Home » Cyber-résilence » Protection des données. C’est votre responsabilité!

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Protection des données. C’est votre responsabilité!

A l’heure où internet est partout et où nous communiquons de plus en plus de façon digitale, comment protéger vos données personnelles? La réponse n’est peut-être pas celle que vous attendez. La protection des données personnelles est de la responsabilité de chacun. Il ne faut pas attendre que les entreprises ou les états s’en chargent. Chaque utilisateur d’Internet doit prendre conscience de sa responsabilité à ce niveau. Internet est un univers absolument fantastique permettant au plus grand nombre de rester connectés. Mais Internet n’est rien d’autre que ce que ses utilisateurs en font. Dans le cadre du mois de la cybersécurité 2017, nous vous proposons de nous arrêter un moment sur ce sujet capital.

Protection des données. C'est votre responsabilité!
Crédit : © Africa Studio

La protection des données : votre responsabilité

L’être humain est ainsi fait qu’il attend toujours des autres de le protéger contre tous les dangers. Les éditeurs de logiciels et constructeurs de solutions informatiques l’ont bien compris. Ils se battent à coup d’initiatives technologiques censées protéger les utilisateurs contre le vol de leurs renseignements personnels sur Internet. Les états, soucieux de la protection des données de leurs citoyens, publient des réglementations toujours plus contraignantes dans ce domaine. Bien sûr, cet arsenal technologique et réglementaire est utile pour se protéger. Mais il est très loin d’être suffisant. Le premier niveau de protection est totalement de notre responsabilité. Il consiste à adopter un comportement basé sur le bon sens. Hélas, il semble que le bons sens ne soit pas universellement partagé. Il convient donc de mettre l’accent sur la sensibilisation, l’éducation et la formation des individus. Et ce, dès le plus jeune âge…

Une technologie toujours plus performante

Au cours de ces dernières années, les éditeurs de logiciel et les constructeurs de matériel ont mis l’accent sur la protection des appareils. Cela concerne particulièrement les matériels permettant l’accès à internet comme les ordinateurs et les éléments du réseau. Malheureusement le même effort n’a pas forcément été déployé sur les téléphones portables. Bien sûr on a vu apparaître assez récemment sur ces téléphones mobiles des protections biométriques. Certains terminaux permettent aujourd’hui le cryptage des données qu’ils hébergent. Mais combien d’utilisateurs utilisent ces  systèmes de sécurisation? De plus, ces protections bien qu’assez performantes sont encore très insuffisantes pour résister à des hackers professionnels.

Pour rester performante, la technologie doit évoluer en permanence. En effet, la compétence des hackers évolue, elle, chaque jour. Cela signifie donc que les éditeurs doivent produire des mises à jour de sécurité très fréquentes. C’est généralement ce qu’ils font. La responsabilité d’installer ces mises à jours revient naturellement aux utilisateurs eux-mêmes. Or, souvent ils ne le font pas. Cela prend du temps et consomme du volume de données sur internet. Dans beaucoup de pays, notamment dans les pays africains, la facturation internet s’effectue au volume. Donc, une mise à jour de sécurité assez lourde se traduira par un coût important pour l’abonné. Par conséquent, la plupart du temps les mises à jour de sécurité ne sont pas installées, laissant des larges failles ouvertes à la disposition des pirates.

Des lois de plus en plus contraignantes

Pour protéger leurs citoyens, les états prennent des dispositions de plus en plus contraignantes en matière de protection des renseignements personnels. Ainsi, en Europe, la nouvelle réglementation connue sous le nom de GDPR (Generic Data Protection Regulation), qui entrera en vigueur le 25 mai 2018, impose aux entreprises qui utilisent et traitent des données personnelles de citoyens Européens des exigences très restrictives. Toute violation de cette réglementation sera punie d’une amende allant jusqu’à 4% du chiffre d’affaires mondial annuel de l’Entreprise fautive, avec un minimum de 20 millions d’Euros.

Parmi les contraintes imposées, figure l’obligation de recueillir le consentement explicite des personnes pour utiliser leurs données personnelles à des fins marketing ou commerciales.

Une autre disposition contraignante, ayant des impacts très importants, est la responsabilité du donneur d’ordre sur toute la chaîne de sous-traitance utilisée pour le traitement des renseignements personnels. Ceci signifie que dans le cas où des informations personnelles (nom, prénom, adresse mail ou numéro de téléphone par exemple) seraient volées à un sous-traitant de la Société qui a recueilli ces données, quel que soit l’endroit où ce vol surviendrait (sur un autre continent par exemple), la Société d’origine serait considérée comme totalement responsable du délit et passible de l’amende.

