Home » Posts tagged 'gestion des changements'

Tag Archives: gestion des changements

ITIL – 6 autres erreurs de mise en oeuvre

Après la publication de notre article intitulé ITIL – 5 erreurs majeures de mise en oeuvre, nous vous proposons 6 autres erreurs parmi les plus importantes et les plus courantes commises pendant dans la phase d’implémentation.

ITIL - 6 autres erreurs de mise en oeuvre ou comment chaque erreur d'implémentation des meilleurs pratiques ITSM peut conduire votre organisation à l'échec
Crédit © Photo 5000 – 2018

Dans un précédent article, j’ai décrit cinq façons différentes de mal utiliser ITIL :

  • Vouloir absolument « implémenter » ITIL,
  • Se focaliser seulement sur les processus,
  • Miser sur un nouvel outil de gestion des services informatiques (ITSM) p
  • our résoudre tous les problèmes,
  • Démarrer la réalisation de projets (ou de programmes) volumineux et trop longs à générer de la valeur,
  • Et enfin assigner une personne pour chaque rôle.

Dans ce nouvel article, je propose six autres erreurs parmi les plus courantes dans le cadre de la mise en oeuvre des bonnes pratiques ITIL. Bien sûr je vous indique également ce que vous pouvez faire pour les éviter.

Il n’est pas nécessaire d’avoir lu mon précédent article. Cependant il peut vous aider à mieux comprendre tout ce qui pourrait empêcher votre organisation de tirer pleinement parti des avantages offerts par ITIL.

Il existe donc six autres façon de mal comprendre et de mal utiliser ITIL.

Erreur N° 6 : Mettre en place des SLA pour de mauvaises raisons

Un accord de niveau de service (SLA) est un accord signé entre un fournisseur de service et son client. C’est donc un « contrat » entre deux parties sur la fourniture d’un service dans lequel le fournisseur prend des engagements. La différence entre un SLA et un contrat c’est que dans le cas d’un SLA les deux parties peuvent appartenir à la même organisation. Il n’y a donc généralement pas de clause juridique dans un SLA. Cependant, tout comme un contrat, le SLA contient une description du service, ainsi que les mesures et objectifs convenus. Ce sont ces objectifs qui seront utilisés pour mesurer et consigner dans quelle mesure le fournisseur fournit le service.

Les accords de niveau de service sont des outils utiles pour formaliser la relation entre deux parties prenantes. Les conseils de meilleures pratiques ITIL suggèrent qu’ils sont très utiles. Toutefois, certains fournisseurs de services informatiques pensent que s’ils respectent les mesures du contrat de niveau de service, ils ont alors fait tout ce qui était nécessaire. Malheureusement, les SLA sont souvent rédigés par le service informatique avec très peu ou pas de participation des clients. Trop souvent, les clients sont totalement insatisfaits, même lorsque tous les paramètres SLA ont été respectés.

Les mauvaises raisons pour la mise en oeuvre des SLA

Le premier cas consiste à mettre un SLA en place à l’initiative du département informatique afin de montrer aux métiers que l’informatique est performante malgré leur mauvais ressenti. Les indicateurs et les métriques sont alors élaborés dans ce sens. Au final le client est toujours insatisfait, mais en plus il s’aperçoit qu’on a essayé de le tromper. Cela n’améliorera pas la relation.

A l’inverse, le SLA peut également être mis en oeuvre à l’initiative des clients qui ne sont pas satisfaits du service. Ils veulent ainsi démontrer de façon tangible que les services délivrés par le département informatique sont de mauvaise qualité. Le risque c’est qu’alors, afin de satisfaire les clients, le département informatique accepte des engagements de niveau de service irréalisables. Cela est souvent dû à un manque de ressources ou à une prise de risque trop importante.

La bonne approche pour les accords de niveau de service

Si vous avez convenu d’un accord de niveau de service avec votre client, il est important de respecter les engagements que vous avez pris. Mais il est bien plus important encore de satisfaire les besoins réels du client, même s’ils sont difficiles à mesurer et à consigner. Les clients sont tout à fait capables de vous dire ce qu’ils ressentent vraiment si vous leur demandez. Un accord de niveau de service peut être un outil utile si vous souhaitez fournir de bons services. Par contre, il est beaucoup plus important de parler à vos clients et de vous assurer qu’ils sont satisfaits de ce que vous livrez. C’est là l’objectif de la gestion de la relation client dont l’implémentation doit être réalisée en parallèle de la gestion des niveaux de service. Malheureusement, c’est rarement le cas dans les entreprises que j’ai pu conseiller.

