Home » Posts tagged 'Création de valeur'

Tag Archives: Création de valeur

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Nouveau: DevOps débarque en Afrique!

Une évolution nommée DevOps

Apparu depuis quelque temps, un nouveau mouvement professionnel et culturel visant à améliorer le flux entre les développeurs de logiciels et les équipes opérationnelles commence à faire ses preuves. Encore peu répandu sur le continent Africain où, pourtant, de nombreuses organisations réalisent leurs propres développements de logiciel en interne avant de les exploiter, DevOps répond clairement à un besoin croissant d’agilité des organisations dans un contexte de plus en plus mondialisé. Certains en ont peut-être déjà entendu parler sur des blogs ou via des offres d’emploi.

Dans un premier temps, DevOps peut être vu comme un outil d’amélioration des performances opérationnelles fonctionnant de manière intelligente. La stratégie DevOps aura un impact sur l’ensemble des réseaux de distribution. A la clé figurent des avantages non négligeables:

  • réduction du temps de commercialisation,
  • diminution des problèmes liés aux nouvelles publications,
  • réduction des délais de mise à disposition de correctifs
  • et accélération des temps de reprise après sinistre.

L’évolution constante des entreprises vers le numérique pousse désormais les développeurs à revoir sérieusement les modes de création d’applications.

DevOps-Evolution

Il n’est désormais plus tolérable d’attendre 6 mois, voire 1an avant de livrer les services demandés par les entités business. Les systèmes d’information doivent s’aligner sur la sortie des produits et services métiers. Le marketing ne peut plus attendre, surtout que les projets futurs deviennent de plus en plus complexes notamment en matière informatique. Le tout se retrouve dans un contexte économique pesant sur les budgets. Dans le cadre de ce développement, DevOps répond parfaitement à ce défi digital et les entreprises en ont maintenant pris conscience.

Qu’est-ce que DevOps?

DevOps est l’abréviation de « Développement » et « Opérations » dans le domaine informatique. Ce n’est pas un outil, un processus ou une méthodologie. DevOps a débuté comme étant, et continue d’être, une convergence d’idées en vue de combler le fossé qui sépare les équipes de développement et d’exploitation dans les Directions Informatiques. L’idée maitresse est de rationaliser le développement de logiciels et de faciliter leur exploitation et leur maintenance. Le terme DevOps identifie un mouvement déclenché par la frustration des professionnels de l’informatique, vers 2010, résultant des dysfonctionnements et de l’incapacité d’y remédier du fait d’outils et de processus inadaptés. Ces professionnels IT frustrés ont partagé leur vision du fait que le développement de logiciels et les opérations peuvent, et doivent être plus efficaces et moins douloureux.

Aujourd’hui, la définition originale de DevOps comme étant l’intégration du « développement » et des « opérations » est devenue trop limitée et inexacte. DevOps implique plus d’acteurs que les seuls développeurs et les techniciens d’exploitation. Le cycle de développement de logiciel  implique également de nombreux autres rôles qui constituent des contributeurs essentiels. Parmi ceux-ci, citons la gouvernance, l’assurance qualité (QA), les tests, la sécurité et la gestion des versions. DevOps est donc une combinaison de personnes, de culture, de processus, d’outils et de méthodes  réduisant les risques et les coûts, et permettant à la technologie d’évoluer à la vitesse de l’entreprise, et d’améliorer la qualité globale.

Pourquoi une nouvelle approche?

L’approche traditionnelle repose sur un ensemble de facteurs qui la fragilisent et l’alourdissent. DevOps représente une prise de conscience que l’approche traditionnelle n’est plus en mesure de satisfaire le besoin d’agilité nécessaire à l’Entreprise pour rester concurrentielle. Un exemple typique serait le cas du web qui gère des applications dans le Cloud. DevOps est une démarche innovante qui s’apparente à une philosophie destinée à des personnes à la recherche d’efficacité.

Pour la réalisation des grands projets informatiques, différentes équipes aux rôles bien définis sont impliquées. Il s’agit d’une part de l’équipe de développement et d’autre part de celle chargée de l’exploitation. Habituellement, les équipes de développement tentent de répondre à des spécifications fonctionnelles issues du métier ou du client. Elles travaillent généralement dans leur propre environnement, avec leurs outils destinés aux développements. Elles ne se soucient guère de l’impact que peut avoir leur code sur la phase d’exploitation qui exécutera l’application sur un environnement de production. Les équipes chargées de l’exploitation, quant à elles, tentent de répondre à des impératifs de performance ou de stabilité du système. Et c’est pourquoi, elles sont très attentives à minimiser les impacts des modifications afin de préserver ces performances. Hélas, cela risque de générer un goulot d’étranglement pour l’ajout de nouvelles fonctionnalités aux applications.

