de conception de tout projet, afin de garantir les droits de confidentialité des données dès le début du projet (« protection des données dès la conception »). De plus, les entreprises doivent protéger la confidentialité des données par défaut. Ceci signifie qu’elle doivent s’assurer que seules les informations nécessaires à chaque objectif de traitement sont utilisées (« protection des données par défaut »). Il s’agit en fait du principe de minimisation des données.

Dans ISO 27001, des exigences similaires sont décrites dans les clauses 4 et 6. La clause 4 exige que les entreprises comprennent le périmètre et le contexte des données qu’elles collectent et traitent. La clause 6 impose qu’elles effectuent régulièrement des évaluations de risque pour garantir l’efficacité de leur programme de gestion de la sécurité.

Conservation des enregistrements

L’article 30 du RGPD exige que les entreprises conservent les historiques de leurs activités de traitement. Ceci inclut la catégorie des données, la finalité du traitement, et la description générale des mesures de sécurité techniques et organisationnelles.

ISO 27001 stipule que les entreprises doivent documenter leurs processus de sécurité. Elles doivent aussi documenter les résultats de leurs évaluations de risque de sécurité et de risque de traitement (clause 8). Les informations doivent être stockées et classées, les propriétaires des données doivent être désignés et les procédures pour l’utilisation acceptable des données doivent être définies.

ISO 27001 et RGPD : est-ce la même chose?

Comme nous l’avons vu, la certification ISO 27001 peut simplifier le processus de mise en conformité RGPD. Toutefois, il existe des différences importantes entre les deux cadres. Le RGPD est une réglementation européenne à laquelle doit se conformer toute organisation publique ou privée. C’est un cadre global qui fournit aux entreprises une vision stratégique de la manière dont elles doivent protéger les données personnelles. ISO 27001 est une norme et les organisation peuvent, à leur choix, faire certifier leur SMSI ou pas. C’est un ensemble de bonnes pratiques centrées sur la sécurité des informations.

Les différences entre ISO 27001 et le RGPD

La norme fournit des conseils pratiques sur la manière de protéger les informations et réduire les cyber-menaces. A la différence du RGPD, elle ne couvre pas directement les enjeux liés à la confidentialité des données personnelles (que l’on retrouve dans le chapitre 3 du RGPD portant sur « Les droits des personnes concernées ») :

  • Consentement : les responsables du traitement doivent prouver que les personnes concernées ont donné leur accord pour le traitement de leurs données personnelles (articles 7 et 8). La demande de consentement doit être faite sous une forme facilement compréhensible. De plus, la finalité du traitement des données doit être clairement décrit. Les personnes concernées ont également le droit d’annuler leur consentement à tout moment.
  • Portabilité des données : les personnes concernées ont le droit d’obtenir et réutiliser leurs données personnelles pour leurs propres objectifs et pour différents services, et de transmettre ces données à un autre responsable de traitement sans entrave à l’utilisation.
  • Droit à l’oubli : les individus ont le droit de faire effacer leurs données personnelles et de stopper toute diffusion ultérieure, et ce sans délai.
  • Le Droit à la restriction de traitement : les individus ont le droit de limiter la manière dont une organisation utilise leurs données personnelles si les données ont été traitées de manière illégale ou si l’individu conteste l’exactitude des données.
  • Droit d’opposition : la personne concernée a le droit de s’opposer au traitement des données à des fins marketing, d’étude ou de statistique (article 21).
  • Transfert international de données personnelles : les organisations doivent s’assurer que les transferts internationaux de données sont faits en accord avec les règles approuvées par le Commission Européenne (article 46).

Conclusion

Le RGPD se concentre sur la confidentialité des données et la protection des informations personnelles. Il impose aux entreprises de déployer les moyens nécessaires pour obtenir un consentement explicite pour collecter des données et s’assurer que ces données sont traitées de manière légale. Toutefois, il ne donne pas les détails techniques sur la manière de maintenir un niveau de sécurité des données adéquat ou pour réduire les menaces internes et externes. A cet égard, ISO 27001 apporte des réponses : la norme fournit des orientations pratiques sur la manière de développer des politiques claires et complètes pour réduire les risques qui peuvent générer des incidents de sécurité.

Bien que la conformité ISO 27001 ne garantisse pas la conformité RGPD, elle peut être une étape qui présente un intérêt certain. Les entreprises ont donc intérêt à considérer la possibilité de se certifier ISO 27001 pour s’assurer que leurs mesures de sécurité sont suffisamment fortes pour protéger les données sensibles.

Certifications et compétences qui paient en 2018

Comme chaque année, nous vous proposons un survol des certifications et compétences qui paient le mieux en 2018. Cet article s’appuie sur l’enquête annuelle réalisée par Global Knowledge sur les compétences et les salaires dans le domaine IT.

Les certifications et les compétences les mieux payées en 2018
Crédit © AdobeStock & Gwimages 2018

Notre précédent article sur les 6 certifications qui payaient le mieux en 2017 continue à être l’article plus lu de ce blog. Voici donc la version 2018 avec quelques évolutions notables. On constate un véritable glissement vers de nouvelles certifications et compétences correspondant aux meilleurs salaires. Cependant on peut constater des différences énormes selon les zones géographiques. Elles correspondent totalement à l’économie et aux besoins des entreprises dans chacune des zones. Il reste toutefois clair que les salaires sont dépendants de l’offre de compétences et de la demande régionale.

Vous courrez après les gros salaires? Cet article vous présente les certifications les mieux payées. Cependant il vous indique aussi ce que les employeurs attendent de vous et ce que cela implique. La certification ne suffit pas… C’est, pour un employeur potentiel, une assurance raisonnable quand à vos connaissances dans le cas de certifications courantes et aussi de votre compétence dans le cas des certifications professionnelles. Le recherche trois critères :

  • le savoir (sur la base de vos diplômes académiques et des vos certifications standards),
  • le savoir-faire (sur la base de vos certifications professionnelles et de votre expérience),
  • votre savoir-être sur la base de l’évaluation de votre comportement et de votre attitude (le recruteur ira chercher ces informations sur les réseaux sociaux, auprès de votre entourage professionnel et personnel).

Dans tous les cas, dites-vous que votre futur employeur vérifiera la réalité de ce que vous annoncez dans votre CV. Inutile donc de revendiquer une certification que vous n’avez pas. La vérification auprès de l’organisme émetteur de la certification révèlera immédiatement la supercherie. Cela se retournera contre vous. D’ailleurs, certains organismes de certification n’hésitent pas à porter plainte contre les fraudeurs et réclament des amendes importantes.

Certifications standards vs certifications professionnelles

Lorsqu’on parle de certification, il faut toujours bien faire attention à la signification qu’on donne aux mots. Les certifications standards sont par essence des certifications résultant de la simple réussite à un examen. C’est le cas des certifications ITIL, PRINCE2, VERISM, certaines certifications COBIT, etc. Elles se dénomment souvent Foundation, Practitioner, Intermediate ou encore Advanced. Aucune expérience dans le domaine n’est réclamée et la certification est valide sans limitation de durée.

Dans le cas des certifications professionnelles, à l’inverse, la réussite à l’examen n’est qu’une première étape. Ensuite il est nécessaire de prouver une expérience minimum de 3 à 5 ans dans le domaine concerné. L’organisme de certification effectue donc une vérification auprès des précédents employeurs de du candidat sur la valeur et la durée de son expérience ainsi que sur son attitude et son comportement. Ce n’est que lorsque cette vérification est positive que la certification est délivrée.

En général les certifications professionnelles ont une durée limitée, souvent de 3 ans. Chaque année ou chaque 3 ans, l’organisme exige la preuve que le certifié a bien suivi un nombre minimum d’heures de formation (CPD/CPE/CPU). Le certifié doit également acquitter de nouveau un montant significatif pour le renouvellement de sa certification. L’organisme de certification effectue alors, de façon aléatoire, des contrôles sur l’expérience acquise pendant les 3 ans ainsi que sur le comportement du certifié pendant cette période. A cette occasion la certification peut lui être retirée.

Parmi les certifications professionnelles, on peut citer CISA, CISM, CGEIT, CRISC, PMP, CIA, ISO 27001 Lead Implementer ou ISO 27001 Lead Auditor. Il est bien évident que les certifications professionnelles, plus « sérieuses », sont les plus recherchées par les employeurs. Ce sont donc aussi, logiquement, celles qui correspondent aux meilleurs salaires.

Les compétences les plus recherchées

Les compétences les plus recherchées sont bien naturellement celles qui paient le plus. C’est tout simplement la loi de l’offre et de la demande. Voyons ensemble les 5 domaines de compétences qui suscitent le plus de demandes en 2018. Précisons bien qu’il s’agit là de recherche de professionnels certifiés et pouvant démontrer plusieurs années d’expérience dans le domaine. Donc ce sont des domaines dans lesquels les employeurs recherchent en priorité des détenteurs de certifications professionnelles.

Notons toutefois que parmi ces 5 compétences les plus recherchées, deux certifications sont de niveau Foundation (COBIT 5 Foundation et Six Sigma Green Belt).

La cybersécurité

Comme lors des trois dernières années, les certifications en sécurité tiennent les premières places en matière de rémunération. Lorsque nous élargissons la liste aux 20 premiers, six certifications sont relatives à la sécurité an niveau mondial, y compris les deux premières places: CISSP de (ISC) 2 et CRISC de l’ISACA. Le CISM d’ISACA se classe au sixième rang mondial et au huitième rang en EMEA.

Le CISSP enregistre le salaire global moyen le plus élevé avec 70.177 € en EMEA (100.146 $ aux USA, ce qui représente une différence de plus de 27% entre les deux zones géographiques). Les professionnels de l’informatique possédant des certifications en sécurité ont tendance à avoir des salaires moyens globaux supérieurs de 15% (aux USA) à 63% (dans la région Asie-Pacifique) à la moyenne des autres certifiés.

Pour en savoir plus sur les certifications CISSP et CISM, nous vous invitons à lire notre article CISM vs CISSP : quelle certification choisir?

Le Cloud

Les certifications liées au Cloud, y compris AWS Certified Solutions Architect – Associate, ont des salaires moyens nettement supérieurs à la norme. En Amérique du Nord, le le salaire moyen du personnel informatique certifié AWS est 10% plus élevé que celui des personnels possédant une autre certification dans le Cloud et 29% supérieur au salaire moyen des professionnels IT certifiés dans un autre domaine. Toutefois, l’augmentation du salaire des professionnels certifiés en Cloud computing n’est pas limitée à ceux possédant les certifications AWS.

L’accent mis sur le nuage s’est également étendu à d’autres domaines fonctionnels. Les help-desks et les équipes de support technique recherchent activement des professionnels possédant des certifications dans le cloud computing et les réseaux.

La gestion de projet

Les gestionnaires de projets certifiés en Amérique du Nord ont également des salaires moyens au dessus de la norme. C’est particulièrement vrai pour ceux qui possèdent une certification PMP (103 406 $) par rapport à la moyenne des autres professionnels certifiés en gestion de projet, par exemple PRINCE2  (97 745 $). La tendance est beaucoup moins nette sur la région EMEA. Pour en savoir plus sur ces deux certifications, nous vous invitons à relire notre article PRINCE2 vs PMP : Quelle méthode de gestion de projet choisir?

On voit également émerger cette année une demande croissante pour les chefs de projets certifiés sur une méthode agile. Dans ce contexte c’est la certification Certified ScrumMaster (CSM) avec un salaire moyen de 98 562 $ qui tient la tête.

La gouvernance et le management

L’ISACA est une association indépendante axée sur l’adoption et l’utilisation des meilleures pratiques de gouvernance et de management de l’information et des technologies dans les organisations. L’ISACA possède six certifications dans le top 20 mondial, y compris CGEIT, CISA, CRISC et CISM . Une nette tendance se dégage également avec une demande de plus en plus forte de professionnels certifiés sur COBIT 5. Cela se traduit par un salaire moyen des professionnels certifiés COBIT 5 Foundation qui atteint maintenant 65.000 € dans la région EMEA.

Si vous vous posez des questions sur le CISA, nous vous conseillons trois articles précédemment publiés sur notre blog :

Compétences Six Sigma

La certification Six Sigma Green Belt est parrainée par l’association indépendante IASSC. C’est une certification de base sur un ensemble de techniques et d’outils d’amélioration des processus. Une tendance nette se dégage également en faveur des professionnels possédant une certification Six Sigma Green Belt qui obtiennent un salaire moyen de 99.865 $ en Amérique du Nord et de 69.000 Euros en EMEA soit une différence de 21%, la plus faible du top 20 des certifications.