Erreur N° 7 : Oublier les attentes des vrais clients de l’informatique

J’ai travaillé avec de nombreuses organisations informatiques constituées de groupes cloisonnés (on parle de silos) qui ne comprennent pas comment ils s’intègrent dans une chaîne de valeur globale. Chaque groupe effectue simplement le travail qui lui est assigné de la manière la plus logique. Il n’a aucune idée de la manière dont cela contribue à la création de valeur pour les clients payants. Cela aboutit le plus souvent à des activités inefficaces et peu rentables, qui n’apportent aucune valeur réelle pour l’organisation ou ses clients.

Il y a de nombreuses années, un manager très sage m’a dit: « Je veux que vous arrêtiez ce que vous faites au moins une fois par jour et que vous vous demandiez: « Si les clients payeurs savaient qu’ils finançaient cette activité, que ressentiraient-ils? « . C’est un exercice fabuleusement simple que tout le monde peut faire. Et cela aide vraiment les gens à se concentrer sur la création de valeur pour les clients réels.

Une autre façon d’éviter les comportements cloisonnés consiste à rassembler des personnes appartenant à différentes équipes informatiques. Par exemple, organisez un atelier où les participants font un suivi détaillé de leur travail. L’objectif est de voir comment chacun contribue à la réalisation des objectifs généraux. Un exercice comme celui-ci peut aider à identifier les principales opportunités d’amélioration. En effet, il indique les domaines dans lesquels il ya un gaspillage important et où certaines équipes peuvent difficilement obtenir des résultats.

Erreur N° 8 : S’intéresser uniquement à la transition et à l’exploitation

Certaines personnes pensent qu’ITIL conseille uniquement sur la gestion des incidents, des problèmes et des changements. Ces éléments sont importants, certes, mais ils ne peuvent en aucun cas suffire à créer de la valeur pour vos clients. Si vous ne gérez pas le cycle de vie complet du service, il manquera des éléments essentiels.

ITIL 2011 décrit très précisément le cycle de vie des services qui est composé de 5 étapes :

  • La stratégie de service consiste à comprendre les marchés, à engager le dialogue avec les clients, à définir une orientation, à définir un portefeuille de services et à gérer les finances nécessaires pour offrir la valeur requise.
  • La conception de services consiste à collecter des exigences détaillées et à concevoir tout ce qui est nécessaire pour que les services nouveaux ou modifiés répondent aux besoins des clients.
  • La transition de service consiste à concevoir, créer le service nouveau ou modifié, à s’assurer qu’il est adapté à son usage et à son utilisation, et à le mettre en production tout en gérant les risques associés.
  • L’exploitation du service consiste à garantir que le service continue de fournir la valeur attendue aux clients et aux utilisateurs.
  • L’amélioration continue du service consiste à surveiller et à améliorer tout ce que vous faites dans l’informatique, pas seulement les processus, mais également les services, les compétences, la conception de l’organisation, les rapports, etc.

La mise en oeuvre de chacune de ces phases est absolument nécessaire dans votre implémentation ITSM. A défaut il y aura des « trous dans la raquette » et vos ne satisferez pas les besoins de vos clients. Est-ce vraiment le cas donc votre organisation?

Erreur N° 9 : L’Obsession d’avoir des mesures positives

Les praticiens ITSM comprennent l’importance de mesurer ce qu’ils font. Les métriques sont idéales pour signaler les tendances et pour déclencher des actions. Mais dès que la métrique devient l’objectif, peu importe la qualité de ces métriques, elles cessent d’avoir du sens.

La loi de Goodhart (du nom de l’économiste Charles Goodhart) dit que « lorsqu’une mesure devient une cible, elle cesse d’être une bonne mesure« . Cela est aussi vrai dans l’ITSM que dans l’économie. Si vous dites à quelqu’un que sa prochaine augmentation de salaire dépend de l’obtention d’un indicateur spécifique, fera tout ce qui est nécessaire pour que ce objectif soit correct. Mais cet objectif correspond-il vraiment à ce que vous ou votre client souhaitez qu’il fasse.

Une chose que je fais toujours lorsque je définis des indicateurs de performance clés (KPI) est de demander: «Quel comportement les gens adopteront-ils pour s’assurer que cet indicateur de performance clé est respecté?». C’est souvent suffisant pour me dire que l’indicateur causera un comportement que je ne veux pas encourager. C’est donc un indicateur que je ne devrais PAS mesurer ni signaler. Deux questions sont essentielles. Vos clients sont-ils satisfaits des métriques que vous utilisez? Et savez-vous quels types de comportement sont induits par vos indicateurs de performance clés?

Erreur N° 10 : Déléguer l’amélioration continue à quelqu’un d’autre

Certaines organisations ignorent complètement en quoi consiste l’amélioration continue. D’autres désignent un responsable de l’amélioration continue. Alors le plus souvent,  tous les autres présument qu’ils ne sont pas obligés de participer, car «c’est le travail de quelqu’un d’autre».