Quelle que soit l’équipe, il est toujours compliqué d’être au courant de comment une autre équipe gère ses tâches. Cela rend difficile l’optimisation des deux côtés. C’est à ce niveau qu’intervient DevOps dont le rôle est, en quelque sorte, de réaliser l’intégration des différentes équipes pour faciliter la communication et diffuser l’information. Les autres fonctions de DevOps incluent l’amélioration de la coordination durant les phases de livraison et de déploiement afin de limiter les erreurs.

Les résultats sont-ils probants?

Les résultats sont probants et donnent un bon aperçu des avantages de DevOps. Selon un sondage récent 66% des entreprises dans le monde utilisent déjà une stratégie DevOps ou envisagent d’en mettre une en œuvre. Plus de 90% d’entre elles ont observé ou s’attendent à un gain substantiel grâce à leurs initiatives DevOps. Les résultats de DevOps sont réels et quantifiables car cette approche génère des améliorations, augmentations ou réductions, à deux chiffres (de 17 à 23%).

Infographie DevOps

Les résultats concernant la France sont inférieurs aux chiffres résultants du sondage mondial mais sont néanmoins significatifs.

Quels sont les enjeux?

L’arrivé de DevOps met la pression aux développeurs car ils doivent produire davantage dans un temps réduit et réaliser des tests supplémentaires tout en respectant les contraintes budgétaires imposées. Parmi les enjeux majeurs apparaissent la réactivité commerciale et les délais de commercialisation qui bien souvent affectent l’expérience du client. Cela dit, DevOps impose un niveau de collaboration, d’agilité, de visibilité de développement et de rapidité de distribution qui relève le défi des projets à long terme dont la lenteur est à bannir compte-tenu des contraintes du monde de l’entreprise.

La stratégie DevOps est moins adaptée aux mainframes car il est généralement compliqué de faire évoluer des processus traditionnels bien ancrés et de développer la collaboration autour de technologies solidement établies. La majorité des schémas organisationnels sont en réalité inadaptés ou insuffisants pour permettre aux équipes de développement d’atteindre leurs objectifs et le niveau de productivité qu’exige leur entreprise.

DevOps, pour quels bénéfices

Le slogan pré-Devops était « Vite vite on met en production ! ». Mais attention, il ne faut pas confondre vitesse et précipitation. La production c’est du sérieux ! En effet, les développeurs produisent du code à partir d’un cahier des charges précis. Ils se préoccupent peu des impacts que peut avoir leur code sur la production. De la même façon, les équipes de production sont quant à elles obnubilées par la stabilité de l’infrastructure, garante de la création de valeur pour les métiers. Elles freinent donc les mises en production et blâment le code du développeur si le résultat voulu par l’utilisateur n’est pas satisfaisant. La vision DevOps tente de pallier à ce problème en favorisant une répartition des responsabilités et l’implication de l’ensemble des acteurs de la chaine. Le développeur devient ainsi testeur de son code.

Les intérêts d’adoption d’une démarche Devops sont multiples :

  • Réduire le cycle et le coût de mise en production,
  • Avoir une approche plus fragmentée (petites évolutions),
  • Faire que les mises à jour deviennent transparentes,
  • Mise en commun des responsabilités (tout le monde dans le même bateau!)
  • Une amélioration continue du produit,
  • Répondre plus rapidement aux besoins des clients.

NETFLIX, Amazon, Singapore Power ont été conquis par DevOps

Eh oui, même les plus grands ont adopté Devops ! Des entreprises telles que Netflix ou Amazon ont bâti une bonne partie de leur succès en s’appuyant DevOps.

Cycle de vie DevOpsChez Netflix, par exemple, le déploiement est totalement automatisé, depuis le packaging du nouveau code jusqu’à la mise en production. Cela passe par la mise en oeuvre de l’infrastructure virtuelle et les tests fonctionnels. Une nouvelle version d’application sera promue automatiquement dans une nouvelle infrastructure virtuelle. Elle est mise en service en lui redirigeant un sous-ensemble du trafic utilisateur. Après une phase pilote avec monitoring automatisé, si le comportement s’avère satisfaisant, la totalité du trafic est redirigé. L’ancienne instance de l’application et son infrastructure sont alors automatiquement décommissionées.

