Home » Articles posted by Fatoumata TRAORE

Author Archives: Fatoumata TRAORE

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

PRINCE2 – Elaborer le projet

Elaborer un projet PRINCE2

Un projet démarre toujours par une idée qu’il va falloir ensuite concrétiser sous la forme d’un produit. Le processus Elaborer le projet évalue la viabilité et la justification d’un tel projet. Hélas, bien souvent, on a des idées irréalistes ou ne conduisant nulle part. Il est possible aussi que l’idée soit belle mais pas vraiment justifiée vis à vis de la stratégie de l’entreprise. Le premier processus de PRINCE2 va donc devoir s’assurer que les produits préalables à l’initialisation du projet sont bien en place et répondre à la question fondamentale : le projet est-il viable et justifié?

PRINCE2 - Processus Elaborer le Projet

Le projet est-il viable et justifié?

C’est la question à laquelle doit répondre le premier processus de PRINCE2 : Elaborer le projet. L’objectif de ce processus est de s’assurer qu’il existe une justification continue pour l’entreprise, que le périmètre du projet est confirmé et qu’une approche du projet a été approuvée. Il est conçu afin d’assurer les principales parties prenantes de l’Entreprise que le projet est raisonnable et créera bien la valeur attendue conformément à la stratégie de l’Entreprise.

L’élément déclencheur de cette étape est le mandat du projet. Il s’agit d’un document fourni par la direction (d’entreprise / de programme) pour décrire les objectifs et les raison du projet. Il pourra, de plus, fournir une estimation de haut niveau du coût et du temps. Le processus Elaborer le projet est exécuté une seule fois sur chaque projet. Il est focalisé sur l’obtention d’une approbation, obligatoire pour initialiser le projet. Cette autorisation déclenchera l’exécution du processus Diriger le projetqui sera donc le deuxième processus de PRINCE2.

L’objectif du processus Elaborer le projet

Rien ne doit être entrepris avant que les informations nécessaires à la prise de décisions rationnelles n’aient été définies. Il faut aussi avant d’aller plus loin doter les principaux rôles et responsabilités des ressources adéquates. Rien ne peut être démarré non plus sans que les bases nécessaires à une planification détaillée soient disponibles.

L’objectif du processus Elaborer le projet vise à éviter l’initialisation de projets mal conçus et n’approuver que des projets viables. C’est donc un processus « léger » qui effectue seulement les vérifications minimum nécessaires pour déterminer si l’initialisation du projet se justifie.

Le contexte

PRINCE2 utilise le Mandat de Projet pour déclencher le projet. Ce mandat est généré par par l’autorité responsable ayant commandité le projet. Il s’agit généralement de la Direction de l’Entreprise ou de la Direction de Programme. Par Mandat de projet, il faut entendre toutes les informations disponibles et utiles pour déclencher le projet. Il peut s’agir d’une étude de faisabilité ou encore d’une demande proposition client ou fournisseur par exemple. Le Mandat de projet doit établir les termes de référence du projet. Il doit également contenir suffisamment d’informations pour permettre d’identifier le candidat au rôle d’Exécutif du Comité de Pilotage du projet. Il sera ensuite affiné pendant l’exécution du processus Elaborer le projet pour aboutir à l’Exposé de Projet.

Le Comité de Pilotage devra disposer de suffisamment d’informations pour décider si, oui ou non, il peut autoriser l’initialisation du projet. C’est la raison d’être de l’Exposé de projet.

La préparation de l’ébauche du Cas d’affaire et de l’Exposé de projet exigent une interaction et des consultations régulières entre le Chef de Projet, les membres du Comité de pilotage et les autres parties concernées. Plus les exigences seront définies de façon précise et plus on économisera de temps lors de la réalisation du projet. Cela permettra également de réduire les incidences, exceptions et replanifications. Cette phase est donc absolument cruciale pour la réussite du projet.

PRINCE2 - Workshop Elaborer le Projet

Les activités du processus

Les activités du processus Elaborer le projet se répartissent entre la Direction de l’Entreprise, l’Exécutif et le Chef de projet.