C’est bien d’avoir un responsable de l’amélioration continue qui facilite et encourage l’amélioration continue. Mais cela suppose que tout le monde s’attende à assumer la responsabilité de certains aspects de l’amélioration continue. Il est essentiel que chaque processus, chaque service, chaque technologie, chaque équipe et chaque individu contribue à une amélioration continue. Et cela ne peut être fait que par des personnes qui connaissent, comprennent et s’approprient ce qui doit être amélioré.

Par exemple, je pense à mes propres compétences et à mon expérience et j’identifie les choses que je peux faire pour améliorer. Il peut s’agir de lire un livre ou un blog, d’assister à un cours de formation, de travailler avec un mentor, de télécharger et de essayer un outil logiciel, etc.

Erreur N° 11 : Investir uniquement sur des formations ITIL de base

Il existe de nombreux cours de formation ITIL Foundation et de nombreux professionnels de l’informatique réussissent leur certification ITIL. Malheureusement ces cours ne permettent pas, le plus souvent, de faire progresser la compétence de leurs étudiants. Nombreux sont ceux qui deviennent des professionnels certifiés ITIL mais ne savent absolument pas comment appliquer les concepts ITIL.

La vérité est que tout le monde peut lire un guide de l’étudiant et apprendre les concepts ITIL. Malheureusement cela ne les mènera pas très loin, pas plus que leur organisation. ITIL est un guide et non un évangile. Vous devez donc comprendre son impact et son intégration dans votre organisation. La seule façon de le faire est d’investir dans le cours de base ITIL Foundation avec un instructeur expérimenté qui peut montrer aux étudiants comment appliquer ITIL à leur organisation. Mais surtout, vous ne devez pas vous limiter à apprendre par coeur des concepts du vocabulaire (ce qui est l’objet du cours Foundation).

Vous devez approfondir ces concepts et apprendre à les mettre en pratique. C’est l’objet des formations Intermediate Capability et du niveau Practitioner. Dans la réalité peu de professionnels de ‘ITSM (moins de 5%) suivent ces cours et obtiennent les certifications correspondantes. Ils restent donc sur le bord de la route à parler de sujets qu’ils ne comprennent pas en profondeur. Lorsqu’ils essaient de les mettre en oeuvre, l’échec est souvent au bout de la route.

En conclusion…

ITIL peut être extrêmement utile si ses concepts sont soigneusement adoptés et adaptés. Et si vous envisagez de l’utiliser pour soutenir votre organisation, rien ne remplace la réflexion sur ce que vous faites. Évitez les erreurs que j’ai décrites dans cet article. Adoptez et adaptez avec soin les meilleurs pratiques. Dès lors, vous et vos clients obtiendrez une réelle valeur ajoutée grâce à ITIL. Parlez nous de votre expérience!

Les changements à l’ère de DEVOPS

ITIL propose un processus de gestion des changements destiné à ne mettre en production que des services éprouvés pour éviter les impacts négatifs sur les utilisateurs. A l’heure où les entreprises sont en recherche permanente d’agilité et où DEVOPS s’impose, l’approche ITIL semble dépassée. Mais est-elle vraiment dépassée où n’est-ce pas plutôt un échec de mise en oeuvre des meilleurs pratiques qui est en cause? Dans cet article, nous allons faire un gros plan sur ce que devrait être la gestion des changements. Et nous allons nous intéresser tout particulièrement au CAB (Comité Consultatif des Changements), mal utilisé le plus souvent.

ITIL - Le CAB à l'heure de DEVOPS
Crédit © rawpixel.com 2018

La seule raison pour laquelle la plupart des personnes et des organisations ont entendu parler du CAB (Change Advisory Board) est qu’il est décrit dans la section sur la gestion du changement des publications ITIL. La plupart des organisations ont alors considéré que si le CAB est décrit dans ITIL, c’est qu’il est obligatoire. Souvent il a donc été mis en œuvre avec enthousiasme comme mécanisme de contrôle de la qualité dans les grandes entreprises. Pour beaucoup de professionnels des opérations non informatiques, le CAB est leur seul contact avec ITIL. Il en est d’ailleurs presque devenu synonyme. Cela signifie également qu’ITIL est lui-même devenu synonyme de douleur récurrente qui revient toutes les deux semaines…

Le conte des trois erreurs

Il en va de la gestion des changements comme de beaucoup d’autres domaines de l’informatique. Il y a une différence significative entre la théorie et la pratique. Pourtant, il est exact que la théorie (dans l’ITSM) a été (partiellement) construite sur la base des pratiques du monde réel. Cependant, il s’agit en fait d’une version idéalisée d’une tentative de description globale destinée à être adaptée à chaque situation particulière. Ce n’est en aucun cas une prescription de ce qui doit être mis en oeuvre tel quel dans les organisations.