Vous souhaitez en savoir plus sur DevOps?

DevOps est désormais accessible en Afrique. Laissez vous tenter par cette révolution. Faites partie des premiers à satisfaire enfin le besoin d’agilité tant attendue par le Business. Grâce à DevOps vos équipes informatiques pourront concevoir et déployer des applications plus rapidement. Elles travailleront de manière efficace et efficiente, s’adapteront facilement au changement, développeront de meilleurs logiciels. Dernier avantage non négligeable, DevOps vous permettra d’optimiser les coûts. Une mise en œuvre parfaite de DevOps est essentielle et nécessite des professionnels expérimentés dans le domaine. C’est pourquoi AB Consulting, seul organisme officiellement accrédité en Afrique, vous aide à comprendre et à mettre en œuvre DevOps dans votre Organisation. Nous vous accompagnons également dans la conduite du changement culturel au sein de vos équipes. Pour plus d’informations sur nos prochaines formations DevOps Foundation, consultez notre site.

N’hésitez pas à nous adresser vos commentaires et vos questions qui seront les bienvenues pour que s’instaure un dialogue fructueux autour de la révolution DevOps.

La création de valeur pour les nuls

Avis à tous ceux qui croient que rester assis à un bureau, à regarder un écran et à chauffer son fauteuil, ou que marcher autour du bureau toute la journée avec une tasse de café à la main en bavardant et participer à des réunions stériles est synonyme de CRÉATION DE VALEUR et que répartir son temps entre LinkedIn et Facebook correspond à un EQUILIBRE ENTRE TRAVAIL ET VIE SOCIALE, la lecture de l’article suivant risque de paraître un peu douloureuse ……….

création de valeur

Les entreprises existent pour créer de la valeur pour leurs actionnaires et par conséquent, le terme « création de valeur » n’est pas qu’un concept fumeux comme certains l’imaginent. Il y a d’innombrables mesures pro-actives qu’on peut prendre pour y parvenir, parmi lesquelles :

  1. améliorer la qualité et la rapidité des décisions prises
  2. tirer un avantage business des investissements en informatique
  3. améliorer sensiblement l’efficacité opérationnelle
  4. contrôler et améliorer la performance du personnel
  5. réduire les risques métiers, et bien plus encore……..

Quoi qu’il en soit, la réalité c’est que la plupart des DSIs passent l’essentiel de leur temps à essayer vainement de satisfaire les attentes des métiers et seraient bien inspirés de s’attaquer activement à certains points sur lesquels le Business est très impacté tels que

  1. des initiatives ratées de l’informatique et la perception d’une valeur délivrée très faible par rapport aux investissements consentis,
  2. une augmentation exponentielle des dépenses informatiques et une complexité totalement inutile de l’infrastructure,
  3. des problèmes récurrents de fourniture des services IT avec un nombre relativement important d’incidents et des changements fréquemment en échec,
  4. des résultats d’audit interne mettant en évidence des performances médiocres et des services de mauvaise qualité,
  5. une incapacité récurrente à satisfaire aux exigences réglementaires et / ou contractuelles.

Six étapes vers la création de valeur

1. Travailler pour assurer une disponibilité garantie

La première étape, la plus simple, consiste à assurer un temps de fonctionnement maximal de l’infrastructure informatique et à prévenir toute interruption des flux d’information. C’est ce qui permet aux métiers de travailler, au niveau opérationnel, et de créer de la valeur pour l’entreprise. Il faut bien réaliser que la différence entre 99,9% et 99,8% de disponibilité des systèmes critiques et des ressources réseau sur une année représente de 8 heures 45 minutes. C’est suffisant pour générer la perte de dizaines, voire de centaines de milliers d’Euros par le Business, en fonction de la nature de votre entreprise. C’est en gardant cela à l’esprit et en assurant une continuité absolue des services IT que vous apparaîtrez comme un bon fournisseur de services IT au Business.

Toutefois, tant que le département informatique sera considéré seulement comme un fournisseur de services, il demeurera un centre de coûts, une fonction de soutien pur qui rendra des comptes à tout le monde sauf au Comité de Direction et au Conseil d’Administration.

