Home » Posts tagged 'sécurité du SI'

Tag Archives: sécurité du SI

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

COBIT 2019 : les nouveautés

A quelques jours seulement du lancement de COBIT 2019, prévu pour le 12 novembre 2018, nous vous livrons, en avant-première, quelques informations sur cette nouvelle version du référentiel de gouvernance de l’ISACA. Bien sûr nous reviendrons plus longuement sur les aspects majeurs de COBIT 2019 dans de prochains articles.

COBIT 2019 - Les nouveautés attendues
Crédit © ISACA 2019

COBIT, reconnu internationalement comme la référence en matière de bonnes pratiques de gouvernance efficace et stratégique de l’information d’entreprise et des technologies associées (GEIT),vient d’être mis à jour avec de nouvelles publications et guides pratiques facilitant une mise en œuvre sur mesure simplifiée.

Les nouveautés attendues de COBIT 2019

Une gouvernance efficace de l’information et de la technologie est essentielle pour succès commercial de toute organisation. Cette nouvelle version cimente encore davantage le rôle continu de COBIT en tant que moteur important de l’innovation et de la transformation des entreprises.

COBIT 2019 est une évolution de la version précédente du cadre de gouvernance de l’ISACA. Construire sur les bases de COBIT 5, elle intègre les derniers développements affectant l’information d’entreprise et la technologie. Mais ce n’est pas tout.

En plus de la mise à jour du référentiel, COBIT offre maintenant davantage de ressources de mise en œuvre, des conseils pratiques plus avancés, ainsi qu’un cursus de formation complet. COBIT 2019 aide entreprises à mieux gouverner et gérer l’information et la technologie là où elle se trouve.

Une opportunité de positionnement des entreprises

COBIT 2019 offre une opportunité de mieux positionner toute entreprise en favorisant sa réussite future :

  • Nouveaux processus, tous essentiels à une entreprise, offrant une couverture étendue des données, des projets et de la conformité; mises à jour de domaines tels que cybersécurité et la protection de la vie privée; liens actualisés avec les normes, directives, réglementations et meilleures pratiques. COBIT reste le cadre de référence pour toutes les activités de gouvernance de votre entreprise.
  • Un modèle «open source» est en cours d’adaptation à partir de COBIT 2019. Il permettra à la communauté internationale de la gouvernance de proposer en temps réel des commentaires et des améliorations. Ceux-ci se combineront aux autres évolutions de COBIT. Celles-ci seront publiées sur une base continue et incorporées dans le cadre de base et dans les produits dérivés. Ainsi, vos connaissances permettront la mise à jour du référentiel, lui permettant d’évoluer avec le temps. Il ne sera donc plus nécessaire de redéfinir, ré-implémenter ou redémarrer vos efforts de gouvernance à un certain moment en vous appuyant sur un modèle ou un cadre différent.
  • La mise en œuvre de COBIT 2019 est désormais plus flexible. Elle propose de nouvelles utilisations du référentiel à la fois ciblées sur la base de projets pour des situations spécifiques de résolution de problèmes ou globales pour l’adoption à l’échelle de l’entreprise dans le cadre de la transformation numérique des organisations. COBIT permet de personnaliser une solution de gouvernance adaptée aux besoins spécifiques de chaque entreprise.
  • Le nouveau cursus de formation de COBIT 2019 vous garantit un retour sur investissement maximal de votre programme de gouvernance. Il complète ainsi les formations précédentes sur COBIT 5. Il étend désormais vos activités de gouvernance à la stratégie et aux efforts d’innovation clés pour la transformation de l’entreprise. En raison de la nature évolutive de COBIT 2019, votre formation ne deviendra jamais obsolète. Par conséquent, la formation COBIT 2019 devient un investissement qui pérennise sa valeur, tout en ouvrant des voies à l’innovation. Il n’a jamais été aussi nécessaire de suivre une formation COBITL’information et la technologie constituent les « joyaux de la couronne » de toute organisation cherchant à accroître et stimuler la croissance, à créer des avantages concurrentiels et se renforcer face aux menaces et aux risques.

Les publications constituant le noyau de COBIT 2019

Le cadre de gouvernance COBIT 2019 va bien au-delà des technologies de l’information et fonctions du service informatique. La bonne gouvernance est un élément vital pour la formulation de la stratégie et succès de la transformation de l’entreprise. COBIT 2019 peut vous aider à tracer la voie du succès pour votre entreprise ainsi que pour votre carrière et votre apprentissage.

Le noyau de COBIT 2019 incluant le cadre de référence ainsi que des guides pratiques est constitué des quatre publications.

Référentiel COBIT 2019 : Introduction et méthodologie

COBIT 2019 Introduction et méthodologieLe coeur du référentiel COBIT 2019 intègre une définition élargie de la gouvernance. Il met à jour les principes COBIT tout en établissant la structure du cadre général. Les nouveaux concepts sont introduits et la terminologie est expliquée. Le modèle central COBIT et ses 40 objectifs de gestion fournissent le socle permettant d’établir votre programme de gouvernance. Le système de gestion de la performance est mis à jour. Plus flexible, il permet désormais d’utiliser à la fois des mesures de maturité et des mesures d’aptitude.  L’introduction aux facteurs de conception et aux domaines d’intervention propose des conseils pratiques supplémentaires en vue d’une adoption flexible de COBIT 2019, que ce soit pour des projets spécifiques ou pour une mise en œuvre complète. Publication annoncée pour le 12 novembre 2018.

Référentiel COBIT 2019 : Objectifs de gouvernance et de gestion

COBIT 2019 - Objectifs de gouvernance et de gestionCette publication contient la description détaillée du modèle central COBIT. Elle décrit ses 40 mesures de gouvernance et de gestion. Chaque mesure de gouvernance ou de gestion ainsi que son objet sont définis puis mis en correspondance avec les processus, les objectifs d’alignement et les objectifs d’entreprise. De fait on y retrouve les éléments essentiels de la cascade d’objectifs.

Les informations présentées ici peuvent être utilisée de la façon similaire à celles du guide COBIT 5 – Enabling processes. Publication annoncée pour le 12 novembre 2018.

 

Guide de conception COBIT 2019

COBIT 2019 - Guide de conceptionUne question m’est régulièrement posée à l’issue des formations COBIT 5 que j’anime : comment mettre COBIT en pratique? C’est la question à laquelle réponds cette nouvelle publication. Elle propose ainsi une approche prescriptive pour l’utilisateur. Vous y trouverez des conseils pratiques sur comment adapter un système de gouvernance à des circonstances et à un contexte uniques de l’entreprise. Elle définit et énumère les divers facteurs de conception et leur lien avec les nouveaux concepts COBIT 2019.  L’impact potentiel chaque facteur de conception sur la mise en œuvre d’un système de gouvernance est analysé et des recommandations de workflows pour créer le design adapté à votre organisatione sont proposées. Publication annoncée pour le 10 décembre 2018.

Guide de mise en oeuvre de COBIT 2019

COBIT 2019 - Guide de mise en oeuvreCe guide est la mise à jour de l’ancien guide d’implémentation COBIT 5. Il adopte donc une approche similaire pour la mise en œuvre. Cependant, la nouvelle terminologie et concepts de COBIT 2019, y compris les facteurs de conception, sont intégrés à ce guide. Grâce à ce guide, la mise en oeuvre de COBIT apparaît sous un angle pratique. Elle est plus adaptable aux exigences spécifiques de gouvernance de chaque organisation. Publication annoncée pour le 10 décembre 2018.

Cyber-risques : technologies émergentes et vie privée

De nouveaux cyber-risques apparaissent au fur et à mesure que des technologies émergentes arrivent sur le marché. Dans de nombreux cas les données privées sont menacées. La protection de la vie privée des individus, malgré le RGPD, est de plus en plus mise en défaut. Y a-t-il des solutions? Quelles sont les responsabilités?

Cyber-risques : Technologies émergentes (objets connectés, IoT) et protection des données personnelles et de la vie privée
Crédit © rawpixel.com 2018

Il est maintenant possible de connecter presque tous les objets. Bien sûr on pense à la montre connectée, mais il y a aussi de nombreux autres équipements concernés. Il peut s’agir d’accessoires automobiles ou d’accessoires de la maison (stores, réfrigérateur, télévision, thermostat intelligent, etc.). On ne doit pas non plus faire abstraction des drones et autres équipements médicaux tels que pacemakers ou autres. Aujourd’hui, 6,4 milliards d’appareils sont ou vont être connectés à Internet. Et si ça se passait mal? Si des pirates pouvaient avoir accès au données personnelles collectées par ces terminaux? Et même si les GAFAM (Google-Amazon-Facebook-Apple-Microsoft) récupéraient ces données et les revendaient? Et même si des cyber-criminels prenaient le contrôle de ces objets connectés? Alors, que pourrait-il advenir?

Une menace claire et omni-présente

Vous vous dites peut-être que c’est juste de la science-fiction. Et pourtant, il serait insensé de penser que les thermostats intelligents connectés à Internet ou d’autres appareils intelligents ne posent pas de problème de sécurité pour les organisations. Lors du développement d’objets connectés (IoT), l’absence de réflexion en matière de sécurité a entraîné un risque considérable pour les réseaux d’entreprises.

Selon Kaspersky Labs, 85 000 raisons très claires sont prises en compte lorsque l’on considère le coût moyen d’une attaque par déni de service distribué (DDoS) pour l’entreprise. En octobre 2016 déjà, de larges pans de l’internet sont devenus indisponibles en Europe et en Amérique du Nord. Amazon, PayPal, Netflix, Airbnb, Twitter et Visa ont figuré parmi les grands noms qui ont subi des perturbations. La cause? Une attaque DDoS contre le fournisseur Dyn. La vraie cause? Mirai.

Mirai est un logiciel malveillant qui transforme des ordinateurs utilisant le système d’exploitation Linux en bots contrôlés à distance. Ils forment alors un botnet (réseau de bots) utilisé notamment pour réaliser des attaques à grande échelle sur les réseaux. Mirai s’attaque principalement à des dispositifs grand public tels que des caméras pilotables à distance ou encore des routeurs pour la maison. En gros, il force brutalement les appareils IoT, bien que peu de force soit généralement nécessaire, à cause de mesures de sécurité rares (voire nulles). Suite à l’attaque de 2016, le botnet qui en a résulté était composé d’environ 150 000 caméras IP, de routeurs domestiques et même de moniteurs pour bébé.

Des failles de sécurité pour le moins surprenantes

La plupart des fabricants d’objets connectés (IoT) ne placent pas la sécurité au centre des préoccupations de conception. Le plus souvent , de nombreux fournisseurs et l’industrie technologique font alors porter la faute sur les utilisateurs. Il les accusent de n’avoir pas déployé suffisamment d’efforts pour sécuriser les appareils en modifiant les mots de passe par défaut. Et de leur côté, il arrive même que les fabricants fassent des erreurs majeures de sécurité. Ainsi, certains vont jusqu’à coder en dur des mots de passe faciles à deviner dans leurs appareils. C’est le monde à l’envers. Toutes les bonnes pratiques sont bafouées pour des raisons de coût essentiellement. La conséquence c’est que les cyber-risques explosent.

Des responsabilités claires des fabricants

Certes, les utilisateurs ne modifient pas toujours les mots de passe par défaut pour les rendre plus difficiles à deviner. Cela, les fabricants le savent. Alors pourquoi ne proposent-ils pas un mot de passe par défaut unique, difficile à pirater?

On peut toujours facilement reprocher aux utilisateurs de ne pas mettre à jour les systèmes avec les derniers correctifs. Mais, dans la réalité, ces mises à jour fournies par les fabricants d’objets connectés ne sont pas très fréquentes. Et elles n’arrivent généralement qu’après qu’un périphérique ait déjà été piraté. Ils sont en mode réactif et quasiment jamais en mode proactif.

Les dispositifs IoT sont conçus pour être faciles à utiliser. Ce sont aussi, souvent, des appareils destinés à être vendus à un prix attractif. La question du coût de réalisation devient donc un facteur primordial pour les fabricants. Or les compétences en sécurité sont relativement rares sur le marché et, par conséquent, relativement chères. Aussi, très souvent, la sécurité est développée par des techniciens n’ayant pas les compétences suffisantes en matière de sécurité. Au lieu de cela, il faudrait que les fabricants d’objets connectés fassent développer leurs appareils par des spécialistes de la sécurité possédant, en plus, des compétences de développement et ayant une parfaite compréhension des conséquences d’une protection insuffisante. Pas l’inverse!!

Des réglementations insuffisantes

En outre, l’industrie de l’internet des objets n’est, à ce jour, ni normalisée ni réglementée. La conséquence est une anarchie complète pour les utilisateurs finaux. Cela pourrait changer si le gouvernement tentait d’inciter les fabricants d’appareils IoT à adopter une approche de la protection de la vie privée dès la conception (Protection by Design). Les gouvernements pourraient chercher à légiférer si les fabricants d’appareils IoT n’écoutent pas les conseils. Il y a bien sûr une tentative d’évolution dans ce sens avec le RGPD. Malheureusement c’est encore insuffisant pour faire bouger les lignes au niveau des objets connectés..

L’évolution de la surface d’attaque des entreprises

Il est clair que quelque chose ne va pas dans le monde de la technologie lorsque vos utilisateurs deviennent le périmètre du réseau, étant donné le rôle qui consiste à empêcher les menaces de s’infiltrer davantage dans le réseau.

Les appareils IoT ouvrent le réseau à un éventail de risques beaucoup plus large. Ils servent de points de terminaison à sécuriser, tout en diluant les ressources assignées pour la définition classique et traditionnelle de la protection contre les menaces.