Nous allons tenter de mettre tout le monde d’accord pour commencer à travailler à améliorer la pratique de la gestion des changement. A mon sens, c’est une approche à privilégier plutôt que d’essayer de se rassurer dans des initiatives de type «dénigrement» ou «coup de tête». Elles conduisent le plus souvent à des actions de type « paniqué-coupé-renommé-collé » à partir d’une théorie mal comprise..

Il y a trois domaines principaux dans lesquels la confusion à propos du CAB (Change Advisory Board / Comité Consultatif des Changements) et des pratiques de gestion du changement en général ont entraîné des dysfonctionnements importants. Nous allons essayer de les identifier avant de les comprendre dans le détail..

Survol des trois erreurs

Tout d’abord, il y a beaucoup d’incompréhension quant à la signification de la lettre «A» dans l’acronyme «CAB». Deuxièmement, il y a également une incompréhension quant aux changements qui devraient «passer par le CAB». Troisièmement, il existe une confusion relative à la séparation des pratiques de gestion des changements et des pratiques de gestion des mises en production. Cela fait beaucoup pour un seul processus, certes majeur, parmi les 25 processus décrits dans les publications ITIL 2011.

Commençons par rappeler quelques notions issues d’ITIL, mais souvent incomprises :

  • CAB signifie «Change Advisory Board» (Comité Consultatif des Changements) et non pas «Change Approval Board» (Comité d’Autorisation des Changements).
  • Le CAB n’est pas obligatoire dans ITIL, pas plus que l’envoi de toutes les demandes de changement (RFC) au CAB.
  • A chaque fois que les auditeurs exigent des décisions du CAB, ils confondent la fin et les moyens.
  • Lorsque les managers exigent des décisions du CAB, alors c’est qu’il existe probablement un problème de confiance.
  • L’automatisation (pour les modifications logicielles) rend même les auditeurs plus heureux.
  • Le logiciel circulant dans le pipeline CI / CD (intégration continue / livraison continue) n’est pas destiné à passer par le CAB.
  • L’amélioration des pratiques de gestion du changement requiert la réduction du nombre d’intermédiaires intervenant dans le processus pour améliorer son efficacité.

1 – « A » pour « Advisory » (conseiller)

Comme son nom l’indique, le CAB (Comité Consultatif sur les Changements) a pour objectif de conseiller sur l’évaluation des changements. Il est utile principalement lorsqu’il s’agit de changements à haut risque ou de changements à grande échelle qui vont au-delà du champ de perception d’une équipe particulière. Dans ce cas de figure, ils nécessitent la coordination et la gestion de situations complexes. Il faut alors faire face à des priorités conflictuelles et faire des choix en raison de coûts ou de délais. Le rôle du CAB, dans de telles situations, est essentiel car il permet de recueillir les avis de toutes les parties prenantes.

Pour diverses raisons, le mot «Advisory» (Consultatif) est devenu «Approval» (Approbateur) dans de nombreuses entreprises. Le CAB s’est alors transformé en un mécanisme de création de retard sans valeur ajoutée. Il est censé être là pour des raisons de qualité, mais il atteint rarement son objectif. La différence entre les mots est loin d’être seulement une question pédante de sémantique :

  • Advisory: avoir ou exercer le pouvoir de conseiller
  • Approval: acte ou instance d’approbation de quelque chose

Un mode de fonctionnement inefficace qu’il faut absolument améliorer

De plus, les CAB, dans les entreprises, ont souvent tendance à être statiques. C’est toujours même groupe de managers qui discute de tous les changements qui leur sont apportés, quels que soient l’équipe / l’application / le service concerné. Ils invitent parfois les auteurs de RFC (Request For Change / Demande de Changement) ternes et volumineuses à y ajouter un peu de couleur. Cette approche introduit un niveau d’intermédiation qui perd beaucoup de détails.  Par conséquent le risque est grand de créer un type de pratique, fonctionnel techniquement mais défaillant dans la pratique. L’absence d’avis est une chose, mais l’échec en matière d’approbation en est une toute autre.

La pratique consistant à utiliser des RFC dans l’entreprise semble davantage venir d’un livre de recettes que de l’ITSM. La dynamique de la mise en œuvre repose alors sur un examen minutieux afin de s’assurer que tous les champs du formulaire sont remplis. Elle ne repose pas sur des conseils pertinents. En effet, souvent, les RFC contiennent des informations destinées au CAB. Elles ne contiennent pas les questions et les réponses de / à la personne ou l’équipe recherchant un avis.

Cela ne veut pas dire que des contrôles de qualité ne doivent pas être mis en place. Cependant un mécanisme intervenant tardivement dans le jeu, de type Potemkin, est plus susceptible de gêner que d’aider l’entreprise à atteindre ses objectifs. La réduction du nombre d’erreurs est alors obtenue en évitant les changements plutôt qu’en améliorant la résilience du système. En effet, la dynamique est tellement lourde, coûteuse et chronophage que les « petits » changements seront rejetés. Ceci peut souvent conduire, en retour, à un besoin de changements de grande ampleur. C’est notamment le cas  lorsque le système a dépassé sa date de péremption et échoue sur plusieurs fronts simultanément.