L’objectif du département informatique doit être faire évoluer son rôle de la simple fourniture de services de soutien pour les métiers vers celui de facilitation pour les métiers, puis d’innovation stratégique guidant la transformation du Business grâce à l’acquisition d’un bon niveau d’aptitude pour chacun des « facilitateurs » (« enablers »)  de la création de valeur pour l’Entreprise. Le tableau ci-dessous, bien que non exhaustif, résume les caractéristiques de chacun de ces statuts :

rôle de l'IT dans la création de valeur

2. Améliorer la réactivité de l’IT pour faire face aux demandes du Business

Une fois que le premier objectif est atteint, la seconde étape vers la création de valeur, du point de vue de la production informatique est de bâtir « la réactivité». Quel est notre niveau de réactivité pour satisfaire tous les besoins Business, que ce soit au travers de la Gestion de la demande ou des opérations quotidiennes? Pour commencer son chemin sur la voie de l’amélioration de la réactivité, le département informatique doit se concentrer sur sa transformation organisationnelle vers une structure horizontale permettant l’accélération de la prise de décision, c’est à dire passer d’une organisation centralisée à une organisation fédérale basée sur l’octroi de privilèges d’accès suffisants pour tous les niveaux afin de mieux répartir les responsabilités et de fonctionner plus efficacement. Le côté négatif c’est que ce type de structure est principalement axé sur le «contrôle» plutôt que sur «l’efficacité».

Améliorer la réactivité, c’est d’abord répondre efficacement aux problèmes concernant les stations de travail, les applicatifs, les imprimantes et tous les autres incidents auxquels fait face quotidiennement l’utilisateur final et qui freinent la productivité de l’entreprise. Améliorer globalement les niveaux de service grâce à la mise en oeuvre d’OLAs (Accords de Niveau Opérationnel), de SLAs (Accord sur les Niveaux de Service) ainsi que d’indicateurs clés de performance (KPIs) pour l’équipe IT doit être notre principal objectif.

3. Se focaliser sur la création de valeur grâce aux projets

Le passage du statut de gestionnaire des opérations informatiques à celui de réalisateur d’initiatives innovantes se mesure à la façon dont les projets du département IT réussissent et permettent aux métiers de l’Entreprise d’atteindre leurs objectifs, contribuant, de ce fait, à créer de la valeur. L’échec des initiatives informatiques peut être dû à une mauvaise définition des besoins, au non respect des délais correspondant au «time to market», à des critères mal définis de validation de la solution livrée par les utilisateurs et à bien d’autres raisons encore. Le but ici est de décrire ce que nous réalisons avec nos investissements informatiques et un bon point de départ serait d’avoir un processus permettant de mieux sélectionner les projets s’appuyant sur la mise en place d’un Comité Stratégique incluant à la fois le Business et le management informatique et capable d’examiner les avantages et les inconvénients de chaque initiative en prenant en compte le calcul du ROI et du TCO notamment.

Tous le monde s’accorde sur la nécessité pour l’informatique de changer son approche en évitant de se focaliser sur la technique et les coûts pour mettre en avant la valeur créée par ses initiatives.

Pour parvenir à cela, il existe des techniques de gestion de budget informatique parmi lesquelles :

  • le benchmarking des dépenses informatiques avec des entreprises similaires, du même secteur d’activité, afin d’en tirer une évaluation raisonnable de ce que devraient être le revenu brut et les charges d’exploitation de l’informatique
  • la décomposition le budget en trois parts : support, croissance et transformation.

4. Etre prudent vis à vis des nouveautés technologiques

En l’absence de véritable innovation, le département informatique peut créer de la valeur en réalisant une analyse complète des tendances technologiques actuelles, des possibilités offertes pour résoudre des problèmes Business ou pour améliorer les processus et participer à l’adoption rapide de ces solutions pour faire que, grâce à la technologie, les métiers acquièrent un avantage concurrentiel sur leur marché. Dans cet objectif, il est vital que les DSIs restent en phase avec les innovations technologiques au travers de la lecture de publications et de bulletins importants, qu’ils assistent régulièrement à des conférences / séminaires et rencontrent d’autres dirigeants d’Entreprises.

Une maxime Anglaise qui s’applique parfaitement à l’évolution rapide de la technologie dit que « l’oiseau qui arrive le premier attrape le ver, mais la souris qui arrive juste après mangera le fromage ». Ceci se vérifie complètement dans le cas de l’adoption précoce d’une nouvelle technologie qui va se traduire par un risque relativement élevé et c’est la raison pour laquelle certains préfèrent choisir d’attendre et de voir.

