Home » Cyber-résilience » Cybersécurité : la résilience, chaînon manquant de votre stratégie

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Cybersécurité : la résilience, chaînon manquant de votre stratégie

A l’heure de la transformation numérique des organisations, la stratégie de cybersécurité est un sujet sur toutes les lèvres. Dans le même temps, on n’entend quasiment jamais prononcer le mot résilience. Pourtant, la résilience devrait être le pilier majeur de toute stratégie de réduction des risques. Essayons donc de décrypter les raisons de cette anomalie et d’en identifier les risques.

Résilience, le chaînon manquant de votre stratégie de cybersécurité
Crédit © rawpixel.com 2018

Et tout d’abord, il convient de situer la cyber-résilience par rapport à la cybersécurité. Dans les deux cas, il s’agit de répondre aux cyber-risques. Un risque se caractérise par une probabilité de survenance et par un impact (sous forme de conséquences) lors de la réalisation du risque. Dans tous les cas, la stratégie des risques a pour objet d’aligner le niveau des risques au seuil de tolérance de l’Organisation. Cela se fait en mixant la réduction de la probabilité et de l’impact. Bien sûr, la stratégie des risques couvre tous les risques de l’Entreprise et parmi ceux-ci, on aura les cyber-risques.

La réduction de la probabilité de survenance des évènements de sécurité sera essentiellement réalisée grâce à des mesures se situant en amont. On parlera de mesures préventives. On est là dans le domaine de la sécurité. Les mesures de sécurité sont essentiellement de 3 types :

  • préventives
  • de détection (pour détecter l’incident lorsqu’il se produit),
  • correctives pour corriger le système et revenir à une situation acceptable (incluant l’activation d’un plan de continuité ou PCA).

A côté de ces aspects, se pose le problème de la réduction de l’impact et de l’après-crise. Il s’agit donc de répondre à la question « comment pouvons-nous survivre si un tel incident se produit? ». En d’autres termes il s’agit de planifier ce qu’il convient de faire pour réduire les impacts lorsqu’un incident se sera produit. On est là dans le domaine de la résilience.

L’expérience de l’année écoulée

Il y a tout juste un an, l’été 2017 a montré très concrètement à quoi pouvait ressembler des cyber-attaques mondiales. Ce fut le cas notamment avec NotPetya. Un an plus tard, les conséquences du « ransomworm » ne sont toujours pas complètement terminées. Le groupe Merck a annoncé fin novembre 2017 que cette cybe-rattaque lui coûterait environ 600 millions de dollars sur l’exercice 2017 ! Mais, en additionnant les dernières annonces, le seuil des 2 milliards de perte est clairement plus réaliste. C’est la première fois qu’un tel impact est recensé pour un incident cyber. Ce changement de dimension mobilise aujourd’hui enfin les directions générales et les conseils d’administration. Et ce n’est pas trop tôt! Ils sont maintenant demandeurs de moyens pour limiter les impacts de telles attaques. Mais ils sont aussi en attente sur la posture à adopter lorsqu’un cas réel se présentera.

Les mesures préventives de cybersécurité ne suffisent clairement plus à empêcher les cyber-risques de se réaliser. Il est désormais évident que la technologie n’est pas le rempart infranchissable que tout le monde imaginait. La cyber-criminalité est devenue une véritable industrie qui progresse plus rapidement que les moyens de protection ne se développent.

Cyber-résilience : les actions clés

Une cyber-attaque majeure peut être destructive ou entraîner une perte de confiance dans les systèmes clés. Le premier réflexe pour une majorité d’entreprises est alors d’activer le plan de continuité d’activité (PCA). Celui-ci constitue un élément majeur de la stratégie de résilience des organisations. L’objectif est d’assurer la survie de l’organisation lorsque surviennent des sinistres d’ampleur entraînant l’indisponibilité de ses actifs clés. Il peut s’agir de moyens informatiques, d’infrastructures de communication ou d’immeubles voire de collaborateurs.