Pour améliorer les pratiques dans ce domaine, une réduction réfléchie et consciente des intermédiaires est nécessaire. Ainsi l’évaluation de l’impact et la prise de décision seront rapprochées du lieu où le travail est réalisé. L’efficacité, les coûts et les délais n’en seront qu’améliorés.

2 – Pratiques obsolètes et manque de confiance

Comme nous venons de le voir, le CAB peut être un élément utile de la gestion des changements pour certains types de changements. Il sera beaucoup moins utile pour d’autres. Notez bien que je dis «peut être», ce qui signifie que le CAB est facultatif et en aucun cas obligatoire. Il ne devrait être introduit que s’il est vraiment utile. Sa conception, sa portée, son rôle et sa valeur doivent être réexaminés de manière continue.

Parmi les autres raisons, il y en a deux concernant le «CAB abusif» que je voudrais évoquer ici. La première concerne les pratiques d’audit. Il s’agit de l’exigence de documenter et d’approuver chaque changement. Il est alors tentant de considérer le CAB comme la seule / meilleure méthode pour y parvenir. La première partie de cette exigence est plutôt raisonnable. Pourquoi ne voudrions-nous pas garder la trace des changements? La deuxième partie, par contre, est un exemple de prédominance du « comment » sur le « pourquoi ». Cette exigence est souvent tellement enracinée qu’elle ressemble à une loi intangible. Elle élimine alors d’autres méthodes de travail qui permettraient d’atteindre le même résultat, mais avec un fonctionnement différent.

Les pratiques obsolètes pour satisfaire les auditeurs

Demander au CAB de signer chaque demande de changement a peut-être été le seul moyen pour l’organisation de répondre aux exigences de la vérification par le passé. Ce n’était certainement pas une préconisation figurant dans les directives ITIL. Il suffit de voir, par exemple, l’autorité de changement et la notion de changement standard. Cela a, très probablement, satisfait les objectifs de la gestion des risques, sur papier uniquement. Et finalement cela a été considéré comme suffisant.

Du matériel coûteux, des temps d’approvisionnement longs et des temps de planification encore plus longs ont rendu les approches, idéales d’un point de vue théorique, plutôt populaires. Cependant, le monde a changé.  La plupart des entreprises disposent maintenant d’un soutien suffisant pour investir dans les méthodes et les pratiques informatiques modernes. Il n’est donc plus nécessaire de continuer à jouer ainsi sur le registre de la gestion des risques.

Evitons donc de compter sur des revues de qualité souvent gérées par des personnes ignorantes du contexte. Nous pouvons plutôt utiliser des pratiques d’automatisation, dans lesquelles la documentation détaillée de chaque changement est fournie par défaut. Outre l’amélioration de la qualité du service, nous disposerons alors d’une grande quantité d’informations, plus fiables. Et nous pourrons fournir ces informations aux auditeurs qui seront satisfaits.

L’option d’automatisation s’applique principalement, à priori, aux changements logiciels. Or, dans le contexte du cloud, ceux-ci incluent des éléments de gestion d’infrastructure (« infrastructure as a code »). Mais ensuite, dans quelle mesure est-il raisonnable de prendre en compte les changements logiciels individuels dans le cadre de la gestion «traditionnelle» des changements?

Le manque de confiance dans les équipes

La deuxième raison pour laquelle les CAB sont si populaires et pourtant mal utilisés est la méfiance. Derrière cela se cache aussi la nécessité de sauver ses fesses au cas où quelque chose se passerait mal. Le CAB devient alors un mécanisme pour imposer un contrôle sur des équipes de spécialistes. En effet, sinon, comment savoir si elles travaillent exactement comme on le souhaite?

Dans ce scénario, plutôt que d’utiliser le concept d’autorité de changement et de laisser les équipes les plus proches du travail prendre des décisions, toutes ces décisions sont transférées au niveau du CAB. C’est là que les responsables du responsable du responsable de l’équipe discutent et décident des changements acceptables. Même si le pouvoir décisionnel revient au CAB, c’est toujours le demandeur du changement qui est tenu pour responsable. C’est-à-dire que, si quelque chose se passe mal, le CAB pourra prétendre avoir demandé des informations complètes et justes. Alors, la raison pour laquelle des résultats inattendus sont obtenus sera qu’il disposait d’informations erronées ou incomplètes. Et, on vous expliquera que dès qu’on identifiera qui est l’individu responsable du fiasco, on s’assurera que cela ne puisse plus se reproduire…

