Home » Gouvernance du SI » COBIT » Transformation numérique : les conseils d’administration sont-ils prêts?

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Transformation numérique : les conseils d’administration sont-ils prêts?

Les conseils d’administration (CA) devraient être impliqués dans la direction et le leadership de la transformation numérique de leur organisation, en prenant en considération les scénarios de risque non négligeables associés à cette mutation.

Transformation numérique : les conseils d'administration sont-ils prêts
Crédit © image par rawpixel.com

Le rôle du Conseil d’Administration de toute organisation est de s’assurer pour le compte des parties prenantes de l’Entreprise, de la création de valeur sous forme de bénéfices, tout en optimisant les risques et les ressources. Selon COBIT, le référentiel de Gouvernance publié par l’ISACA, cela passe par trois phases. La première consiste à évaluer les besoins de chacune des parties prenantes. La seconde est de prendre une décision en terme de direction à suivre par le management. Enfin, la troisième étape consiste à surveiller la performance et le progrès réalisé par l’Organisation dans la direction donnée.


«Les conseils d’administration jouent un rôle essentiel dans le processus de transformation numérique en apportant expertise, jugement, scepticisme sain et souci de la valeur à long terme.» (Deloitte)


Malheureusement les conseils d’administration ne sont pas encore prêts à superviser les technologies de l’information.  Ils le sont donc d’autant moins en ce qui concerne la transformation numérique de leur Organisation. En effet, non seulement «plus de 80% des CA pourraient ne pas avoir les compétences et les connaissances nécessaires pour gérer efficacement la technologie des entreprises et réaliser des gains stratégiques et des rendements financiers au niveau de l’entreprise» mais, de plus, les cadres mondiaux de gouvernance d’entreprise (COSO par exemple) ne font encore aucune référence significative au leadership numérique du CA.

La transformation numérique a cependant des impacts extrêmement importants sur le fonctionnement des Organisations. Le degré de focalisation requis pour garantir que la transformation numérique se concrétise comme prévu est donc très  élevé. Quels sont les problèmes à surmonter dans la structure des conseils d’administration si les organisations qu’ils supervisent doivent être durables dans le cadre de la transformation digitale actuelle? Les comités stratégiques IT du CA constituent un moyen clé de mieux superviser et contrôler la transformation numérique.

La gouvernance du SI a encore trop de mal à trouver sa place

Selon une étude du Gartner, jusqu’à 85% des projets en technologies de l’information échouent. Les défaillances informatiques détruisent la valeur pour les actionnaires en gaspillant des ressources. Ces défaillances font échouer des opportunités business et détruisent ainsi la valeur que les services informatiques auraient pu créer. Il ne fait aucun doute que ce taux d’échec continuera, voire augmentera, pour les initiatives de transformation numérique.

Une évolution dans le bon sens depuis dix ans

Le besoin de conseils d’administration ayant des compétences en technologies de l’information s’impose de plus en plus au niveau mondial. Cela leur permet d’atténuer les risques d’échec technologiques. C’est tout particulièrement important lorsque le succès stratégique et la pérennité de l’entreprise dépendent de la réussite de son informatique. La figure suivante illustre l’évolution de la gouvernance du SI ces dernières années.

L'évolution de la gouvernance du SI depuis 10 ans
Crédit © 2018 ISACA

L’exception chez les « gaulois réfractaires »

Cette gouvernance formelle du SI se matérialise de plus en plus par un comité stratégique informatique. C’est une préconisation phare de COBIT, le cadre de Gouvernance du SI publié par l’ISACA en 2012. C’est également une tendance forte dans les très grandes organisations qui ont souvent des comités stratégiques. Du moins dans les pays anglo-saxons…

conseil d'administration : l'exception chez les gaulois réfractaires

Lors d’une récente conférence destinée aux administrateurs au Canada, le consensus a été que les comités stratégiques informatique sont encore largement méconnus dans ce pays. Ils sont également ignorés dans la quasi totalité des pays francophones Européens (France, Belgique, Luxembourg) et encore plus en Afrique. A l’inverse on trouve de plus en plus souvent un comité stratégique IT dans les entreprises des pays anglophones. Est-ce à dire que l’absence de gouvernance du SI est une caractéristique liée à la langue Française? Serait-ce le syndrome du « Gaulois réfractaire » évoqué par le Président Macron récemment? Je ne saurais répondre mais le constat est hélas factuel. C’est d’autant plus inquiétant pour l’avenir économique des ces pays à l’heure de la transformation numérique mondiale.

Les conseils d’administration de l’ère digitale doivent s’adapter

Lors d’un récent congrès d’administrateurs de sociétés, une question des organisateurs portait sur le comité stratégique informatique. De façon très décevante, la réponse quasi-unanime des participants était que ni l’ampleur de leurs dépenses informatiques ni la contribution de l’informatique au risque opérationnel n’avaient été jugées suffisamment importantes pour justifier la création d’un comité stratégique distinct. C’est là une preuve supplémentaire de la totale déconnexion des membres des conseils d’administration de la réalité du changement en cours au niveau mondial. Peut-être est-ce dû au fait que, à ce jour, les conseils d’administration peuvent apparaître comme ayant fait du bon travail de gouvernance dans des entreprises de premier plan sans aucune expertise en TI dans leurs rangs? En tout cas, il y a beaucoup de choses derrière cette réponse totalement inadéquate.