Le top vingt des salaires par certification en Europe

Les résultats du classement 2018 sont extrêmement intéressants car ils montrent un changement important par rapport à 2017. La grande nouveauté est l’arrivée en force des certifications AWS (Amazon) dans les premières places du classement. A l’inverse les certifications qui monopolisaient les premières places ce dernières années subissent un fort recul (CISA, PMP). On voit également apparaître en 7ème position une certification qui fait sont entrée dans les 10 premières : COBIT 5 Foundation. Il est également à noter que cette année les certifications CISCO disparaissent complètement du classement.

Classement 2018 des 20 certifications et certifications professionnelles correspondant au meilleurs salaires en euros
Classement établi sur les salaires en région EMEA (Europe, Moyen Orient & Afrique). L’ordre est différent en Amérique du Nord.

L’autre enseignement de ce classement est la différence très importante des salaires entre la région EMEA et l’Amérique du Nord. Les salaires en EMEA sont tirés nettement vers le bas par la zone Afrique ainsi que le montre la carte suivante.

Salaires des professions IT par région du monde
Moyenne des salaires IT par région du monde – Crédit © Global Knowledge 2018

Conclusion

Ces éléments peuvent vous aider à choisir parmi les certifications disponibles celles qui vous conviennent le mieux. Bien sûr le salaire est un critère mais n’oubliez pas que la certification ne garantit pas le niveau de salaire. C’est votre compétences et votre adéquation au marché qui feront la différence.

N’hésitez pas à commenter cet article en y apportant vos témoignages sur votre expérience personnelle. Posez-nous également des questions. Nos experts se feront un plaisir de vous répondre. Si cet article vous a paru intéressant, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux et à nous mettre un « like » si vous le souhaitez.

RGPD – La CNIL ordonne l’effacement de 14 millions d’enregistrements

La société SINGLESPOT produit une solution technique permettant aux développeurs d’applications mobiles de monétiser leur applications grâce à de la publicité ciblée. Le 26 Mai 2018, dans le cadre du RGPD (GDPR), cette société est l’objet d’un contrôle par la CNIL. Celle-ci met alors en demeure SINGLESPOT d’effacer 14 millions d’enregistrements de données personnelles.

RGPD / GDPR : La CNIL met SINGLESPOT en demeure d'effacer 14 millions d'enregistrements de données personnelles
Crédit © rawpixel 2018

C’est le premier contrôle de la CNIL réalisé depuis l’entrée en vigueur des sanctions prévues par le RGPD. Mais Singlespot est la troisième start-up du secteur du marketing mobile à être mise en demeure par la CNIL cette année. Celle-ci souhaite informer le public sur l’utilisation de technologies s’appuyant sur la géolocalisation des téléphones portables.

Les grands groupes ne sont pas les seuls concernés par la protection des données personnelles. Près de cinq mois après l’entrée en vigueur du RGPD, les start-ups sont, elles aussi, surveillées de près par la CNIL. « Les entreprises sont toutes concernées, à partir du moment où elles gèrent une quantité importante de données », rappelle Mathias Moulin, directeur de la protection des droits et des sanctions à la CNIL.

Après Teemo et Fidzup, Singlespot est la troisième start-up utilisant des données de géolocalisation à des fins publicitaires à être mise en demeure par la CNIL. Alors que la procédure liée à Teemo a été clôturée, celle liée à Fidzup est toujours en cours. De son côté, Singlespot dispose de trois mois, à compter du 23 octobre, pour se mettre en conformité avec le RGPD. A défaut, la société s’expose à des sanctions financières importantes.

Pourquoi rendre public le cas de Singlespot?

Nul doute que ce n’est pas la seule organisation à avoir été contrôlée par la CNIL depuis le 25 Mai 2018. Pourtant toutes les infractions, pas plus que toutes les mises en demeure ne sont pas rendue publiques.

La délibération du bureau de la CNIL, datée du 18 octobre 2018 explique clairement les raisons de cette publicité. Le bureau estime que la publicité de la décision de mise en demeure se justifie par les caractéristiques des manquements. Alors quels sont ces manquements si graves qui justifient cette décision?

Les constats effectués par la CNIL

La société SINGLESPOT s’appuie sur une technologie dénommée SDK afin de collecter des données à caractère personnel via les smartphones et d’effectuer des campagnes publicitaires mobiles auprès des personnes.

À l’occasion de ses investigations, la CNIL a constaté que la société collecte des données de géolocalisation. Et elle le fait sans recueillir le consentement des personnes. Un tel traitement constitue, de fait, un risque particulier au regard de la vie privée. En effet, il révèle les déplacements des personnes et leurs habitudes de vie.

Le bureau de la CNIL indique également que le nombre massif de personnes susceptibles d’être impactées par le traitement mis en œuvre par la société SINGLESPOT constitue une justification pour la publicité de cette décision. En effet, le SDK est intégré à des dizaines d’applications mobiles et une partie importante de la population possède un smartphone. À cet égard, le bureau relève que le SDK installé sur les applications collecte les données de géolocalisation des personnes environ toutes les cinq minutes. De plus, il a été constaté par la délégation de la CNIL que plus de 5 millions d’identifiants avaient été collectées par la société.

Les raisons profondes de cette publicité

Le bureau estime, que, vu la gravité des faits constatés, il est du devoir de la CNIL de mettre les personnes concernées en mesure de conserver le contrôle de leurs données. Cet objectif ne saurait être atteint qu’en assurant le plus haut niveau de transparence sur la collecte des données, notamment de géolocalisation, et la finalité du traitement mis en œuvre par la société SINGLESPOT.

Enfin, la CNIL dont on connaît le manque de moyens, souhaite sensibiliser les professionnels du secteur. Cette sensibilisation est d’autant plus importante que la collecte de données à caractère personnel à des fins de profilage et de ciblage publicitaire, notamment à partir des lieux fréquentés par les personnes, connaît une forte croissance. De plus, l’utilisation de tels mécanismes s’inscrit dans un écosystème faisant intervenir plusieurs acteurs. Il s’agit en particulier des éditeurs d’applications mobiles et des clients annonceurs. Il est donc essentiel de les alerter sur les enjeux de la protection des données personnelles des clients.

Le bureau de la CNIL rappelle que cette mise en demeure ne revêt pas le caractère d’une sanction. À ce titre, aucune suite ne sera donnée à la procédure si l’organisation se conforme en tout point aux exigences de la mise en demeure dans le délai imparti. Si tel est le cas, celle-ci fera l’objet d’une clôture qui sera également rendue publique.

Les faits constatés par la CNIL

L’activité de l’entreprise

La mise en demeure adressée par la CNIL à la société SINGLESPOT révèle le détail des faits constatés lors des investigations.

La particularité de la solution technique mise en place, du point de vue RGPD, tient à ce que la société établit des profils de consommateurs géolocalisés. Elle peut ainsi suivre les utilisateurs au long de leurs déplacements et leur proposer des publicités en fonction de leur localisation. “Sont ainsi, par exemple, ciblés les mobinautes s’étant rendus dans des magasins concurrents et ceux ayant visité le magasin d’un client au cours des 15 derniers jours”.

Les données collectées étaient les suivantes : l’identifiant publicitaire mobile, le nom et la version de l’application mobile et le système d’exploitation utilisé (ANDROID ou IOS). Ces données étaient ensuite croisées avec des points d’intérêts, déterminés par les annonceurs (ex: boutiques concurrentes) afin de qualifier le profil de l’utilisateur pour le ciblage publicitaire souhaité.

Le constat réalisé par la CNIL

La délégation de la CNIL a pu constater que la collecte des données de géolocalisation des personnes était opérée :

  • tous les 200 mètres pour les applications installées sur le système d’exploitation IOS ;
  • toutes les cinq minutes sur le système d’exploitation Android.

Les données des utilisateurs étaient transmises à la société SINGLESPOT sans que les personnes n’en soit spécifiquement informées et sans que leur consentement ne soit recueilli pour cette transmission.

Au terme du contrôle effectué, la CNIL constatait que plus de 14 millions d’identifiants publicitaires étaient présents dans les bases de données de SINGLESPOT, dont plus de 5 millions associés à des données de géolocalisation. Il s’agit là d’un identifiant unique lié au téléphone mobile des personnes ayant utilisé les applications des éditeurs partenaires de l’entreprise.

La CNIL notait également que les données de géolocalisation des personnes étaient collectées et conservées dans les bases de données de la société, même lorsque les utilisateurs étaient situés en dehors des points d’intérêts géographiques déterminés. De pus la durée de conservation par Singlespot atteignait treize mois à compter de la date de la collecte.

La non conformité au RGPD

Du point de vue du RGPD nous sommes apparemment face à un traitement dit de “profilage”. Le profilage est défini par l’article 4.4 du RGPD comme “toute forme de traitement automatisé de données à caractère personnel consistant à utiliser ces données à caractère personnel pour évaluer certains aspects personnels relatifs à une personne physique, notamment pour analyser ou prédire des éléments concernant le rendement au travail, la situation économique, la santé, les préférences personnelles, les intérêts, la fiabilité, le comportement, la localisation ou les déplacements de cette personne physique”.

Or, on le sait, la CNIL est particulièrement sensible à ce type de traitement.

D’un point de vue juridique, on voit quatre problèmes se profiler. La CNIL les a évidemment relevés :

  • une collecte de données personnelles sans information préalable et sans consentement
  • une violation probable des principes de loyauté et de transparence (art. 5.1.a)
  • la violation probable du principe de minimisation (art. 5.1.c)
  • une interrogation quant à la base légale sur laquelle repose le traitement (consentement ?).

Les manquements relevés par la CNIL

Lors de son contrôle, la CNIL a relevé plusieurs manquements aux dispositions légales sur la base du RGPD :

  • Un manquement à l’obligation de disposer d’une base légale pour la mise en œuvre du traitement. L’entreprise affirmait que les opérations de ciblage étaient basées sur le consentement des personnes. Or la CNIL a relevé “qu’au moment de l’installation des applications contrôlées, les personnes ne sont pas informées de la collecte de leurs données de géolocalisation via le SDK à des fins de profilage des utilisateurs et de ciblage publicitaire”
  • Le non-respect de l’obligation de définir et de respecter une durée de conservation proportionnée à la finalité du traitement. Il s’agit là, en fait, du principe de minimisation du RGPD. A ce titre, la CNIL mentionne à juste titre : “la Commission considère que l’utilisation des dispositifs de géolocalisation est particulièrement intrusive au regard des libertés individuelles, dans la mesure où ils permettent de suivre de manière permanente et en temps réel des personnes, aussi bien dans l’espace public que dans des lieux privés. Ainsi, la CNIL estime que les données de géolocalisation ne peuvent être conservées que pour une durée strictement proportionnée à la finalité du traitement qui a justifié cette géolocalisation”
  • Un manquement à l’obligation d’assurer la sécurité et la confidentialité des données. En fait, le mot de passe administrateur consistait en un mot de passe de 16 caractères composé uniquement de trois types caractères différents (majuscules, minuscules et chiffres). Ceci contrevenait à la charte de sécurité de l’entreprise. Celle-ci préconisait un mot de passe de 10 caractères minimum composé de majuscules, minuscules, chiffres et caractères spéciaux. La CNIL relève également une utilisation non conforme des données utilisateurs des bases de données de production. En effet, celles-ci étaient utilisées dans les environnements de développement. Cette utilisation viole ainsi le principe de confidentialité

Le dernier manquement concernant la sécurité informatique relevé par la CNIL. Il semble ressortir des faits que l’entreprise développait ses applications directement dans des environnements de production. Cette pratique représente un risque majeur en matière d’intégrité des données des personnes concernées. Ce risque bien se rajouter à celui qui pèse sur la confidentialité.