Or les cyber-attaques majeures, destructives comme Wannacry ou NotPetya, ou provoquant une perte de confiance dans les infrastructures (réseau, gestion des accès, gestion du parc…) telles que les attaques ciblées en profondeur, ne sont pas prises en compte lors de l’élaboration de la majorité des PCA. Ces derniers sont focalisés sur un enjeu de disponibilité. Ils n’appréhendent pas les problématiques de destruction simultanée et de perte de confiance dans le SI induites par les cyber-attaques.

En effet, les dispositifs de continuité du SI sont plus souvent liés aux ressources qu’ils protègent. Ils sont donc également affectés par ces attaques. Depuis plus de dix ans, les dispositifs de continuité (utilisateurs ou informatiques) ont adopté les principes de mutualisation des infrastructures et de secours « à chaud ». Le double objectif de cette approche est à la fois de répondre aux exigences de reprise rapide et d’une meilleure exploitabilité. Mais, de fait, le lien entre le SI nominal et son secours rend les dispositifs de continuité vulnérables aux cyber-attaques.

Des dispositifs de continuité vulnérables

À titre d’exemple, suite à l’attaque NotPetya, l’idée d’utiliser les postes de secours présents sur le site de repli a très rapidement été évoquée dans le cadre d’une gestion de crise. Malheureusement ceux-ci partageaient les mêmes systèmes de gestion de parcs et les mêmes vulnérabilités. Ils donc avaient été logiquement détruits de la même manière que les sites nominaux. Les investissements et les efforts investis dans les dispositifs de continuité ont semblé, à ce moment, très vains.

Enfin il reste les sauvegardes comme dernier rempart. Etablies sur une base souvent quotidienne ou hebdomadaire, elles constituent, pour la plupart des organisations, le dispositif de dernier recours pour reconstruire le SI.

Dorénavant, il n’est pas rare de faire face à une intrusion qui date de plusieurs mois. Bien que la  détection soit récente, dans ce cas, les sauvegardes embarquent de fait les éléments malveillants. Il peut s’agir de malwares par exemple, mais aussi de modifications déjà opérées par les attaquants.

De plus, la continuité en tant que telle des systèmes de sauvegarde est bien souvent négligée. Lors de plusieurs cas de gestion de crise sur NotPetya, les serveurs gérant les sauvegardes avaient eux-mêmes été détruits. Les restaurer a souvent nécessité plusieurs jours vu leur complexité et leur imbrication dans le SI.

S’agissant des SI industriels, les constats sont tout aussi alarmants. Les systèmes numériques industriels sont résilients à des pannes techniques ou des incidents mécaniques anticipés. En revanche, ils n’ont que rarement intégré, dès leur conception, les potentialités d’une malveillance humaine et ils ne disposent souvent pas de mécanismes de sécurité avancés. La longueur de leur cycle de vie (souvent plusieurs dizaines d’années) les expose à l’exploitation de vulnérabilités anciennes. Enfin l’indépendance des chaînes de contrôle  vis-à- vis des systèmes numériques qu’elles supervisent n’est pas toujours respectée.

Des leçons tirées de l’expérience

Il s’avère que lors du déroulement d’une crise, le cycle est souvent identique. Les écueils rencontrés sont quasiment toujours les mêmes. Il convient donc de tirer les leçons de cette expérience.

Gestion de crise en cas de cyber-attaques : les écueils rencontrés
Crédit © Wavestone 2017

Des scénarios d’attaques récurrents

Destruction massive ou indisponibilité d’une grande partie du SI

Ce type de cyber-attaques, concrétisé au travers des cas Wannacry et NotPetya, entraîne généralement une indisponibilité massive du fait du chiffrement des fichiers de données et/ou du système d’exploitation. Les sociétés touchées par des attaques de ce type (parmi lesquelles Merck, Maersk, Saint Gobain, Fedex… mais aussi Sony Pictures ou Saudi Aramco) ont perdu jusqu’à plus de 95% de leurs systèmes d’information (des dizaines de milliers d’ordinateurs et de serveurs) en un délai souvent inférieur à 1h.