Nommer l’Exécutif et le Chef de projet

Pour avancer le projet a besoin d’un décideur disposant le l’autorité appropriée. Pour ce faire, la première activité de projet est la nomination à la fois d’un Exécutif qui sera responsable de la justification continue sur le projet et de représenter les intérêts des partie prenantes de l’entreprise sur le Comité de pilotage du projet, et d’un Chef de projet à qui l’exécutif délèguera la gestion quotidienne du projet.

Recueillir les Retours d’expérience

Il est important de tirer enseignements, en termes de faiblesses et de points forts, d’autres projets menés par le passé. Ces Retours d’expérience peuvent influencer la composition de l’équipe de projet et la préparation de l’ébauche de cas d’affaire. Il sera ensuite nécessaire de tenir un registre des retours d’expérience tout au long du projet, afin de faciliter la réussite du projet et de pouvoir en tirer des leçons pour l’avenir.

Composer et nommer l’équipe de projet

La réussite d’un projet passe par la nomination de personnes compétentes et justifiant de l’autorité, des responsabilités et des connaissances nécessaires pour pouvoir prendre les décisions opportunes. L’équipe de projet doit refléter les intérêts de toutes les parties concernées. Ceci inclut bien évidemment  l’Entreprise, les utilisateurs et les fournisseurs.

Afin d’assurer que chaque rôle de l’équipe de gestion de projet est rempli de manière appropriée et que chacun sait qui est responsable pour chaque rôle, il est important de définir des descriptions de rôles pour l’équipe de gestion de projet .Ceci est principalement de la responsabilité du Chef de projet. Par contre, la nomination des personnes sur chacun des rôles est de la responsabilité de l’Exécutif.

Préparer l’ébauche de Cas d’Affaire

Le Cas d’affaire est un élément crucial du projet vu qu’il détermine sa viabilité. L’exécutif est chargé de la création de l’ébauche du cas d’affaire qui explique pourquoi le projet est nécessaire ou utile. Pour sa création, on s’appuiera sur le mandat du projet et le journal des retours d’expériences. Après avoir développé l’ébauche du cas d’affaire, une Description du Produit du projet est écrite par le Chef de projet. Elle formalise les attentes des utilisateurs sur ce qui doit être livré par le projet. Dès que possible, les critères d’acceptation du projet sont documentés. Il s’agit là des caractéristiques mesurables du produit projet acceptables pour le client.

Définir l’approche du projet et préparer l’Exposé de projet

Il est de la responsabilité du Chef de projet de créer l’approche du projet et l’Exposé de projet, puis de les soumettre au Comité de pilotage en vue de leur approbation. L’approche du projet décrit la manière dont le projet sera abordé. La solution doit-elle être développée en interne ou externalisée? La solution sera-t-elle une modification d’un produit existant? Sera-t-elle développée à partir de zéro? La solution sera-t-elle basée sur un produit du commerce ou conçue sur mesure?

L’Exposé de projet doit contenir des informations détaillés dans le but de prendre connaissance des contraintes et des exigences pertinentes pour le projet, incluant le cas d’affaires (fourni par l’exécutif), la description du Produit du projet (créée par le chef de projet, avec la participation de l’utilisateur principal) et l’approche projet (avec la participation du fournisseur principal).

Planifier la Séquence d’Initialisation

Le processus d’initialisation du projet nécessite du temps et des ressources. Avant que le projet ne puisse être initialisé, le Chef de projet doit donc préparer un plan de la séquence d’Initialisation. Ce plan, accompagné de l’Exposé du Projet et de l’Ebauche de Cas d’Affaire sera soumis au Comité de Pilotage. Celui-ci devra alors l’approuver dans le cadre du processus Diriger le Projet. Ce n’est qu’à partir de ce moment que projet pourra réellement commencer.

Formation accréditée

Vous voulez en savoir plus?

Bien sûr cet article n’a pas vocation à être un cours exhaustif sur le processus Elaborer le Projet. Ce sujet, comme tout le contenu de la méthodologie PRINCE2 sont décrits dans le manuel « Réussir le Management de Projet avec PRINCE2 » (Ed. TSO).