La bascule intelligente

Étant donné ce que vous ne pouvez pas faire pour empêcher la compromission des périphériques IoT, quel est le revers de la médaille? Il ne s’agit pas d’un exercice de «longueur de chaîne» comme le suggère la variété presque infinie d’appareils dont nous parlons. D’ailleurs, cette accusation de conception par des « comptables » que nous avons formulée plus tôt va, en fait déjà, commencer à tomber, dès que les vendeurs verront une opportunité du marché de fournir des produits plus sécurisés.

Attendez-vous à ce que la segmentation du réseau et l’authentification entre périphériques (si aucun cryptage de données suffisamment puissant n’est possible) figure parmi les priorités dans les listes de fonctionnalités des objets connectés.

Gardons un oeil sur le futur

Quoi que l’avenir nous apporte, vous ne devez pas perdre de vue ces objets connectés (IoT), ni même leur emplacement. Vous devez absolument savoir quels appareils vous avez, avec quoi ils se connectent et comment ils le font. Tenir un inventaire détaillé des vos actifs informationnels fait partie des bonnes pratiques de sécurité de l’information. Cependant on oublie souvent ces appareils dans la liste des actifs informationnels.

La visibilité est essentielle pour sécuriser l’IoT dans la mesure où votre entreprise est concernée. Ces points de d’accès sont les endroits où les attaquants rechercheront des vulnérabilités pour essayer de franchir le fossé entre les équipements et l’infrastructure de votre entreprise.

 

Facebook piraté : un problème de cyber-hygiène

Facebook vient, encore une fois, de se faire pirater. Entre 50 millions et 90 millions de comptes pourraient avoir été accédés. Rien de vraiment surprenant à cela. Inutile de jeter la pierre aux géants du web. Malgré toutes les mesures de cybersécurité qui sont prises, les hackers mènent toujours le jeu. Alors que pouvons-nous faire, chacun à notre niveau? Juste adopter quelques règles de cyber-hygiène de base.

Cybersécurité - Facebook piraté : un problème de cyber-hygiène de base
Crédit © JOEL SAGET / AFP/GETTY IMAGES

Cet incident est loin d’être le premier. Et encore, il est très probable que nous ne voyons que la face émergée de l’iceberg. Il faut donc de façon urgente revoir notre comportement sur internet. Il s’agit là d’une question de cyber-hygiène dont chacun d’entre nous doit s’emparer. Nous ne devons pas attendre des fournisseurs de services qu’ils nous protègent. C’est le rôle des états qui édictent régulièrement des lois et des réglementations à cet effet. Mais les premiers responsables, ce sont les utilisateurs. En ce début du mois de la cybersécurité, il se trouve justement que le thème central de la première semaine est «Appliquer une cyber-hygiène de base».

Cyber-hygiène: de quoi s’agit-il?

C’est vrai que le mot en lui-même n’est pas très sexy! Mais il représente exactement ce qu’il décrit.

La cyber-hygiène est souvent comparée à l’hygiène personnelle. Tout comme une personne qui applique certaines pratiques d’hygiène personnelle pour maintenir sa santé et son bien-être, les pratiques de cyber-hygiène permettent de garder les données en toute sécurité et bien protégées. Cela aide à maintenir des terminaux (téléphones, tablettes, micro-ordinateurs) fonctionnant correctement en les protégeant contre les attaques extérieures, telles que les logiciels malveillants, qui peuvent entraver leurs fonctionnalités.

La Cyber-hygiène fait donc référence aux pratiques et aux précautions prises par les utilisateurs dans le but de garder leurs données sensibles organisées, en sûreté et à l’abri des attaques venant de l’intérieur et de l’extérieur.

Selon l’ANSSI, la cyber-hygiène est un moyen de garantir une protection et une maintenance adéquates des terminaux et systèmes informatiques, et de mettre en œuvre les meilleures pratiques en matière de cybersécurité.

Règles élémentaires de cybersécurité en entreprise

Une bonne cyber-hygiène n’est pas la panacée universelle et ne sera pas suffisante pour vous protéger en toutes circonstances. Cependant, elle permettra de diminuer les risques liés à la connexion internet. Dans votre Organisation, ll est important que toute personne en contact avec votre réseau, du DG au simple stagiaire, suive ces quelques conseils élémentaires.

10 bonnes pratiques de base

  1. Au niveau de l’Entreprise, tenir un inventaire, à jour, du matériel et des logiciels s’exécutant sur le réseau de l’entreprise.
  2. Développer un processus d’installation des logiciels sur leur poste par les utilisateurs. Il peut, par exemple, limiter l’installation des logiciels approuvés. Il peut aussi interdire et bloquer toute installation non explicitement autorisée par leur management et/ou le TI..
  3. Sensibiliser les utilisateurs aux bonnes pratiques de cybersécurité (gestion des mots de passe, identification des attaques d’hameçonnage potentielles, terminaux autorisés à se connecter au réseau, etc.). Tous les utilisateurs sont concernés. Cela ne s’adresse pas exclusivement aux personnels du département informatique comme on le croit souvent. Cela ne se limite pas non plus aux salariés. N’oubliez pas d’inclure les consultants ayant accès au réseau de votre Organisation.
  4. Identifier les logiciels vulnérables inutilisés et les désactiver en urgence. Il constituent des vulnérabilités importantes pour votre réseau et sont autant de failles potentielles.
  5. Effectuer des sauvegardes régulières des données et en conserver plusieurs copies. Vous pouvez envisager d’utiliser une solution sécurisée dans le Cloud et sur site. En cas de sauvegardes physique, les conserver dans un endroit sécurisé.
  6. Adopter des configurations / normes sécurisées reconnues par le secteur. On peut, par exemple s’appuyer sur celle fournie par l’ANSSI. Cette méthode peut aider les entreprises à définir des paramètres tels que la longueur des mots de passe, le chiffrement, l’accès aux ports et la double authentification.
  7. Appliquer régulièrement et sans délai les correctifs à toutes les applications. Les systèmes non à jour des correctifs représentent l’un des principaux facteurs de risque d’attaque. Les pirates utilisent de plus en plus ces correctifs pour identifier les vulnérabilités et les utilisent à loisir.
  8. Créer des mots de passe complexes. Veiller à ce que la complexité n’entraîne pas de mauvaises pratiques comme par exemple l’écriture du mot de passe sur un post-it collé sous le clavier.
  9. Limiter le nombre d’utilisateurs dotés de privilèges administratifs.
  10. Mettre à niveau les infrastructures et systèmes vieillissants. L’obsolescence des systèmes constitue un risque majeur de sécurité.

Prendre en compte le facteur humain

Même avec la meilleure protection du monde, le risque pour votre entreprise de figurer sur la liste des prochaines victimes d’attaques au rançongiciel, de violations de données et autres menaces de cybersécurité ne sera jamais écarté. C’est pourquoi il est si important de limiter le facteur humain en automatisant autant que possible les pratiques de sécurité.

Les possibilités sont L’utilisation de la double authentification avec mots de passe complexes, le blocage de certains types de fichiers et le test des connaissances des utilisateurs en matière de sécurité sont des mesures que toutes les entreprises peuvent prendre pour protéger les réseaux diversifiés actuels.

La mise en œuvre de ces étapes, aussi simples soient-elles, peut cependant poser problème aux entreprises en manque de professionnels de la cybersécurité. Il est donc utile de recourir à des outils, tels que l’apprentissage machine, capables d’anticiper et de neutraliser les comportements malveillants à votre place.

Règles élémentaires de cyber-hygiène pour les individus

Face la faille apparue sur Facebook, d’une ampleur inédite pour le réseau social américain, les utilisateurs disposent de plusieurs moyens pour tenter de protéger leur vie privée. Voici quelques bonnes pratiques à mettre en œuvre.

Adopter l’authentification à deux facteurs

Pour sécuriser leurs services, tous les grands sites Web mettent à disposition une fonction de double authentification. Celle de Facebook est accessible à cette adresse. Elle consiste à demander à l’utilisateur un second élément, en plus de son mot de passe. Dans la plupart des cas, il s’agit d’un code reçu par SMS sur son smartphone. Facebook considère alors que seul l’utilisateur est susceptible d’avoir accès à son smartphone.

L’opération implique de communiquer son numéro de téléphone au fournisseur de services. Bien sûr, dans le cas de Facebook, celui-ci l’utilise également à des fins publicitaires. Le réseau social propose une autre solution: faire appel à une application tierce (comme Duo ou Google Authenticator) pour envoyer ce second code. Notons qu’à priori,  le piratage révélé par Facebook ne semble pas compromis les mots de passe des utilisateurs. Du mois, jusqu’à plus ample informé…

Vérifier la liste des appareils connectés

Smartphones, tablettes, ordinateurs, objets connectés: nos moyens d’accéder aux réseaux sociaux se multiplient. Avec le temps, nous avons donc de plus en plus d’appareils connectés à notre compte. Il est important de vérifier régulièrement la liste des machines qui y ont accès. Accessible dans la catégorie “Sécurité” des paramètres, elle permet de vérifier qu’un appareil suspect ne soit pas dans la liste.

Au besoin, il est possible de déconnecter automatiquement l’ensemble des machines liées à notre compte. Sur la page “Sécurité et connexion”, Facebook propose de recevoir des alertes en cas de connexion depuis un appareil suspect. Ces alertes peuvent vous être envoyées directement sur le compte Facebook ou par email.

Limiter la quantité de données personnelles offertes à Facebook

Malgré ces précautions, la faille révélée de 28 septembre démontre une fois de plus qu’aucune précaution n’est infaillible. Il est donc plus que jamais préférable de limiter au maximum les données que l’on partage avec les réseaux sociaux. Su Facebook, il est possible de supprimer toutes les informations qui ne sont pas indispensables (ville de naissance, établissement scolaire fréquenté etc.). Une page est par ailleurs prévue pour gérer ses préférences publicitaires. Elle permet de supprimer l’ensemble de ses centres d’intérêts répertoriés ou encore de mettre un frein au partage de données avec les partenaires extérieurs de Facebook.

Cybersécurité : la résilience, chaînon manquant de votre stratégie

A l’heure de la transformation numérique des organisations, la stratégie de cybersécurité est un sujet sur toutes les lèvres. Dans le même temps, on n’entend quasiment jamais prononcer le mot résilience. Pourtant, la résilience devrait être le pilier majeur de toute stratégie de réduction des risques. Essayons donc de décrypter les raisons de cette anomalie et d’en identifier les risques.

Résilience, le chaînon manquant de votre stratégie de cybersécurité
Crédit © rawpixel.com 2018

Et tout d’abord, il convient de situer la cyber-résilience par rapport à la cybersécurité. Dans les deux cas, il s’agit de répondre aux cyber-risques. Un risque se caractérise par une probabilité de survenance et par un impact (sous forme de conséquences) lors de la réalisation du risque. Dans tous les cas, la stratégie des risques a pour objet d’aligner le niveau des risques au seuil de tolérance de l’Organisation. Cela se fait en mixant la réduction de la probabilité et de l’impact. Bien sûr, la stratégie des risques couvre tous les risques de l’Entreprise et parmi ceux-ci, on aura les cyber-risques.

La réduction de la probabilité de survenance des évènements de sécurité sera essentiellement réalisée grâce à des mesures se situant en amont. On parlera de mesures préventives. On est là dans le domaine de la sécurité. Les mesures de sécurité sont essentiellement de 3 types :

  • préventives
  • de détection (pour détecter l’incident lorsqu’il se produit),
  • correctives pour corriger le système et revenir à une situation acceptable (incluant l’activation d’un plan de continuité ou PCA).

A côté de ces aspects, se pose le problème de la réduction de l’impact et de l’après-crise. Il s’agit donc de répondre à la question « comment pouvons-nous survivre si un tel incident se produit? ». En d’autres termes il s’agit de planifier ce qu’il convient de faire pour réduire les impacts lorsqu’un incident se sera produit. On est là dans le domaine de la résilience.

L’expérience de l’année écoulée

Il y a tout juste un an, l’été 2017 a montré très concrètement à quoi pouvait ressembler des cyber-attaques mondiales. Ce fut le cas notamment avec NotPetya. Un an plus tard, les conséquences du « ransomworm » ne sont toujours pas complètement terminées. Le groupe Merck a annoncé fin novembre 2017 que cette cybe-rattaque lui coûterait environ 600 millions de dollars sur l’exercice 2017 ! Mais, en additionnant les dernières annonces, le seuil des 2 milliards de perte est clairement plus réaliste. C’est la première fois qu’un tel impact est recensé pour un incident cyber. Ce changement de dimension mobilise aujourd’hui enfin les directions générales et les conseils d’administration. Et ce n’est pas trop tôt! Ils sont maintenant demandeurs de moyens pour limiter les impacts de telles attaques. Mais ils sont aussi en attente sur la posture à adopter lorsqu’un cas réel se présentera.

Les mesures préventives de cybersécurité ne suffisent clairement plus à empêcher les cyber-risques de se réaliser. Il est désormais évident que la technologie n’est pas le rempart infranchissable que tout le monde imaginait. La cyber-criminalité est devenue une véritable industrie qui progresse plus rapidement que les moyens de protection ne se développent.

Cyber-résilience : les actions clés

Une cyber-attaque majeure peut être destructive ou entraîner une perte de confiance dans les systèmes clés. Le premier réflexe pour une majorité d’entreprises est alors d’activer le plan de continuité d’activité (PCA). Celui-ci constitue un élément majeur de la stratégie de résilience des organisations. L’objectif est d’assurer la survie de l’organisation lorsque surviennent des sinistres d’ampleur entraînant l’indisponibilité de ses actifs clés. Il peut s’agir de moyens informatiques, d’infrastructures de communication ou d’immeubles voire de collaborateurs.

Or les cyber-attaques majeures, destructives comme Wannacry ou NotPetya, ou provoquant une perte de confiance dans les infrastructures (réseau, gestion des accès, gestion du parc…) telles que les attaques ciblées en profondeur, ne sont pas prises en compte lors de l’élaboration de la majorité des PCA. Ces derniers sont focalisés sur un enjeu de disponibilité. Ils n’appréhendent pas les problématiques de destruction simultanée et de perte de confiance dans le SI induites par les cyber-attaques.