3 – La bataille du RAP

La troisième incompréhension porte sur la confusion entre les changements et les mises en production. Mais elle renvoie également au défi que pose la portée du CAB. La gestion du changement détermine si quelque chose doit être changé et quand. La gestion des mises en production vérifie si le package de modifications, quel que soit son contenu, est prêt à être mis en production et à quel moment. Par souci de simplicité, examinons la gestion des mises en production dans le cadre de la gestion des changements…

La manière dont le CAB a été conçu dans de nombreuses organisations pour les changements liés aux logiciels est en réalité un processus d’approbation de mise en production (RAP : Release Approval Process). D’ailleurs ce processus est assez amusant. Plutôt que d’évaluer l’état de préparation à la mise en production et au déploiement (ce qui est à nouveau une tâche à effectuer, de préférence de manière automatisée avec beaucoup de retours), le RAP/CAB évalue la viabilité du changement lorsque le travail sur ce changement a déjà commencé, ou même le plus souvent, a déjà été achevé. C’est évidemment bien trop tard!

Les processus de prise de décision pour les changements (si une modification logicielle est nécessaire) et pour les mises en production (comment valider au mieux la modification) sont déconnectés et mal alignés. Dans ces organisations, la pratique de gestion du changement – bien que généralement non dénommée ainsi – s’appuie sur« le métier», et« l’informatique » et permet de prendre les commandes une fois la décision prise, de livrer ce qui était prévu (mais rarement décrit correctement), et d’assurer qu’aucune perturbation ne surviendra sur aucun service.

Il y a trop de dysfonctionnements dans ce scénario pour pouvoir les détailler et les intégrer dans cet article. Aussi, ce que je voudrais faire, c’est proposer un point de vue différent pour examiner les changements logiciels. Cela permettra peut-être de supprimer en partie la tension entre la communauté ITSM et la communauté DevOps.

Etendre le mandat

Examinons le développement logiciel agile avec intégration continue (CI: Continuous Integration) et livraison continue (CD: Continuous Delivery). En principe, nous pouvons supposer que le code injecté dans le pipeline CI / CD a été pré-approuvé. C’est-à-dire que le développeur a le mandat de travailler dessus. Il nécessite seulement de passer les contrôles de qualité (automatisés) avant d’atteindre l’environnement de production.

Cette approbation préalable ne signifie pas que quiconque a demandé que le travail de développement soit effectué soit sûr à 100% que ces changements spécifiques produiront les résultats escomptés. Pas plus que le développeur n’est totalement convaincu que le code passera les revues qualité sans problèmes. Le temps de retour pour le développeur se compte en minutes / heures. Il se compte pour le client en heures / jours / semaines, en fonction de la conception du pipeline et de la méthodologie de développement utilisée. Le délai de retour est donc extrêmement long et ne correspond pas aux besoins des métiers.

Si le client a déjà décidé qu’il souhaite le changement, cette décision doit en réalité être une décision du CAB. Mais ce n’est pas le CAB tel qu’il est mis en oeuvre habituellement. Ainsi, plutôt que d’essayer même d’évaluer manuellement chaque version logicielle en cours de traitement dans un CAB (ou RAP), les équipes chargées de la gestion des changements et des mises en production doivent alors travailler ensemble pour concevoir et améliorer le pipeline CI / CD. et des revues qualité automatisées.

Est-il raisonnable de démanteler le CAB?

Quelle que soit la conception de votre CAB actuel ou futur, la question clé à garder à l’esprit est la suivante: aide-t-il à obtenir les résultats attendus des métiers?

Une Gestion des Changements efficace ne peut pas être limitée à un portique de sécurité pour l’accès au service informatique. Cela signifie que la gestion du changement n’est pas basée uniquement sur le CAB. Le CAB n’est pas le processus de gestion des changements. C’est juste un mécanisme qui peut être utile au sein du processus. Il reste probablement beaucoup d’autres choses nécessitant une amélioration dans votre gestion du changement.

S’agissant de votre CAB, s’il s’agit d’un groupe de personnes qui ne connaissent pas les détails des changements / mises en production dont ils discutent mais qui prennent cependant des décisions en évitant de répondre de ces décisions, alors c’est clairement un CAB à éliminer d’urgence.  En effet, ce n’est pas du tout le CAB, préconisé par les bonnes pratiques, dont votre entreprise a besoin..

Mais si c’est un groupe de personnes qui peuvent conseiller sur les changements planifiés, aider à la coordination et à la hiérarchisation, et qui sont là pour aider l’organisation plutôt que leur carrière personnelle, alors conservez-le. Mais améliorez-le de façon continue également.

Vous souhaitez évaluer la viabilité des changements? Alors, vous devez le faire en vous appuyant sur des personnes qui comprennent ces changements. C’est la viabilité des Mises en Production que souhaitez évaluer? Alors, cette tâche devrait être effectuée par des personnes qui comprennent ces Mises en Production.

Pour améliorer la qualité, n’oubliez jamais que vous devez réduire les intermédiaires et automatiser autant que faire se peut.