Nous vous invitons également à lire nos articles précédents relatifs aux thèmes Cas d’affaire et Organisation en particulier. Pour mieux comprendre les processus de PRINCE2, vous pouvez également lire sur ce même blog 7 processus pour un projet PRINCE2.

Pour vous familiariser avec PRINCE2, nous vous invitons également à suivre une formation accréditée par AXELOS durant laquelle, sur 5 jours vous apprendrez le contenu de la méthode ainsi que l’utilisation pratique de PRINCE2 au travers d’études de cas. AB Consulting, ATO d’AXELOS, organise régulièrement des sessions de formation PRINCE2 Bootcamp de 5 jours vous permettant d’obtenir les qualifications PRINCE2 Foundation et PRINCE2 Practitioner et de faire reconnaître votre compétence en matière de Gestion de projet.

N’hésitez pas à nous laisser vos commentaires sur cet article et à nous apporter vos témoignages sur votre expérience de PRINCE2. Vous pouvez également interroger nos experts sur toute question pratique d’application de la méthodologie PRINCE2.

Etes-vous plutôt agile ou classique?

AGILE ou traditionnelle, quelle approche choisir?

L’approche agile vous semble peut-être nouvelle ou au contraire, peut-être êtes vous un ou une adepte des méthodes agiles? Quoi qu’il en soit, il est important de partir sur de bonnes bases. Déjà quand nous parlons d’agile à quoi faisons-nous référence? Ce blog étant spécialisé dans la gouvernance, le management et la sécurité, vous comprenez bien sûr que nous faisons référence à l’agilité dans la gestion de projets. Avant de démarrer il faut comprendre que le terme « Méthode » est trop limitatif pour aborder ce mode de gestion de projet. Le terme approprié serait plutôt « Approche Agile » car il s’agit plus d’une philosophie que d’une méthodologie.

Approche agile

Cette approche, donc, est devenue au cours de ces dernières années, très populaire dans les entreprises. Elle est conçue de sorte à apporter de nombreux avantages mais requiert une discipline stricte pour produire la valeur promise. Chaque étape est importante et indispensable. Nous allons vous montrer, au travers de cet article, les avantages de cette approche déjà très populaire. Il vous appartient ensuite de décider si elle est pertinente pour vous.

Agile, de quoi s’agit-il?

Né aux Etats-Unis, le mouvement agile est apparu en 2001, lorsque 17 experts se sont alliés pour mettre au point une nouvelle façon de développer des logiciels, visant à réduire le taux d’échec important des projets informatiques. C’est d’ailleurs à cette occasion que le terme Agile est apparu pour  qualifier cette nouvelle approche. Ce rassemblement a donné naissance à un manifeste définissant quatre axes de valorisation pour les projets :

  • Les individus et leurs interactions avant les processus et les outils
  • Des fonctionnalités opérationnelles avant la documentation
  • Collaboration avec le client plutôt que contractualisation des relations
  • Acceptation du changement plutôt que conformité aux plans

L’approche agile est une approche de gestion de projet défiant les approches classiques. La notion même de « Gestion de projet » est remplacée au profit de « Gestion de produit » de façon à mieux se focaliser sur le produit plutôt que sur le projet. L’objectif de tout projet est de livrer un produit. Dans une approche dite « classique », on attend généralement du client une expression détaillée et validée du besoin. Cette expression de besoin validée en début de réalisation laisse peu place au changement. La réalisation prend le temps qu’il faut et rendez-vous est repris avec le client pour la recette. Cet effet tunnel peut être mauvais et très conflictuel.

On remarque fréquemment un déphasage entre le besoin initial et l’application réalisée. On se rapporte alors aux spécifications validées et au contrat. La majorité des projets se terminent très mal au risque d’affecter la relation avec le client. De plus, il peut arriver que certaines fonctionnalités demandées soient inutiles à l’usage. D’autres, découvertes en cours de route, auraient pu donner plus de valeur au produit.

En quoi consiste réellement l’approche agile?