En effet, les dispositifs de continuité du SI sont plus souvent liés aux ressources qu’ils protègent. Ils sont donc également affectés par ces attaques. Depuis plus de dix ans, les dispositifs de continuité (utilisateurs ou informatiques) ont adopté les principes de mutualisation des infrastructures et de secours « à chaud ». Le double objectif de cette approche est à la fois de répondre aux exigences de reprise rapide et d’une meilleure exploitabilité. Mais, de fait, le lien entre le SI nominal et son secours rend les dispositifs de continuité vulnérables aux cyber-attaques.

Des dispositifs de continuité vulnérables

À titre d’exemple, suite à l’attaque NotPetya, l’idée d’utiliser les postes de secours présents sur le site de repli a très rapidement été évoquée dans le cadre d’une gestion de crise. Malheureusement ceux-ci partageaient les mêmes systèmes de gestion de parcs et les mêmes vulnérabilités. Ils donc avaient été logiquement détruits de la même manière que les sites nominaux. Les investissements et les efforts investis dans les dispositifs de continuité ont semblé, à ce moment, très vains.

Enfin il reste les sauvegardes comme dernier rempart. Etablies sur une base souvent quotidienne ou hebdomadaire, elles constituent, pour la plupart des organisations, le dispositif de dernier recours pour reconstruire le SI.

Dorénavant, il n’est pas rare de faire face à une intrusion qui date de plusieurs mois. Bien que la  détection soit récente, dans ce cas, les sauvegardes embarquent de fait les éléments malveillants. Il peut s’agir de malwares par exemple, mais aussi de modifications déjà opérées par les attaquants.

De plus, la continuité en tant que telle des systèmes de sauvegarde est bien souvent négligée. Lors de plusieurs cas de gestion de crise sur NotPetya, les serveurs gérant les sauvegardes avaient eux-mêmes été détruits. Les restaurer a souvent nécessité plusieurs jours vu leur complexité et leur imbrication dans le SI.

S’agissant des SI industriels, les constats sont tout aussi alarmants. Les systèmes numériques industriels sont résilients à des pannes techniques ou des incidents mécaniques anticipés. En revanche, ils n’ont que rarement intégré, dès leur conception, les potentialités d’une malveillance humaine et ils ne disposent souvent pas de mécanismes de sécurité avancés. La longueur de leur cycle de vie (souvent plusieurs dizaines d’années) les expose à l’exploitation de vulnérabilités anciennes. Enfin l’indépendance des chaînes de contrôle  vis-à- vis des systèmes numériques qu’elles supervisent n’est pas toujours respectée.

Des leçons tirées de l’expérience

Il s’avère que lors du déroulement d’une crise, le cycle est souvent identique. Les écueils rencontrés sont quasiment toujours les mêmes. Il convient donc de tirer les leçons de cette expérience.

Gestion de crise en cas de cyber-attaques : les écueils rencontrés
Crédit © Wavestone 2017

Des scénarios d’attaques récurrents

Destruction massive ou indisponibilité d’une grande partie du SI

Ce type de cyber-attaques, concrétisé au travers des cas Wannacry et NotPetya, entraîne généralement une indisponibilité massive du fait du chiffrement des fichiers de données et/ou du système d’exploitation. Les sociétés touchées par des attaques de ce type (parmi lesquelles Merck, Maersk, Saint Gobain, Fedex… mais aussi Sony Pictures ou Saudi Aramco) ont perdu jusqu’à plus de 95% de leurs systèmes d’information (des dizaines de milliers d’ordinateurs et de serveurs) en un délai souvent inférieur à 1h.

La situation au démarrage de la crise est alors très difficile. En effet, il n’y a plus aucun moyen de communication et d’échange au sein de l’entreprise, y compris au sein de la DSI. Les victimes ont communiqué sur des pertes atteignant plusieurs centaines de millions d’euros suite à ces attaques.

Compromission et perte de confiance dans le SI

Il s’agit d’attaques ciblées ne remettant pas en cause le bon fonctionnement du système. Elles visent par contre à donner aux attaquants l’accès à l’ensemble des systèmes de l’entreprise (messagerie, fichiers, applications métiers…). Elles leur permettent d’usurper l’identité de n’importe quel employé et de réaliser des actions en leur nom. Les attaquants peuvent ainsi atteindre tout type de données ou réaliser des actions métiers nécessitant plusieurs validations successives.

Ces cyber-attaques ont touché de très nombreuses entreprises dans tous les secteurs. Les conséquences sont souvent des fraudes massives, comme celles ayant touché la banque du Bangladesh. Il peut aussi s’agir de vols de données financières et de paiements. Ce fut le cas de celles ayant touché plusieurs groupes de distribution aux Etats-Unis dont Target ou encore Home Depot.

La situation au démarrage de ce type de cyber-crise est extrêmement complexe. La raison réside dans la conjugaison de plusieurs éléments aggravants : perte de confiance dans le système d’information et flou grandissant sur les actions et objectifs. Il faut alors investiguer discrètement jusqu’à pouvoir déloger l’attaquant et reconstruire un système sain. Les victimes de ces attaques ont également fait état d’impacts financiers atteignant plusieurs centaines de millions d’euros.

La résilience passe par une bonne gestion de crise

Les crises cyber sont des crises très particulières. Elles sont souvent longues (plusieurs semaines). Elles sont parfois difficiles à cerner (qu’a pu faire l’attaquant ? depuis combien de temps ? quels sont les impacts ?). Elles impliquent des parties prenantes externes, elles-mêmes souvent peu préparées sur ce sujet (avocats, huissiers, autorités, fournisseurs, voire les clients…). Il est donc indispensable d’ajuster les dispositifs existants qui n’ont pas été conçus pour intégrer cette dimension particulière.

Acteur opérationnel de la gestion de la crise cyber, la DSI ne doit pas être sur-mobilisée sur l’investigation et la défense. Cela se ferait au détriment de la production et du secours. Cet aspect constitue un point d’anticipation important à ne pas négliger. Il s’agit donc d’identifier clairement les équipes à mobiliser sur la crise et d’organiser les interventions parallèles d’investigation et de construction du plan de défense.

Au-delà de l’aspect organisationnel, il faut s’assurer de disposer également de l’outillage d’investigation (cartographie, recherche de signature de l’attaque, SI de gestion de crise indépendant, capacité d’analyse de malware inconnu…), d’assainissement (capacité de déploiement rapide de correctifs, isolation en urgence de portions non touchées du SI, isolation réseau…) et de reconstruction (accès rapide aux sauvegardes, accès aux documentations minimum de reconstruction, support des fournisseurs clés, capacité à réinstaller massivement des postes de travail…) requis pour comprendre la position de l’attaquant, stopper sa propagation et faire repartir au plus vite l’activité.

La rédaction d’un guide de gestion de crise, définissant les étapes structurantes, les responsabilités macroscopiques et les points de clés de décision sera un plus. Et parce qu’il est primordial de s’exercer en amont afin d’être prêt le jour où il faudra faire face à la crise, la réalisation d’exercices de crise sera un bon révélateur de la situation réelle.

Les dispositifs de continuité doivent être repensés

Des solutions les plus simples…

Les dispositifs de continuité doivent également évoluer pour s’adapter aux cyber-menaces. Les solutions possibles sont nombreuses. Elles peuvent toucher tous les types de dispositifs de continuité. Le plan de reprise utilisateur peut intégrer par exemple la mise à disposition de clés USB avec un système alternatif. Les collaborateurs pourraient l’utiliser en cas de destruction logique de leur poste de travail.

Certaines organisations ont fait le choix de provisionner des volumes de postes de travail de remplacement directement avec leurs fournisseurs de matériel afin de les installer rapidement en cas de destruction physique.

A des solutions très complexes et coûteuses…

Le plan de continuité informatique peut inclure de nouvelles solutions pour être efficace en cas de cyber-attaques. La plus emblématique vise à construire des chaînes applicatives alternatives. Il s’agit de « dupliquer » une application sans utiliser les mêmes logiciels, systèmes d’exploitation et équipes de production. C’est une solution extrême, très coûteuse et difficile à maintenir. Elle est envisagée pour certaines applications critiques dans le monde de la finance notamment.

A des solutions intermédiaires mais suffisantes

D’autres solutions moins complexes sont envisagées. Il s’agit par exemple de l’ajout de contrôle fonctionnel d’intégrité dans le processus métier. Son concept repose sur la réalisation de contrôles réguliers, à différents niveaux et à différents endroits dans la chaîne applicative. Ceci permet de détecter rapidement des attaques qui toucheraient par exemple les couches techniques (modification d’une valeur directement dans une base de données) sans avoir été réalisées par les actions métier classiques (via les interfaces graphiques). Ces mécanismes peuvent aussi s’appliquer aux systèmes d’infrastructures, par exemple en réconciliant les tickets de demande de création de compte d’administration avec le nombre de comptes réellement dans le système.

D’un niveau de complexité intermédiaire, il est possible d’envisager la définition de zone d’isolation système et réseau que l’on peut activer en cas d’attaques et qui vont isoler les systèmes les plus sensibles du reste du SI. Le SI industriel pourra, à ce titre, constituer à lui seul, une de ces zones d’isolation vis-à-vis du reste du SI.

Cyber-résilience et cybersécurité doivent être imbriqués

Implémenter ces nouvelles mesures de cyber-résilience nécessite des efforts importants. Des efforts qui seront vains si ces solutions de secours et les systèmes nominaux ne sont pas eux-mêmes déjà sécurisés correctement et surveillés avec attention. Le RSSI est l’acteur clé pour faire aboutir ces démarches souvent entamées mais rarement finalisées. L’aide du Risk Manager  — ou, s’il est désigné, son Responsable du Plan de Continuité d’Activité (RPCA) — sera alors un plus. Il est aujourd’hui communément acquis qu’il est impossible de sécuriser des systèmes à 100%. Il faut donc accepter la probabilité d’occurrence de cyber-attaques. C’est à ce moment-là que le Risk Manager ou le Responsable du PCA prendra tout son rôle.

Il est très clair que la résilience est un pilier majeur de votre stratégie de cybersécurité. A ce titre il convient de l’y intégrer dès la conception. Mais il vous appartient également de convaincre votre conseil d’administration de la réalité des cyber-risques et de la nécessité de la mise en oeuvre de mesures de résilience.

Comment s’y prendre concrètement?

Nous ne le répétons, jamais assez, mais deux bonnes pratiques de base sont absolument nécessaires.

Inutile de réinventer la roue : appuyez-vous sur ce qui existe

Il serait vain de partir d’une feuille blanche. Inspirez-vous des bonnes pratiques du marché. A cet effet, AXELOS a publié une référentiel de bonnes pratiques en matière de résilience des SI : RESILIA. Complémentaires d’ITIL, ces bonnes pratiques vous aideront à compléter vos processus existants afin d’y incorporer la planification de la résilience de votre SI

Faite monter vos collaborateurs en compétence, formez-les

La réponse aux cyber-attaques nécessite une préparation minutieuse et du personnel formé et efficace. A cet effet, 2AB & Associates vous propose des formations sur RESILIA (RESILIA Foundation et RESILIA Practitioner) ainsi que des formations sur la continuité des activités (Business Continuity Foundation et ISO 22301 Lead Implementer). Nous vous proposons également une formation indispensable pour mieux évaluer et planifier la réponse aux cyber-risques : ISO 27005 Risk Manager.

Et bien sûr, nos experts sont à votre disposition pour répondre à vos commentaires.

ISO/IEC 20000-1 : le cru 2018 est arrivé

Fantastique nouvelle pour toutes les personnes impliquées dans la gestion des services informatiques (ITSM), la norme internationale ISO/IEC 20000-1:2018 a été publiée ce 15 septembre 2018. Elle est désormais disponible en Anglais et en Français sur le site de l’ISO

ISO/IEC 20000-1:2018 nouvelle version de la norme de gestion des services (ITSM)
Crédit image © raw pixel.com

En cette saison de vendanges, les nouveaux crus sont très attendus. Et le millésime 2018 de la norme internationale ISO/IEC 20000-1 ne fait pas exception à la règle. Il s’agit là de la 3ème version de cette norme dont la première publication remonte à 2005. A l’origine, il s’agissait essentiellement de traduire les bonnes pratiques ITIL V2 sous forme d’une norme de gestion des services informatiques (ITSM). L’objectif était de permettre aux organisations informatiques de certifier leur système de management des services TI. Les référentiels de bonnes pratiques tels que ITIL ne permettant pas de certifier une organisation, ISO/IEC 20000 était la première norme ITSM.

L’enquête annuelle réalisée par l’ISO (International Standard Organization) montre qu’en 2016 la norme ISO 20000 est classée en 9ème position des normes sur lesquelles les entreprises se certifient le plus, avec 4537 certificats d’entreprises délivrés en 2016. Elle connaît d’ailleurs une croissance très importante de 63%, et spécialement en Asie.

ITSM - ISO 20000 dans le monde. Devant ITIL
Répartition des certifications ISO 20000 délivrées dans le monde en 2015 & 2016 – © ISO 2017

Aujourd’hui, ISO/IEC 20000-1:2018 reste alignée sur les bonnes pratiques ITSM, parmi lesquelles ITIL. Cependant, elle a largement pris son autonomie et son périmètre s’est sensiblement élargi. Nous vous livrons ici quelques unes des nouveautés attendues par tous les acteurs de la gestion des services.