Le contenu de la mise en demeure adressée par la CNIL

En conséquence, la société SINGLESPOT a été mise en demeure sous un délai de trois (3) mois à compter de la notification de la décision et sous réserve des mesures qu’elle aurait déjà pu adopter, de :

  • ne pas procéder sans base légale au traitement des données de géolocalisation des personnes à des fins de ciblage publicitaire, en particulier recueillir, de manière effective, le consentement préalable des utilisateurs des applications éditées par les partenaires de la société SINGLESPOT au traitement de leurs données par cette dernière (par exemple par la mise en place d’un pop-up contenant une information et une case à cocher dédiées ou un bouton de refus) et à défaut, supprimer lesdites données collectées ;
  • sous réserve de base légale du traitement, définir et mettre en œuvre une politique de durée de conservation des données raisonnable, en particulier :
  • supprimer les données de géolocalisation des utilisateurs collectées en dehors des zones de POIs une fois la correspondance entre les données de géolocalisation et les zones de POIS effectuée ;
  • définir une durée de conservation des données de géolocalisation proportionnée à la finalité du traitement et procéder à la purge ou, le cas échéant, à l’anonymisation des données anciennes ;
  • prendre toute mesure nécessaire pour garantir la sécurité des données à caractère personnel des utilisateurs, notamment en mettant en place une politique contraignante relative aux mots de passe utilisés par les comptes accédant aux bases de données ou aux plateformes d’administration de ces bases, respectant l’une des modalités suivantes :
    • les mots de passe sont composés d’au minimum 12 caractères, contenant au moins une lettre majuscule, une lettre minuscule, un chiffre et un caractère spécial ;
    • les mots de passe sont composés d’au moins 8 caractères, contenant 3 des 4 catégories de caractères (lettres majuscules, lettres minuscules, chiffres et caractères spéciaux) et s’accompagnent d’une mesure complémentaire comme par exemple la temporisation d’accès au compte après plusieurs échecs, (suspension temporaire de l’accès dont la durée augmente à mesure des tentatives), la mise en place d’un mécanisme permettant de se prémunir contre les soumissions automatisées et intensives de tentatives (ex : captcha ) et/ou le blocage du compte après plusieurs tentatives d’authentification infructueuses (au maximum 10).
  • un stockage des mots de passe sous une forme hachée (par exemple, à l’aide de l’algorithme SHA256 avec l’utilisation d’un sel) ;
    • en mettant en place une politique de séparation entre les environnements de tests de développement (ou de recette) et les environnements de production.
  • justifier auprès de la CNIL que l’ensemble des demandes précitées a bien été respecté, et ce dans le délai imparti.

À l’issue de ce délai, si la société SINGLESPOT s’est conformée à la mise en demeure, il sera considéré que la procédure est close et un courrier lui sera adressé en ce sens.

À l’inverse, si la société SINGLESPOT ne s’est pas conformée à la mise en demeure, un rapporteur sera désigné qui pourra demander à la formation restreinte de prononcer l’une des sanctions prévues par la loi.

Les conséquences potentielles

Rappelons qu’en application des articles 121-2, 131-37, 131-38 et 226-17 du Code pénal combiné le fait, pour une personne morale, de procéder à un traitement de données à caractère personnel sans mettre en œuvre les mesures prescrites à l’article 34 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 était puni d’une amende de 1 500 000 euros. Avec la mise en application du RGPD, les sanctions se sont nettement alourdies. La société risque maintenant une amende allant jusqu’à 4% de son CA mondial avec un minimum de 20 millions d’euros.

Cyber-risques : technologies émergentes et vie privée

De nouveaux cyber-risques apparaissent au fur et à mesure que des technologies émergentes arrivent sur le marché. Dans de nombreux cas les données privées sont menacées. La protection de la vie privée des individus, malgré le RGPD, est de plus en plus mise en défaut. Y a-t-il des solutions? Quelles sont les responsabilités?

Cyber-risques : Technologies émergentes (objets connectés, IoT) et protection des données personnelles et de la vie privée
Crédit © rawpixel.com 2018

Il est maintenant possible de connecter presque tous les objets. Bien sûr on pense à la montre connectée, mais il y a aussi de nombreux autres équipements concernés. Il peut s’agir d’accessoires automobiles ou d’accessoires de la maison (stores, réfrigérateur, télévision, thermostat intelligent, etc.). On ne doit pas non plus faire abstraction des drones et autres équipements médicaux tels que pacemakers ou autres. Aujourd’hui, 6,4 milliards d’appareils sont ou vont être connectés à Internet. Et si ça se passait mal? Si des pirates pouvaient avoir accès au données personnelles collectées par ces terminaux? Et même si les GAFAM (Google-Amazon-Facebook-Apple-Microsoft) récupéraient ces données et les revendaient? Et même si des cyber-criminels prenaient le contrôle de ces objets connectés? Alors, que pourrait-il advenir?

Une menace claire et omni-présente

Vous vous dites peut-être que c’est juste de la science-fiction. Et pourtant, il serait insensé de penser que les thermostats intelligents connectés à Internet ou d’autres appareils intelligents ne posent pas de problème de sécurité pour les organisations. Lors du développement d’objets connectés (IoT), l’absence de réflexion en matière de sécurité a entraîné un risque considérable pour les réseaux d’entreprises.

Selon Kaspersky Labs, 85 000 raisons très claires sont prises en compte lorsque l’on considère le coût moyen d’une attaque par déni de service distribué (DDoS) pour l’entreprise. En octobre 2016 déjà, de larges pans de l’internet sont devenus indisponibles en Europe et en Amérique du Nord. Amazon, PayPal, Netflix, Airbnb, Twitter et Visa ont figuré parmi les grands noms qui ont subi des perturbations. La cause? Une attaque DDoS contre le fournisseur Dyn. La vraie cause? Mirai.

Mirai est un logiciel malveillant qui transforme des ordinateurs utilisant le système d’exploitation Linux en bots contrôlés à distance. Ils forment alors un botnet (réseau de bots) utilisé notamment pour réaliser des attaques à grande échelle sur les réseaux. Mirai s’attaque principalement à des dispositifs grand public tels que des caméras pilotables à distance ou encore des routeurs pour la maison. En gros, il force brutalement les appareils IoT, bien que peu de force soit généralement nécessaire, à cause de mesures de sécurité rares (voire nulles). Suite à l’attaque de 2016, le botnet qui en a résulté était composé d’environ 150 000 caméras IP, de routeurs domestiques et même de moniteurs pour bébé.

Des failles de sécurité pour le moins surprenantes

La plupart des fabricants d’objets connectés (IoT) ne placent pas la sécurité au centre des préoccupations de conception. Le plus souvent , de nombreux fournisseurs et l’industrie technologique font alors porter la faute sur les utilisateurs. Il les accusent de n’avoir pas déployé suffisamment d’efforts pour sécuriser les appareils en modifiant les mots de passe par défaut. Et de leur côté, il arrive même que les fabricants fassent des erreurs majeures de sécurité. Ainsi, certains vont jusqu’à coder en dur des mots de passe faciles à deviner dans leurs appareils. C’est le monde à l’envers. Toutes les bonnes pratiques sont bafouées pour des raisons de coût essentiellement. La conséquence c’est que les cyber-risques explosent.

Des responsabilités claires des fabricants

Certes, les utilisateurs ne modifient pas toujours les mots de passe par défaut pour les rendre plus difficiles à deviner. Cela, les fabricants le savent. Alors pourquoi ne proposent-ils pas un mot de passe par défaut unique, difficile à pirater?

On peut toujours facilement reprocher aux utilisateurs de ne pas mettre à jour les systèmes avec les derniers correctifs. Mais, dans la réalité, ces mises à jour fournies par les fabricants d’objets connectés ne sont pas très fréquentes. Et elles n’arrivent généralement qu’après qu’un périphérique ait déjà été piraté. Ils sont en mode réactif et quasiment jamais en mode proactif.

Les dispositifs IoT sont conçus pour être faciles à utiliser. Ce sont aussi, souvent, des appareils destinés à être vendus à un prix attractif. La question du coût de réalisation devient donc un facteur primordial pour les fabricants. Or les compétences en sécurité sont relativement rares sur le marché et, par conséquent, relativement chères. Aussi, très souvent, la sécurité est développée par des techniciens n’ayant pas les compétences suffisantes en matière de sécurité. Au lieu de cela, il faudrait que les fabricants d’objets connectés fassent développer leurs appareils par des spécialistes de la sécurité possédant, en plus, des compétences de développement et ayant une parfaite compréhension des conséquences d’une protection insuffisante. Pas l’inverse!!

Des réglementations insuffisantes

En outre, l’industrie de l’internet des objets n’est, à ce jour, ni normalisée ni réglementée. La conséquence est une anarchie complète pour les utilisateurs finaux. Cela pourrait changer si le gouvernement tentait d’inciter les fabricants d’appareils IoT à adopter une approche de la protection de la vie privée dès la conception (Protection by Design). Les gouvernements pourraient chercher à légiférer si les fabricants d’appareils IoT n’écoutent pas les conseils. Il y a bien sûr une tentative d’évolution dans ce sens avec le RGPD. Malheureusement c’est encore insuffisant pour faire bouger les lignes au niveau des objets connectés..

L’évolution de la surface d’attaque des entreprises

Il est clair que quelque chose ne va pas dans le monde de la technologie lorsque vos utilisateurs deviennent le périmètre du réseau, étant donné le rôle qui consiste à empêcher les menaces de s’infiltrer davantage dans le réseau.

Les appareils IoT ouvrent le réseau à un éventail de risques beaucoup plus large. Ils servent de points de terminaison à sécuriser, tout en diluant les ressources assignées pour la définition classique et traditionnelle de la protection contre les menaces.

La bascule intelligente

Étant donné ce que vous ne pouvez pas faire pour empêcher la compromission des périphériques IoT, quel est le revers de la médaille? Il ne s’agit pas d’un exercice de «longueur de chaîne» comme le suggère la variété presque infinie d’appareils dont nous parlons. D’ailleurs, cette accusation de conception par des « comptables » que nous avons formulée plus tôt va, en fait déjà, commencer à tomber, dès que les vendeurs verront une opportunité du marché de fournir des produits plus sécurisés.

Attendez-vous à ce que la segmentation du réseau et l’authentification entre périphériques (si aucun cryptage de données suffisamment puissant n’est possible) figure parmi les priorités dans les listes de fonctionnalités des objets connectés.

Gardons un oeil sur le futur

Quoi que l’avenir nous apporte, vous ne devez pas perdre de vue ces objets connectés (IoT), ni même leur emplacement. Vous devez absolument savoir quels appareils vous avez, avec quoi ils se connectent et comment ils le font. Tenir un inventaire détaillé des vos actifs informationnels fait partie des bonnes pratiques de sécurité de l’information. Cependant on oublie souvent ces appareils dans la liste des actifs informationnels.

La visibilité est essentielle pour sécuriser l’IoT dans la mesure où votre entreprise est concernée. Ces points de d’accès sont les endroits où les attaquants rechercheront des vulnérabilités pour essayer de franchir le fossé entre les équipements et l’infrastructure de votre entreprise.

 

Cyber-escroqueries : ne vous faites pas piéger!

Quand il s’agit de vous protéger, vous et votre entreprise, contre les cyber-escroqueries, il n’existe pas de solution «universelle». Les entreprises et les particuliers continuent d’adopter de nouveaux appareils et de nouvelles technologies. Ils s’exposent donc en permanence à de nouvelles possibilités en matière de cyber-attaques.Afin de protéger efficacement les précieuses informations qui motivent les cybercriminels, il est important de mieux comprendre les différents types d’escroqueries qui nous ciblent.

Cyber-escroqueries - Evitez les pièges
Crédit © rawpixel.com 2018

Le top 5 des cyber-escroqueries les plus courantes

Les cybercriminels recourent à une grande variété de tactiques frauduleuses pour accéder à un appareil ou à un réseau. Leur objectif est toujours le même :  extorquer de l’argent ou voler des informations précieuses. Il est essentiels de comprendre les menaces et savoir comment vous en protéger, ainsi que votre entreprise. Cependant,  connaître les différentes manières dont ils exploitent les tactiques d’ingénierie sociale pour tromper les utilisateurs peut s’avérer assez complexe.

Toutefois, grâce à des règles simples, les utilisateurs peuvent minimiser l’impact des cyber-escroqueries. Nous vous proposons ici le top 5 des tactiques que les pirates utilisent cibler les utilisateurs.

1 – Les escroqueries par hameçonnage (phishing)

Les attaques par hameçonnage sont très courantes. On les retrouve très souvent dans les réseaux d’entreprise et les réseaux personnels. Elles se produisent lorsqu’un criminel envoie une communication à sa cible. Il peut s’agir d’un courrier électronique, d’un appel téléphonique, d’un SMS, etc.. Le pirate se fait passer pour quelqu’un d’autre afin d’extraire ou d’accéder à des informations d’identification. Ce sont généralement des données personnelles ou des informations financières concernant la personne ciblée. Il peut aussi s’agir d’informations sensibles liées à l’organisation pour laquelle la personne travaille. De plus, notons que 59% des  infections réussies par ransomware sont véhiculées via l’hameçonnage.