La situation au démarrage de la crise est alors très difficile. En effet, il n’y a plus aucun moyen de communication et d’échange au sein de l’entreprise, y compris au sein de la DSI. Les victimes ont communiqué sur des pertes atteignant plusieurs centaines de millions d’euros suite à ces attaques.

Compromission et perte de confiance dans le SI

Il s’agit d’attaques ciblées ne remettant pas en cause le bon fonctionnement du système. Elles visent par contre à donner aux attaquants l’accès à l’ensemble des systèmes de l’entreprise (messagerie, fichiers, applications métiers…). Elles leur permettent d’usurper l’identité de n’importe quel employé et de réaliser des actions en leur nom. Les attaquants peuvent ainsi atteindre tout type de données ou réaliser des actions métiers nécessitant plusieurs validations successives.

Ces cyber-attaques ont touché de très nombreuses entreprises dans tous les secteurs. Les conséquences sont souvent des fraudes massives, comme celles ayant touché la banque du Bangladesh. Il peut aussi s’agir de vols de données financières et de paiements. Ce fut le cas de celles ayant touché plusieurs groupes de distribution aux Etats-Unis dont Target ou encore Home Depot.

La situation au démarrage de ce type de cyber-crise est extrêmement complexe. La raison réside dans la conjugaison de plusieurs éléments aggravants : perte de confiance dans le système d’information et flou grandissant sur les actions et objectifs. Il faut alors investiguer discrètement jusqu’à pouvoir déloger l’attaquant et reconstruire un système sain. Les victimes de ces attaques ont également fait état d’impacts financiers atteignant plusieurs centaines de millions d’euros.

La résilience passe par une bonne gestion de crise

Les crises cyber sont des crises très particulières. Elles sont souvent longues (plusieurs semaines). Elles sont parfois difficiles à cerner (qu’a pu faire l’attaquant ? depuis combien de temps ? quels sont les impacts ?). Elles impliquent des parties prenantes externes, elles-mêmes souvent peu préparées sur ce sujet (avocats, huissiers, autorités, fournisseurs, voire les clients…). Il est donc indispensable d’ajuster les dispositifs existants qui n’ont pas été conçus pour intégrer cette dimension particulière.

Acteur opérationnel de la gestion de la crise cyber, la DSI ne doit pas être sur-mobilisée sur l’investigation et la défense. Cela se ferait au détriment de la production et du secours. Cet aspect constitue un point d’anticipation important à ne pas négliger. Il s’agit donc d’identifier clairement les équipes à mobiliser sur la crise et d’organiser les interventions parallèles d’investigation et de construction du plan de défense.

Au-delà de l’aspect organisationnel, il faut s’assurer de disposer également de l’outillage d’investigation (cartographie, recherche de signature de l’attaque, SI de gestion de crise indépendant, capacité d’analyse de malware inconnu…), d’assainissement (capacité de déploiement rapide de correctifs, isolation en urgence de portions non touchées du SI, isolation réseau…) et de reconstruction (accès rapide aux sauvegardes, accès aux documentations minimum de reconstruction, support des fournisseurs clés, capacité à réinstaller massivement des postes de travail…) requis pour comprendre la position de l’attaquant, stopper sa propagation et faire repartir au plus vite l’activité.

La rédaction d’un guide de gestion de crise, définissant les étapes structurantes, les responsabilités macroscopiques et les points de clés de décision sera un plus. Et parce qu’il est primordial de s’exercer en amont afin d’être prêt le jour où il faudra faire face à la crise, la réalisation d’exercices de crise sera un bon révélateur de la situation réelle.

Les dispositifs de continuité doivent être repensés

Des solutions les plus simples…

Les dispositifs de continuité doivent également évoluer pour s’adapter aux cyber-menaces. Les solutions possibles sont nombreuses. Elles peuvent toucher tous les types de dispositifs de continuité. Le plan de reprise utilisateur peut intégrer par exemple la mise à disposition de clés USB avec un système alternatif. Les collaborateurs pourraient l’utiliser en cas de destruction logique de leur poste de travail.

Certaines organisations ont fait le choix de provisionner des volumes de postes de travail de remplacement directement avec leurs fournisseurs de matériel afin de les installer rapidement en cas de destruction physique.