Vue d’ensemble de la version 2018 d’ISO/IEC 20000-1

Les membres du sous-comité SC40 du JTC1 (ISO/IEC) ont fait un travail remarquable. Ils ont pris en compte les tendances et les défis actuels dans l’environnement de gestion des services. L’accent est désormais mis davantage sur la gestion et l’assurance qualité. Il est moins centré sur la formulation des processus et des procédures. Le fait qu’un écosystème de services soit composé d’un environnement multi-fournisseurs empêche souvent les entreprises de normaliser tous les processus dans toutes les organisations impliquées incluant leur chaîne logistique de service.

Les changements les plus importants dans la norme ISO/IEC 20000-1:2018

Les modifications suivantes ont été apportées par rapport à la version précédente de 2011:

  1. Au plus haut niveau, une nouvelle structure hiérarchique conforme aux autres normes relatives au système de management a été introduite. Cela facilite la certification des entreprises pour plusieurs normes, telles qu’ISO 9001 (gestion de la qualité) ou ISO 27001 (gestion de la sécurité de l’information).
  2. La section Termes et définitions a été supprimée. Elle est désormais remplacée par une référence aux termes et définitions de l’ISO / IEC 20000-10.
  3. Toutes les références à la « méthode PDCA » (« Plan-Do-Check-Act ») ont été supprimées.
  4. De nouvelles exigences sur le contexte de l’organisation et sur les activités relatives aux risques et aux opportunités ont été ajoutées.
  5. Une exigence explicite de «créer, mettre en œuvre, maintenir et améliorer continuellement un système de management des services (SMS)» a été ajoutée.
  6. Les exigences en matière d’informations documentées, de ressources, de compétences et de sensibilisation ont été mises à jour.
  7. Des exigences supplémentaires dans les domaines de la planification des services, de la connaissance, de la gestion des actifs, de la gestion de la demande et de la fourniture de services ont été introduites.
  8. Les exigences relatives à la gestion des incidents et à la gestion des demandes de service ont été divisées en deux chapitres distincts.

À première vue, la norme semble être devenue plus vaste et donc plus complexe. Cependant, les exigences concernant les processus sont beaucoup plus simples. De même, les exigences en matière de documentation ont été considérablement réduites. Cela permet aux organisations de définir leurs processus beaucoup plus librement. La norme est maintenant conçue davantage pour l’effet de la gestion des services que pour sa description détaillée.

La nouvelle norme sur l’ITSM en un seul coup d’oeil

Les changements et améliorations de cette nouvelle version de la norme ISO/IEC 20000 se reflètent dans le schéma suivant :

Schéma de la norme ISO/IEC 20000-1:2018. Au delà du périmètre ITIL
Crédit © ISO 2018

Comme on peut le voir, des questions telles que le leadership et l’engagement, la gestion des risques, la planification des services d’évaluation et l’amélioration de performance deviennent centrales.

Il est également clair que le nombre de processus a nettement augmenté par rapport à la version précédente de 2011. Cette nouvelle mouture de la norme voit son périmètre augmenter. Il est désormais aligné sur celui d’ITIL 2011 et prend en considération les nouveaux référentiels ITSM comme VeriSM, SIAM, COBIT, etc..

Un changement dans la cible de la norme

Le terme « service informatique » figurait déjà dans la dernière version de la norme. Mais la norme était principalement réservée aux organisations informatiques pour certifier leur système de management à ISO 20000. Avec la connectivité accrue des fournisseurs de services externes et les exigences moins détaillées pour les processus informatiques tels que la disponibilité et la gestion de la capacité, la norme est désormais également prédestinée à être utilisée en dehors des organisations informatiques. C’est la base de la certification de la gestion professionnelle des services d’entreprise à l’avenir avec la nouvelle norme ISO/IEC 20000-1: 2018. Attendons donc de voir comment cela va évoluer dans les prochains mois.

Quelles suites sont à prévoir dans les prochains mois?

Si votre organisation est déjà certifiée ou si vous commencez à mettre en œuvre ISO20000-1, ne vous inquiétez pas. Il est probable qu’il y aura une période de transition minimale de deux ans après la révision de la première partie. Rien de ce que vous faites actuellement pour l’ISO/IEC 20000-1:2011 actuelle ne sera perdu.

Pour les entreprises déjà certifiées ISO/IEC 20000-1:2011

Pour les entreprises déjà certifiées ISO/IEC 20000-1:2011, la transition doit être bien préparée. Cependant les changements ne seront pas vraiment importants. Il est toutefois conseillé de convenir de la date de transition avec le certificateur en temps utile. La date limite probable de cette nouvelle certification sera sans doute d’ici 2021 au plus tard.

Pour les entreprises non encore certifiées ISO/IEC 20000-1

Pour les entreprises qui souhaitent obtenir la certification ISO 20000-1 pour la première fois, cette édition est simplifiée. Elle est moins détaillée au niveau des exigences. Elle se concentre sur ce que les entreprises doivent faire pour avoir plus de liberté de mise en œuvre. La mise en oeuvre d’un système de management des services, en vue de la certification, devrait donc être plus facile.

Parmi les points-clés dont vous devez désormais vous préoccuper pour faire certifier votre SMS sur ISO/IEC 20000-1:2018 :

  • Quels sont les résultats attendus de votre système de gestion de services (SMS) et de vos services?
  • Qu’est-ce qui constitue une valeur pour l’organisation et les clients du SMS et des services?
  • Qui a le pouvoir de prendre des décisions clés sur le SMS et les services?
  • Comment les exigences SMS sont-elles intégrées dans les processus métier de l’organisation?
  • Quelles connaissances sont nécessaires pour soutenir le fonctionnement du SMS et des services?

Ce sont là des aspects clés pour l’ITSM et l’alignement sur le business. Aucune surprise donc de les retrouver au coeur de la nouvelle version de la norme. Ce sont également des questions qui matérialisent un peu plus la particularité d’ISO/IEC 20000-1:2018 vis à vis d’ITIL. En effet ITIL 2011 reste essentiellement focalisé sur les processus exclusivement. Ce sont également les questions qui sont au coeur des nouveaux référentiels ITSM tels que SIAM, VeriSM, etc. Il semble que la nouvelle version d’ITIL (ITIL4) annoncée pour le premier trimestre 2019 aille également dans ce sens.

Quid de la formation et des certifications de personnes?

A l’heure actuel, plusieurs organismes de certification de personnes proposent des certifications individuelles sur ISO/IEC 20000. Parmi elles, on peut citer APMG, EXIN ou PECB. Là encore ne vous inquiétez pas. votre certification ISO 20000 (Foundation, auditor, professional, lead implémenter ou lead auditor) demeurera valide. Les organismes de formations vont simplement devoir mettre à jour leurs cursus de formation pour les adapter à la nouvelle version de la norme. La mise à niveau des examens de certification devrait intervenir dans les prochaines semaines.

2AB & Associates (ex AB Consulting), accrédité auprès de l’APMG, d’EXIN et de PECB pour délivrer les formations et les certifications de personnes sur ISO/IEC 20000 est déjà en train de finaliser les nouveaux cours alignés sur la version 2018 de la norme. Nous préparons aussi un cours de transition vers ISO/IEC 20000-1:2018. Ce cours a pour objectif d’aider les personnes en train de conduire une certification de leur organisation sur la version 2011.

 

Transformation numérique : les conseils d’administration sont-ils prêts?

Les conseils d’administration (CA) devraient être impliqués dans la direction et le leadership de la transformation numérique de leur organisation, en prenant en considération les scénarios de risque non négligeables associés à cette mutation.

Transformation numérique : les conseils d'administration sont-ils prêts
Crédit © image par rawpixel.com

Le rôle du Conseil d’Administration de toute organisation est de s’assurer pour le compte des parties prenantes de l’Entreprise, de la création de valeur sous forme de bénéfices, tout en optimisant les risques et les ressources. Selon COBIT, le référentiel de Gouvernance publié par l’ISACA, cela passe par trois phases. La première consiste à évaluer les besoins de chacune des parties prenantes. La seconde est de prendre une décision en terme de direction à suivre par le management. Enfin, la troisième étape consiste à surveiller la performance et le progrès réalisé par l’Organisation dans la direction donnée.


«Les conseils d’administration jouent un rôle essentiel dans le processus de transformation numérique en apportant expertise, jugement, scepticisme sain et souci de la valeur à long terme.» (Deloitte)


Malheureusement les conseils d’administration ne sont pas encore prêts à superviser les technologies de l’information.  Ils le sont donc d’autant moins en ce qui concerne la transformation numérique de leur Organisation. En effet, non seulement «plus de 80% des CA pourraient ne pas avoir les compétences et les connaissances nécessaires pour gérer efficacement la technologie des entreprises et réaliser des gains stratégiques et des rendements financiers au niveau de l’entreprise» mais, de plus, les cadres mondiaux de gouvernance d’entreprise (COSO par exemple) ne font encore aucune référence significative au leadership numérique du CA.

La transformation numérique a cependant des impacts extrêmement importants sur le fonctionnement des Organisations. Le degré de focalisation requis pour garantir que la transformation numérique se concrétise comme prévu est donc très  élevé. Quels sont les problèmes à surmonter dans la structure des conseils d’administration si les organisations qu’ils supervisent doivent être durables dans le cadre de la transformation digitale actuelle? Les comités stratégiques IT du CA constituent un moyen clé de mieux superviser et contrôler la transformation numérique.

La gouvernance du SI a encore trop de mal à trouver sa place

Selon une étude du Gartner, jusqu’à 85% des projets en technologies de l’information échouent. Les défaillances informatiques détruisent la valeur pour les actionnaires en gaspillant des ressources. Ces défaillances font échouer des opportunités business et détruisent ainsi la valeur que les services informatiques auraient pu créer. Il ne fait aucun doute que ce taux d’échec continuera, voire augmentera, pour les initiatives de transformation numérique.

Une évolution dans le bon sens depuis dix ans

Le besoin de conseils d’administration ayant des compétences en technologies de l’information s’impose de plus en plus au niveau mondial. Cela leur permet d’atténuer les risques d’échec technologiques. C’est tout particulièrement important lorsque le succès stratégique et la pérennité de l’entreprise dépendent de la réussite de son informatique. La figure suivante illustre l’évolution de la gouvernance du SI ces dernières années.

L'évolution de la gouvernance du SI depuis 10 ans
Crédit © 2018 ISACA

L’exception chez les « gaulois réfractaires »

Cette gouvernance formelle du SI se matérialise de plus en plus par un comité stratégique informatique. C’est une préconisation phare de COBIT, le cadre de Gouvernance du SI publié par l’ISACA en 2012. C’est également une tendance forte dans les très grandes organisations qui ont souvent des comités stratégiques. Du moins dans les pays anglo-saxons…

conseil d'administration : l'exception chez les gaulois réfractaires

Lors d’une récente conférence destinée aux administrateurs au Canada, le consensus a été que les comités stratégiques informatique sont encore largement méconnus dans ce pays. Ils sont également ignorés dans la quasi totalité des pays francophones Européens (France, Belgique, Luxembourg) et encore plus en Afrique. A l’inverse on trouve de plus en plus souvent un comité stratégique IT dans les entreprises des pays anglophones. Est-ce à dire que l’absence de gouvernance du SI est une caractéristique liée à la langue Française? Serait-ce le syndrome du « Gaulois réfractaire » évoqué par le Président Macron récemment? Je ne saurais répondre mais le constat est hélas factuel. C’est d’autant plus inquiétant pour l’avenir économique des ces pays à l’heure de la transformation numérique mondiale.

Les conseils d’administration de l’ère digitale doivent s’adapter

Lors d’un récent congrès d’administrateurs de sociétés, une question des organisateurs portait sur le comité stratégique informatique. De façon très décevante, la réponse quasi-unanime des participants était que ni l’ampleur de leurs dépenses informatiques ni la contribution de l’informatique au risque opérationnel n’avaient été jugées suffisamment importantes pour justifier la création d’un comité stratégique distinct. C’est là une preuve supplémentaire de la totale déconnexion des membres des conseils d’administration de la réalité du changement en cours au niveau mondial. Peut-être est-ce dû au fait que, à ce jour, les conseils d’administration peuvent apparaître comme ayant fait du bon travail de gouvernance dans des entreprises de premier plan sans aucune expertise en TI dans leurs rangs? En tout cas, il y a beaucoup de choses derrière cette réponse totalement inadéquate.

D’autant que ce sont ces mêmes membres du conseil d’administration qui parlent publiquement de la transformation numérique et de l’innovation numérique! Ils sont donc apparemment inconscients de l’impact organisationnel énorme et des risques que comporte une telle mutation, qui, par définition, inclut les TI. Ce risque augmente significativement lorsque les membres du CA ne reconnaissent pas leurs responsabilités dans la gouvernance du SI.

L’évolution nécessaire de la composition du CA

Aux Etats Unis, la plupart des membres des conseils d’administration sont indépendants. C’est là une conséquence directe de la loi Sarbanes-Oxley (SOX) depuis 2002. D’ailleurs, dans le S & P 500, Spencer Stuart constate que 85% des administrateurs sont indépendants depuis 2007. Une autre conclusion intéressante de cette étude porte sur l’âge moyen de ces administrateurs qui était de 63,1 ans en 2017. En France, selon l’AGEFI, l’âge moyen des administrateurs des sociétés du CAC40 est de 58,9 ans en 2017. Il apparaît en légère hausse par rapport à 2016. Seulement 68% des membres des CA du CAC40 sont indépendants selon le même rapport de l’AGEFI en 2017.

Un problème de compétence, mais pas seulement

Une question que le Forum Economique Mondial pose aux administrateurs est de savoir si leur conseil d’administration possède des compétences numériques, multigénérationnelles et une expertise suffisante pour donner des conseils sur des sujets commerciaux et technologiques en évolution rapide. En ce qui concerne la sensibilisation au digital, Mckinsey constate que peu de CA ont une expertise numérique suffisante. Difficile donc d’avoir des échanges significatifs sur ce sujet important avec la direction à l’ère de la transformation digitale. Par ailleurs, avec une moyenne d’âge de 63,1 ans (59,9 ans en France), il est difficile de qualifier le conseil d’administration moyen de multigénérationnel.