Voici quelques éléments à prendre en compte pour vous aider à mieux reconnaître un mail d’hameçonnage. Vous pouvez aussi vous reporter à mon article détaillé publié sur ce blog.

Vérifiez les noms des contacts

Faites preuve de prudence si vous recevez des communications d’une source inconnue qui vous demande une action, par exemple en fournissant des informations personnelles ou en vous connectant à un site via un lien. Quasiment aucune entreprise ne vous demandera jamais des informations personnelles par courrier électronique ou SMS. Lorsque quelqu’un le fait, cela doit être considéré comme un signal d’alarme. Cela indique probablement que vos interlocuteurs ne sont pas ceux qu’ils prétendent être. Vérifiez alors leur adresse électronique ou leur numéro de téléphone. Comparez-les avec ceux de la personne ou de l’organisation à laquelle ils prétendent être associés. Vous pourrez ainsi facilement détecter les incohérences.

Recherchez les fautes d’orthographe et de grammaire

Les organisations professionnelles prennent le temps de lire leurs courriers avant de les envoyer. Il en va de leur image. Souvent, les cybercriminels ne le font pas (encore qu’ils s’améliorent de jour en jour…). Si vous recevez un message provenant d’une source supposée fiable, comprenant des fautes de frappe, une erreur de grammaire ou une mauvaise ponctuation, il y a de fortes chances pour qu’il s’agisse d’une cyber-escroquerie.

Recherchez un comportement agressif

Si l’objet et le langage d’un message sont trop agressifs, il s’agit probablement d’une cyber-escroquerie. Peut-être avez-vous déjà vu un courrier électronique dans votre dossier SPAM comportant un sujet semblable à : « Urgent! Votre compte est épuisé depuis x jours. Contactez-nous IMMÉDIATEMENT ». Le but ici est de vous mettre mal à l’aise, de vous affoler et de vous inciter  à faire ce que les criminels vous demandent. Au lieu de cela, contactez la partie qu’ils prétendent représenter avant de prendre des mesures immédiates.

2 – Le harponnage ou attaque ciblée (spear phishing)

Le spear phishing aussi appelé Harponnage, arnaque au président ou BEC (Business email compromise) est la forme la plus sophistiquée d’attaque par email. Il s’agit d’un email envoyé par un par un cyber-criminel à une seule victime. Ce message  est composé le plus souvent uniquement de texte sans lien ni pièce jointe. Une attaque « classique » de spear phishing démarre généralement par un échange d’emails avec la cible afin de gagner sa confiance. Pour ce faire, le pirate usurpe l’identité d‘une personne appartenant au réseau de sa victime (employé, famille, fournisseur…).  Il démarre l’échange avec un sujet cohérent. Le pirate a donc au préalable bien étudié sa cible et son réseau, grâce aux données accessibles légalement sur Internet. Il utilise notamment les réseaux sociaux, (LinkedIn, Twitter, Facebook…) et les médias. Cette forme d’attaque garantit le taux de réussite le plus élevé et en fait la menace la plus dangereuse.

Voici quelques façons de déjouer ce type d’arnaque.

Utilisez un service de vérification du courrier électronique

La vérification du courrier électronique consiste à valider la source des emails que vous recevez pour vérifier si les identités du domaine de gestion administrative correspondent ou non à l’adresse de messagerie utilisée.

Faites preuve de discrétion lorsque vous transmettez des informations

Cela semble tellement simple. Si les utilisateurs ne communiquaient pas volontairement leurs informations à de mauvais acteurs, le harponnage ne constituerait pas une arnaque aussi efficace.

Maintenez une bonne hygiène de sécurité

En appliquant des règles de base de cyber-hygiène, vous bloquerez de nombreux vecteurs d’attaque courants. La mise en œuvre d’habitudes simples et quotidiennes peut contribuer dans une large mesure à empêcher les cyber-criminels de réussir à compromettre un appareil ou un réseau.

3 – L’escroquerie à l’appât (baiting spam)

Ce type de cyber-escroquerie ont pour but d’inciter les utilisateurs non avertis à effectuer certaines actions, telles que le téléchargement d’un virus ou la saisie d’informations personnelles en échange d’appâts. On utilise souvent des appâts physiques. Il peut s’agir d’une clé USB, intitulée «Informations sur les salaires de l’entreprise», laissée à la victime pour qu’elle le trouve. Elle le connectera alors à sa machine. Même si ce type d’escroquerie peut prendre de nombreuses formes, l’objectif final est toujours le même: inciter les utilisateurs à installer quelque chose de malveillant.

Pour vous protéger et protéger votre organisation, prêtez attention à ces quelques indices communs.

Évitez les offres « gratuites »

Comme le dit l’adage, «si cela semble trop beau pour être vrai, il y a de fortes chances pour que ce soit le cas». De nombreux cyber-criminels tenteront d’attirer les victimes en leur promettant des téléchargements gratuits, la livraison gratuite, des abonnements gratuits, etc. Assurez-vous donc non seulement de vérifier la source et de lire les petits caractères de tous les accords, mais également de vérifier l’organisation qui vous fait ces offres alléchantes.

Évitez les clés USB, les lecteurs flash externes ou les disques durs inconnus

L’appâtage peut être effectué numériquement ou avec des disques physiques qui installent des logiciels malveillants. Assurez-vous donc de connaître le propriétaire du lecteur avant de le connecter à votre ordinateur.

4 – L’arnaque au support technique

Sur l’année 2017 seulement, le FBI aurait reçu environ 11 000 plaintes concernant des fraudes liées à l’assistance technique. Cela aurait coûté 15 millions de dollars au total. Comme leur nom l’indique, les cyber-criminels se font passer pour des employés du support technique. Ils prétendent travailler pour l’organisation de leur victime ou pour un service indépendant. Leur but est d’avoir accès aux informations personnelles de leur cible. Comme pour les autres cyber-escroqueries énumérées ici, le succès ou l’échec dépend de la victime qui subit une attaque d’ingénierie sociale.

Dans cet esprit, il est important de surveiller certains des drapeaux rouges révélateurs.

Recherchez les messages non sollicités

Rarement, le support technique vous contactera pour vous proposer de réparer votre ordinateur. Les développeurs de logiciels et de matériel informatique ne font jamais le suivi de leurs solutions. Ils n’appellent jamais pour offrir une assistance en matière de sécurité. Si un membre du personnel d’assistance technique ou une entreprise vous contacte via une annonce contextuelle, un e-mail ou un appel téléphonique non sollicité (e) ou via les médias sociaux, il s’agit probablement d’une arnaque. Les entreprises légitimes ont mis en place des processus pour mettre à jour vos produits et services, tels que des correctifs et des mises à jour publiés, ou des moyens de résoudre les problèmes directement intégrés à la solution elle-même.

Évitez d’installer quoi que ce soit à partir d’une source inconnue

A moins que cela ne provienne directement d’une source en laquelle vous avez confiance, tout téléchargement à partir du Web comporte le risque inhérent d’infecter votre ordinateur. Comme pour les escroqueries à l’appât, les cyber-criminels tentent souvent de proposer des «analyses de sécurité gratuites» ou des «nettoyages d’ordinateur», qui infectent ensuite l’ordinateur de la victime avec des logiciels malveillants.

Repérez les acteurs qui souhaitent un accès à distance à votre appareil

L’accès à distance permet à de véritables équipes de support technique de «prendre en charge» une machine à distance afin de la réparer. Cependant, la même technologie peut être utilisée par des cyber-criminels pour accéder rapidement à des informations personnelles en dehors de votre appareil. Si une source inconnue vous demande d’accéder à votre appareil, refusez!

5 – Piratage des appareils mobiles

Les appareils mobiles sont également de plus en plus ciblés par des arnaques criminelles. Les fausses applications utilisées pour extraire des données ou des ransomwares sont largement disponibles, en particulier pour les systèmes d’exploitation Android.

Respecter ces quelques conseils pourra vous éviter de graves désagréments.

Évitez les programmes malveillants se faisant passer pour des applications et des mises à jour légitimes

Un nombre croissant d’applications factices sont disponibles dans des magasins d’applications en ligne (par exemple, Apkmonk). En outre, les add-ons et les mises à jour qui exploitent les applications et les périphériques ne manquent pas (tels que les logiciels malveillants de cryptojacking). Méfiez-vous également des applications demandant des autorisations inutiles (droits d’administrateur du périphérique, codes envoyés par SMS, etc.).

Utiliser le WiFi sécurisé

Méfiez-vous du WiFi gratuit. Les espaces publics et les magasins offrant une connexion Wi-Fi gratuite sont des lieux courants d’attaques de type «homme du milieu».  Les cyber-criminels proposent souvent la disponibilité des services Wi-Fi puis les utilisent pour capturer des données. Lorsque vous utilisez le WiFi public, utilisez des connexions VPN et évitez les transactions sensibles. De nombreuses applications mobiles étant également programmées pour se connecter automatiquement à des connexions connues, les cybercriminels utilisent souvent des SSID WiFi tels que «Réseau domestique» pour inciter les périphériques à se connecter automatiquement sans aucune intervention de l’utilisateur.

Quelques précautions pour éviter d’être victime des cyber-criminels

Les cyber-escroqueries peuvent toucher quiconque n’est pas au courant des signes précurseurs. Au fur et à mesure que les utilisateurs adoptent de plus en plus d’appareils qui se connectent à un réseau, le risque d’être victime d’une arnaque ne fait qu’augmenter. En prenant conscience des cyber-escroqueries communes ciblant les personnes, ainsi que des moyens de reconnaître les signes avant-coureurs de ces escroqueries, vous pouvez protéger vos informations personnelles et les informations des réseaux auxquels vous vous connectez.

 

Facebook piraté : un problème de cyber-hygiène

Facebook vient, encore une fois, de se faire pirater. Entre 50 millions et 90 millions de comptes pourraient avoir été accédés. Rien de vraiment surprenant à cela. Inutile de jeter la pierre aux géants du web. Malgré toutes les mesures de cybersécurité qui sont prises, les hackers mènent toujours le jeu. Alors que pouvons-nous faire, chacun à notre niveau? Juste adopter quelques règles de cyber-hygiène de base.

Cybersécurité - Facebook piraté : un problème de cyber-hygiène de base
Crédit © JOEL SAGET / AFP/GETTY IMAGES

Cet incident est loin d’être le premier. Et encore, il est très probable que nous ne voyons que la face émergée de l’iceberg. Il faut donc de façon urgente revoir notre comportement sur internet. Il s’agit là d’une question de cyber-hygiène dont chacun d’entre nous doit s’emparer. Nous ne devons pas attendre des fournisseurs de services qu’ils nous protègent. C’est le rôle des états qui édictent régulièrement des lois et des réglementations à cet effet. Mais les premiers responsables, ce sont les utilisateurs. En ce début du mois de la cybersécurité, il se trouve justement que le thème central de la première semaine est «Appliquer une cyber-hygiène de base».

Cyber-hygiène: de quoi s’agit-il?

C’est vrai que le mot en lui-même n’est pas très sexy! Mais il représente exactement ce qu’il décrit.

La cyber-hygiène est souvent comparée à l’hygiène personnelle. Tout comme une personne qui applique certaines pratiques d’hygiène personnelle pour maintenir sa santé et son bien-être, les pratiques de cyber-hygiène permettent de garder les données en toute sécurité et bien protégées. Cela aide à maintenir des terminaux (téléphones, tablettes, micro-ordinateurs) fonctionnant correctement en les protégeant contre les attaques extérieures, telles que les logiciels malveillants, qui peuvent entraver leurs fonctionnalités.

La Cyber-hygiène fait donc référence aux pratiques et aux précautions prises par les utilisateurs dans le but de garder leurs données sensibles organisées, en sûreté et à l’abri des attaques venant de l’intérieur et de l’extérieur.

Selon l’ANSSI, la cyber-hygiène est un moyen de garantir une protection et une maintenance adéquates des terminaux et systèmes informatiques, et de mettre en œuvre les meilleures pratiques en matière de cybersécurité.

Règles élémentaires de cybersécurité en entreprise

Une bonne cyber-hygiène n’est pas la panacée universelle et ne sera pas suffisante pour vous protéger en toutes circonstances. Cependant, elle permettra de diminuer les risques liés à la connexion internet. Dans votre Organisation, ll est important que toute personne en contact avec votre réseau, du DG au simple stagiaire, suive ces quelques conseils élémentaires.