 

Crédits : cet article est inspiré d’une publication de Kaimar Karu

ISO/IEC 20000-1 : le cru 2018 est arrivé

Fantastique nouvelle pour toutes les personnes impliquées dans la gestion des services informatiques (ITSM), la norme internationale ISO/IEC 20000-1:2018 a été publiée ce 15 septembre 2018. Elle est désormais disponible en Anglais et en Français sur le site de l’ISO

ISO/IEC 20000-1:2018 nouvelle version de la norme de gestion des services (ITSM)
Crédit image © raw pixel.com

En cette saison de vendanges, les nouveaux crus sont très attendus. Et le millésime 2018 de la norme internationale ISO/IEC 20000-1 ne fait pas exception à la règle. Il s’agit là de la 3ème version de cette norme dont la première publication remonte à 2005. A l’origine, il s’agissait essentiellement de traduire les bonnes pratiques ITIL V2 sous forme d’une norme de gestion des services informatiques (ITSM). L’objectif était de permettre aux organisations informatiques de certifier leur système de management des services TI. Les référentiels de bonnes pratiques tels que ITIL ne permettant pas de certifier une organisation, ISO/IEC 20000 était la première norme ITSM.

L’enquête annuelle réalisée par l’ISO (International Standard Organization) montre qu’en 2016 la norme ISO 20000 est classée en 9ème position des normes sur lesquelles les entreprises se certifient le plus, avec 4537 certificats d’entreprises délivrés en 2016. Elle connaît d’ailleurs une croissance très importante de 63%, et spécialement en Asie.

ITSM - ISO 20000 dans le monde. Devant ITIL
Répartition des certifications ISO 20000 délivrées dans le monde en 2015 & 2016 – © ISO 2017

Aujourd’hui, ISO/IEC 20000-1:2018 reste alignée sur les bonnes pratiques ITSM, parmi lesquelles ITIL. Cependant, elle a largement pris son autonomie et son périmètre s’est sensiblement élargi. Nous vous livrons ici quelques unes des nouveautés attendues par tous les acteurs de la gestion des services.

Vue d’ensemble de la version 2018 d’ISO/IEC 20000-1

Les membres du sous-comité SC40 du JTC1 (ISO/IEC) ont fait un travail remarquable. Ils ont pris en compte les tendances et les défis actuels dans l’environnement de gestion des services. L’accent est désormais mis davantage sur la gestion et l’assurance qualité. Il est moins centré sur la formulation des processus et des procédures. Le fait qu’un écosystème de services soit composé d’un environnement multi-fournisseurs empêche souvent les entreprises de normaliser tous les processus dans toutes les organisations impliquées incluant leur chaîne logistique de service.

Les changements les plus importants dans la norme ISO/IEC 20000-1:2018

Les modifications suivantes ont été apportées par rapport à la version précédente de 2011:

  1. Au plus haut niveau, une nouvelle structure hiérarchique conforme aux autres normes relatives au système de management a été introduite. Cela facilite la certification des entreprises pour plusieurs normes, telles qu’ISO 9001 (gestion de la qualité) ou ISO 27001 (gestion de la sécurité de l’information).
  2. La section Termes et définitions a été supprimée. Elle est désormais remplacée par une référence aux termes et définitions de l’ISO / IEC 20000-10.
  3. Toutes les références à la « méthode PDCA » (« Plan-Do-Check-Act ») ont été supprimées.
  4. De nouvelles exigences sur le contexte de l’organisation et sur les activités relatives aux risques et aux opportunités ont été ajoutées.
  5. Une exigence explicite de «créer, mettre en œuvre, maintenir et améliorer continuellement un système de management des services (SMS)» a été ajoutée.
  6. Les exigences en matière d’informations documentées, de ressources, de compétences et de sensibilisation ont été mises à jour.
  7. Des exigences supplémentaires dans les domaines de la planification des services, de la connaissance, de la gestion des actifs, de la gestion de la demande et de la fourniture de services ont été introduites.
  8. Les exigences relatives à la gestion des incidents et à la gestion des demandes de service ont été divisées en deux chapitres distincts.

À première vue, la norme semble être devenue plus vaste et donc plus complexe. Cependant, les exigences concernant les processus sont beaucoup plus simples. De même, les exigences en matière de documentation ont été considérablement réduites. Cela permet aux organisations de définir leurs processus beaucoup plus librement. La norme est maintenant conçue davantage pour l’effet de la gestion des services que pour sa description détaillée.

La nouvelle norme sur l’ITSM en un seul coup d’oeil

Les changements et améliorations de cette nouvelle version de la norme ISO/IEC 20000 se reflètent dans le schéma suivant :

Schéma de la norme ISO/IEC 20000-1:2018. Au delà du périmètre ITIL
Crédit © ISO 2018

Comme on peut le voir, des questions telles que le leadership et l’engagement, la gestion des risques, la planification des services d’évaluation et l’amélioration de performance deviennent centrales.