 L’âge moyen des membres du conseil d’administration en question

Cela complète les conclusions d’une enquête menée par le Harvard Law School Forum impliquant 860 administrateurs de sociétés publiques. De nombreux membres du conseil d’administration ne sont pas à l’aise avec la supervision informatique car, avec un âge moyen de 63,1 ans:

  • L’expérience professionnelle de la plupart des membres du conseil d’administration est antérieure à l’ère de la transformation digitale des organisations;
  • Très peu d’administrateurs ont simplement des connaissances de base en technologies de l’information.

Ce n’est donc pas que les conseils d’administration en général ne souhaitent pas une gouvernance informatique accrue. C’est plutôt que les administrateurs en place n’ont tout simplement pas les compétences ou l’expérience nécessaires pour comprendre pourquoi ou quand ils ont besoin de gouvernance informatique ou même d’un comité stratégique informatique. Les conseils d’administration peuvent-ils être négligents en n’ayant pas de compétences en informatique à bord et, par conséquent, ne pas être en mesure de poser des questions approfondies de supervision des TI au-delà des questions d’audit générales du comité d’audit? La réponse est «non», les conseils ont le devoir fiduciaire d’avoir un minimum de compétence en informatique.

Le vice-président du Comité d’Hygiène et de Sécurité du CA de Delta Air Lines a bien résumé la situation :


Les conseils d’administration doivent être préparés avec les compétences, la technologie et les processus appropriés. Hélas, la plupart des CA échouent sur la majorité ou la totalité de ces exigences.


Dans le cadre de la transformation digitale de l’économie, il est temps que les actionnaires repensent la façon dont ils votent pour les membres du CA lors de leurs assemblées générales annuelles (AGO).

Le périmètre de la transformation digitale mal compris

L’une des clés pour mieux comprendre l’approche des administrateurs est l’écoute de leurs remarques face aux technologies de l’information. Le mot spécifique qu’ils utilisent le plus souvent, c’est «dépenser» (coût). Or le coût est plus en adéquation avec l’informatique opérationnelle qu’avec la transformation numérique. Cela signifie que les membres des conseils d’administration  semblent voir l’informatique uniquement sous l’angle des coûts opérationnels. Ils n’ont pas une approche incluant aussi les  opportunités. C’est pourquoi ils trouvent acceptable de «gouverner» l’informatique par le biais du comité d’audit. S’appuyant sur les constatations citées à la figure 1, la gestion des TI au sein du comité d’audit n’est pas satisfaisante. C’est d’autant plus vrai lorsque la transformation numérique est un objectif stratégique de l’Entreprise.

Lors d’une discussion récente que j’avais avec un administrateur d’une grande société Française cotée au CAC40 et figurant parmi les leaders mondiaux de son domaine, il me disait « La transformation numérique? C’est juste de la technologie. Et la technologie suivra toujours ». Cela révèle pour le moins une incompréhension du périmètre de la transformation numérique par ceux-là même qui doivent la superviser. Ce n’est clairement pas de bon augure pour les organisations concernées.

Cette approche uniquement basée sur les coûts est aujourd’hui largement dépassée. Elle suggère qu’il n’y a peut-être pas de véritable transformation digitale dans ces organisations. Cela va à l’opposé des commentaires publics apparemment tournés vers l’avenir des membres du conseil d’administration.

Cybersécurité, compétitivité, intégration stratégique et transformation numérique

L’informatique a longtemps été beaucoup plus axée sur la durabilité organisationnelle et le positionnement stratégique que sur le coût de l’automatisation des processus. Bien sûr, le conseil d’administration continue de devoir s’intéresser à la gouvernance. Il est cependant peu probable que de nombreux administrateurs soient en mesure de discerner le rôle de l’informatique dans la réalisation des préoccupations de Deloitte concernant la création de valeur à long terme.

Recommandations aux actionnaires et aux membres du CA

La gouvernance du système d’information, pilotée par KING III, ISO / IEC 38500 et COBIT, a été formalisée depuis 2008 au moyen de la norme ISO / IEC 38500. Si l’informatique est simplement opérationnelle dans une organisation, la gouvernance informatique ne doit pas dépasser la charte des coûts du comité d’audit et risque. Mais si l’activité de l’Entreprise dépend de façon stratégique de son informatique, y compris dans un contexte de transformation digitale, alors, conformément à la norme ISO / IEC 38500, le conseil d’administration a trois responsabilités principales:

  • Evaluer continuellement les performances informatiques dans le cadre de la stratégie organisationnelle;
  • Réorienter continuellement l’informatique si ses performances compromettent la stratégie de l’organisation;
  • Surveiller en permanence les performances informatiques pour s’assurer que la stratégie de l’entreprise sera livrée aux actionnaires.

Un outil efficace : le comité stratégique TI

Les problèmes business critiques tels que celui évoqué dans cet article prennent beaucoup de temps pour être résolus. Il est donc nécessaire de réagir efficacement. La création d’un comité stratégique TI est indubitablement un outil efficace pour y remédier. Incontestablement, le sujet des systèmes d’information a depuis longtemps dépassé les domaines d’audit et de risque de base. Des organisations importantes telles que Wallmart en ont tiré les conséquences. Ainsi Wallmart s’est doté d’un comité stratégique TI dédié au niveau du conseil d’administration. Il ne faut surtout pas croire hâtivement qu’un comité stratégique TI est technique. Ce n’est pas du tout le cas. Les responsabilités énumérées dans le paragraphe précédent, ainsi que des sujets tels que la compétitivité, la transformation et la durabilité fondées sur l’informatique, sont clairement stratégiques.

Bien que la gouvernance informatique ait continué à se développer au cours de la dernière décennie et soit devenue la gouvernance du SI, le chemin à parcourir est encore long. Non seulement il n’ya pas de discussion majeure sur le leadership numérique au sein des cadres de gouvernance d’entreprise au niveau mondial, mais les administrateurs ne semblent pas encore avoir les aptitudes et les compétences nécessaires pour gérer correctement les initiatives de transformation numérique.

Une nécessité : le renouvellement des conseils d’administration

Que peut-on faire dans cette situation? En règle générale, les administrateurs sont élus lors de l’assemblée générale annuelle (AGO) par les actionnaires. Dans les organisations où la durée du mandat est limitée, les administrateurs devraient être renouvelés et bénéficier de nouvelles perspectives sur le rôle et les risques. en transformation numérique. Les actionnaires détiennent généralement une partie du pouvoir nécessaire pour remplacer les administrateurs actuels au sein des conseils d’administration. Ils ont par conséquent des moyens d’action sur les membres du CA. Ils peuvent donc s’assurer que les administrateurs possèdent des connaissances de base en informatique.

La question est de savoir si ils le veulent vraiment ou si les facteurs générant des gains à court terme (croissance du prix des actions) sont plus importants que la viabilité à long terme. Ces deux objectifs sont totalement incompatibles. Et c’est là que se situe une partie du problème.

Restons positifs malgré tout

On commence, dans certaines entreprises, à apercevoir une lueur au bout du tunnel. Quelques Organisations, auprès desquelles j’interviens comme conseil, ont unanimement considéré que la durabilité par le biais de la transformation numérique exige plus qu’un simple créneau dans les ordres du jour plus larges des comités d’audit ou des risques.

Au lieu de cela, dans le contexte de la transformation digitale, le service informatique mérite un degré de gouvernance spécialisé qui ne peut lui être accordé que par le biais d’un comité stratégique informatique dédié. C’est une première étape encourageante. Il faut maintenant oeuvrer pour que cela se développe et se généralise. C’est en s’appuyant sur des cadres de gouvernance tels que COBIT ou ISO 38500 qu’on a quelques chances d’y parvenir. Malheureusement cette mutation est très lente. Et pas sûr que les conseils d’administration aient le temps d’évoluer avant que la situation ne devienne critique.

Cybersécurité : rôle et responsabilités du Conseil d’Administration

Les cyber-menaces sont complexes et en constante évolution. Elles peuvent aussi causer d’importants dommages financiers et de réputation à une Organisation. De plus, il n’y a aucun moyen d’être protégé à 100%. C’est pourquoi la cybersécurité ne relève plus uniquement des services informatiques. Les Conseils d’Administration sont les premiers responsables de la survie de leur organisation et, dans le monde interconnecté d’aujourd’hui, la cyber-résilience fait partie intégrante de cette responsabilité. Cela signifie que le Conseil d’Administration à un rôle actif à jouer et doit assurer ses responsabilités en matière de cybersécurité.

Cybersécurité : rôle et responsabilités du Conseil d'Administration
Crédit © image by rawpixel.com

En charge de la Gouvernance de leur Organisation, les Conseils d’Administration s’assurent de l’optimisation des risques et des ressources. Dans un monde en pleine transformation digitale, ils devraient donc considérer le cyber-risque comme prioritaire. Ceci implique qu’ils devraient jouer un rôle de leader en matière de cybersécurité au sein de leur Entreprise. Dans ce cadre, voici donc quelques responsabilités en matière de sécurité informatique qui leur incombent directement.

Principes de base en matière de cyber sécurité

COBIT, référentiel de bonnes pratiques en gouvernance des Entreprises, définit un certain nombre de principes de base pour gouverner une Organisation. Le Manuel de l’Administrateur sur la surveillance des risques lés au cyber espace, publié aux USA par L’Association Nationale des Administrateurs de Sociétés (NACD) définit également le rôle et les responsabilités du C.A. en matière de cybersécurité. Cinq principes se dégagent. Ces principes de base sont universels. Ils s’appliquent à toute Organisation, publique, privée ou même à but non lucratif, quelles que soient sa taille, son domaine d’activité ou sa localisation. Ils devraient donc être pris en considération par  tous les C.A. afin d’améliorer leur surveillance des cyber-risques.

1 – La cybersécurité est une problématique d’Entreprise et non une problèmatique technologique

Les administrateurs doivent comprendre et aborder les questions de la cybersécurité en tant que sujet de gestion des risques à l’échelle de l’entreprise, et pas uniquement en tant que sujet informatique.

Il est toujours aussi surprenant de constater combien d’entreprises associent encore la sécurité des informations ou la cybersécurité à l’informatique. Certes, la plupart des signalements d’incidents de sécurité proviennent de l’informatique, Mais on ne peut pas s’y limiter car les impacts se font sentir à l’échelle de toute l’organisation. Les compétences requises pour gérer les risques et traiter les problèmes doivent donc se situent au niveau global de l’organisation. Le Conseil d’Administration doit comprendre que tout miser sur la technologie est une grave erreur.  C’est d’ailleurs la cause sous-jacente d’un grand nombre de violations majeures.

2 – Comprendre les implications juridiques et réglementaires des cyber-risques

Les administrateurs doivent comprendre les implications légales et réglementaires des cyber-risques dans la mesure où ceux-ci se rapportent au caractère spécifique de leur Organisation.

Avec la fonction vient la responsabilité. La direction et le conseil d’administration sont considérés comme responsables ultimes des cyber-risques. Ces derniers mois, de nombreux piratages importants se sont produits et, dans de nombreux cas, ils ont perdu leur poste. Gregg Steinhafel, Président du Conseil d’Administration et Directeur Général de Target, a été contraint de démissionner de toutes ses fonctions à la suite de la violation massive des données de l’Entreprise en 2013. Et plus récemment, le Directeur Général d’Equifax, Richard Smith, a du démissionner à la suite de l’important piratage informatique qui a compromis les données d’environ 143 millions d’Américains.

3 –  S’appuyer sur l’expertise adéquate et mettre la cybersécurité à l’orde du jour

Les conseils d’administration devraient avoir un accès adéquat à l’expertise en matière de cyber-risques et de cybersécurité. D’autre part, les discussions sur la gestion des risques informatiques devraient faire l’objet d’une point régulier à l’ordre du jour des réunions du conseil. Il est également très important de pouvoir accorder un temps suffisant aux discussions sur ce sujet important. Il est de plus en plus courant de voir des membres du conseil d’administration qui ont un bagage technologique ou en sécurité. Cette expertise peut vraiment aider à sensibiliser les autres administrateurs. C’est la prise de conscience qui permet de gagner la bataille contre les cybercriminels.

4 – Mettre en oeuvre un cadre de sécurité pour l’Entreprise doté de ressources suffisantes

C’est la responsabilité du Conseil d’Administration de s’assurer de la mise en place d’un cadre de gestion des risques au niveau de l’Entreprise. La Direction doit être en charge de sa mise en oeuvre, de sa surveillance et de son suivi. Il est essentiel que le Conseil d’Administration lui donne les ressources nécessaires pour atteindre cet objectif. Ces ressources devront comprendre le personnel adéquat, les budget et les outils et technologies indispensables.

Pour la définition du cadre de risques, il est toujours plus facile d’appuyer sur des référentiels existants et éprouvés. Ainsi aux USA, il sera pertinent de s’appuyer du le référentiel NIST CSF. Ce cadre a été élaboré par le  National Institute of Standards and Technology . Il a pour but de permettre aux organisations – indépendamment de la taille, du degré de cyber-risque ou de la sophistication de la cybersécurité – d’appliquer les principes et les meilleures pratiques de gestion des risques à l’amélioration de la sécurité et de la résilience des infrastructures critiques. En Europe, NIST CSF est quasi inconnu. On pourra utiliser comme base de travail les normes ISO 27001 (Systèmes de management de la sécurité de l’information) et ISO 27005 (Gestion des risques liés à la sécurité de l’information).

Il existe de nombreuses autres sources également très intéressante pour l’élaboration de votre cadre de risque. Parmi celles-ci, vous  pouvez également  vous appuyer sur la publication COBIT for risk de l’ISACA.

Une chose est sûre : il est inutile de réinventer la roue!!!