10 bonnes pratiques de base

  1. Au niveau de l’Entreprise, tenir un inventaire, à jour, du matériel et des logiciels s’exécutant sur le réseau de l’entreprise.
  2. Développer un processus d’installation des logiciels sur leur poste par les utilisateurs. Il peut, par exemple, limiter l’installation des logiciels approuvés. Il peut aussi interdire et bloquer toute installation non explicitement autorisée par leur management et/ou le TI..
  3. Sensibiliser les utilisateurs aux bonnes pratiques de cybersécurité (gestion des mots de passe, identification des attaques d’hameçonnage potentielles, terminaux autorisés à se connecter au réseau, etc.). Tous les utilisateurs sont concernés. Cela ne s’adresse pas exclusivement aux personnels du département informatique comme on le croit souvent. Cela ne se limite pas non plus aux salariés. N’oubliez pas d’inclure les consultants ayant accès au réseau de votre Organisation.
  4. Identifier les logiciels vulnérables inutilisés et les désactiver en urgence. Il constituent des vulnérabilités importantes pour votre réseau et sont autant de failles potentielles.
  5. Effectuer des sauvegardes régulières des données et en conserver plusieurs copies. Vous pouvez envisager d’utiliser une solution sécurisée dans le Cloud et sur site. En cas de sauvegardes physique, les conserver dans un endroit sécurisé.
  6. Adopter des configurations / normes sécurisées reconnues par le secteur. On peut, par exemple s’appuyer sur celle fournie par l’ANSSI. Cette méthode peut aider les entreprises à définir des paramètres tels que la longueur des mots de passe, le chiffrement, l’accès aux ports et la double authentification.
  7. Appliquer régulièrement et sans délai les correctifs à toutes les applications. Les systèmes non à jour des correctifs représentent l’un des principaux facteurs de risque d’attaque. Les pirates utilisent de plus en plus ces correctifs pour identifier les vulnérabilités et les utilisent à loisir.
  8. Créer des mots de passe complexes. Veiller à ce que la complexité n’entraîne pas de mauvaises pratiques comme par exemple l’écriture du mot de passe sur un post-it collé sous le clavier.
  9. Limiter le nombre d’utilisateurs dotés de privilèges administratifs.
  10. Mettre à niveau les infrastructures et systèmes vieillissants. L’obsolescence des systèmes constitue un risque majeur de sécurité.

Prendre en compte le facteur humain

Même avec la meilleure protection du monde, le risque pour votre entreprise de figurer sur la liste des prochaines victimes d’attaques au rançongiciel, de violations de données et autres menaces de cybersécurité ne sera jamais écarté. C’est pourquoi il est si important de limiter le facteur humain en automatisant autant que possible les pratiques de sécurité.

Les possibilités sont L’utilisation de la double authentification avec mots de passe complexes, le blocage de certains types de fichiers et le test des connaissances des utilisateurs en matière de sécurité sont des mesures que toutes les entreprises peuvent prendre pour protéger les réseaux diversifiés actuels.

La mise en œuvre de ces étapes, aussi simples soient-elles, peut cependant poser problème aux entreprises en manque de professionnels de la cybersécurité. Il est donc utile de recourir à des outils, tels que l’apprentissage machine, capables d’anticiper et de neutraliser les comportements malveillants à votre place.

Règles élémentaires de cyber-hygiène pour les individus

Face la faille apparue sur Facebook, d’une ampleur inédite pour le réseau social américain, les utilisateurs disposent de plusieurs moyens pour tenter de protéger leur vie privée. Voici quelques bonnes pratiques à mettre en œuvre.

Adopter l’authentification à deux facteurs

Pour sécuriser leurs services, tous les grands sites Web mettent à disposition une fonction de double authentification. Celle de Facebook est accessible à cette adresse. Elle consiste à demander à l’utilisateur un second élément, en plus de son mot de passe. Dans la plupart des cas, il s’agit d’un code reçu par SMS sur son smartphone. Facebook considère alors que seul l’utilisateur est susceptible d’avoir accès à son smartphone.

L’opération implique de communiquer son numéro de téléphone au fournisseur de services. Bien sûr, dans le cas de Facebook, celui-ci l’utilise également à des fins publicitaires. Le réseau social propose une autre solution: faire appel à une application tierce (comme Duo ou Google Authenticator) pour envoyer ce second code. Notons qu’à priori,  le piratage révélé par Facebook ne semble pas compromis les mots de passe des utilisateurs. Du mois, jusqu’à plus ample informé…

Vérifier la liste des appareils connectés

Smartphones, tablettes, ordinateurs, objets connectés: nos moyens d’accéder aux réseaux sociaux se multiplient. Avec le temps, nous avons donc de plus en plus d’appareils connectés à notre compte. Il est important de vérifier régulièrement la liste des machines qui y ont accès. Accessible dans la catégorie “Sécurité” des paramètres, elle permet de vérifier qu’un appareil suspect ne soit pas dans la liste.

Au besoin, il est possible de déconnecter automatiquement l’ensemble des machines liées à notre compte. Sur la page “Sécurité et connexion”, Facebook propose de recevoir des alertes en cas de connexion depuis un appareil suspect. Ces alertes peuvent vous être envoyées directement sur le compte Facebook ou par email.

Limiter la quantité de données personnelles offertes à Facebook

Malgré ces précautions, la faille révélée de 28 septembre démontre une fois de plus qu’aucune précaution n’est infaillible. Il est donc plus que jamais préférable de limiter au maximum les données que l’on partage avec les réseaux sociaux. Su Facebook, il est possible de supprimer toutes les informations qui ne sont pas indispensables (ville de naissance, établissement scolaire fréquenté etc.). Une page est par ailleurs prévue pour gérer ses préférences publicitaires. Elle permet de supprimer l’ensemble de ses centres d’intérêts répertoriés ou encore de mettre un frein au partage de données avec les partenaires extérieurs de Facebook.

Cybersécurité : la résilience, chaînon manquant de votre stratégie

A l’heure de la transformation numérique des organisations, la stratégie de cybersécurité est un sujet sur toutes les lèvres. Dans le même temps, on n’entend quasiment jamais prononcer le mot résilience. Pourtant, la résilience devrait être le pilier majeur de toute stratégie de réduction des risques. Essayons donc de décrypter les raisons de cette anomalie et d’en identifier les risques.

Résilience, le chaînon manquant de votre stratégie de cybersécurité
Crédit © rawpixel.com 2018

Et tout d’abord, il convient de situer la cyber-résilience par rapport à la cybersécurité. Dans les deux cas, il s’agit de répondre aux cyber-risques. Un risque se caractérise par une probabilité de survenance et par un impact (sous forme de conséquences) lors de la réalisation du risque. Dans tous les cas, la stratégie des risques a pour objet d’aligner le niveau des risques au seuil de tolérance de l’Organisation. Cela se fait en mixant la réduction de la probabilité et de l’impact. Bien sûr, la stratégie des risques couvre tous les risques de l’Entreprise et parmi ceux-ci, on aura les cyber-risques.

La réduction de la probabilité de survenance des évènements de sécurité sera essentiellement réalisée grâce à des mesures se situant en amont. On parlera de mesures préventives. On est là dans le domaine de la sécurité. Les mesures de sécurité sont essentiellement de 3 types :

  • préventives
  • de détection (pour détecter l’incident lorsqu’il se produit),
  • correctives pour corriger le système et revenir à une situation acceptable (incluant l’activation d’un plan de continuité ou PCA).

A côté de ces aspects, se pose le problème de la réduction de l’impact et de l’après-crise. Il s’agit donc de répondre à la question « comment pouvons-nous survivre si un tel incident se produit? ». En d’autres termes il s’agit de planifier ce qu’il convient de faire pour réduire les impacts lorsqu’un incident se sera produit. On est là dans le domaine de la résilience.

L’expérience de l’année écoulée

Il y a tout juste un an, l’été 2017 a montré très concrètement à quoi pouvait ressembler des cyber-attaques mondiales. Ce fut le cas notamment avec NotPetya. Un an plus tard, les conséquences du « ransomworm » ne sont toujours pas complètement terminées. Le groupe Merck a annoncé fin novembre 2017 que cette cybe-rattaque lui coûterait environ 600 millions de dollars sur l’exercice 2017 ! Mais, en additionnant les dernières annonces, le seuil des 2 milliards de perte est clairement plus réaliste. C’est la première fois qu’un tel impact est recensé pour un incident cyber. Ce changement de dimension mobilise aujourd’hui enfin les directions générales et les conseils d’administration. Et ce n’est pas trop tôt! Ils sont maintenant demandeurs de moyens pour limiter les impacts de telles attaques. Mais ils sont aussi en attente sur la posture à adopter lorsqu’un cas réel se présentera.

Les mesures préventives de cybersécurité ne suffisent clairement plus à empêcher les cyber-risques de se réaliser. Il est désormais évident que la technologie n’est pas le rempart infranchissable que tout le monde imaginait. La cyber-criminalité est devenue une véritable industrie qui progresse plus rapidement que les moyens de protection ne se développent.

Cyber-résilience : les actions clés

Une cyber-attaque majeure peut être destructive ou entraîner une perte de confiance dans les systèmes clés. Le premier réflexe pour une majorité d’entreprises est alors d’activer le plan de continuité d’activité (PCA). Celui-ci constitue un élément majeur de la stratégie de résilience des organisations. L’objectif est d’assurer la survie de l’organisation lorsque surviennent des sinistres d’ampleur entraînant l’indisponibilité de ses actifs clés. Il peut s’agir de moyens informatiques, d’infrastructures de communication ou d’immeubles voire de collaborateurs.

Or les cyber-attaques majeures, destructives comme Wannacry ou NotPetya, ou provoquant une perte de confiance dans les infrastructures (réseau, gestion des accès, gestion du parc…) telles que les attaques ciblées en profondeur, ne sont pas prises en compte lors de l’élaboration de la majorité des PCA. Ces derniers sont focalisés sur un enjeu de disponibilité. Ils n’appréhendent pas les problématiques de destruction simultanée et de perte de confiance dans le SI induites par les cyber-attaques.

En effet, les dispositifs de continuité du SI sont plus souvent liés aux ressources qu’ils protègent. Ils sont donc également affectés par ces attaques. Depuis plus de dix ans, les dispositifs de continuité (utilisateurs ou informatiques) ont adopté les principes de mutualisation des infrastructures et de secours « à chaud ». Le double objectif de cette approche est à la fois de répondre aux exigences de reprise rapide et d’une meilleure exploitabilité. Mais, de fait, le lien entre le SI nominal et son secours rend les dispositifs de continuité vulnérables aux cyber-attaques.

Des dispositifs de continuité vulnérables

À titre d’exemple, suite à l’attaque NotPetya, l’idée d’utiliser les postes de secours présents sur le site de repli a très rapidement été évoquée dans le cadre d’une gestion de crise. Malheureusement ceux-ci partageaient les mêmes systèmes de gestion de parcs et les mêmes vulnérabilités. Ils donc avaient été logiquement détruits de la même manière que les sites nominaux. Les investissements et les efforts investis dans les dispositifs de continuité ont semblé, à ce moment, très vains.

Enfin il reste les sauvegardes comme dernier rempart. Etablies sur une base souvent quotidienne ou hebdomadaire, elles constituent, pour la plupart des organisations, le dispositif de dernier recours pour reconstruire le SI.

Dorénavant, il n’est pas rare de faire face à une intrusion qui date de plusieurs mois. Bien que la  détection soit récente, dans ce cas, les sauvegardes embarquent de fait les éléments malveillants. Il peut s’agir de malwares par exemple, mais aussi de modifications déjà opérées par les attaquants.

De plus, la continuité en tant que telle des systèmes de sauvegarde est bien souvent négligée. Lors de plusieurs cas de gestion de crise sur NotPetya, les serveurs gérant les sauvegardes avaient eux-mêmes été détruits. Les restaurer a souvent nécessité plusieurs jours vu leur complexité et leur imbrication dans le SI.

S’agissant des SI industriels, les constats sont tout aussi alarmants. Les systèmes numériques industriels sont résilients à des pannes techniques ou des incidents mécaniques anticipés. En revanche, ils n’ont que rarement intégré, dès leur conception, les potentialités d’une malveillance humaine et ils ne disposent souvent pas de mécanismes de sécurité avancés. La longueur de leur cycle de vie (souvent plusieurs dizaines d’années) les expose à l’exploitation de vulnérabilités anciennes. Enfin l’indépendance des chaînes de contrôle  vis-à- vis des systèmes numériques qu’elles supervisent n’est pas toujours respectée.