En 1994, une enquête réalisée par le «  Standish Group » a démontré que 31% des projets informatiques sont stoppé en cours d’exécution, 52% n’aboutisse pas et ne respectent pas les délais et le budget imposés proposant souvent moins de fonctionnalités qui étaient prévus. Et pour finir, seuls 16% des projets sont synonyme de réussite. La même enquête de nouveau menée en 2008 indique un taux de réussite de 35%. Cela représente une nette progression mais reste insuffisant.

Parmi les principales causes d’échec relevées on peut citer :

  • Manque d’implication des utilisateurs finaux : 12,8 %.
  • Changements de spécifications en cours de projet : 11,8 %.

L’approche Agile propose de réduire complètement les conséquences de cet effet tunnel en donnant davantage de visibilité, en impliquant le client du début à la fin du projet et en adoptant un processus itératif et incrémental. Elle considère que le besoin ne peut être figé et propose au contraire de s’adapter aux changements de ce dernier. Mais cela ne peut pas se faire sans un minimum de règles.

Comment est-ce que cela fonctionne?

Le principe de base des méthodes « Classiques » est qu’il peut être contre-productif. C’est-à-dire qu’avant de développer un produit, il faut le planifier et en spécifier les moindres détails. En effet, prévoir tous les aspects de la production entraîne dans la plupart des cas des frustrations et pertes de temps car les imprévus surviennent très souvent pendant la réalisation. C’est cette approche prédictive et séquentielle de type waterfall ou cycle en V que les tenants des méthodes « Agile » veulent casser.

Ainsi, le mieux serait de procéder par étapes c’est-à-dire se fixer des objectifs à court terme et commencer le développement sans perdre de temps. Une fois l’objectif atteint, on passe à la phase suivante et ainsi de suite jusqu’à atteindre le but recherché. Concernant le niveau de développement de logiciel, il appartient au client de transmettre à l’équipe de développeurs sa vision du produit avec les fonctionnalités qui l’accompagnent. Cela permet ainsi d’avoir un échange direct avec l’équipe et et de définir ensemble le coût de chacune des fonctionnalités pour aboutir à un budget final approximatif. L’équipe devra choisir ensuite une partie des exigences du client à exécuter dans un court délai appelé « itération ».

Itération agile

Le principe des itérations

Dans chaque itération se trouvent les travaux de conception, les techniques de développement et les spécifications fonctionnelles. Au terme de chaque itération, le produit semi-fini mais utilisable, est montré au client. Il peut donc se rendre compte par lui-même du travail réalisé dans un temps très court. Quant à l’utilisateur final, il peut déjà se projeter dans l’usage du produit. Cela lui permet de transmettre des feedbacks importants pour les prochaines itérations. Cette transparence est un grand avantage pour solidifier la relation de confiance et de collaboration entre le client et le fournisseur. Cela permet ainsi d’économiser son budget et de récolter rapidement un premier retour sur investissement. Le client a aussi la possibilité de changer en cours de route la priorité des fonctionnalités qui n’ont pas encore été développés (prochaines itérations).

Cette souplesse ainsi offerte est donc un véritable atout pour le client. Encore une fois, on pense plus « Produit » que « Projet » d’où le terme approprié ici est « gestion de produit » remplaçant celui de « gestion de projet ».

Les différentes méthodes agiles

Il existe plusieurs types de méthodes Agiles, se différenciant par leur capacité d’adaptabilité à certains projets. Parmi ces méthodes nous retrouvons la méthode RAD qui implique par exemple la présence d’une tierce personne pour résoudre les problèmes et les incompréhensions. La méthode SCRUM, la méthode FDD et la méthode DSDM sont quant à elles basée sur l’organisation de plusieurs mais courtes réunions permettant de d’approuver chaque étape, contrôler les avancées et développer une bonne relation de confiance entre les intervenants en la rendant plus interactive.

Loin d’être une simple méthodologie, l’approche Agile définit un état d’esprit impactant l’ensemble des entreprises souhaitant s’y conformer. Cette démarche, à la fois longue et difficile à mettre en œuvre, en vaut largement la peine. Elle permet, en effet, d’obtenir des résultats très satisfaisants. Il est donc primordial d’en maitriser chaque partie afin de faire accepter ce changement tant au sein de l’entreprise qu’auprès du client.