Mettre en avant la création de valeur, en vue de résoudre des problèmatiques métiers, nécessite une compréhension en profondeur des processus business et du flux d’information associé. Afin d’atteindre cet objectif, le management informatique et les membres de leurs équipes vont devoir entreprendre leur «retour sur terre » et aller « sur le terrain » pour comprendre les véritables défis business auxquels les employés et les clients de l’Entreprise font face. Cet exercice aidera le personnel informatique à obtenir, non seulement une pause bienvenue de son travail quotidien, mais aussi l’aidera à réaliser l’importance vitale de sa contribution au Business.

Certains dirigeants considèrent que c’est le fait d’exhiber un classeur rempli de politiques et procédures qui constitue « une bonne gouvernance » et « crée de la valeur », mais dans la réalité, cela ne fera, au mieux, que soutenir ce qui existe déjà.

5. Gérer la performance du département informatique

La gestion de la performance est un composant clé de la gouvernance. C’est une exigence de vérification dans la plupart des organisations où il faut effectuer régulièrement des auto-évaluations et des rapports de performance basés sur des KPIs. Toutes les activités liées à la performance doivent être rapportées et revues sur une base annuelle. La transparence est clé pour une bonne gouvernance.

6. Rester à l’écoute des métiers. Ce n’est jamais l’informatique qui décide

Dernier point mais non le moindre, être à l’écoute du Business et / ou du feedback des clients et agir en conséquence, c’est cela qui crée réellement de la valeur. Nous avons trop tendance à penser que c’est notre point de vue qui est juste. C’est ce que Microsoft a fait avec Windows 8, puis « foiré » encore davantage avec Windows 8.1, avant de corriger le tir (ou presque) avec Windows 10.

En quoi consistent les « facilitateurs » de la création de valeur?

Les facilitateurs sont des facteurs qui, individuellement ou collectivement, influencent la réussite d’une activité, dans le cas présent, la gouvernance et le management du SI de l’entreprise, en vue de créer de valeur. Les facilitateurs sont influencés par la cascade d’objectifs, c’est à dire que des objectifs de plus haut niveau liés au SI définissent ce que les différents facilitateurs devraient permettre d’atteindre.

facilittaeurs de la création de valeur

Le schéma ci-dessus, extrait du référentiel COBIT® 5 montre qu’il y a sept facilitateurs à implémenter et à améliorer en permanence pour créer de la valeur pour l’Entreprise :

  • Les principes, les politiques et les systèmes de management représentent le mécanisme, sous forme de chaîne, permettant de traduire les exigences des actionnaires en orientations pratiques pour la gestion quotidienne.
  • Les processus décrivent un ensemble organisé de pratiques et d’activités requises pour atteindre des objectifs et pour produire un ensemble de résultats permettant la réalisation des objectifs globaux. Les processus constituent la mise en oeuvre pratique des politiques.
  • Les structures organisationnelles sont les principales entités de décision dans l’entreprise. Ce sont elles qui décident d’implémenter les processus.
  • La culture, l’éthique et le comportement des individus et de l’entreprise sont très souvent sous-estimés en tant que facteurs de réussite dans les activités de gouvernance et de gestion. Ce sont les personnes qui composent les structures organisationnelles et qui implémentent et exécutent les processus.
  • L’information est omniprésente dans toute organisation. Elle comprend toute l’information produite et utilisée par l’entreprise. L’information est nécessaire pour prendre les décisions stratégiques et maintenir l’organisation fonctionnelle et bien gouvernée, mais au niveau opérationnel, elle est souvent le produit phare de l’entreprise elle-même.
  • Les services, l’infrastructure et les applications comprennent l’infrastructure, la technologie et les applications qui fournissent à l’entreprise les traitements et les services en matière de technologies de l’information. Il s’agit bien sûr de l’informatique et des télécommunications qui stockent, traitent et communiquent les informations.
  • Le personnel, les aptitudes et les compétences sont liés aux individus et sont nécessaires pour la réussite de toutes les activités ainsi que pour la prise de décisions éclairées et de mesures correctives. Il est vital, pour pouvoir créer de la valeur, de disposer du nombre approprié de ressources humaines possédant des aptitudes de savoir-être et de savoir-faire correspondant à ce qui est décrit dans les 6 autres facilitateurs.

Y a-t-il des référentiels sur ce sujet?