Des leçons tirées de l’expérience

Il s’avère que lors du déroulement d’une crise, le cycle est souvent identique. Les écueils rencontrés sont quasiment toujours les mêmes. Il convient donc de tirer les leçons de cette expérience.

Gestion de crise en cas de cyber-attaques : les écueils rencontrés
Crédit © Wavestone 2017

Des scénarios d’attaques récurrents

Destruction massive ou indisponibilité d’une grande partie du SI

Ce type de cyber-attaques, concrétisé au travers des cas Wannacry et NotPetya, entraîne généralement une indisponibilité massive du fait du chiffrement des fichiers de données et/ou du système d’exploitation. Les sociétés touchées par des attaques de ce type (parmi lesquelles Merck, Maersk, Saint Gobain, Fedex… mais aussi Sony Pictures ou Saudi Aramco) ont perdu jusqu’à plus de 95% de leurs systèmes d’information (des dizaines de milliers d’ordinateurs et de serveurs) en un délai souvent inférieur à 1h.

La situation au démarrage de la crise est alors très difficile. En effet, il n’y a plus aucun moyen de communication et d’échange au sein de l’entreprise, y compris au sein de la DSI. Les victimes ont communiqué sur des pertes atteignant plusieurs centaines de millions d’euros suite à ces attaques.

Compromission et perte de confiance dans le SI

Il s’agit d’attaques ciblées ne remettant pas en cause le bon fonctionnement du système. Elles visent par contre à donner aux attaquants l’accès à l’ensemble des systèmes de l’entreprise (messagerie, fichiers, applications métiers…). Elles leur permettent d’usurper l’identité de n’importe quel employé et de réaliser des actions en leur nom. Les attaquants peuvent ainsi atteindre tout type de données ou réaliser des actions métiers nécessitant plusieurs validations successives.

Ces cyber-attaques ont touché de très nombreuses entreprises dans tous les secteurs. Les conséquences sont souvent des fraudes massives, comme celles ayant touché la banque du Bangladesh. Il peut aussi s’agir de vols de données financières et de paiements. Ce fut le cas de celles ayant touché plusieurs groupes de distribution aux Etats-Unis dont Target ou encore Home Depot.

La situation au démarrage de ce type de cyber-crise est extrêmement complexe. La raison réside dans la conjugaison de plusieurs éléments aggravants : perte de confiance dans le système d’information et flou grandissant sur les actions et objectifs. Il faut alors investiguer discrètement jusqu’à pouvoir déloger l’attaquant et reconstruire un système sain. Les victimes de ces attaques ont également fait état d’impacts financiers atteignant plusieurs centaines de millions d’euros.

La résilience passe par une bonne gestion de crise

Les crises cyber sont des crises très particulières. Elles sont souvent longues (plusieurs semaines). Elles sont parfois difficiles à cerner (qu’a pu faire l’attaquant ? depuis combien de temps ? quels sont les impacts ?). Elles impliquent des parties prenantes externes, elles-mêmes souvent peu préparées sur ce sujet (avocats, huissiers, autorités, fournisseurs, voire les clients…). Il est donc indispensable d’ajuster les dispositifs existants qui n’ont pas été conçus pour intégrer cette dimension particulière.

Acteur opérationnel de la gestion de la crise cyber, la DSI ne doit pas être sur-mobilisée sur l’investigation et la défense. Cela se ferait au détriment de la production et du secours. Cet aspect constitue un point d’anticipation important à ne pas négliger. Il s’agit donc d’identifier clairement les équipes à mobiliser sur la crise et d’organiser les interventions parallèles d’investigation et de construction du plan de défense.

Au-delà de l’aspect organisationnel, il faut s’assurer de disposer également de l’outillage d’investigation (cartographie, recherche de signature de l’attaque, SI de gestion de crise indépendant, capacité d’analyse de malware inconnu…), d’assainissement (capacité de déploiement rapide de correctifs, isolation en urgence de portions non touchées du SI, isolation réseau…) et de reconstruction (accès rapide aux sauvegardes, accès aux documentations minimum de reconstruction, support des fournisseurs clés, capacité à réinstaller massivement des postes de travail…) requis pour comprendre la position de l’attaquant, stopper sa propagation et faire repartir au plus vite l’activité.

La rédaction d’un guide de gestion de crise, définissant les étapes structurantes, les responsabilités macroscopiques et les points de clés de décision sera un plus. Et parce qu’il est primordial de s’exercer en amont afin d’être prêt le jour où il faudra faire face à la crise, la réalisation d’exercices de crise sera un bon révélateur de la situation réelle.

Les dispositifs de continuité doivent être repensés

Des solutions les plus simples…

Les dispositifs de continuité doivent également évoluer pour s’adapter aux cyber-menaces. Les solutions possibles sont nombreuses. Elles peuvent toucher tous les types de dispositifs de continuité. Le plan de reprise utilisateur peut intégrer par exemple la mise à disposition de clés USB avec un système alternatif. Les collaborateurs pourraient l’utiliser en cas de destruction logique de leur poste de travail.

Certaines organisations ont fait le choix de provisionner des volumes de postes de travail de remplacement directement avec leurs fournisseurs de matériel afin de les installer rapidement en cas de destruction physique.

A des solutions très complexes et coûteuses…

Le plan de continuité informatique peut inclure de nouvelles solutions pour être efficace en cas de cyber-attaques. La plus emblématique vise à construire des chaînes applicatives alternatives. Il s’agit de « dupliquer » une application sans utiliser les mêmes logiciels, systèmes d’exploitation et équipes de production. C’est une solution extrême, très coûteuse et difficile à maintenir. Elle est envisagée pour certaines applications critiques dans le monde de la finance notamment.

A des solutions intermédiaires mais suffisantes

D’autres solutions moins complexes sont envisagées. Il s’agit par exemple de l’ajout de contrôle fonctionnel d’intégrité dans le processus métier. Son concept repose sur la réalisation de contrôles réguliers, à différents niveaux et à différents endroits dans la chaîne applicative. Ceci permet de détecter rapidement des attaques qui toucheraient par exemple les couches techniques (modification d’une valeur directement dans une base de données) sans avoir été réalisées par les actions métier classiques (via les interfaces graphiques). Ces mécanismes peuvent aussi s’appliquer aux systèmes d’infrastructures, par exemple en réconciliant les tickets de demande de création de compte d’administration avec le nombre de comptes réellement dans le système.

D’un niveau de complexité intermédiaire, il est possible d’envisager la définition de zone d’isolation système et réseau que l’on peut activer en cas d’attaques et qui vont isoler les systèmes les plus sensibles du reste du SI. Le SI industriel pourra, à ce titre, constituer à lui seul, une de ces zones d’isolation vis-à-vis du reste du SI.

Cyber-résilience et cybersécurité doivent être imbriqués

Implémenter ces nouvelles mesures de cyber-résilience nécessite des efforts importants. Des efforts qui seront vains si ces solutions de secours et les systèmes nominaux ne sont pas eux-mêmes déjà sécurisés correctement et surveillés avec attention. Le RSSI est l’acteur clé pour faire aboutir ces démarches souvent entamées mais rarement finalisées. L’aide du Risk Manager  — ou, s’il est désigné, son Responsable du Plan de Continuité d’Activité (RPCA) — sera alors un plus. Il est aujourd’hui communément acquis qu’il est impossible de sécuriser des systèmes à 100%. Il faut donc accepter la probabilité d’occurrence de cyber-attaques. C’est à ce moment-là que le Risk Manager ou le Responsable du PCA prendra tout son rôle.

Il est très clair que la résilience est un pilier majeur de votre stratégie de cybersécurité. A ce titre il convient de l’y intégrer dès la conception. Mais il vous appartient également de convaincre votre conseil d’administration de la réalité des cyber-risques et de la nécessité de la mise en oeuvre de mesures de résilience.

Comment s’y prendre concrètement?

Nous ne le répétons, jamais assez, mais deux bonnes pratiques de base sont absolument nécessaires.

Inutile de réinventer la roue : appuyez-vous sur ce qui existe

Il serait vain de partir d’une feuille blanche. Inspirez-vous des bonnes pratiques du marché. A cet effet, AXELOS a publié une référentiel de bonnes pratiques en matière de résilience des SI : RESILIA. Complémentaires d’ITIL, ces bonnes pratiques vous aideront à compléter vos processus existants afin d’y incorporer la planification de la résilience de votre SI

Faite monter vos collaborateurs en compétence, formez-les

La réponse aux cyber-attaques nécessite une préparation minutieuse et du personnel formé et efficace. A cet effet, 2AB & Associates vous propose des formations sur RESILIA (RESILIA Foundation et RESILIA Practitioner) ainsi que des formations sur la continuité des activités (Business Continuity Foundation et ISO 22301 Lead Implementer). Nous vous proposons également une formation indispensable pour mieux évaluer et planifier la réponse aux cyber-risques : ISO 27005 Risk Manager.

Et bien sûr, nos experts sont à votre disposition pour répondre à vos commentaires.

Transformation numérique : les conseils d’administration sont-ils prêts?

Les conseils d’administration (CA) devraient être impliqués dans la direction et le leadership de la transformation numérique de leur organisation, en prenant en considération les scénarios de risque non négligeables associés à cette mutation.

Transformation numérique : les conseils d'administration sont-ils prêts
Crédit © image par rawpixel.com

Le rôle du Conseil d’Administration de toute organisation est de s’assurer pour le compte des parties prenantes de l’Entreprise, de la création de valeur sous forme de bénéfices, tout en optimisant les risques et les ressources. Selon COBIT, le référentiel de Gouvernance publié par l’ISACA, cela passe par trois phases. La première consiste à évaluer les besoins de chacune des parties prenantes. La seconde est de prendre une décision en terme de direction à suivre par le management. Enfin, la troisième étape consiste à surveiller la performance et le progrès réalisé par l’Organisation dans la direction donnée.


«Les conseils d’administration jouent un rôle essentiel dans le processus de transformation numérique en apportant expertise, jugement, scepticisme sain et souci de la valeur à long terme.» (Deloitte)


Malheureusement les conseils d’administration ne sont pas encore prêts à superviser les technologies de l’information.  Ils le sont donc d’autant moins en ce qui concerne la transformation numérique de leur Organisation. En effet, non seulement «plus de 80% des CA pourraient ne pas avoir les compétences et les connaissances nécessaires pour gérer efficacement la technologie des entreprises et réaliser des gains stratégiques et des rendements financiers au niveau de l’entreprise» mais, de plus, les cadres mondiaux de gouvernance d’entreprise (COSO par exemple) ne font encore aucune référence significative au leadership numérique du CA.

La transformation numérique a cependant des impacts extrêmement importants sur le fonctionnement des Organisations. Le degré de focalisation requis pour garantir que la transformation numérique se concrétise comme prévu est donc très  élevé. Quels sont les problèmes à surmonter dans la structure des conseils d’administration si les organisations qu’ils supervisent doivent être durables dans le cadre de la transformation digitale actuelle? Les comités stratégiques IT du CA constituent un moyen clé de mieux superviser et contrôler la transformation numérique.

La gouvernance du SI a encore trop de mal à trouver sa place

Selon une étude du Gartner, jusqu’à 85% des projets en technologies de l’information échouent. Les défaillances informatiques détruisent la valeur pour les actionnaires en gaspillant des ressources. Ces défaillances font échouer des opportunités business et détruisent ainsi la valeur que les services informatiques auraient pu créer. Il ne fait aucun doute que ce taux d’échec continuera, voire augmentera, pour les initiatives de transformation numérique.

Une évolution dans le bon sens depuis dix ans

Le besoin de conseils d’administration ayant des compétences en technologies de l’information s’impose de plus en plus au niveau mondial. Cela leur permet d’atténuer les risques d’échec technologiques. C’est tout particulièrement important lorsque le succès stratégique et la pérennité de l’entreprise dépendent de la réussite de son informatique. La figure suivante illustre l’évolution de la gouvernance du SI ces dernières années.