D’autant que ce sont ces mêmes membres du conseil d’administration qui parlent publiquement de la transformation numérique et de l’innovation numérique! Ils sont donc apparemment inconscients de l’impact organisationnel énorme et des risques que comporte une telle mutation, qui, par définition, inclut les TI. Ce risque augmente significativement lorsque les membres du CA ne reconnaissent pas leurs responsabilités dans la gouvernance du SI.

L’évolution nécessaire de la composition du CA

Aux Etats Unis, la plupart des membres des conseils d’administration sont indépendants. C’est là une conséquence directe de la loi Sarbanes-Oxley (SOX) depuis 2002. D’ailleurs, dans le S & P 500, Spencer Stuart constate que 85% des administrateurs sont indépendants depuis 2007. Une autre conclusion intéressante de cette étude porte sur l’âge moyen de ces administrateurs qui était de 63,1 ans en 2017. En France, selon l’AGEFI, l’âge moyen des administrateurs des sociétés du CAC40 est de 58,9 ans en 2017. Il apparaît en légère hausse par rapport à 2016. Seulement 68% des membres des CA du CAC40 sont indépendants selon le même rapport de l’AGEFI en 2017.

Un problème de compétence, mais pas seulement

Une question que le Forum Economique Mondial pose aux administrateurs est de savoir si leur conseil d’administration possède des compétences numériques, multigénérationnelles et une expertise suffisante pour donner des conseils sur des sujets commerciaux et technologiques en évolution rapide. En ce qui concerne la sensibilisation au digital, Mckinsey constate que peu de CA ont une expertise numérique suffisante. Difficile donc d’avoir des échanges significatifs sur ce sujet important avec la direction à l’ère de la transformation digitale. Par ailleurs, avec une moyenne d’âge de 63,1 ans (59,9 ans en France), il est difficile de qualifier le conseil d’administration moyen de multigénérationnel.

 L’âge moyen des membres du conseil d’administration en question

Cela complète les conclusions d’une enquête menée par le Harvard Law School Forum impliquant 860 administrateurs de sociétés publiques. De nombreux membres du conseil d’administration ne sont pas à l’aise avec la supervision informatique car, avec un âge moyen de 63,1 ans:

  • L’expérience professionnelle de la plupart des membres du conseil d’administration est antérieure à l’ère de la transformation digitale des organisations;
  • Très peu d’administrateurs ont simplement des connaissances de base en technologies de l’information.

Ce n’est donc pas que les conseils d’administration en général ne souhaitent pas une gouvernance informatique accrue. C’est plutôt que les administrateurs en place n’ont tout simplement pas les compétences ou l’expérience nécessaires pour comprendre pourquoi ou quand ils ont besoin de gouvernance informatique ou même d’un comité stratégique informatique. Les conseils d’administration peuvent-ils être négligents en n’ayant pas de compétences en informatique à bord et, par conséquent, ne pas être en mesure de poser des questions approfondies de supervision des TI au-delà des questions d’audit générales du comité d’audit? La réponse est «non», les conseils ont le devoir fiduciaire d’avoir un minimum de compétence en informatique.

Le vice-président du Comité d’Hygiène et de Sécurité du CA de Delta Air Lines a bien résumé la situation :


Les conseils d’administration doivent être préparés avec les compétences, la technologie et les processus appropriés. Hélas, la plupart des CA échouent sur la majorité ou la totalité de ces exigences.


Dans le cadre de la transformation digitale de l’économie, il est temps que les actionnaires repensent la façon dont ils votent pour les membres du CA lors de leurs assemblées générales annuelles (AGO).

Le périmètre de la transformation digitale mal compris

L’une des clés pour mieux comprendre l’approche des administrateurs est l’écoute de leurs remarques face aux technologies de l’information. Le mot spécifique qu’ils utilisent le plus souvent, c’est «dépenser» (coût). Or le coût est plus en adéquation avec l’informatique opérationnelle qu’avec la transformation numérique. Cela signifie que les membres des conseils d’administration  semblent voir l’informatique uniquement sous l’angle des coûts opérationnels. Ils n’ont pas une approche incluant aussi les  opportunités. C’est pourquoi ils trouvent acceptable de «gouverner» l’informatique par le biais du comité d’audit. S’appuyant sur les constatations citées à la figure 1, la gestion des TI au sein du comité d’audit n’est pas satisfaisante. C’est d’autant plus vrai lorsque la transformation numérique est un objectif stratégique de l’Entreprise.

Lors d’une discussion récente que j’avais avec un administrateur d’une grande société Française cotée au CAC40 et figurant parmi les leaders mondiaux de son domaine, il me disait « La transformation numérique? C’est juste de la technologie. Et la technologie suivra toujours ». Cela révèle pour le moins une incompréhension du périmètre de la transformation numérique par ceux-là même qui doivent la superviser. Ce n’est clairement pas de bon augure pour les organisations concernées.

