Home » Gouvernance du SI » COBIT » La création de valeur pour les nuls

La création de valeur pour les nuls

Avis à tous ceux qui croient que rester assis à un bureau, à regarder un écran et à chauffer son fauteuil, ou que marcher autour du bureau toute la journée avec une tasse de café à la main en bavardant et participer à des réunions stériles est synonyme de CRÉATION DE VALEUR et que répartir son temps entre LinkedIn et Facebook correspond à un EQUILIBRE ENTRE TRAVAIL ET VIE SOCIALE, la lecture de l’article suivant risque de paraître un peu douloureuse ……….

création de valeur

Les entreprises existent pour créer de la valeur pour leurs actionnaires et par conséquent, le terme « création de valeur » n’est pas qu’un concept fumeux comme certains l’imaginent. Il y a d’innombrables mesures pro-actives qu’on peut prendre pour y parvenir, parmi lesquelles :

  1. améliorer la qualité et la rapidité des décisions prises
  2. tirer un avantage business des investissements en informatique
  3. améliorer sensiblement l’efficacité opérationnelle
  4. contrôler et améliorer la performance du personnel
  5. réduire les risques métiers, et bien plus encore……..

Quoi qu’il en soit, la réalité c’est que la plupart des DSIs passent l’essentiel de leur temps à essayer vainement de satisfaire les attentes des métiers et seraient bien inspirés de s’attaquer activement à certains points sur lesquels le Business est très impacté tels que

  1. des initiatives ratées de l’informatique et la perception d’une valeur délivrée très faible par rapport aux investissements consentis,
  2. une augmentation exponentielle des dépenses informatiques et une complexité totalement inutile de l’infrastructure,
  3. des problèmes récurrents de fourniture des services IT avec un nombre relativement important d’incidents et des changements fréquemment en échec,
  4. des résultats d’audit interne mettant en évidence des performances médiocres et des services de mauvaise qualité,
  5. une incapacité récurrente à satisfaire aux exigences réglementaires et / ou contractuelles.

Six étapes vers la création de valeur

1. Travailler pour assurer une disponibilité garantie

La première étape, la plus simple, consiste à assurer un temps de fonctionnement maximal de l’infrastructure informatique et à prévenir toute interruption des flux d’information. C’est ce qui permet aux métiers de travailler, au niveau opérationnel, et de créer de la valeur pour l’entreprise. Il faut bien réaliser que la différence entre 99,9% et 99,8% de disponibilité des systèmes critiques et des ressources réseau sur une année représente de 8 heures 45 minutes. C’est suffisant pour générer la perte de dizaines, voire de centaines de milliers d’Euros par le Business, en fonction de la nature de votre entreprise. C’est en gardant cela à l’esprit et en assurant une continuité absolue des services IT que vous apparaîtrez comme un bon fournisseur de services IT au Business.

Toutefois, tant que le département informatique sera considéré seulement comme un fournisseur de services, il demeurera un centre de coûts, une fonction de soutien pur qui rendra des comptes à tout le monde sauf au Comité de Direction et au Conseil d’Administration.

L’objectif du département informatique doit être faire évoluer son rôle de la simple fourniture de services de soutien pour les métiers vers celui de facilitation pour les métiers, puis d’innovation stratégique guidant la transformation du Business grâce à l’acquisition d’un bon niveau d’aptitude pour chacun des « facilitateurs » (« enablers »)  de la création de valeur pour l’Entreprise. Le tableau ci-dessous, bien que non exhaustif, résume les caractéristiques de chacun de ces statuts :

rôle de l'IT dans la création de valeur

2. Améliorer la réactivité de l’IT pour faire face aux demandes du Business

Une fois que le premier objectif est atteint, la seconde étape vers la création de valeur, du point de vue de la production informatique est de bâtir « la réactivité». Quel est notre niveau de réactivité pour satisfaire tous les besoins Business, que ce soit au travers de la Gestion de la demande ou des opérations quotidiennes? Pour commencer son chemin sur la voie de l’amélioration de la réactivité, le département informatique doit se concentrer sur sa transformation organisationnelle vers une structure horizontale permettant l’accélération de la prise de décision, c’est à dire passer d’une organisation centralisée à une organisation fédérale basée sur l’octroi de privilèges d’accès suffisants pour tous les niveaux afin de mieux répartir les responsabilités et de fonctionner plus efficacement. Le côté négatif c’est que ce type de structure est principalement axé sur le «contrôle» plutôt que sur «l’efficacité».