COBIT® 5, le référentiel de Gouvernance et de Management du SI, publié par l’ISACA en 2012 définit la création de valeur comme étant l’objectif de la Gouvernance et décrit les mécanismes à mettre en oeuvre pour y arriver.

Si vous souhaitez aller plus loin, AB Consulting, seul Organisme de Formation officiellement accrédité par ISACA et APMG en Afrique de l’Ouest et seul habilité à délivrer les formations correspondantes et à organiser les examens de certification, vous propose les formations suivantes :

COBIT® Foundation sur 3 jours

COBIT® 5 Implementation sur 3 jours

COBIT® 5 Assessor sur 3 jours

sans oublier nos « bootcamps » :

COBIT® 5 Implémentation Boot Camp (Foundation + Implementation) sur 5 jours

COBIT® 5 Assessor Boot Camp (Foundation + Assessor) sur 5 jours

Pour plus d’information ou pour vous abonner à notre Newsletter, merci de compléter le formulaire de contact :

 

 

Jugez-vous votre organisation IT efficace?

Votre organisation IT est-elle efficace? Comment pouvez-vous évaluer son efficacité? Vos clients Business ont-ils la même perception que vous?

organisation IT efficace

 

L’évaluation de l’efficacité, tout comme celle de la qualité, peut être très subjective. Dans de nombreux cas, l’efficacité est évaluée par rapport au denier service que vous avez mis en production ou au travers d’un projet que votre organisation livré. En outre, on accordera beaucoup plus de poids à des résultats décevants qu’à des résultats positifs. C’est naturel n’est-ce pas ? Dans un monde idéal, vos services informatiques devraient fonctionner de façon optimale. Nous avons donc besoin de définir des caractéristiques objectives de l’efficacité des organisations informatiques avant de pouvoir travailler à les améliorer.

Commençons par définir la mission de l’informatique « fournir la capacité de traitement de l’information requise par le business à un coût qui représente une valeur« . Beaucoup d’entre vous sont en train de lire cette définition en se disant qu’elle est très floue. En effet, les besoins de l’entreprise évoluent en permanence et il en va de même de la perception de la valeur. L’efficacité ne peut être évaluée que par rapport aux attentes attentes actuelles, aux objectifs de niveau de service définis et aux ressources disponibles. Pour cette raison, l’une des caractéristiques les plus importantes d’une organisation informatique efficace est sa capacité à répondre rapidement à l’évolution des besoins du business.

Pour être considérées comme efficaces, les organisations IT devront satisfaire les contraintes suivantes :

Flexibilité

L’IT fournit des services à la demande (résolution de problème et assistance) ainsi que des services planifiés (amélioration et projets). Les problèmes à priorité élevée, les demandes toujours urgentes, et l’évolution des besoins de l’entreprise vont perturber les dates cibles d’achèvement, le périmètre planifié et l’effort estimé. Les organisations efficaces doivent trouver un juste équilibre entre la variabilité des demandes, l’évolution permanente des priorités, et les changements dans les besoins. Afin d’obtenir cette flexibilité, les entreprises doivent gérer les demandes, les horaires, les priorités, le périmètre / les exigences, la mise à disposition et les compétences du personnel afin d’optimiser les résultats et de minimiser les impacts.

Adaptabilité

Les organisations informatiques doivent répondre aux évolutions nécessaires dans les types de services fournis, elles doivent intégrer et soutenir les nouvelles technologies, et elles doivent adapter aux changements organisationnels de l’entreprise et de l’informatique. Afin de s’adapter, l’informatique doit redéfinir ses rôles, transformer ses processus de planification et de livraison, et investir fortement dans la formation (notamment les bonnes pratiques telles que ITIL, COBIT ou encore Lean IT).

Prévisibilité

Des résultats reproductibles ne peuvent être atteints que par l’exécution de processus normalisés et par un engagement vis à vis de la qualité qui évite l’héroïsme et les solutions sur mesure.

Efficience

Chacune de ces caractéristiques est en conflit avec les autres. Une approche équilibrée est donc nécessaire. L’efficacité est généralement sacrifiée pour améliorer la flexibilité. L’efficacité peut être améliorée grâce à la documentation des connaissances, à la formation croisée, à l’utilisation des processus standardisés, d’outils de gestion, et en limitant la variété des environnements techniques.