Cette approche uniquement basée sur les coûts est aujourd’hui largement dépassée. Elle suggère qu’il n’y a peut-être pas de véritable transformation digitale dans ces organisations. Cela va à l’opposé des commentaires publics apparemment tournés vers l’avenir des membres du conseil d’administration.

Cybersécurité, compétitivité, intégration stratégique et transformation numérique

L’informatique a longtemps été beaucoup plus axée sur la durabilité organisationnelle et le positionnement stratégique que sur le coût de l’automatisation des processus. Bien sûr, le conseil d’administration continue de devoir s’intéresser à la gouvernance. Il est cependant peu probable que de nombreux administrateurs soient en mesure de discerner le rôle de l’informatique dans la réalisation des préoccupations de Deloitte concernant la création de valeur à long terme.

Recommandations aux actionnaires et aux membres du CA

La gouvernance du système d’information, pilotée par KING III, ISO / IEC 38500 et COBIT, a été formalisée depuis 2008 au moyen de la norme ISO / IEC 38500. Si l’informatique est simplement opérationnelle dans une organisation, la gouvernance informatique ne doit pas dépasser la charte des coûts du comité d’audit et risque. Mais si l’activité de l’Entreprise dépend de façon stratégique de son informatique, y compris dans un contexte de transformation digitale, alors, conformément à la norme ISO / IEC 38500, le conseil d’administration a trois responsabilités principales:

  • Evaluer continuellement les performances informatiques dans le cadre de la stratégie organisationnelle;
  • Réorienter continuellement l’informatique si ses performances compromettent la stratégie de l’organisation;
  • Surveiller en permanence les performances informatiques pour s’assurer que la stratégie de l’entreprise sera livrée aux actionnaires.

Un outil efficace : le comité stratégique TI

Les problèmes business critiques tels que celui évoqué dans cet article prennent beaucoup de temps pour être résolus. Il est donc nécessaire de réagir efficacement. La création d’un comité stratégique TI est indubitablement un outil efficace pour y remédier. Incontestablement, le sujet des systèmes d’information a depuis longtemps dépassé les domaines d’audit et de risque de base. Des organisations importantes telles que Wallmart en ont tiré les conséquences. Ainsi Wallmart s’est doté d’un comité stratégique TI dédié au niveau du conseil d’administration. Il ne faut surtout pas croire hâtivement qu’un comité stratégique TI est technique. Ce n’est pas du tout le cas. Les responsabilités énumérées dans le paragraphe précédent, ainsi que des sujets tels que la compétitivité, la transformation et la durabilité fondées sur l’informatique, sont clairement stratégiques.

Bien que la gouvernance informatique ait continué à se développer au cours de la dernière décennie et soit devenue la gouvernance du SI, le chemin à parcourir est encore long. Non seulement il n’ya pas de discussion majeure sur le leadership numérique au sein des cadres de gouvernance d’entreprise au niveau mondial, mais les administrateurs ne semblent pas encore avoir les aptitudes et les compétences nécessaires pour gérer correctement les initiatives de transformation numérique.

Une nécessité : le renouvellement des conseils d’administration

Que peut-on faire dans cette situation? En règle générale, les administrateurs sont élus lors de l’assemblée générale annuelle (AGO) par les actionnaires. Dans les organisations où la durée du mandat est limitée, les administrateurs devraient être renouvelés et bénéficier de nouvelles perspectives sur le rôle et les risques. en transformation numérique. Les actionnaires détiennent généralement une partie du pouvoir nécessaire pour remplacer les administrateurs actuels au sein des conseils d’administration. Ils ont par conséquent des moyens d’action sur les membres du CA. Ils peuvent donc s’assurer que les administrateurs possèdent des connaissances de base en informatique.

La question est de savoir si ils le veulent vraiment ou si les facteurs générant des gains à court terme (croissance du prix des actions) sont plus importants que la viabilité à long terme. Ces deux objectifs sont totalement incompatibles. Et c’est là que se situe une partie du problème.

Restons positifs malgré tout

On commence, dans certaines entreprises, à apercevoir une lueur au bout du tunnel. Quelques Organisations, auprès desquelles j’interviens comme conseil, ont unanimement considéré que la durabilité par le biais de la transformation numérique exige plus qu’un simple créneau dans les ordres du jour plus larges des comités d’audit ou des risques.

Au lieu de cela, dans le contexte de la transformation digitale, le service informatique mérite un degré de gouvernance spécialisé qui ne peut lui être accordé que par le biais d’un comité stratégique informatique dédié. C’est une première étape encourageante. Il faut maintenant oeuvrer pour que cela se développe et se généralise. C’est en s’appuyant sur des cadres de gouvernance tels que COBIT ou ISO 38500 qu’on a quelques chances d’y parvenir. Malheureusement cette mutation est très lente. Et pas sûr que les conseils d’administration aient le temps d’évoluer avant que la situation ne devienne critique.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Catégories

Archives

Calendrier

septembre 2018
L M M J V S D
« Août    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
%d blogueurs aiment cette page :