Améliorer la réactivité, c’est d’abord répondre efficacement aux problèmes concernant les stations de travail, les applicatifs, les imprimantes et tous les autres incidents auxquels fait face quotidiennement l’utilisateur final et qui freinent la productivité de l’entreprise. Améliorer globalement les niveaux de service grâce à la mise en oeuvre d’OLAs (Accords de Niveau Opérationnel), de SLAs (Accord sur les Niveaux de Service) ainsi que d’indicateurs clés de performance (KPIs) pour l’équipe IT doit être notre principal objectif.

3. Se focaliser sur la création de valeur grâce aux projets

Le passage du statut de gestionnaire des opérations informatiques à celui de réalisateur d’initiatives innovantes se mesure à la façon dont les projets du département IT réussissent et permettent aux métiers de l’Entreprise d’atteindre leurs objectifs, contribuant, de ce fait, à créer de la valeur. L’échec des initiatives informatiques peut être dû à une mauvaise définition des besoins, au non respect des délais correspondant au «time to market», à des critères mal définis de validation de la solution livrée par les utilisateurs et à bien d’autres raisons encore. Le but ici est de décrire ce que nous réalisons avec nos investissements informatiques et un bon point de départ serait d’avoir un processus permettant de mieux sélectionner les projets s’appuyant sur la mise en place d’un Comité Stratégique incluant à la fois le Business et le management informatique et capable d’examiner les avantages et les inconvénients de chaque initiative en prenant en compte le calcul du ROI et du TCO notamment.

Tous le monde s’accorde sur la nécessité pour l’informatique de changer son approche en évitant de se focaliser sur la technique et les coûts pour mettre en avant la valeur créée par ses initiatives.

Pour parvenir à cela, il existe des techniques de gestion de budget informatique parmi lesquelles :

  • le benchmarking des dépenses informatiques avec des entreprises similaires, du même secteur d’activité, afin d’en tirer une évaluation raisonnable de ce que devraient être le revenu brut et les charges d’exploitation de l’informatique
  • la décomposition le budget en trois parts : support, croissance et transformation.

4. Etre prudent vis à vis des nouveautés technologiques

En l’absence de véritable innovation, le département informatique peut créer de la valeur en réalisant une analyse complète des tendances technologiques actuelles, des possibilités offertes pour résoudre des problèmes Business ou pour améliorer les processus et participer à l’adoption rapide de ces solutions pour faire que, grâce à la technologie, les métiers acquièrent un avantage concurrentiel sur leur marché. Dans cet objectif, il est vital que les DSIs restent en phase avec les innovations technologiques au travers de la lecture de publications et de bulletins importants, qu’ils assistent régulièrement à des conférences / séminaires et rencontrent d’autres dirigeants d’Entreprises.

Une maxime Anglaise qui s’applique parfaitement à l’évolution rapide de la technologie dit que « l’oiseau qui arrive le premier attrape le ver, mais la souris qui arrive juste après mangera le fromage ». Ceci se vérifie complètement dans le cas de l’adoption précoce d’une nouvelle technologie qui va se traduire par un risque relativement élevé et c’est la raison pour laquelle certains préfèrent choisir d’attendre et de voir.

Mettre en avant la création de valeur, en vue de résoudre des problèmatiques métiers, nécessite une compréhension en profondeur des processus business et du flux d’information associé. Afin d’atteindre cet objectif, le management informatique et les membres de leurs équipes vont devoir entreprendre leur «retour sur terre » et aller « sur le terrain » pour comprendre les véritables défis business auxquels les employés et les clients de l’Entreprise font face. Cet exercice aidera le personnel informatique à obtenir, non seulement une pause bienvenue de son travail quotidien, mais aussi l’aidera à réaliser l’importance vitale de sa contribution au Business.

Certains dirigeants considèrent que c’est le fait d’exhiber un classeur rempli de politiques et procédures qui constitue « une bonne gouvernance » et « crée de la valeur », mais dans la réalité, cela ne fera, au mieux, que soutenir ce qui existe déjà.

5. Gérer la performance du département informatique

La gestion de la performance est un composant clé de la gouvernance. C’est une exigence de vérification dans la plupart des organisations où il faut effectuer régulièrement des auto-évaluations et des rapports de performance basés sur des KPIs. Toutes les activités liées à la performance doivent être rapportées et revues sur une base annuelle. La transparence est clé pour une bonne gouvernance.

