Home » Gouvernance du SI » COBIT » GDPR et protection des données en Afrique

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

GDPR et protection des données en Afrique

Les exigences et les conséquences du GDPR

La règlementation générale sur la protection des données (GDPR: General Data Protection Régulation) est applicable à partir du 25 mai 2018. Elle deviendra donc, de fait, une loi applicable dans chacun des pays de la Communauté Européenne à cette date. Encore une réglementation européenne de plus, pensez-vous? Non, pas exactement. Il s’agit là d’une réglementation majeure qui va impacter profondément les économies des pays Européens. Mais elle va également impacter celles des pays qui ont des liens commerciaux forts avec l’Europe. Les pays d’Afrique sont au premier plan des pays qui vont subir de plein fouet cette nouvelle réglementation. Alors de quoi s’agit-il? Faut-il s’inquiéter? Comment s’y préparer pour réduire les risques pour nos économies? Nous allons essayer de vous apporter quelques ébauches de réponses.

COBIT, GDPR et la protection des données

 GDPR – Ca veut dire quoi?

GDPR signifie Réglementation Générale sur la Protection des Données. Il s’agit d’une réglementation Européenne (99 articles décrits sur 88 pages) qui entrera en vigueur le 25 Mai 2018. A compter de cette date, elle s’impose à toutes les Entreprises de l’ensemble des états de la Communauté Européenne. L’objectif de cette réglementation est d’assurer la protection des données personnelles de l’ensemble des citoyens, notamment face aux risques de cybersécurité qui augmentent chaque jour.

La négligence, l’imprudence ou la simple malchance ne constitueront pas une excuse en vertu de la loi renforcée. Les entreprises qui seront en violation avec la loi devront faire face à une augmentation des peines importantes. A moins, bien sûr, qu’elles ne puissent démontrer que la protection des données qu’elles utilisent – la confidentialité et la sécurité – était manifestement au niveau de qualité exigé par le GDPR. Ceci a notamment pour objectif de nous assurer que nous, en tant qu’individus, disposons de privilèges plus étendus sur nos données personnelles, y compris le droit à l’oubli.

Quels sont les enjeux?

Le GDPR est fondamentalement une excellente chose. Il est moralement juste et chacun d’entre nous devrait y adhérer sans réserve. Il y a de bonnes raisons commerciales également à le respecter :

  • le respect du GDPR signifie que nous sommes alignés avec la réglementation Européenne en la matière et que nous pouvons donc avoir des activités commerciales avec des Entreprises dans tous les pays Européens,
  • c’est l’occasion de mieux protéger nos données contre les risques en matière de cybersécurité,
  • c’est aussi la meilleure façon d’assurer que nous sommes alignés avec la réglementation en vigueur en Amérique du Nord et que les risques de cybersécurité ne seront pas un frein à nos échanges avec les USA et le Canada.

Mais, malheureusement, il y a aussi des coûts associés :

  • la mise en oeuvre des obligations prévues par la réglementation,
  • les problèmes de réputation et les aspects stratégiques,
  • les coûts opérationnels et les coûts de conformité,
  • et enfin la mise à niveau, en termes de formation et de sensibilisation, de l’ensemble du personnel des Entreprises, depuis le Président du Conseil d’Administration jusqu’au gardien, car les individus sont les premiers remparts en matière de sécurité des données.

Tous ces coûts risquent fort d’être extrêmement importants. Et ce surtout en Afrique où le sujet n’intéresse, pour l’instant, pas grand monde et où le niveau de sécurité de l’information dans les Entreprises est proche de zéro. Combien d’Entreprises, par exemple, sont aujourd’hui, en Afrique, certifiées sur la base de la norme ISO 27001? L’étude annuelle réalisée début 2016 par l’ISO montre seulement 129 entreprises certifiées ISO 27001 en Afrique. Parmi celles-ci, seulement 2 sont en Afrique Francophone subsaharienne (1 en Côte d’Ivoire et 1 au Sénégal). Ce chiffre est à comparer avec les plus de 12.000 organisations certifiées en Asie…

Les exigences du GDPR en matière de protection des données

L’ICO (Information Commissioner’s Office), organisation indépendante créée au Royaume Uni en vue  superviser les droits sur l’information dans l’intérêt public, donne une explication détaillée et compréhensible des principaux aspects de cette règlementation.

Quelques points clés issus du contenu de la réglementation sont particulièrement importants pour les économies Africaines :

Fournisseurs et partenaires d’affaires sont inclus dans le périmètre

Les fournisseurs et les partenaires d’affaires doivent être inclus dans le périmètre de la gestion de la protection des données. Cela signifie qu’une Entreprise Européenne ne pourra transmettre des données (bancaires ou commerciales par exemple) à un fournisseur ou un partenaire d’affaires situé sur le continent Africain que si et seulement si ce fournisseur ou ce partenaire d’affaires peut apporter la preuve (au travers d’un audit ou d’une certification par exemple) qu’il sécurise ses informations à un niveau au minimum égal à ce qu’exige la réglementation Européenne.