5 – Identifier les risques, prioriser, définir l’approche et planifier

La discussion du conseil d’administration sur les cyber-risques devrait inclure l’identification des risques à éviter, à accepter, à atténuer ou à transférer par le biais de l’assurance, ainsi que des plans spécifiques associés à chaque approche.

Une gestion efficace du risque de cybersécurité nécessite une compréhension de l’importance relative des actifs de l’entreprise afin de déterminer la fréquence à laquelle ils devront être examinés pour détecter les expositions au risque. Ce n’est pas une tâche simple. Il faut beaucoup de réflexion et d’efforts, ainsi qu’une grande expertise en cybersécurité.

Exigences légales et réglementaires

Les industries les plus matures ont également des directives et des exigences réglementaires sectorielles en ce qui concerne les responsabilités en matière de cybersécurité du conseil d’administration. C’est par exemple  cas du secteur financier et bancaire. Certaines exigences réglementaires et légales sont aussi à l’étude au niveau des états. Parmi ces réglementations présentant des exigences en matière de sécurité des informations, on peut citer le RGPD.

Le RGPD (ou GDPR en Anglais) est la réglementation européenne sur la protection des données personnelles. Elle s’impose à toute Organisation publique ou privée traitant les données personnelles de citoyens européens. Le RGPD comporte plusieurs exigences précises en matière de cybersécurité des données personnelles. Le non respect de cette réglementation expose l’Organisation contrevenante, quelle que soit sa localisation dans le monde à une amende pouvant atteindre 4% de son chiffre d’affaire mondial avec un minimum de 20 millions d’Euros. La conformité réglementaire et légale est une responsabilité de la Gouvernance. Il s’agit donc d’une responsabilité du Conseil d’Administration. Déjà plusieurs Entreprises ont été sanctionnées en France par la CNIL pour non conformité au RGPD. Et, à chaque fois, il s’agissait de problématiques liées à la sécurisation de données dans leur système informatique.

Responsabilités du Conseil d’Administration

Le Conseil d’Administration assure la responsabilité de Gouvernance de l’Organisation. Gouverner une organisation consiste à s’assurer de la création de bénéfices pour les parties prenantes en optimisant les risques et les ressources. Ceci peut être représenté par le diagramme suivant extrait de COBIT.

Responsabilités de la Gouvernance et du Management - COBIT
Crédit © 2012 ISACA

Le Conseil d’Administration a pour responsabilité d’évaluer les bénéfices attendus, les risques et les ressources nécessaires (Evaluate). Il devra, suite  à cette évaluation, donner l’orientation à suivre (Direct). Il a également la responsabilité de surveiller la performance et les progrès réalisés (Monitor).

Evaluer les besoins, les risques et les ressources

Une évaluation de la posture de la cybersécurité est une première étape utile pour toute organisation qui souhaite identifier sa position actuelle en matière de cybersécurité, ses faiblesses, les risques encourus et ce qu’elle doit entreprendre pour augmenter son niveau de maturité. C’est là une étape importante pour permettre à toute organisation de renforcer ses défenses en matière de cybersécurité. Le Conseil d’Administration pourra dès lors prioriser les risques et fournir une feuille de route concrète à la Direction.

En quoi consiste votre posture de cybersécurité?

Selon le National Institute of Standards and Technology (SP 800-128 de NIST), une posture de cybersécurité se rapporte à «l’état de sécurité des réseaux, informations et systèmes d’une entreprise basé sur des ressources de sécurité de l’information (personnes, matériel, logiciels, stratégies). ) et des capacités en place pour gérer la défense de l’entreprise et réagir à mesure que la situation change ».

En d’autres termes, votre posture de cybersécurité indiquera à quel point votre entreprise est saine et cyber-résiliente. Elle indiquera à quel point l’organisation peut se défendre contre les cyberattaques, les violations et les intrusions. Définir votre posture de cybersécurité est donc important. En effet, cela guidera toute votre stratégie de cybersécurité, déterminera vos projets et influencera vos dépenses en la matière au fil des ans.

Signification des niveaux de maturité

  • Un niveau de maturité faible de la cybersécurité faible signifie généralement des défenses faibles. L’organisation  court donc un risque élevé. Elle nécessite par conséquent des améliorations significatives à plusieurs niveaux pour renforcer sa posture de cybersécurité et protéger ses actifs essentiels contre les violations et les intrusions.
  • Si le niveau de maturité est moyen c’est généralement indicatif de défenses de cybersécurité moyennes. L’organisation a alors pris plusieurs mesures pour sécuriser ses actifs critiques. Elle est cependant toujours en danger et il reste encore beaucoup à faire.
  • Un niveau de maturité élevé indique généralement de solides défenses. Cela signifie que l’organisation a mis en œuvre les stratégies, processus et procédures nécessaires pour optimiser sa posture de cybersécurité. Elle est conscients de ses actifs critiques et est préparée à faire face à des incidents de sécurité en toute confiance.

Donner l’orientation à la haute direction

Le Comité Stratégique IT

Le Conseil d’Administration définit l’orientation concernant l’utilisation de l’informatique par l’Organisation. Le Conseil d’Administration doit approuver le plan stratégique informatique, le programme de sécurité de l’information et les autres politiques liées aux TI. Pour ce faire, le Conseil d’Administration peut créer un  comité stratégique en charge des problématiques IT. Ce Comité Stratégique IT sera présidé par un membre du Conseil et aura notamment les responsabilités suivantes :

  • Examiner et approuver un plan stratégique informatique qui s’aligne sur la stratégie d’entreprise globale;
  • Promouvoir une gouvernance informatique efficace;
  • Superviser les processus d’approbation des fournisseurs tiers de l’organisation;
  • Superviser et recevoir des mises à jour sur les principaux projets informatiques, les budgets informatiques, les priorités informatiques et les performances informatiques globales;
  • Approuver les politiques à appliquer et signaler les incidents de sécurité importants au conseil d’administration;
  • Superviser l’adéquation et l’allocation des ressources informatiques pour le financement et le personnel;
  • Tenir la direction responsable de l’identification, de la mesure et de l’atténuation des risques informatiques;
  • Assurer une couverture d’audit indépendante, complète et efficace des contrôles informatiques.

Le recours à des sous-traitants pour la fournitures de certains services

Le Conseil d’Administration et la haute Direction devraient établir et approuver des politiques fondées sur les risques pour régir le processus d’impartition. Les politiques devraient reconnaître le risque pour l’Organisation d’externaliser les relations. Elles devraient également être adaptées à la taille et à la complexité de l’Organisation. Les facteurs que les Entreprises devraient envisager sont les suivants:

  • S’assurer que chaque relation d’impartition appuie les exigences globales et les plans stratégiques de l’organisation;
  • S’assurer que l’organisation dispose d’une expertise suffisante pour superviser et gérer la relation;
  • Evaluer les prestataires potentiels en fonction de la portée et de la criticité des services externalisés;
  • Adapter le programme de surveillance des prestataires de services à l’échelle de l’entreprise en fonction des évaluations des risques initiales et continues des services externalisés;

Surveiller la performance de l’organisation et les progrès

L’audit

  • Le Conseil dAdministration et la haute direction ont la responsabilité de veiller à ce que le système de contrôle interne de l’établissement fonctionne efficacement;
  • Le Conseil d’Administration devrait s’assurer que des directives écrites pour la conduite des audits informatiques ont été adoptées;
  • Le Comité d’Audit (sous la responsabilité du C.A.) est chargé d’examiner et d’approuver les stratégies d’audit (y compris les politiques et les programmes) et de surveiller l’efficacité de la fonction d’audit.

 

Cybersécurité : comment convaincre le Conseil d’Administration

A l’heure où les Entreprises entreprennent leur transformation digitale, le risque en matière de Cybersécurité s’accroit de jour en jour et une question se pose : comment sensibiliser et convaincre le Conseil d’Administration d’adopter une stratégie en matière de cybersécurité?

Stratégie de cybersécurité : comment convaincre le Conseil d'Administration?
Crédit © Image by rawpixel.com

Lorsqu’il s’agit de mettre en œuvre une stratégie de cybersécurité à l’échelle de l’entreprise, les responsables de la sécurité, tels que les RSSI, les directeurs informatiques ou les gestionnaires des risques, ont souvent les mains liées. Ressources et budgets insuffisants, incompréhension du risque au plus haut niveau sont leur lot quotidien. Il leur faut donc tout d’abord convaincre le Conseil d’Administration de la criticité du sujet. C’est en effet le Conseil d’Administration qui exerce la responsabilité de gouvernance de l’Entreprise. C’est donc lui qui priorise les risques et définit les ressources qu’il autorise pour atteindre les bénéfices attendus par les parties prenantes de l’Organisation.

Heureusement, la cybersécurité est désormais passée de la sphère technique à la salle du conseil au cours de ces dernières années. Aussi, de plus en plus de membres du conseil d’administration comprennent l’importance d’une bonne cybersécurité dans l’environnement numérique actuel. Il faut dire aussi que beaucoup d’Entreprises ont renouvelé leurs conseils d’administration avec des administrateurs plus jeunes et plus au fait des problématiques de sécurité de l’information.


La stratégie de cybersécurité doit être décidée par le Conseil d’Administration, exécutée par le Comité de Direction et devenir la propriété des premières lignes de l’Organisation. (Help Net Security)


Néanmoins, environ 87% des membres du Conseil d’Administration et des cadres supérieurs n’ont pas confiance dans le niveau de cybersécurité de leur organisation.

Vous êtes RSSI ou responsable de la mise en œuvre des stratégies de sécurité pour votre organisation? Alors il est très probable que vous serez amené à présenter vos propositions au Conseil d’Administration. Et vous devrez le faire d’une manière claire, pertinente et convaincante. Nous allons donc vous donner quelques pistes pour mieux sensibiliser les administrateurs à l’urgence d’agir en la matière.

Cybersécurité : comment convaincre votre Conseil d’Administration?

Nous vous proposons 10 bonnes pratiques à suivre pour expliquer la cybersécurité à votre conseil d’administration afin d’obtenir l’adhésion nécessaire pour sécuriser votre entreprise. Il ne s’agit pas là d’une liste exhaustive et vous devrez, sans aucun doute l’adapter en fonction des priorités de votre Organisation. Il s’agit seulement de 10 pratiques éprouvées par nos experts dans le cadre de leurs missions auprès des Entreprises :

  1. Apprenez à bien connaître les membres du CA
  2. Banissez les termes techniques
  3. Appuyez-vous sur des exemples réels
  4. Alignez-vous sur la stratégie business globale
  5. Concentrez-vous uniquement sur les points importants
  6. Adoptez une approche basée sur la gestion des risques
  7. Expliquez clairement ce que vous essayez de réaliser
  8. Argumentez en vous appuyant sur des chiffres significatifs et justes
  9. Proposez des solutions concrètes
  10. Démontrez le retour sur investissement

Apprenez à bien connaître les membres de votre Conseil d’Administration

Quel que soit votre secteur d’activité, la taille de votre entreprise ou son niveau de maturité en matière de cybersécurité, une présentation réussie dépendra de votre connaissance du public. Assurez-vous donc de vous familiariser vous-même avec chacun des membres du conseil avant d’entrer dans la salle. Apprenez à connaître leurs antécédents, leur position respective et leur influence dans l’organisation. Comprenez aussi leurs points sensibles et leur approche globale vis à vis de la sécurité et des risques. Plus vous en saurez sur les membres du conseil, plus il sera facile de les comprendre. Et cela vous permettra de les convaincre plus facilement avec des arguments qui leur parleront.

Au minimum, essayez d’en savoir un peu plus sur le président du Conseil d’Administration, ainsi que sur les présidents des comités suivants:

  • Comité de sécurité,
  • Comité des Risques et de la Conformité.

Banissez les termes techniques

Plus vous utiliserez des termes simples et mieux les membres du Conseil d’Administration comprendront votre présentation.

Il y a fort à parier que,votre CA ne soit pas très familier avec les termes, les outils et les technologies de sécurité. Pour vous assurer que vous pouvez être compris et faire passer votre message, banissez les termes techniques. Concentrez plutôt votre discours sur des principes et des scénarios faciles à comprendre. Remplacez les termes tels que les attaques  de type SIEM, DDoS et MITM par des concepts universels tels que la gestion des risques, les cyberattaques et les principes de sécurité.

Abordez les sujets qui intéressent les administrateurs tels que :

Appuyez-vous sur des exemples réels

Tout point que vous voudrez aborder doit être appuyé par un exemple concret. Cela aidera les membres du conseil à comprendre l’essence de ce que vous dites.

Par exemple, le niveau de maturité en matière de l’entreprise en matière de cybersécurité pourrait être présenté avec une échelle de feux tricolores simple allant du vert au rouge en passant par l’orange. L’impact de certaines cyber-menaces peut être souligné par des articles récents montrant les conséquences. Ainsi, par exemple, il peut s’agir des coûts résultant de l’absence de mise en oeuvre des mesures de cybersécurité appropriées.

Si ce n’est pas suffisant, appuyez vous sur des études de cas réels. Choisissez  des organisations similaires à la vôtre. Vous pourrez ainsi montrer comment les stratégies de cybersécurité ont aidé à sécuriser d’autres organisations contre les violations et les intrusions.

Alignez-vous sur la stratégie business globale de votre Organisation

Quelle que soit la conviction de votre proposition, elle sera inutile si elle ne correspond pas à la stratégie globale de l’organisation. Vous n’êtes pas là pour discuter des difficultés inhérentes à la gestion de vos opérations de sécurité. Votre CA ne s’intéresse qu’à la stratégie de haut niveau de l’entreprise. Aussi chaque décision sera probablement basée sur la manière dont elle aidera l’organisation à atteindre ses objectifs business.