Les évolutions récentes

La plupart des méthodes « agile » de gestion de projet sont ciblées sur les projets de développement de logiciel. Est-ce à dire qu’on ne peut utiliser Agile que pour l’informatique? A l’heure où la mondialisation exige des Entreprises qu’elles soient toujours plus agiles pour se repositionner sur le marché grâce à des innovations constantes, ne pourrait-on pas imaginer créer des produits non logiciels de façon agile?

La réponse est bien sûr positive. Les méthodes de gestion de projet traditionnelles se sont récemment enrichies d’une version agile. L’agilité n’entame en rien la nécessité d’utiliser une méthode éprouvée. Aussi, récemment les principaux éditeurs ont publié des versions « agile » de leur méthode traditionnelle :

  • AXELOS, éditeur de PRINCE2, vient de publier PRINCE2 Agile qui à donné naissance à la certification PRINCE2 Agile Practitioner,
  • PMI a créé récemment la certification PMP-ACP (PMP Agile Certified Practitioner).

Alors au final vous êtes plutôt Agile ou Classique?

Les méthodes Agiles pourront être utilisées pour de gros projets car elles proposent une adaptabilité, une meilleure visibilité et gestion des risques. Elles pourraient tout aussi bien être utilisées pour les projets où il n’y pas de documentation détaillée. Le client peut alors suivre la progression du projet et l’adapter au fur et à mesure selon ses besoins.

.Par contre, les méthodes Traditionnelles seront plus adaptées si vous avez une idée précise de votre projet avec un cahier des charges et planning très détaillé où vous avez anticipé tous les risques envisageables. Nous essaierons prochainement de vous orienter entre l’approche Traditionnelle ou l’approche Agile selon les types de projets. Notre prochain article proposera une étude comparative des approches et méthodes « agile » pour vous aider à faire un choix raisonné.

Bien sûr, nous vous invitons à réagir et à nous communiquer vos commentaires.

Nouveau: DevOps débarque en Afrique!

Une évolution nommée DevOps

Apparu depuis quelque temps, un nouveau mouvement professionnel et culturel visant à améliorer le flux entre les développeurs de logiciels et les équipes opérationnelles commence à faire ses preuves. Encore peu répandu sur le continent Africain où, pourtant, de nombreuses organisations réalisent leurs propres développements de logiciel en interne avant de les exploiter, DevOps répond clairement à un besoin croissant d’agilité des organisations dans un contexte de plus en plus mondialisé. Certains en ont peut-être déjà entendu parler sur des blogs ou via des offres d’emploi.

Dans un premier temps, DevOps peut être vu comme un outil d’amélioration des performances opérationnelles fonctionnant de manière intelligente. La stratégie DevOps aura un impact sur l’ensemble des réseaux de distribution. A la clé figurent des avantages non négligeables:

  • réduction du temps de commercialisation,
  • diminution des problèmes liés aux nouvelles publications,
  • réduction des délais de mise à disposition de correctifs
  • et accélération des temps de reprise après sinistre.

L’évolution constante des entreprises vers le numérique pousse désormais les développeurs à revoir sérieusement les modes de création d’applications.

DevOps-Evolution

Il n’est désormais plus tolérable d’attendre 6 mois, voire 1an avant de livrer les services demandés par les entités business. Les systèmes d’information doivent s’aligner sur la sortie des produits et services métiers. Le marketing ne peut plus attendre, surtout que les projets futurs deviennent de plus en plus complexes notamment en matière informatique. Le tout se retrouve dans un contexte économique pesant sur les budgets. Dans le cadre de ce développement, DevOps répond parfaitement à ce défi digital et les entreprises en ont maintenant pris conscience.

Qu’est-ce que DevOps?