6. Rester à l’écoute des métiers. Ce n’est jamais l’informatique qui décide

Dernier point mais non le moindre, être à l’écoute du Business et / ou du feedback des clients et agir en conséquence, c’est cela qui crée réellement de la valeur. Nous avons trop tendance à penser que c’est notre point de vue qui est juste. C’est ce que Microsoft a fait avec Windows 8, puis « foiré » encore davantage avec Windows 8.1, avant de corriger le tir (ou presque) avec Windows 10.

En quoi consistent les « facilitateurs » de la création de valeur?

Les facilitateurs sont des facteurs qui, individuellement ou collectivement, influencent la réussite d’une activité, dans le cas présent, la gouvernance et le management du SI de l’entreprise, en vue de créer de valeur. Les facilitateurs sont influencés par la cascade d’objectifs, c’est à dire que des objectifs de plus haut niveau liés au SI définissent ce que les différents facilitateurs devraient permettre d’atteindre.

facilittaeurs de la création de valeur

Le schéma ci-dessus, extrait du référentiel COBIT® 5 montre qu’il y a sept facilitateurs à implémenter et à améliorer en permanence pour créer de la valeur pour l’Entreprise :

  • Les principes, les politiques et les systèmes de management représentent le mécanisme, sous forme de chaîne, permettant de traduire les exigences des actionnaires en orientations pratiques pour la gestion quotidienne.
  • Les processus décrivent un ensemble organisé de pratiques et d’activités requises pour atteindre des objectifs et pour produire un ensemble de résultats permettant la réalisation des objectifs globaux. Les processus constituent la mise en oeuvre pratique des politiques.
  • Les structures organisationnelles sont les principales entités de décision dans l’entreprise. Ce sont elles qui décident d’implémenter les processus.
  • La culture, l’éthique et le comportement des individus et de l’entreprise sont très souvent sous-estimés en tant que facteurs de réussite dans les activités de gouvernance et de gestion. Ce sont les personnes qui composent les structures organisationnelles et qui implémentent et exécutent les processus.
  • L’information est omniprésente dans toute organisation. Elle comprend toute l’information produite et utilisée par l’entreprise. L’information est nécessaire pour prendre les décisions stratégiques et maintenir l’organisation fonctionnelle et bien gouvernée, mais au niveau opérationnel, elle est souvent le produit phare de l’entreprise elle-même.
  • Les services, l’infrastructure et les applications comprennent l’infrastructure, la technologie et les applications qui fournissent à l’entreprise les traitements et les services en matière de technologies de l’information. Il s’agit bien sûr de l’informatique et des télécommunications qui stockent, traitent et communiquent les informations.
  • Le personnel, les aptitudes et les compétences sont liés aux individus et sont nécessaires pour la réussite de toutes les activités ainsi que pour la prise de décisions éclairées et de mesures correctives. Il est vital, pour pouvoir créer de la valeur, de disposer du nombre approprié de ressources humaines possédant des aptitudes de savoir-être et de savoir-faire correspondant à ce qui est décrit dans les 6 autres facilitateurs.

Y a-t-il des référentiels sur ce sujet?

COBIT® 5, le référentiel de Gouvernance et de Management du SI, publié par l’ISACA en 2012 définit la création de valeur comme étant l’objectif de la Gouvernance et décrit les mécanismes à mettre en oeuvre pour y arriver.

Si vous souhaitez aller plus loin, AB Consulting, seul Organisme de Formation officiellement accrédité par ISACA et APMG en Afrique de l’Ouest et seul habilité à délivrer les formations correspondantes et à organiser les examens de certification, vous propose les formations suivantes :

COBIT® Foundation sur 3 jours

COBIT® 5 Implementation sur 3 jours

COBIT® 5 Assessor sur 3 jours

sans oublier nos « bootcamps » :

COBIT® 5 Implémentation Boot Camp (Foundation + Implementation) sur 5 jours

COBIT® 5 Assessor Boot Camp (Foundation + Assessor) sur 5 jours

Pour plus d’information ou pour vous abonner à notre Newsletter, merci de compléter le formulaire de contact :

 

 


Un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Catégories

Archives

Calendrier

mars 2019
L M M J V S D
« Fév    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
%d blogueurs aiment cette page :