Avant de parler aux administrateurs, assurez-vous de vous familiariser avec la stratégie et les objectifs globaux de l’entreprise. Faites ainsi valoir vos arguments en faveur de l’atteinte ces objectifs.

Concentrez-vous uniquement sur les points importants

Rappelez-vous que votre CA ne se réunit que de façon périodique et que son temps est précieux. C’est pourquoi votre présentation doit se concentrer uniquement sur les éléments critiques. N’incluez jamais des informations « intéressantes à avoir » mais non essentielles. Si vous éliminez le superflu votre CA appréciera votre respect pour son temps. Il se rappellera ainsi d’autant mieux les points essentiels que vous souhaitez faire passer.

Adoptez une approche basée sur la gestion des risques

Les entreprises ont des ressources limitées pour gérer leurs risques et le CA est le garant de leur optimisation. L’une des priorités majeures du Conseil d’Administration est de s’assurer que les risques pour l’Organisations sont correctement gérés. Lors de votre présentation, vous devez vous assurer que votre stratégie de cybersécurité aura un impact durable sur l’Entreprise. Concentrez-vous donc sur les principales stratégies qui peuvent vous aider à améliorer votre situation en matière de cybersécurité et à renforcer vos défenses contre les menaces et les intrusions.

En adoptant une approche de gestion des risques, vous serez mieux compris des administrateurs. C’est un des sujets auxquels ils sont très sensibles et qu’ils maîtrisent parfaitement.

Expliquez clairement ce que vous essayez de réaliser

En introduction essayez de bien faire comprendre aux administrateurs la raison de votre présence devant eux. Avant de commencer votre présentation, assurez-vous donc d’expliquer clairement quel est votre objectif :

  • S’agit-il d’une nouvelle orientation stratégique en matière de cybersécurité?
  • Avez-vous besoin de plus de budget pour certaines acquisitions?
  • Devrez-vous embaucher des ressources supplémentaires et obtenir leur approbation?
  • Avez-vous besoin que le CA examine et approuve une nouvelle politique relative à la sécurité?

Les membres du conseil d’administration doivent avoir une compréhension claire de ce que vous essayez d’obtenir de leur part.

Argumentez en vous appuyant sur de chiffres significatifs et justes

Collectez des faits et des chiffres. Et surtout préparez-vous à répondre de façon précise aux questions.

Il est probable que les membres du Conseil d’administration poseront des questions spécifiques sur la situation actuelle de l’organisation en matière de cybersécurité, son évolution au fil des dernières années et la manière dont ils peuvent mesurer le niveau d’exposition au risque.

Assurez-vous de trouver des chiffres et des statistiques pertinents pour faire valoir votre point de vue. Par exemple, la stratégie de cybersécurité proposée peut nécessiter un budget supplémentaire de 8%, mais vous obtenez un retour sur investissement mesurable car votre exposition au risque sera réduite de 25%. La connaissance des chiffres significatifs et vérifiables constituera un argument clé pour convaincre le conseil.

Proposez des solutions concrètes

Soulever un problème est une chose, proposer une solution en est une autre.


Souvent les managers des départements ou des équipes viennent me voir en me disant « J’ai un problème ». Et j’ai l’habitude de leur répondre « Alors va le résoudre, et reviens me voir lorsque tu auras des solutions à me proposer ». Le CA n’est pas là pour vous aider à résoudre vos défis. Il a seulement pour rôle d’entériner une des solutions que vous lui proposez.


Assurez-vous de ne pas simplement parler de vos défis mais plutôt de mettre en place des solutions concrètes de cybersécurité qui vous faciliteront la vie tout en bénéficiant à l’Organisation. Par exemple, votre présentation pourrait se terminer par une liste de 5 stratégies concrètes que vous prévoyez d’entreprendre. Présentez leur impact budgétaire, leur date de début et de fin, leur impact sur l’activité et le retour sur investissement prévu. Une conversation de haut niveau est un bon point de départ. Cependant seules des solutions concrètes permettront d’apporter un changement durable.

Démontrez le retour sur investissement

Si vous voulez obtenir l’adhésion du CA à votre proposition de stratégie de cybersécurité, assurez-vous d’expliquer clairement comment vous allez rendre compte de vos projets. Et surtout, expliquez comment vous pouvez démontrer le retour sur investissement de votre proposition. Par exemple, vous pouvez décider de mener une évaluation de la situation de la cybersécurité de votre entreprise pour savoir où vous en êtes aujourd’hui et où vous devriez vous situer à la fin de la mise en œuvre.

Une progression mesurable du niveau de maturité de l’Entreprise en matière de cybersécurité peut aider à gagner l’adhésion des membres du conseil d’administration. Ils pourront ainsi être assurés que leur engagement a été payant.

En conclusion…

Pour qu’une stratégie de cybersécurité soit efficace et permette d’opérer un changement durable, le RSSI devra faire preuve d’intelligence pour obtenir l’adhésion de son Conseil d’Administration. Gardez à l’esprit que le temps que vous allez passer devant le CA est limité (généralement moins de 30 minutes). Alors concentrez-vous sur les éléments les plus importants qui éveilleront leur intérêt  et qui sont alignés avec leurs priorités et objectifs permettant d’assurer le succès de l’Entreprise sur le long terme

Si vos arguments sont clairs, pertinents et facilement compréhensibles, liés aux opérations et à la stratégie de l’entreprise, et que vous pouvez démontrer le retour sur investissement de votre proposition de stratégie de cybersécurité, alors vous aurez de meilleures chances d’obtenir le soutien nécessaire pour ce que vous essayez de réaliser.

Vous avez besoin d’aide pour préparer votre intervention ou même pour vous assister lors de votre présentation au CA? Vous pouvez contacter l’un de nos experts en Gouvernance et en Stratégie de cybersécurité qui vous proposera une présentation exécutive efficace à destination des membres de votre Conseil d’Administration.

RGPD – La loi Française enfin publiée le 20 Juin 2018

Après une « étrange » et longue bataille juridique et un recours des sénateurs d’opposition auprès du Conseil Constitutionnel, la loi Française sur la protection des données personnelles, alignée sur le règlement européen connu sous le nom de RGPD (GDPR) a enfin été promulguée le 20 juin 2018, soit près d’un mois après la date d’entrée en vigueur du RGPD. Alors que contient cette loi? Pourquoi une aussi longue bataille pour obtenir sa promulgation? Pourquoi est-il si difficile pour la France et les Français de s’aligner sur les lois et réglementations internationales?

RGPD - La loi Française sur la protection des données personnelles publiée le 20 Juin 2018
Crédits © Sondem

La loi relative à la protection des données personnelles a été promulguée le 20 juin 2018. Elle adapte la loi « Informatique et libertés » du 6 janvier 1978 au règlement général sur la protection des données (RGPD) du 27 avril 2016, directement applicable dans tous les pays européens au 25 mai 2018.

La loi du 20 juin 2018 modifie la loi « informatique et libertés » de 1978 pour la mettre en conformité avec le RGPD. Notamment, sont concernés les pouvoirs et missions de la CNIL et l’élargissement des données sensibles. Elle tire également  parti des marges de manœuvre permises par le RGPD : majorité numérique, etc.. Enfin, elle s’aligne à une directive européenne publiée également le 27 avril 2016 sur les fichiers en matière pénale, dite directive « police justice ».

Adaptation du rôle de la CNIL et de ses pouvoirs de contrôle et de sanction

La composition, les missions et les pouvoirs de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) sont modifiés.

L’évolution des missions de la CNIL

Le RGPD introduit une nouvelle logique de responsabilisation et d’accompagnement des acteurs traitant des données personnelles (entreprises, administrations, etc.). Les missions de la CNIL évoluent donc afin de les adapter à cette nouvelle logique. En contrepartie, les formalités préalables auprès de la CNIL prévues dans la loi de 1978 sont quasiment toutes supprimées.

En outre, et en complément des missions qu’elle exerce déjà, la CNIL est désormais chargée :

  • d’établir et de publier des lignes directrices, recommandations ou référentiels destinés à faciliter la mise en conformité des traitements et à procéder à l’évaluation préalable des risques par les responsables de traitement et leurs sous-traitants ;
  • de produire et de publier des règlements types afin d’assurer la sécurité des systèmes de traitement et de régir les traitements de données biométriques, génétiques et de santé ;
  • d’encourager l’élaboration de codes de conduite par les acteurs traitant des données ;
  • de certifier des personnes, des produits, des systèmes de données ou des procédures ;
  • de lister les fichiers pénaux pouvant présenter un risque élevé pour les droits et libertés fondamentales des personnes.

Un rôle de conseil

Dans l’exercice de ses missions, la CNIL doit désormais prendre en compte les besoins propres des collectivités locales. Or, parmi elles, beaucoup s’inquiètent des nouvelles règles européennes. Pour les aider, la CNIL a publié sur son site internet un certain nombre de pages qui leur sont dédiées. La loi prévoit que les petites et moyennes entreprises (TPE-PME) doivent également faire l’objet d’un accompagnement personnalisé. A cet égard, la CNIL, en partenariat avec Bpifrance, a d’ores et déjà publié un guide pratique les sensibilisant au RGPD.

Un rôle consultatif vis à vis du parlement

Toujours au titre de ses missions, la CNIL peut désormais être consultée sur toute proposition de loi portant sur la protection des données personnelles par les présidents ou les commissions compétentes de l’Assemblée nationale ou du Sénat et par les présidents des groupes parlementaires.

Renforcement des pouvoirs de la CNIL en matière de contrôle et de sanction

Pouvoirs de contrôle étendus

Les pouvoirs de contrôle de la CNIL sont précisés et étendus par la loi. La nature des locaux que ses agents peuvent visiter et les conditions dans lesquelles le secret professionnel, notamment médical, peut leur être opposé sont redéfinies. De plus, pour les contrôles en ligne, ses agents peuvent dorénavant recourir à une identité d’emprunt.

Plusieurs articles de la loi sont également consacrés à la procédure de coopération entre la CNIL et les autres autorités de protection européennes en cas de traitements transnationaux (touchant des personnes de plusieurs pays européens). Le RGPD pose, en effet, de nouvelles règles en la matière. L’objectif est d‘apporter une réponse unique en cas d’atteinte au droit à la vie privée des citoyens de plusieurs pays européens. La récente affaire Cambridge Analytica-Facebook est, à cet égard, une illustration.

Pouvoirs de sanction adaptés

Les pouvoirs de sanction de la CNIL sont adaptés. De nouvelles sanctions, comme le prononcé d’une astreinte ou le retrait d’une certification ou d’un agrément, sont prévues en cas de violation des règles sur la protection des données personnelles. En outre, le montant des amendes administratives est très fortement augmenté. Elles sont désormais alignées sur le RGPD et peuvent aller jusqu’à 20 Millions d’Euros ou 4% du CA mondial annuel. Ces astreintes et amendes concernent autant les entreprises que les collectivités locales et les associations, qu’elles soient responsables d’un traitement ou sous-traitants. Seul l’État en est dispensé.

Lors de la discussion du projet de loi, le Sénat voulait exempter les collectivités locales des sanctions financières. Il souhaitait également que leur produit serve à financer l’accompagnement par l’État des responsables de traitement et de leurs sous-traitants. Il a, de plus, proposé la création d’une dotation communale et intercommunale afin d’aider les collectivités à se mettre en conformité avec le RGPD. Cette mise en conformité va, en effet, avoir un coût budgétaire pour les petites collectivités. Toutefois, ces amendements ont tous été rejetés. Néanmoins, à la demande des sénateurs, la mutualisation des services numériques entre les collectivités et leurs groupements est facilitée. Les communes peuvent, en particulier, se doter d’un délégué à la protection des données commun. Cette disposition est totalement en ligne avec le RGPD qui ne mentionnait rien à cet égard.

La CNIL a-t-elle les moyens d’exercer sa mission?

Pour assurer la bonne application du RGPD, la CNIL a clairement besoin de ressources. La présidente de la CNIL, Isabelle Falque-Pierrotin, a d’ores et déjà demandé aux pouvoirs publics plus de moyens humains. Ceux-ci seront discutés dans le cadre de la prochaine loi de finances. La CNIL emploie actuellement 200 personnes. Ce chiffre est à comparer avec ceux des autorités de protection comparables. Celles-ci comptent en général 500 ou 700 collaborateurs (comme au Royaume-Uni et en Allemagne).

Renforcement de la protection des données personnelles sensibles

Conformément au RGPD, le champ des données sensibles (sur l’origine raciale, les opinions politiques, etc.) est étendu aux données génétiques et biométriques ainsi qu’aux données relatives à l’orientation sexuelle d’une personne. En principe, ces données ne peuvent pas faire l’objet d’un traitement en raison de leur nature même.

Des dérogations à cette interdiction sont toutefois prévues par le droit européen. C’est le cas en matière de sécurité sociale ou si la personne a expressément consenti au traitement de ses données ou si elle les a rendues publiques, etc.. La loi du 20 juin 2018 ajoute d’autres dérogations. Sont notamment permis les traitements de données biométriques (empreintes digitales, etc.) strictement nécessaires aux contrôles d’accès sur les lieux de travail, aux ordinateurs et aux applications utilisés au travail. Sont de même autorisés les traitements portant sur la réutilisation d’informations figurant dans les décisions de justice diffusées dans le cadre de l’open data.

Les marges de manoeuvre permises et prévues par le RGPD

Le RGPD, bien que d’application directe, contient plus d’une cinquantaine de marges de manœuvre autorisant les États membres à préciser certaines dispositions. La plupart d’entre elles ont été utilisées pour conserver des dispositions qui existaient déjà dans la loi de 1978. La loi du 20 juin 2018 n’aménage que quelques points, afin notamment de répondre aux évolutions technologiques et sociétales.