L'évolution de la gouvernance du SI depuis 10 ans
Crédit © 2018 ISACA

L’exception chez les « gaulois réfractaires »

Cette gouvernance formelle du SI se matérialise de plus en plus par un comité stratégique informatique. C’est une préconisation phare de COBIT, le cadre de Gouvernance du SI publié par l’ISACA en 2012. C’est également une tendance forte dans les très grandes organisations qui ont souvent des comités stratégiques. Du moins dans les pays anglo-saxons…

conseil d'administration : l'exception chez les gaulois réfractaires

Lors d’une récente conférence destinée aux administrateurs au Canada, le consensus a été que les comités stratégiques informatique sont encore largement méconnus dans ce pays. Ils sont également ignorés dans la quasi totalité des pays francophones Européens (France, Belgique, Luxembourg) et encore plus en Afrique. A l’inverse on trouve de plus en plus souvent un comité stratégique IT dans les entreprises des pays anglophones. Est-ce à dire que l’absence de gouvernance du SI est une caractéristique liée à la langue Française? Serait-ce le syndrome du « Gaulois réfractaire » évoqué par le Président Macron récemment? Je ne saurais répondre mais le constat est hélas factuel. C’est d’autant plus inquiétant pour l’avenir économique des ces pays à l’heure de la transformation numérique mondiale.

Les conseils d’administration de l’ère digitale doivent s’adapter

Lors d’un récent congrès d’administrateurs de sociétés, une question des organisateurs portait sur le comité stratégique informatique. De façon très décevante, la réponse quasi-unanime des participants était que ni l’ampleur de leurs dépenses informatiques ni la contribution de l’informatique au risque opérationnel n’avaient été jugées suffisamment importantes pour justifier la création d’un comité stratégique distinct. C’est là une preuve supplémentaire de la totale déconnexion des membres des conseils d’administration de la réalité du changement en cours au niveau mondial. Peut-être est-ce dû au fait que, à ce jour, les conseils d’administration peuvent apparaître comme ayant fait du bon travail de gouvernance dans des entreprises de premier plan sans aucune expertise en TI dans leurs rangs? En tout cas, il y a beaucoup de choses derrière cette réponse totalement inadéquate.

D’autant que ce sont ces mêmes membres du conseil d’administration qui parlent publiquement de la transformation numérique et de l’innovation numérique! Ils sont donc apparemment inconscients de l’impact organisationnel énorme et des risques que comporte une telle mutation, qui, par définition, inclut les TI. Ce risque augmente significativement lorsque les membres du CA ne reconnaissent pas leurs responsabilités dans la gouvernance du SI.

L’évolution nécessaire de la composition du CA

Aux Etats Unis, la plupart des membres des conseils d’administration sont indépendants. C’est là une conséquence directe de la loi Sarbanes-Oxley (SOX) depuis 2002. D’ailleurs, dans le S & P 500, Spencer Stuart constate que 85% des administrateurs sont indépendants depuis 2007. Une autre conclusion intéressante de cette étude porte sur l’âge moyen de ces administrateurs qui était de 63,1 ans en 2017. En France, selon l’AGEFI, l’âge moyen des administrateurs des sociétés du CAC40 est de 58,9 ans en 2017. Il apparaît en légère hausse par rapport à 2016. Seulement 68% des membres des CA du CAC40 sont indépendants selon le même rapport de l’AGEFI en 2017.

Un problème de compétence, mais pas seulement

Une question que le Forum Economique Mondial pose aux administrateurs est de savoir si leur conseil d’administration possède des compétences numériques, multigénérationnelles et une expertise suffisante pour donner des conseils sur des sujets commerciaux et technologiques en évolution rapide. En ce qui concerne la sensibilisation au digital, Mckinsey constate que peu de CA ont une expertise numérique suffisante. Difficile donc d’avoir des échanges significatifs sur ce sujet important avec la direction à l’ère de la transformation digitale. Par ailleurs, avec une moyenne d’âge de 63,1 ans (59,9 ans en France), il est difficile de qualifier le conseil d’administration moyen de multigénérationnel.

 L’âge moyen des membres du conseil d’administration en question

Cela complète les conclusions d’une enquête menée par le Harvard Law School Forum impliquant 860 administrateurs de sociétés publiques. De nombreux membres du conseil d’administration ne sont pas à l’aise avec la supervision informatique car, avec un âge moyen de 63,1 ans:

  • L’expérience professionnelle de la plupart des membres du conseil d’administration est antérieure à l’ère de la transformation digitale des organisations;
  • Très peu d’administrateurs ont simplement des connaissances de base en technologies de l’information.

Ce n’est donc pas que les conseils d’administration en général ne souhaitent pas une gouvernance informatique accrue. C’est plutôt que les administrateurs en place n’ont tout simplement pas les compétences ou l’expérience nécessaires pour comprendre pourquoi ou quand ils ont besoin de gouvernance informatique ou même d’un comité stratégique informatique. Les conseils d’administration peuvent-ils être négligents en n’ayant pas de compétences en informatique à bord et, par conséquent, ne pas être en mesure de poser des questions approfondies de supervision des TI au-delà des questions d’audit générales du comité d’audit? La réponse est «non», les conseils ont le devoir fiduciaire d’avoir un minimum de compétence en informatique.

Le vice-président du Comité d’Hygiène et de Sécurité du CA de Delta Air Lines a bien résumé la situation :


Les conseils d’administration doivent être préparés avec les compétences, la technologie et les processus appropriés. Hélas, la plupart des CA échouent sur la majorité ou la totalité de ces exigences.


Dans le cadre de la transformation digitale de l’économie, il est temps que les actionnaires repensent la façon dont ils votent pour les membres du CA lors de leurs assemblées générales annuelles (AGO).

Le périmètre de la transformation digitale mal compris

L’une des clés pour mieux comprendre l’approche des administrateurs est l’écoute de leurs remarques face aux technologies de l’information. Le mot spécifique qu’ils utilisent le plus souvent, c’est «dépenser» (coût). Or le coût est plus en adéquation avec l’informatique opérationnelle qu’avec la transformation numérique. Cela signifie que les membres des conseils d’administration  semblent voir l’informatique uniquement sous l’angle des coûts opérationnels. Ils n’ont pas une approche incluant aussi les  opportunités. C’est pourquoi ils trouvent acceptable de «gouverner» l’informatique par le biais du comité d’audit. S’appuyant sur les constatations citées à la figure 1, la gestion des TI au sein du comité d’audit n’est pas satisfaisante. C’est d’autant plus vrai lorsque la transformation numérique est un objectif stratégique de l’Entreprise.

Lors d’une discussion récente que j’avais avec un administrateur d’une grande société Française cotée au CAC40 et figurant parmi les leaders mondiaux de son domaine, il me disait « La transformation numérique? C’est juste de la technologie. Et la technologie suivra toujours ». Cela révèle pour le moins une incompréhension du périmètre de la transformation numérique par ceux-là même qui doivent la superviser. Ce n’est clairement pas de bon augure pour les organisations concernées.

Cette approche uniquement basée sur les coûts est aujourd’hui largement dépassée. Elle suggère qu’il n’y a peut-être pas de véritable transformation digitale dans ces organisations. Cela va à l’opposé des commentaires publics apparemment tournés vers l’avenir des membres du conseil d’administration.

Cybersécurité, compétitivité, intégration stratégique et transformation numérique

L’informatique a longtemps été beaucoup plus axée sur la durabilité organisationnelle et le positionnement stratégique que sur le coût de l’automatisation des processus. Bien sûr, le conseil d’administration continue de devoir s’intéresser à la gouvernance. Il est cependant peu probable que de nombreux administrateurs soient en mesure de discerner le rôle de l’informatique dans la réalisation des préoccupations de Deloitte concernant la création de valeur à long terme.

Recommandations aux actionnaires et aux membres du CA

La gouvernance du système d’information, pilotée par KING III, ISO / IEC 38500 et COBIT, a été formalisée depuis 2008 au moyen de la norme ISO / IEC 38500. Si l’informatique est simplement opérationnelle dans une organisation, la gouvernance informatique ne doit pas dépasser la charte des coûts du comité d’audit et risque. Mais si l’activité de l’Entreprise dépend de façon stratégique de son informatique, y compris dans un contexte de transformation digitale, alors, conformément à la norme ISO / IEC 38500, le conseil d’administration a trois responsabilités principales:

  • Evaluer continuellement les performances informatiques dans le cadre de la stratégie organisationnelle;
  • Réorienter continuellement l’informatique si ses performances compromettent la stratégie de l’organisation;
  • Surveiller en permanence les performances informatiques pour s’assurer que la stratégie de l’entreprise sera livrée aux actionnaires.

Un outil efficace : le comité stratégique TI

Les problèmes business critiques tels que celui évoqué dans cet article prennent beaucoup de temps pour être résolus. Il est donc nécessaire de réagir efficacement. La création d’un comité stratégique TI est indubitablement un outil efficace pour y remédier. Incontestablement, le sujet des systèmes d’information a depuis longtemps dépassé les domaines d’audit et de risque de base. Des organisations importantes telles que Wallmart en ont tiré les conséquences. Ainsi Wallmart s’est doté d’un comité stratégique TI dédié au niveau du conseil d’administration. Il ne faut surtout pas croire hâtivement qu’un comité stratégique TI est technique. Ce n’est pas du tout le cas. Les responsabilités énumérées dans le paragraphe précédent, ainsi que des sujets tels que la compétitivité, la transformation et la durabilité fondées sur l’informatique, sont clairement stratégiques.

Bien que la gouvernance informatique ait continué à se développer au cours de la dernière décennie et soit devenue la gouvernance du SI, le chemin à parcourir est encore long. Non seulement il n’ya pas de discussion majeure sur le leadership numérique au sein des cadres de gouvernance d’entreprise au niveau mondial, mais les administrateurs ne semblent pas encore avoir les aptitudes et les compétences nécessaires pour gérer correctement les initiatives de transformation numérique.

Une nécessité : le renouvellement des conseils d’administration

Que peut-on faire dans cette situation? En règle générale, les administrateurs sont élus lors de l’assemblée générale annuelle (AGO) par les actionnaires. Dans les organisations où la durée du mandat est limitée, les administrateurs devraient être renouvelés et bénéficier de nouvelles perspectives sur le rôle et les risques. en transformation numérique. Les actionnaires détiennent généralement une partie du pouvoir nécessaire pour remplacer les administrateurs actuels au sein des conseils d’administration. Ils ont par conséquent des moyens d’action sur les membres du CA. Ils peuvent donc s’assurer que les administrateurs possèdent des connaissances de base en informatique.

La question est de savoir si ils le veulent vraiment ou si les facteurs générant des gains à court terme (croissance du prix des actions) sont plus importants que la viabilité à long terme. Ces deux objectifs sont totalement incompatibles. Et c’est là que se situe une partie du problème.

Restons positifs malgré tout

On commence, dans certaines entreprises, à apercevoir une lueur au bout du tunnel. Quelques Organisations, auprès desquelles j’interviens comme conseil, ont unanimement considéré que la durabilité par le biais de la transformation numérique exige plus qu’un simple créneau dans les ordres du jour plus larges des comités d’audit ou des risques.

Au lieu de cela, dans le contexte de la transformation digitale, le service informatique mérite un degré de gouvernance spécialisé qui ne peut lui être accordé que par le biais d’un comité stratégique informatique dédié. C’est une première étape encourageante. Il faut maintenant oeuvrer pour que cela se développe et se généralise. C’est en s’appuyant sur des cadres de gouvernance tels que COBIT ou ISO 38500 qu’on a quelques chances d’y parvenir. Malheureusement cette mutation est très lente. Et pas sûr que les conseils d’administration aient le temps d’évoluer avant que la situation ne devienne critique.

Cybersécurité : rôle et responsabilités du Conseil d’Administration

Les cyber-menaces sont complexes et en constante évolution. Elles peuvent aussi causer d’importants dommages financiers et de réputation à une Organisation. De plus, il n’y a aucun moyen d’être protégé à 100%. C’est pourquoi la cybersécurité ne relève plus uniquement des services informatiques. Les Conseils d’Administration sont les premiers responsables de la survie de leur organisation et, dans le monde interconnecté d’aujourd’hui, la cyber-résilience fait partie intégrante de cette responsabilité. Cela signifie que le Conseil d’Administration à un rôle actif à jouer et doit assurer ses responsabilités en matière de cybersécurité.

Cybersécurité : rôle et responsabilités du Conseil d'Administration
Crédit © image by rawpixel.com

En charge de la Gouvernance de leur Organisation, les Conseils d’Administration s’assurent de l’optimisation des risques et des ressources. Dans un monde en pleine transformation digitale, ils devraient donc considérer le cyber-risque comme prioritaire. Ceci implique qu’ils devraient jouer un rôle de leader en matière de cybersécurité au sein de leur Entreprise. Dans ce cadre, voici donc quelques responsabilités en matière de sécurité informatique qui leur incombent directement.