Il est également clair que le nombre de processus a nettement augmenté par rapport à la version précédente de 2011. Cette nouvelle mouture de la norme voit son périmètre augmenter. Il est désormais aligné sur celui d’ITIL 2011 et prend en considération les nouveaux référentiels ITSM comme VeriSM, SIAM, COBIT, etc..

Un changement dans la cible de la norme

Le terme « service informatique » figurait déjà dans la dernière version de la norme. Mais la norme était principalement réservée aux organisations informatiques pour certifier leur système de management à ISO 20000. Avec la connectivité accrue des fournisseurs de services externes et les exigences moins détaillées pour les processus informatiques tels que la disponibilité et la gestion de la capacité, la norme est désormais également prédestinée à être utilisée en dehors des organisations informatiques. C’est la base de la certification de la gestion professionnelle des services d’entreprise à l’avenir avec la nouvelle norme ISO/IEC 20000-1: 2018. Attendons donc de voir comment cela va évoluer dans les prochains mois.

Quelles suites sont à prévoir dans les prochains mois?

Si votre organisation est déjà certifiée ou si vous commencez à mettre en œuvre ISO20000-1, ne vous inquiétez pas. Il est probable qu’il y aura une période de transition minimale de deux ans après la révision de la première partie. Rien de ce que vous faites actuellement pour l’ISO/IEC 20000-1:2011 actuelle ne sera perdu.

Pour les entreprises déjà certifiées ISO/IEC 20000-1:2011

Pour les entreprises déjà certifiées ISO/IEC 20000-1:2011, la transition doit être bien préparée. Cependant les changements ne seront pas vraiment importants. Il est toutefois conseillé de convenir de la date de transition avec le certificateur en temps utile. La date limite probable de cette nouvelle certification sera sans doute d’ici 2021 au plus tard.

Pour les entreprises non encore certifiées ISO/IEC 20000-1

Pour les entreprises qui souhaitent obtenir la certification ISO 20000-1 pour la première fois, cette édition est simplifiée. Elle est moins détaillée au niveau des exigences. Elle se concentre sur ce que les entreprises doivent faire pour avoir plus de liberté de mise en œuvre. La mise en oeuvre d’un système de management des services, en vue de la certification, devrait donc être plus facile.

Parmi les points-clés dont vous devez désormais vous préoccuper pour faire certifier votre SMS sur ISO/IEC 20000-1:2018 :

  • Quels sont les résultats attendus de votre système de gestion de services (SMS) et de vos services?
  • Qu’est-ce qui constitue une valeur pour l’organisation et les clients du SMS et des services?
  • Qui a le pouvoir de prendre des décisions clés sur le SMS et les services?
  • Comment les exigences SMS sont-elles intégrées dans les processus métier de l’organisation?
  • Quelles connaissances sont nécessaires pour soutenir le fonctionnement du SMS et des services?

Ce sont là des aspects clés pour l’ITSM et l’alignement sur le business. Aucune surprise donc de les retrouver au coeur de la nouvelle version de la norme. Ce sont également des questions qui matérialisent un peu plus la particularité d’ISO/IEC 20000-1:2018 vis à vis d’ITIL. En effet ITIL 2011 reste essentiellement focalisé sur les processus exclusivement. Ce sont également les questions qui sont au coeur des nouveaux référentiels ITSM tels que SIAM, VeriSM, etc. Il semble que la nouvelle version d’ITIL (ITIL4) annoncée pour le premier trimestre 2019 aille également dans ce sens.

Quid de la formation et des certifications de personnes?

A l’heure actuel, plusieurs organismes de certification de personnes proposent des certifications individuelles sur ISO/IEC 20000. Parmi elles, on peut citer APMG, EXIN ou PECB. Là encore ne vous inquiétez pas. votre certification ISO 20000 (Foundation, auditor, professional, lead implémenter ou lead auditor) demeurera valide. Les organismes de formations vont simplement devoir mettre à jour leurs cursus de formation pour les adapter à la nouvelle version de la norme. La mise à niveau des examens de certification devrait intervenir dans les prochaines semaines.

2AB & Associates (ex AB Consulting), accrédité auprès de l’APMG, d’EXIN et de PECB pour délivrer les formations et les certifications de personnes sur ISO/IEC 20000 est déjà en train de finaliser les nouveaux cours alignés sur la version 2018 de la norme. Nous préparons aussi un cours de transition vers ISO/IEC 20000-1:2018. Ce cours a pour objectif d’aider les personnes en train de conduire une certification de leur organisation sur la version 2011.

 

Catégories

Archives

Calendrier

mars 2019
L M M J V S D
« Fév    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
%d blogueurs aiment cette page :