DevOps est l’abréviation de « Développement » et « Opérations » dans le domaine informatique. Ce n’est pas un outil, un processus ou une méthodologie. DevOps a débuté comme étant, et continue d’être, une convergence d’idées en vue de combler le fossé qui sépare les équipes de développement et d’exploitation dans les Directions Informatiques. L’idée maitresse est de rationaliser le développement de logiciels et de faciliter leur exploitation et leur maintenance. Le terme DevOps identifie un mouvement déclenché par la frustration des professionnels de l’informatique, vers 2010, résultant des dysfonctionnements et de l’incapacité d’y remédier du fait d’outils et de processus inadaptés. Ces professionnels IT frustrés ont partagé leur vision du fait que le développement de logiciels et les opérations peuvent, et doivent être plus efficaces et moins douloureux.

Aujourd’hui, la définition originale de DevOps comme étant l’intégration du « développement » et des « opérations » est devenue trop limitée et inexacte. DevOps implique plus d’acteurs que les seuls développeurs et les techniciens d’exploitation. Le cycle de développement de logiciel  implique également de nombreux autres rôles qui constituent des contributeurs essentiels. Parmi ceux-ci, citons la gouvernance, l’assurance qualité (QA), les tests, la sécurité et la gestion des versions. DevOps est donc une combinaison de personnes, de culture, de processus, d’outils et de méthodes  réduisant les risques et les coûts, et permettant à la technologie d’évoluer à la vitesse de l’entreprise, et d’améliorer la qualité globale.

Pourquoi une nouvelle approche?

L’approche traditionnelle repose sur un ensemble de facteurs qui la fragilisent et l’alourdissent. DevOps représente une prise de conscience que l’approche traditionnelle n’est plus en mesure de satisfaire le besoin d’agilité nécessaire à l’Entreprise pour rester concurrentielle. Un exemple typique serait le cas du web qui gère des applications dans le Cloud. DevOps est une démarche innovante qui s’apparente à une philosophie destinée à des personnes à la recherche d’efficacité.

Pour la réalisation des grands projets informatiques, différentes équipes aux rôles bien définis sont impliquées. Il s’agit d’une part de l’équipe de développement et d’autre part de celle chargée de l’exploitation. Habituellement, les équipes de développement tentent de répondre à des spécifications fonctionnelles issues du métier ou du client. Elles travaillent généralement dans leur propre environnement, avec leurs outils destinés aux développements. Elles ne se soucient guère de l’impact que peut avoir leur code sur la phase d’exploitation qui exécutera l’application sur un environnement de production. Les équipes chargées de l’exploitation, quant à elles, tentent de répondre à des impératifs de performance ou de stabilité du système. Et c’est pourquoi, elles sont très attentives à minimiser les impacts des modifications afin de préserver ces performances. Hélas, cela risque de générer un goulot d’étranglement pour l’ajout de nouvelles fonctionnalités aux applications.

Quelle que soit l’équipe, il est toujours compliqué d’être au courant de comment une autre équipe gère ses tâches. Cela rend difficile l’optimisation des deux côtés. C’est à ce niveau qu’intervient DevOps dont le rôle est, en quelque sorte, de réaliser l’intégration des différentes équipes pour faciliter la communication et diffuser l’information. Les autres fonctions de DevOps incluent l’amélioration de la coordination durant les phases de livraison et de déploiement afin de limiter les erreurs.

Les résultats sont-ils probants?

Les résultats sont probants et donnent un bon aperçu des avantages de DevOps. Selon un sondage récent 66% des entreprises dans le monde utilisent déjà une stratégie DevOps ou envisagent d’en mettre une en œuvre. Plus de 90% d’entre elles ont observé ou s’attendent à un gain substantiel grâce à leurs initiatives DevOps. Les résultats de DevOps sont réels et quantifiables car cette approche génère des améliorations, augmentations ou réductions, à deux chiffres (de 17 à 23%).

Infographie DevOps

Les résultats concernant la France sont inférieurs aux chiffres résultants du sondage mondial mais sont néanmoins significatifs.

Quels sont les enjeux?