Des formalités préalables maintenues pour certains traitements

Les formalités préalables (autorisations ou déclarations) auprès de la CNIL sont quasiment toutes supprimées. La loi en maintient cependant quelques une, comme prévu par le RGPD, pour certains traitements. Sont concernés les traitements :

  • comportant le numéro d’inscription des personnes au répertoire national d’identification des personnes physiques, sauf exceptions ;
  • de données génétiques ou biométriques nécessaires à l’authentification ou au contrôle de l’identité des personnes mis en œuvre pour le compte de l’État ;
  • qui intéressent la sûreté de l’État, la défense, la sécurité publique ou qui ont pour objet la prévention et la répression des infractions pénales ;
  • de données de santé se justifiant par une finalité d’intérêt public (sécurité des médicaments, etc.).

Catégories particulières de traitement

Plusieurs dispositions de la loi sont consacrées à des catégories particulières de traitements. Sont notamment visés les traitements de données de santé, qui font l’objet d’un régime spécifique.

Sont aussi concernés les traitements de données sur les infractions, condamnations ou mesures de sûreté connexes (hors champ de la directive c’est-à-dire à d’autres fins que la prévention et la répression des infractions). Ces traitements peuvent dorénavant être effectués par une liste élargie de personnes. Citons par exemple les associations d’aide aux victimes ou de réinsertion ou des personnes mises en cause ou victimes dans une procédure pénale. En revanche, le Conseil Constitutionnel, saisi par des sénateurs Les républicains, a déclaré anticonstitutionnel l’élargissement de la mise en œuvre des tels traitements « sous le contrôle de l’autorité publique » (comme l’hébergement des données sur un serveur). Cette formulation, pourtant reprise du RGPD, a été jugée insuffisamment précise.

Droits des personnes concernées

Sur ce point encore, la loi utilise les marges de souplesse permises par le RGPD.

Protection des données personnelles concernant les enfants

Elle fixe à 15 ans la majorité numérique, c’est-à-dire l’âge à partir duquel un enfant peut consentir seul au traitement de ses données, typiquement sur les réseaux sociaux. Le gouvernement et les sénateurs souhaitaient retenir le seuil de 16 ans. C’est l’âge du consentement fixé par défaut par le RGPD. Le texte a toutefois laissé aux États la possibilité de l’abaisser jusqu’à 13 ans. C’est donc dans ce cadre que les députés ont voté l’âge de la majorité numérique à 15 ans.

Recours à des décisions individuelles automatisées

La loi ouvre, par ailleurs, plus largement la possibilité pour l’administration de recourir à des décisions individuelles automatisées. Les décisions fondées exclusivement sur un algorithme ne sont plus interdites. Néanmoins, de nouvelles garanties sont données aux administrés : droits à l’information et à l’explication (déjà consacrés par la loi pour une République numérique de 2016), droit à recours avec une intervention humaine a posteriori, obligation pour l’administration de maîtriser l’algorithme et ses évolutions (prohibition des algorithmes auto-apprenants), interdiction d’utiliser des données sensibles.

Sur ce point les deux chambres étaient à nouveau en désaccord. Les sénateurs souhaitaient encadrer plus strictement l’usage des algorithmes par l’administration. Ils demandaient aussi la transparence des algorithmes utilisés par les universités dans le cadre de Parcoursup. Or cette transparence est exclue par la loi « orientation et réussite des élèves » du 8 mars 2018). Les propositions du Sénat ont été rejetées. Cependant, sur amendement du gouvernement, le fonctionnement de Parcoursup fera l’objet, chaque année, d’un rapport au Parlement.

Dans sa décision du 12 juin 2018, le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les nouvelles règles régissant l’emploi des algorithmes par l’administration. Il considère que « le législateur a défini des garanties appropriées pour la sauvegarde des droits et libertés des personnes soumises aux décisions administratives individuelles prises sur le fondement exclusif d’un algorithme ».

Traitement des données scolaires

La loi oblige aussi les établissements publics des premier et second degrés à rendre public, à partir de la rentrée 2018, le registre de leurs traitements de données scolaires. Il s’agit entre autres de permettre aux parents d’élèves de savoir comment les données de leurs enfants sont traitées.

Actions de groupe

Les actions de groupe, déjà autorisées depuis fin 2016 pour faire cesser en justice un manquement par un responsable de traitement ou un sous-traitant, sont étendues à la réparation des préjudices matériels et moraux subis en cas de violation des données personnelles.

En vertu du RGPD, les citoyens peuvent aussi se faire représenter par les associations ou organismes actifs dans le domaine de la protection des données personnelles pour exercer en leur nom une réclamation auprès de la CNIL, un recours juridictionnel contre la CNIL ou contre le responsable du traitement ou sous-traitant.

Récemment, l’association La Quadrature du Net a déposé une réclamation collective auprès de la CNIL. Elle est dirigée contre les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft). L’association estime, en effet, que ces derniers ne respectent pas le RGPD sur le consentement « libre et éclairé » des internautes.

Le libre choix de ses applications sur smartphone

Cette disposition est issue de l’amendement « Bothorel », du nom du député qui l’a porté. Aujourd’hui, la quasi-totalité des smartphones vendus en France et en Europe sont équipés d’un système d’exploitation mobile iOS ou Android. Ces systèmes sont imposés ainsi que le moteur de recherche par défaut (souvent Google). Il n’y a donc pas de consentement véritable des utilisateurs. La loi oblige désormais les fabricants ou distributeurs de smartphones à proposer aux consommateurs plus de choix dans les applications. L’objectif est de faire un peu plus de place aux navigateurs web et moteurs de recherche « alternatifs ». Ceux-ci sont parfois plus respectueux de la protection des données personnelles de leurs utilisateurs (par ex. Qwant en France).

La transposition de la directive « police »

Enfin, la loi du 20 juin 2018 transpose la directive du 27 avril 2016 dite « police – justice ». Celle-ci harmonise le régime des traitements à finalité pénale. Il est clairement fait référence aux fichiers de police et de justice comme le fichier national des empreintes génétiques. Par contre, les fichiers de renseignement sont exclus.

Un droit à l’information est en particulier créé pour les personnes fichées en matière pénale. Ces dernières peuvent aussi désormais exercer de façon directe leur droit d’accès auprès du responsable du traitement (sauf exceptions). Elles peuvent ensuite demander la rectification des données les concernant, voire leur effacement.

Les autorités publiques doivent, par ailleurs, respecter un certain nombre d’obligations. Parmi celles-ci, citons la production d’une analyse d’impact pour les données sensibles, la tenue d’un registre des activités du traitement et d’un journal pour certaines opérations de traitement, la désignation d’un délégué à la protection des données, la communication de toute violation de données à la CNIL et à la personne concernée, etc.

De nouvelles règles sur les transferts de données personnelles vers les autorités judiciaires et les forces de l’ordre des pays hors Union européenne sont également posées.

 

RGPD: Optical Center va payer 250.000 € d’amende! Et vous?

La formation restreinte de la CNIL a prononcé le 7 mai dernier une sanction de 250.000 euros à l’encontre de la société OPTICAL CENTER. Celle-ci est accusée avoir insuffisamment sécurisé les données de ses clients effectuant une opération en ligne sur son site internet. Heureusement, à cette date, le RGPD n’était pas encore entré en vigueur. Ceci explique le montant relativement faible de l’amende infligée. Après le 25 mai, la même infraction aurait pu être sanctionnée d’une amende allant jusqu’à 20 millions d’Euros.

Et vous? Où en êtes-vous de votre mise en conformité un mois après l’entrée en vigueur des sanctions? 

RGPD la CNIL sanctionne Optical Center
Crédits © Jürgen Fälchle

C’est la première fois que la CNIL inflige une amende conséquente pour un défaut de sécurité sur un site web. Alors des questions se posent. Pourquoi et comment les données personnelles des clients d’une entreprise peuvent-elles se retrouver accessibles par un simple clic dans un navigateur… par la planète entière ?

La décision de la CNIL (Commission nationale informatique et libertés) a été prise deux semaines seulement avant l’entrée en vigueur du Règlement Général de Protection des Données Personnelles (RGPD). Après le 25 mai, Optical Center aurait pu payer jusqu’à 20 millions d’euros — ou 4% du chiffre d’affaire du groupe — au lieu des 250.000 € exigés. Ce qui est reproché à la société est très grave et nous allons essayer de l’analyser. Pourtant, l’Entreprise a été très réactive. Le défaut de sécurité sur son site web a été corrigé le lendemain de sa découverte. Cependant la CNIL a estimé qu’elle ne pouvait pas laisser une telle infraction à la loi sans sanctions. Il faut souligner que Optical Center avait déjà été condamnée à 25.000 € pour le même type de manquement en 2015.

Il s’agit d’un défaut de sécurité et non d’une faille exploitée

C’est quoi la différence?

Suite à un signalement, la CNIL a effectué un contrôle en ligne. Le site web d’Optical Center permettait l’accès direct par navigateur — sans vérification d’authentification — à 334.000 factures de ses clients. Autrement dit, n’importe qui pouvait télécharger les documents en question. Il suffisait de taper l’adresse web y donnant l’accès. Ces factures contenaient les noms et les prénoms des clients ainsi que leur adresse postale, leurs coordonnées téléphoniques et pour certains, leur numéro de sécurité sociale et des informations médicales (correction ophtalmique). Selon la CNIL, qui a été informée d’une « fuite de données conséquente » en juillet 2017 du site  www.optical-center.fr, « le site n’intégrait pas de fonctionnalité permettant de vérifier qu’un client est bien connecté à son espace personnel (« espace client ») avant de lui afficher ses factures. Il était ainsi relativement simple d’accéder aux documents d’un autre client de la société ».

Le site web d’Optical Center n’a donc pas été piraté. La fuite de données provenait simplement d’un défaut d’administration du site. C’est très différent d’un piratage exploitant une « faille » du serveur. Dans le cas d’un piratage, des compétences techniques pointues auraient été nécessaires pour contourner la sécurité établie. Il aurait fallu pénétrer par un moyen technique dans le système distant afin d’y copier des fichiers. Dans l’affaire Optical Center, il n’y avait aucun besoin de prouesses techniques pour copier les 334.000 documents. L’accès aux factures des autres clients était direct, comme pour accéder à ses propres factures.

La sanction tient compte des précédents

Cette fois, la CNIL indique que Optical Center a immédiatement averti son prestataire. « Tout en soulignant la réactivité de la société dans la résolution de la faille, la formation restreinte [de la CNIL, en charge de l’instruction des sanctions] a considéré que la question de la restriction d’accès aux documents mis à disposition des clients, à partir de leur espace réservé, aurait dû faire l’objet d’une attention particulière de la part de la société » précise l’autorité administrative indépendante.

Compte tenu notamment de la particulière sensibilité des données ayant été rendues librement accessibles, du nombre de clients impactés et du volume de documents contenus dans la base de données de la société à la date de l’incident (plus de 334.000), la formation restreinte a décidé de rendre publique sa décision. Donc, ce sont la récidive et la quantité de données accessibles qui expliquent la lourdeur de la sanction.

Les sites internet doivent être mieux sécurisés

Le coup de poing sur la table de la CNIL

L’amende de 250.000 € à l’encontre d’Optical Center est un coup de semonce. Cela devrait faire réfléchir les entreprises sur leurs obligation de sécurisation de leurs sites web. Cette affaire n’est pas sans rappeler celle de la fuite de données sur le site web de Darty. Celle-ci avait conduit la CNIL à infliger à la célèbre marque d’électroménager une amende de 100.000 € pour des raisons similaires.

La mise en place de contrôles d’accès sécurisés, leur vérification par des administrateurs, sont le b.a.ba de la sécurité informatique — dont celle des sites internet. Il est surprenant que des entreprises recueillant des informations sur leurs clients ne soient pas en mesure de faire le minimum à ce niveau là. Ce constat est inquiétant, surtout pour des entreprises aux chiffres d’affaire importants et dont les moyens sont parfaitement suffisants pour s’assurer une « qualité normale » de sécurité de leurs sites internet.

Des entreprises focalisées uniquement sur les coûts

D’ailleurs, c’est bien là que réside la raison de ces défauts de sécurité. Payer des gens compétents est un élément vital en sécurité informatique. Or la culture des entreprises françaises, de ce point de vue là, ne semble pas être encore à la hauteur des enjeux. Les Entreprises Françaises sont malheureusement toujours focalisée sur les coûts au détriment des risques. Souvent, les salaires des techniciens sont faibles, leur nombre est insuffisant. Dans de nombreux cas les Responsables de la Sécurité des Systèmes d’Information (RSSI) sont inexistants. Enfin, plus souvent encore, l’Entreprise n’a pas nommé de CISO (Chief Information Security Officer) à son comité de direction.

De fait, les « économies » des entreprises (et des structures publiques) sont souvent réalisées sur le dos de la sécurité des SI. Par conséquent la France apparait, en matière de protection des données personnelles, comme un très mauvais élève. Un chiffre est éloquent concernant la sécurité des SI. Selon les dernières statistiques de l’ISO, la France compte 209 entreprises certifiées ISO 27001. Ce chiffre est à mettre en relation avec les statistiques de nos voisins. On recense 1338 entreprises certifiées ISO 27001 en Allemagne, 3367 au Royaume Uni, 1220 en Italie et 752 en Espagne. Il y a donc un gros travail à faire pour les Entreprises Françaises pour revenir dans la moyenne européenne.

Enfin, le dernier problème concerne les lanceurs d’alerte en sécurité informatique. Ils sont la plupart du temps attaqués en justice en France, plutôt qu’écoutés. Pas certain que dans ces conditions la sécurité des sites web n’y gagne beaucoup…

Et vous? Avez-vous pris toutes les mesures nécessaires?

Si vous en doutez, n’hésitez pas à poster vos commentaires et vos questions. Nos consultants experts se feront un plaisir de vous répondre.

Catégories

Archives

Calendrier

novembre 2018
L M M J V S D
« Oct    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
%d blogueurs aiment cette page :