Fiabilité

La fiabilité fait référence aux applications, à l’infrastructure et aux personnes qui délivrent les services. Les moyens de traitement (infrastructures, réseaux, applications) doivent être fiables, mais le personnel doit aussi faire preuve de fiabilité dans la livraison de services IT. Cela impose donc de définir des critères d’acceptation, d’effectuer des revues de qualité, des tests, et de nombreuses autres activités qui assureront la cohérence de la fourniture de services et des moyens de traitement mis en oeuvre.

Innovation

Le business ne comprend pas les limites de la capacité et de la technologie disponibles. L’IT est dans la position idéale pour recommander des stratégies au business plutôt que d’attendre que ce soit l’entreprise qui définisse elle-même ses stratégies. Sur un plan plus tactique, l’IT devrait être à la recherche de solutions visant à réduire les problèmes et améliorer les processus de telle sorte qu’ils s’alignent avec les autres caractéristiques.

Pro-activité

L’informatique doit être capable d’anticiper les besoins ou les incidents et de prendre des mesures pour se préparer à des pointes d’activité ou pour éviter les problèmes. Grâce à la compréhension des besoins business et des capacités existantes, et en effectuant le suivi des changements, l’IT peut anticiper et manager de façon pro-active. Cela nécessitera des processus reproductibles, des métriques et des mesures, et aussi une communication renforcée avec le business.

Alors, quelle stratégie adopter pour une IT efficace?

équipe IT efficace

Ces contraintes peuvent parfois se contredire entre elles et entraîner du gaspillage. La rigueur nécessaire du processus qui nous rend prévisible peut aussi entraver notre efficacité. Afin d’équilibrer les contraintes, l’IT doit affiner son rôle et sa culture. En plus d’exploiter et de soutenir la capacité de traitement existante, l’IT doit reconnaître que les besoins de l’entreprise évoluent en permanence et qu’une organisation efficace doit être en mesure de répondre à ces changements. Afin d’offrir de la valeur, les organisations informatiques doivent assurer les caractéristiques d’efficacité qui ont été décrites plus haut. Cela nécessitera de gérer l’organisation informatique comme une entité business indépendante qui est responsable de ses coûts et de ses revenus, et elle devra faire la preuve de sa valeur à ses clients sur une base quotidienne.

Le succès ne se mesure pas sur le respect ou le dépassement des attentes. Les attentes peuvent être impossible à satisfaire (compte tenu notamment des ressources disponibles) ou déraisonnables. Le succès se mesure par la gestion des attentes, la prise d’engagements et l’atteinte ou le dépassement des engagements. L’IT doit faire montre de leadership et pas simplement attendre que le business décide du parti qu’il peut tirer de la technologie. Lorsque l’IT démontre sa valeur, elle peut de nouveau être considérée comme un investissement et non pas simplement comme un coût destiné à être réduit ou éliminé.

Pour plus d’informations ou pour vous abonner à notre newsletter, merci de remplir le formulaire de contact:

 

10 trucs pour réussir le ratage d’un projet

Vous avez un projet en tête et avez besoin d’aide pour le rater ? Super ! Voici 10 trucs qui vous aiderons à le faire échouer de façon certaine.

Chef de projet en échec

1. Improvisez, c’est plus rapide!

Improvisation dans un projet

Le pire ennemi du ratage de création, c’est la réflexion et la planification. Improviser au jour le jour, plutôt que de faire l’état des lieux des besoins en termes de formation, de financement, de locaux, de communication, d’aides, d’accompagnement etc. et des façons d’y répondre, c’est s’assurer un plantage fait de stress, d’opportunités ratées et de manque de professionnalisme.

2. Ne découpez pas votre projet, essayez de faire tout d’un coup!

Un projet comprend souvent plusieurs séquences. Certaines ne peuvent commencer avant la fin des autres et peuvent avoir différent timing et faire entrer en jeu plusieurs prestataires, etc. Mais vous pouvez le déléguer en bloc. Après tout, le prestataire arrivera bien distinguer ses tâches de celles des autres. Puis s’il évalue mal son temps, il pourra toujours augmenter les tarifs à la fin ! Puis, tant pis pour vos objectifs, si le prestataire comprend mal, il faudra simplement recommencer.

3. Dans un projet, c’est chacun pour soi!

Pas d'esprit d'équipe. Chacun pour soiPour planter un projet, il suffit que chacun déroule son plan d’action personnel sans communiquer. A la fin, chacun aura travaillé pour soi et on verra bien si tout pourra s’assembler. Le projet sera une somme de briques de tailles, de formes et de couleurs différentes sans aucune caractéristique commune. Au pire on mettra en place un projet d’intégration. Ca permettra de conserver encore un peu l’équipe en place et de continuer à s’éclater.