L’arrivé de DevOps met la pression aux développeurs car ils doivent produire davantage dans un temps réduit et réaliser des tests supplémentaires tout en respectant les contraintes budgétaires imposées. Parmi les enjeux majeurs apparaissent la réactivité commerciale et les délais de commercialisation qui bien souvent affectent l’expérience du client. Cela dit, DevOps impose un niveau de collaboration, d’agilité, de visibilité de développement et de rapidité de distribution qui relève le défi des projets à long terme dont la lenteur est à bannir compte-tenu des contraintes du monde de l’entreprise.

La stratégie DevOps est moins adaptée aux mainframes car il est généralement compliqué de faire évoluer des processus traditionnels bien ancrés et de développer la collaboration autour de technologies solidement établies. La majorité des schémas organisationnels sont en réalité inadaptés ou insuffisants pour permettre aux équipes de développement d’atteindre leurs objectifs et le niveau de productivité qu’exige leur entreprise.

DevOps, pour quels bénéfices

Le slogan pré-Devops était « Vite vite on met en production ! ». Mais attention, il ne faut pas confondre vitesse et précipitation. La production c’est du sérieux ! En effet, les développeurs produisent du code à partir d’un cahier des charges précis. Ils se préoccupent peu des impacts que peut avoir leur code sur la production. De la même façon, les équipes de production sont quant à elles obnubilées par la stabilité de l’infrastructure, garante de la création de valeur pour les métiers. Elles freinent donc les mises en production et blâment le code du développeur si le résultat voulu par l’utilisateur n’est pas satisfaisant. La vision DevOps tente de pallier à ce problème en favorisant une répartition des responsabilités et l’implication de l’ensemble des acteurs de la chaine. Le développeur devient ainsi testeur de son code.

Les intérêts d’adoption d’une démarche Devops sont multiples :

  • Réduire le cycle et le coût de mise en production,
  • Avoir une approche plus fragmentée (petites évolutions),
  • Faire que les mises à jour deviennent transparentes,
  • Mise en commun des responsabilités (tout le monde dans le même bateau!)
  • Une amélioration continue du produit,
  • Répondre plus rapidement aux besoins des clients.

NETFLIX, Amazon, Singapore Power ont été conquis par DevOps

Eh oui, même les plus grands ont adopté Devops ! Des entreprises telles que Netflix ou Amazon ont bâti une bonne partie de leur succès en s’appuyant DevOps.

Cycle de vie DevOpsChez Netflix, par exemple, le déploiement est totalement automatisé, depuis le packaging du nouveau code jusqu’à la mise en production. Cela passe par la mise en oeuvre de l’infrastructure virtuelle et les tests fonctionnels. Une nouvelle version d’application sera promue automatiquement dans une nouvelle infrastructure virtuelle. Elle est mise en service en lui redirigeant un sous-ensemble du trafic utilisateur. Après une phase pilote avec monitoring automatisé, si le comportement s’avère satisfaisant, la totalité du trafic est redirigé. L’ancienne instance de l’application et son infrastructure sont alors automatiquement décommissionées.

Vous souhaitez en savoir plus sur DevOps?

DevOps est désormais accessible en Afrique. Laissez vous tenter par cette révolution. Faites partie des premiers à satisfaire enfin le besoin d’agilité tant attendue par le Business. Grâce à DevOps vos équipes informatiques pourront concevoir et déployer des applications plus rapidement. Elles travailleront de manière efficace et efficiente, s’adapteront facilement au changement, développeront de meilleurs logiciels. Dernier avantage non négligeable, DevOps vous permettra d’optimiser les coûts. Une mise en œuvre parfaite de DevOps est essentielle et nécessite des professionnels expérimentés dans le domaine. C’est pourquoi AB Consulting, seul organisme officiellement accrédité en Afrique, vous aide à comprendre et à mettre en œuvre DevOps dans votre Organisation. Nous vous accompagnons également dans la conduite du changement culturel au sein de vos équipes. Pour plus d’informations sur nos prochaines formations DevOps Foundation, consultez notre site.

N’hésitez pas à nous adresser vos commentaires et vos questions qui seront les bienvenues pour que s’instaure un dialogue fructueux autour de la révolution DevOps.

Catégories

Archives

Calendrier

avril 2018
L M M J V S D
« Déc    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  
%d blogueurs aiment cette page :