Principes de base en matière de cyber sécurité

COBIT, référentiel de bonnes pratiques en gouvernance des Entreprises, définit un certain nombre de principes de base pour gouverner une Organisation. Le Manuel de l’Administrateur sur la surveillance des risques lés au cyber espace, publié aux USA par L’Association Nationale des Administrateurs de Sociétés (NACD) définit également le rôle et les responsabilités du C.A. en matière de cybersécurité. Cinq principes se dégagent. Ces principes de base sont universels. Ils s’appliquent à toute Organisation, publique, privée ou même à but non lucratif, quelles que soient sa taille, son domaine d’activité ou sa localisation. Ils devraient donc être pris en considération par  tous les C.A. afin d’améliorer leur surveillance des cyber-risques.

1 – La cybersécurité est une problématique d’Entreprise et non une problèmatique technologique

Les administrateurs doivent comprendre et aborder les questions de la cybersécurité en tant que sujet de gestion des risques à l’échelle de l’entreprise, et pas uniquement en tant que sujet informatique.

Il est toujours aussi surprenant de constater combien d’entreprises associent encore la sécurité des informations ou la cybersécurité à l’informatique. Certes, la plupart des signalements d’incidents de sécurité proviennent de l’informatique, Mais on ne peut pas s’y limiter car les impacts se font sentir à l’échelle de toute l’organisation. Les compétences requises pour gérer les risques et traiter les problèmes doivent donc se situent au niveau global de l’organisation. Le Conseil d’Administration doit comprendre que tout miser sur la technologie est une grave erreur.  C’est d’ailleurs la cause sous-jacente d’un grand nombre de violations majeures.

2 – Comprendre les implications juridiques et réglementaires des cyber-risques

Les administrateurs doivent comprendre les implications légales et réglementaires des cyber-risques dans la mesure où ceux-ci se rapportent au caractère spécifique de leur Organisation.

Avec la fonction vient la responsabilité. La direction et le conseil d’administration sont considérés comme responsables ultimes des cyber-risques. Ces derniers mois, de nombreux piratages importants se sont produits et, dans de nombreux cas, ils ont perdu leur poste. Gregg Steinhafel, Président du Conseil d’Administration et Directeur Général de Target, a été contraint de démissionner de toutes ses fonctions à la suite de la violation massive des données de l’Entreprise en 2013. Et plus récemment, le Directeur Général d’Equifax, Richard Smith, a du démissionner à la suite de l’important piratage informatique qui a compromis les données d’environ 143 millions d’Américains.

3 –  S’appuyer sur l’expertise adéquate et mettre la cybersécurité à l’orde du jour

Les conseils d’administration devraient avoir un accès adéquat à l’expertise en matière de cyber-risques et de cybersécurité. D’autre part, les discussions sur la gestion des risques informatiques devraient faire l’objet d’une point régulier à l’ordre du jour des réunions du conseil. Il est également très important de pouvoir accorder un temps suffisant aux discussions sur ce sujet important. Il est de plus en plus courant de voir des membres du conseil d’administration qui ont un bagage technologique ou en sécurité. Cette expertise peut vraiment aider à sensibiliser les autres administrateurs. C’est la prise de conscience qui permet de gagner la bataille contre les cybercriminels.

4 – Mettre en oeuvre un cadre de sécurité pour l’Entreprise doté de ressources suffisantes

C’est la responsabilité du Conseil d’Administration de s’assurer de la mise en place d’un cadre de gestion des risques au niveau de l’Entreprise. La Direction doit être en charge de sa mise en oeuvre, de sa surveillance et de son suivi. Il est essentiel que le Conseil d’Administration lui donne les ressources nécessaires pour atteindre cet objectif. Ces ressources devront comprendre le personnel adéquat, les budget et les outils et technologies indispensables.

Pour la définition du cadre de risques, il est toujours plus facile d’appuyer sur des référentiels existants et éprouvés. Ainsi aux USA, il sera pertinent de s’appuyer du le référentiel NIST CSF. Ce cadre a été élaboré par le  National Institute of Standards and Technology . Il a pour but de permettre aux organisations – indépendamment de la taille, du degré de cyber-risque ou de la sophistication de la cybersécurité – d’appliquer les principes et les meilleures pratiques de gestion des risques à l’amélioration de la sécurité et de la résilience des infrastructures critiques. En Europe, NIST CSF est quasi inconnu. On pourra utiliser comme base de travail les normes ISO 27001 (Systèmes de management de la sécurité de l’information) et ISO 27005 (Gestion des risques liés à la sécurité de l’information).

Il existe de nombreuses autres sources également très intéressante pour l’élaboration de votre cadre de risque. Parmi celles-ci, vous  pouvez également  vous appuyer sur la publication COBIT for risk de l’ISACA.

Une chose est sûre : il est inutile de réinventer la roue!!!

5 – Identifier les risques, prioriser, définir l’approche et planifier

La discussion du conseil d’administration sur les cyber-risques devrait inclure l’identification des risques à éviter, à accepter, à atténuer ou à transférer par le biais de l’assurance, ainsi que des plans spécifiques associés à chaque approche.

Une gestion efficace du risque de cybersécurité nécessite une compréhension de l’importance relative des actifs de l’entreprise afin de déterminer la fréquence à laquelle ils devront être examinés pour détecter les expositions au risque. Ce n’est pas une tâche simple. Il faut beaucoup de réflexion et d’efforts, ainsi qu’une grande expertise en cybersécurité.

Exigences légales et réglementaires

Les industries les plus matures ont également des directives et des exigences réglementaires sectorielles en ce qui concerne les responsabilités en matière de cybersécurité du conseil d’administration. C’est par exemple  cas du secteur financier et bancaire. Certaines exigences réglementaires et légales sont aussi à l’étude au niveau des états. Parmi ces réglementations présentant des exigences en matière de sécurité des informations, on peut citer le RGPD.

Le RGPD (ou GDPR en Anglais) est la réglementation européenne sur la protection des données personnelles. Elle s’impose à toute Organisation publique ou privée traitant les données personnelles de citoyens européens. Le RGPD comporte plusieurs exigences précises en matière de cybersécurité des données personnelles. Le non respect de cette réglementation expose l’Organisation contrevenante, quelle que soit sa localisation dans le monde à une amende pouvant atteindre 4% de son chiffre d’affaire mondial avec un minimum de 20 millions d’Euros. La conformité réglementaire et légale est une responsabilité de la Gouvernance. Il s’agit donc d’une responsabilité du Conseil d’Administration. Déjà plusieurs Entreprises ont été sanctionnées en France par la CNIL pour non conformité au RGPD. Et, à chaque fois, il s’agissait de problématiques liées à la sécurisation de données dans leur système informatique.

Responsabilités du Conseil d’Administration

Le Conseil d’Administration assure la responsabilité de Gouvernance de l’Organisation. Gouverner une organisation consiste à s’assurer de la création de bénéfices pour les parties prenantes en optimisant les risques et les ressources. Ceci peut être représenté par le diagramme suivant extrait de COBIT.

Responsabilités de la Gouvernance et du Management - COBIT
Crédit © 2012 ISACA

Le Conseil d’Administration a pour responsabilité d’évaluer les bénéfices attendus, les risques et les ressources nécessaires (Evaluate). Il devra, suite  à cette évaluation, donner l’orientation à suivre (Direct). Il a également la responsabilité de surveiller la performance et les progrès réalisés (Monitor).

Evaluer les besoins, les risques et les ressources

Une évaluation de la posture de la cybersécurité est une première étape utile pour toute organisation qui souhaite identifier sa position actuelle en matière de cybersécurité, ses faiblesses, les risques encourus et ce qu’elle doit entreprendre pour augmenter son niveau de maturité. C’est là une étape importante pour permettre à toute organisation de renforcer ses défenses en matière de cybersécurité. Le Conseil d’Administration pourra dès lors prioriser les risques et fournir une feuille de route concrète à la Direction.

En quoi consiste votre posture de cybersécurité?

Selon le National Institute of Standards and Technology (SP 800-128 de NIST), une posture de cybersécurité se rapporte à «l’état de sécurité des réseaux, informations et systèmes d’une entreprise basé sur des ressources de sécurité de l’information (personnes, matériel, logiciels, stratégies). ) et des capacités en place pour gérer la défense de l’entreprise et réagir à mesure que la situation change ».

En d’autres termes, votre posture de cybersécurité indiquera à quel point votre entreprise est saine et cyber-résiliente. Elle indiquera à quel point l’organisation peut se défendre contre les cyberattaques, les violations et les intrusions. Définir votre posture de cybersécurité est donc important. En effet, cela guidera toute votre stratégie de cybersécurité, déterminera vos projets et influencera vos dépenses en la matière au fil des ans.

Signification des niveaux de maturité

  • Un niveau de maturité faible de la cybersécurité faible signifie généralement des défenses faibles. L’organisation  court donc un risque élevé. Elle nécessite par conséquent des améliorations significatives à plusieurs niveaux pour renforcer sa posture de cybersécurité et protéger ses actifs essentiels contre les violations et les intrusions.
  • Si le niveau de maturité est moyen c’est généralement indicatif de défenses de cybersécurité moyennes. L’organisation a alors pris plusieurs mesures pour sécuriser ses actifs critiques. Elle est cependant toujours en danger et il reste encore beaucoup à faire.
  • Un niveau de maturité élevé indique généralement de solides défenses. Cela signifie que l’organisation a mis en œuvre les stratégies, processus et procédures nécessaires pour optimiser sa posture de cybersécurité. Elle est conscients de ses actifs critiques et est préparée à faire face à des incidents de sécurité en toute confiance.

Donner l’orientation à la haute direction

Le Comité Stratégique IT

Le Conseil d’Administration définit l’orientation concernant l’utilisation de l’informatique par l’Organisation. Le Conseil d’Administration doit approuver le plan stratégique informatique, le programme de sécurité de l’information et les autres politiques liées aux TI. Pour ce faire, le Conseil d’Administration peut créer un  comité stratégique en charge des problématiques IT. Ce Comité Stratégique IT sera présidé par un membre du Conseil et aura notamment les responsabilités suivantes :

  • Examiner et approuver un plan stratégique informatique qui s’aligne sur la stratégie d’entreprise globale;
  • Promouvoir une gouvernance informatique efficace;
  • Superviser les processus d’approbation des fournisseurs tiers de l’organisation;
  • Superviser et recevoir des mises à jour sur les principaux projets informatiques, les budgets informatiques, les priorités informatiques et les performances informatiques globales;
  • Approuver les politiques à appliquer et signaler les incidents de sécurité importants au conseil d’administration;
  • Superviser l’adéquation et l’allocation des ressources informatiques pour le financement et le personnel;
  • Tenir la direction responsable de l’identification, de la mesure et de l’atténuation des risques informatiques;
  • Assurer une couverture d’audit indépendante, complète et efficace des contrôles informatiques.

Le recours à des sous-traitants pour la fournitures de certains services

Le Conseil d’Administration et la haute Direction devraient établir et approuver des politiques fondées sur les risques pour régir le processus d’impartition. Les politiques devraient reconnaître le risque pour l’Organisation d’externaliser les relations. Elles devraient également être adaptées à la taille et à la complexité de l’Organisation. Les facteurs que les Entreprises devraient envisager sont les suivants:

  • S’assurer que chaque relation d’impartition appuie les exigences globales et les plans stratégiques de l’organisation;
  • S’assurer que l’organisation dispose d’une expertise suffisante pour superviser et gérer la relation;
  • Evaluer les prestataires potentiels en fonction de la portée et de la criticité des services externalisés;
  • Adapter le programme de surveillance des prestataires de services à l’échelle de l’entreprise en fonction des évaluations des risques initiales et continues des services externalisés;

Surveiller la performance de l’organisation et les progrès

L’audit

  • Le Conseil dAdministration et la haute direction ont la responsabilité de veiller à ce que le système de contrôle interne de l’établissement fonctionne efficacement;
  • Le Conseil d’Administration devrait s’assurer que des directives écrites pour la conduite des audits informatiques ont été adoptées;
  • Le Comité d’Audit (sous la responsabilité du C.A.) est chargé d’examiner et d’approuver les stratégies d’audit (y compris les politiques et les programmes) et de surveiller l’efficacité de la fonction d’audit.

 

Catégories

Archives

Calendrier

janvier 2019
L M M J V S D
« Déc    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  
%d blogueurs aiment cette page :