4. Restez le plus vague possible, ça évitera les contraintes!

Pourquoi se poser trop de questions alors qu’une idée est en or. Et ne rien à foutre de ces personnes qui critiquent toujours sans rien proposer. Ne définissez jamais de cadre précis qui vous obligerait à réaliser ce que vous avez promis.

5. Ne vous prenez pas la tête avec des détails!

Le diable est dans les détailsLes cahiers des charges décrivent les fonctions essentielles sans aborder les détails. Par exemple, les tailles et les couleurs des polices sur le site internet ne sont pas en accord avec la charte graphique de l’entreprise. Les techniciens sauront bien faire les bons choix le moment venu. Ils sont les mieux à même de savoir ce qui est bon pour les utilisateurs. N’ayez crainte, l’image de votre Entreprise est solide et ne sera pas détruite à cause d’un simple site web. Vous êtes sur la bonne voie, le diable est dans les détails!

6. Ne pinaillez pas trop sur le choix du chef de projet!

Le chef de projet est souvent vu comme un chef d’orchestre. Dans une salle de concert, ce sont les musiciens qui font la magie d’une musique. N’investissez pas dans un chef de projet compétent et hors de prix. Un technicien fera parfaitement l’affaire. Inutile d’avoir des compétences spécifiques pour gérer un projet. Tout le monde est capable gérer des hommes, des budgets, des délais et la qualité.

7. N’allez pas chercher les complications pour créer votre équipe projet!

parties prenantes du projetVotre conjoint, voisin, meilleur ami ont gentiment accepté de faire partie de l’équipe de projet. Vous avez bien fait! Faudrait être un parfait idiot pour s’offrir les services onéreux de professionnels compétents. D’ailleurs, il y a bien longtemps que vous n’allez plus chez l’opticien: le voisin offre un service gratuit, une loupe et des pinces qui font parfaitement l’affaire. Ne compliquez pas toujours tout. Gardez les choses simples!

8. Commencez immédiatement. Inutile de planifier!

Pourquoi faire un planning puisque des changements seront quand même réalisés. Et puis ca ira beaucoup plus vite. On improvisera en temps utile.

9. Ne gaspillez pas votre argent à gérer des risques qui ne se réaliseront peut-être jamais!

gestion des risques projetLe risque est par définition un événement incertain. Pourquoi perdre son temps à essayer de prévoir l’avenir? S’il y avait un risque on l’aurait su depuis le début. Inutile de prendre ceinture et bretelles et de dépenser votre budget à prévenir des évènements qui n’arriveront peut-être jamais. On verra bien quand ça arrivera et on réagira à ce moment-là. Gardez vos sous pour des choses plus importantes! D’ailleurs est-ce que vous restez enfermé chez vous de peur qu’un pot de fleurs vous tombe sur la tête?

10. Ne cherchez pas absolument la qualité. De toute façon tout le monde s’en fiche!

La qualité n’est importante qu’en fin de projet! Ce qui compte, c’est le produit fini. Le client ne remarquera que l’apparence finale du produit et les fonctionnalités qui l’exciteront.


Si vous pensez qu’au moins un de ces 10 trucs peut s’appliquer à vos projets, alors ne vous certifiez surtout pas en gestion de projet et considérez que les certifications PRINCE2® et PMP®, pour lesquelles AB Consulting, Organisme de Formation Accrédité organise très régulièrement des sessions de formation et de certification en Afrique, Europe, Amérique du Nord et Asie ne sont pas faites pour vous.

Si vous ne savez pas ce qui différencie PRINCE2® et PMP, vous pouvez toujours consulter notre blog.


 

ISO 20000 : un permis pour conduire l’informatique de l’Entreprise

Confieriez-vous votre vie à un conducteur qui n’a pas son permis de conduire?

Envisageriez-vous, en cette période de grands départs, de prendre la route des vacances avec toute votre famille à bord de votre véhicule sans avoir votre permis de conduire en poche? La certification ISO 20000 de votre DSI est, à l’image de votre permis de conduire, le résultat de l’évaluation de la connaissance et du respect d’un code de conduite d’une informatique au service de la création de valeur par les métiers de l’Entreprise.

Plus d’infos sur la tribune libre publiée sur le site du MUNCI

Catégories

Archives

Calendrier

octobre 2018
L M M J V S D
« Sep    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  
%d blogueurs aiment cette page :