Une méconnaissance des risques

Depuis quelques années on constate une utilisation croissante des téléphones portables pour l’accès à internet. Ceux-ci sont de plus en plus performants et offrent souvent des fonctionnalités et une puissance équivalentes aux ordinateurs. Leur portabilité en fait le terminal privilégié des internautes. Pour autant ils sont beaucoup plus vulnérables que les ordinateurs. Très peu d’entre eux sont équipés d’anti-virus. Les mises à jour de sécurité sont réalisées de façon très aléatoires. Ils sont plus sujets à la perte et au vol que les ordinateurs portables.

Les téléphones mobiles constituent aujourd’hui un maillon faible en matière de protection des renseignements personnels. Chacun enregistre sur son téléphone une grande quantité de données personnelles. Il s’agit bien sûr des numéros de téléphones de ses contacts, mais aussi d’autres informations comme leur nom et leur adresse mail ou même leur adresse physique. Souvent on y retrouvera aussi leur date de naissance, pour penser à fêter leur anniversaire. Ces téléphones portables sont aussi largement utilisés, en Afrique notamment, pour le paiement par mobile ou le transfert d’argent.

Le paiement par mobile

Devant la faiblesse des banques, les opérateurs téléphoniques du continent Africain ont développé des services de paiement et de transfert d’argent extrêmement prisés. Ainsi, au Kenya, M-Pesa, le service de paiement mobile de l’opérateur Safaricom possédait plus de 29,5 millions d’abonnés fin 2016. Sur l’année 2016 plus de 6 milliards de transactions ont été réalisée par M-Pesa, pour un montant global de plus de 30 milliards de dollars US, soit près de 45% du PIB du Kenya tout entier.

Les montants annuels transitant par ces services mobiles sont devenus phénoménaux. De plus leur croissance est évolution constante. Le succès de ces offres repose sur l’ouverture de ce type de services au plus grand nombre. Par contre ni les utilisateurs, ni les vendeurs de ces services ne sont formés sur la sécurité. Le risque lié au paiement mobile en Afrique est donc, en peu de temps, devenu un risque majeur. Ce risque concerne bien sûr l’économie entière des pays concernés, mais aussi chacun des utilisateurs individuellement. Les services de paiement mobile constituent en effet une cible plutôt facile pour des pirates qui y voient une incitation financière importante.

Un comportement immature des utilisateurs

Pour la plupart des utilisateurs, la protection des données ne constitue pas une préoccupation majeure. La plupart d’entre eux considère n’avoir rien à cacher. Ils n’hésiteront pas bien longtemps devant un formulaire leur demandant des informations personnelles. Et surtout s’il y a une incitation à les fournir!

Hier encore je suis tombé sur la page Facebook d’une personne qui publiait publiquement, photos à l’appui, sur ses vacances, pendant 4 semaines à l’étranger. Sur son profil, toujours public, apparaissent diverses informations suffisamment détaillées permettant de l’identifier de façon précise avec la localisation de son domicile. Il s’agit là d’informations personnelles extrêmement faciles à exploiter par n’importe quel cambrioleur qui sait désormais que cette maison est inoccupée et que les propriétaires ne reviendront pas avant une certaine date. De plus, sur la base des informations communiquées sur son profil et des photos partagées prises à l’intérieur de cette maison, il est évident que le butin risque d’être très intéressant. Cette personne s’est elle-même exposée au risque de se faire cambrioler. Elle a donné en ligne, de son plein gré, tous les informations personnelles pouvant inciter au délit. Si, ce qu’évidement nous ne lui souhaitons pas, le cambriolage se produit, l’assurance de ladite personne ne couvrira pas les dommages car la compagnie d’assurance estimera, de façon tout à fait justifiée, que c’est la personne elle-même qui a « provoqué » le cambriolage.

C’est un exemple tout à fait courant, malheureusement, de ce que nous nommerons un comportement immature d’un utilisateur d’internet.

Comment en savoir plus?

Pour en savoir plus sur la protection des données personnelles, nous vous invitons à visionner l’enregistrement video de notre wébinaire du 11 Octobre dernier. La présentation était animée par David Henrard, expert international du domaine et actuel président du Chapitre ISACA de Québec. Vous pourrez ainsi avoir une vision complète de l’état des lieux en la matière à travers les différentes régions du monde.

Nous répondrons également avec plaisir à vos remarques, commentaires et questions sur cet article.

 


Un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Catégories

Archives

Calendrier

juillet 2018
L M M J V S D
« Juin    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
%d blogueurs aiment cette page :