A des solutions très complexes et coûteuses…

Le plan de continuité informatique peut inclure de nouvelles solutions pour être efficace en cas de cyber-attaques. La plus emblématique vise à construire des chaînes applicatives alternatives. Il s’agit de « dupliquer » une application sans utiliser les mêmes logiciels, systèmes d’exploitation et équipes de production. C’est une solution extrême, très coûteuse et difficile à maintenir. Elle est envisagée pour certaines applications critiques dans le monde de la finance notamment.

A des solutions intermédiaires mais suffisantes

D’autres solutions moins complexes sont envisagées. Il s’agit par exemple de l’ajout de contrôle fonctionnel d’intégrité dans le processus métier. Son concept repose sur la réalisation de contrôles réguliers, à différents niveaux et à différents endroits dans la chaîne applicative. Ceci permet de détecter rapidement des attaques qui toucheraient par exemple les couches techniques (modification d’une valeur directement dans une base de données) sans avoir été réalisées par les actions métier classiques (via les interfaces graphiques). Ces mécanismes peuvent aussi s’appliquer aux systèmes d’infrastructures, par exemple en réconciliant les tickets de demande de création de compte d’administration avec le nombre de comptes réellement dans le système.

D’un niveau de complexité intermédiaire, il est possible d’envisager la définition de zone d’isolation système et réseau que l’on peut activer en cas d’attaques et qui vont isoler les systèmes les plus sensibles du reste du SI. Le SI industriel pourra, à ce titre, constituer à lui seul, une de ces zones d’isolation vis-à-vis du reste du SI.

Cyber-résilience et cybersécurité doivent être imbriqués

Implémenter ces nouvelles mesures de cyber-résilience nécessite des efforts importants. Des efforts qui seront vains si ces solutions de secours et les systèmes nominaux ne sont pas eux-mêmes déjà sécurisés correctement et surveillés avec attention. Le RSSI est l’acteur clé pour faire aboutir ces démarches souvent entamées mais rarement finalisées. L’aide du Risk Manager  — ou, s’il est désigné, son Responsable du Plan de Continuité d’Activité (RPCA) — sera alors un plus. Il est aujourd’hui communément acquis qu’il est impossible de sécuriser des systèmes à 100%. Il faut donc accepter la probabilité d’occurrence de cyber-attaques. C’est à ce moment-là que le Risk Manager ou le Responsable du PCA prendra tout son rôle.

Il est très clair que la résilience est un pilier majeur de votre stratégie de cybersécurité. A ce titre il convient de l’y intégrer dès la conception. Mais il vous appartient également de convaincre votre conseil d’administration de la réalité des cyber-risques et de la nécessité de la mise en oeuvre de mesures de résilience.

Comment s’y prendre concrètement?

Nous ne le répétons, jamais assez, mais deux bonnes pratiques de base sont absolument nécessaires.

Inutile de réinventer la roue : appuyez-vous sur ce qui existe

Il serait vain de partir d’une feuille blanche. Inspirez-vous des bonnes pratiques du marché. A cet effet, AXELOS a publié une référentiel de bonnes pratiques en matière de résilience des SI : RESILIA. Complémentaires d’ITIL, ces bonnes pratiques vous aideront à compléter vos processus existants afin d’y incorporer la planification de la résilience de votre SI

Faite monter vos collaborateurs en compétence, formez-les

La réponse aux cyber-attaques nécessite une préparation minutieuse et du personnel formé et efficace. A cet effet, 2AB & Associates vous propose des formations sur RESILIA (RESILIA Foundation et RESILIA Practitioner) ainsi que des formations sur la continuité des activités (Business Continuity Foundation et ISO 22301 Lead Implementer). Nous vous proposons également une formation indispensable pour mieux évaluer et planifier la réponse aux cyber-risques : ISO 27005 Risk Manager.

Et bien sûr, nos experts sont à votre disposition pour répondre à vos commentaires.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Catégories

Archives

Calendrier

octobre 2018
L M M J V S D
« Sep    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  
%d blogueurs aiment cette page :