Compréhension des vulnérabilité et menaces

Comprendre les vulnérabilités, les menaces et l’efficacité de votre maintenance corrective sont essentiels. Cela signifie, en clair, qu’il est indispensable que toutes les menaces, toutes les vulnérabilités et la maintenance corrective des logiciels que vous utilisez soient connues, comprises, évaluées et contrôlées. En Afrique, les Entreprises sont majoritairement des PMEs. Les budgets et les compétences nécessaires vont bien au-delà de leurs moyens. Par contre, cela rentre typiquement dans le périmètre des obligations d’un éditeur de logiciel. Cela signifie donc, entre autres, qu’il ne sera pas possible, sauf à démontrer que l’obligation est bien respectée grâce à des certifications internationales ou des audits, de s’appuyer sur des applications spécifiques, développées en interne par les Entreprises. Impossible également de s’appuyer sur du logiciel libre, largement répandu dans les Entreprises Africaines. Dans ce cas, il sera impossible d’apporter la preuve du respect de l’exigence dans le cadre d’un audit.

Sécurisation adéquate des données des clients

Les données des clients doivent être considérées parmi les « biens » les plus précieux de l’Entreprise. Elles doivent donc être protégées comme telles et  bénéficier d’un niveau de sécurité maximum. Des audits et/ou des certifications d’entreprises sur des normes internationales devront permettre de démontrer que le niveau adéquat de protection est bien appliqué aux données des clients (informations personnelles, informations bancaires, informations médicales par exemple), y compris lorsqu’elles transitent ou sont manipulées au sein d’une Entreprise Africaine, partenaire d’affaires, client ou fournisseur d’une Entreprise Européenne.

Protection efficace contre les faiblesses humaines

Une protection efficace est exigée contre des fuites de données involontaires, provoquées par l’entreprise et son personnel, notamment via les médias sociaux. Cela implique une formation de l’ensemble du personnel des Entreprises Africaines, allant du Président au gardien, sur la sécurité de l’information et la mise en oeuvre de moyens de contrôle, notamment sur la fuite d’informations via les réseaux sociaux. Cela risque de s’avérer quasi-impossible dans des pays où le moyen privilégié de communication est Facebook. Facebook constitue généralement, dans les pays d’Afrique subsaharienne, le support institutionnel pour la communication d’Entreprise.

De plus les législations locales des pays Africains n’autorisent pas ces pratiques de contrôle pour les Entreprises. Cela nécessite donc des changements culturels et législatifs qui prendront beaucoup de temps. Or le temps est compté puisque la réglementation s’applique à compter du 25 Mai 2018. De plus ces évolutions risquent fort de rencontrer une opposition farouche des populations. Elles considèreront cela, sans aucun doute, comme une entrave à leurs libertés.

Et si une Entreprise n’est pas conforme au GDPR?

L’article 83 du GDPR stipule que toute Entreprise Européenne non conforme à la réglementation sera soumise à une amende égale à la plus élevée des deux montants : 20.000.000 Euros ou 4% de son chiffre d’affaire annuel.

Il est clair qu’aucune organisation en Europe n’acceptera de courir un tel risque avec un partenaire d’affaires ou un fournisseur qui ne serait pas aligné sur les exigences de cette réglementation.

GDPR - Impacts

Les conséquences pour les économies des pays Africains

Les conséquences pour les économies Africaines sont donc claires. Elles doivent s’adapter pour permettre à leurs Entreprises de faire du business avec l’Europe, qui constitue un de leurs plus gros marchés. A défaut, elles seront dans de très grandes difficultés. Le temps presse car cette réglementation entre en vigueur le 25 Mai 2018. Inutile d’envisager de rediriger les marchés vers l’Asie ou l’Amérique du Nord. Des réglementations similaires, tout aussi contraignantes, y sont déjà appliquées ou en voie de l’être. Il faut donc transformer, dans un délai de 18 mois, les Entreprises pour les rendre conformes aux obligations réglementaires.

Dans notre prochain article, nous vous donnerons quelques pistes pour réussir cette transformation dans les délais en vous appuyant sur des référentiels de Gouvernance et de Management de la Sécurité de l’Information tels que COBIT ou ISO 27001 en vue d’une meilleure protection des données.

N’hésitez pas à nous communiquer vos commentaires et vos questions. Nos experts se feront un plaisir de vous répondre.


3 commentaires

Laisser un commentaire

Catégories

Archives

Calendrier

janvier 2018
L M M J V S D
« Déc    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  
%d blogueurs aiment cette page :