Home » Posts tagged 'comité de direction'

Tag Archives: comité de direction

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Cybersécurité : rôle et responsabilités du Conseil d’Administration

Les cyber-menaces sont complexes et en constante évolution. Elles peuvent aussi causer d’importants dommages financiers et de réputation à une Organisation. De plus, il n’y a aucun moyen d’être protégé à 100%. C’est pourquoi la cybersécurité ne relève plus uniquement des services informatiques. Les Conseils d’Administration sont les premiers responsables de la survie de leur organisation et, dans le monde interconnecté d’aujourd’hui, la cyber-résilience fait partie intégrante de cette responsabilité. Cela signifie que le Conseil d’Administration à un rôle actif à jouer et doit assurer ses responsabilités en matière de cybersécurité.

Cybersécurité : rôle et responsabilités du Conseil d'Administration
Crédit © image by rawpixel.com

En charge de la Gouvernance de leur Organisation, les Conseils d’Administration s’assurent de l’optimisation des risques et des ressources. Dans un monde en pleine transformation digitale, ils devraient donc considérer le cyber-risque comme prioritaire. Ceci implique qu’ils devraient jouer un rôle de leader en matière de cybersécurité au sein de leur Entreprise. Dans ce cadre, voici donc quelques responsabilités en matière de sécurité informatique qui leur incombent directement.

Principes de base en matière de cyber sécurité

COBIT, référentiel de bonnes pratiques en gouvernance des Entreprises, définit un certain nombre de principes de base pour gouverner une Organisation. Le Manuel de l’Administrateur sur la surveillance des risques lés au cyber espace, publié aux USA par L’Association Nationale des Administrateurs de Sociétés (NACD) définit également le rôle et les responsabilités du C.A. en matière de cybersécurité. Cinq principes se dégagent. Ces principes de base sont universels. Ils s’appliquent à toute Organisation, publique, privée ou même à but non lucratif, quelles que soient sa taille, son domaine d’activité ou sa localisation. Ils devraient donc être pris en considération par  tous les C.A. afin d’améliorer leur surveillance des cyber-risques.

1 – La cybersécurité est une problématique d’Entreprise et non une problèmatique technologique

Les administrateurs doivent comprendre et aborder les questions de la cybersécurité en tant que sujet de gestion des risques à l’échelle de l’entreprise, et pas uniquement en tant que sujet informatique.

Il est toujours aussi surprenant de constater combien d’entreprises associent encore la sécurité des informations ou la cybersécurité à l’informatique. Certes, la plupart des signalements d’incidents de sécurité proviennent de l’informatique, Mais on ne peut pas s’y limiter car les impacts se font sentir à l’échelle de toute l’organisation. Les compétences requises pour gérer les risques et traiter les problèmes doivent donc se situent au niveau global de l’organisation. Le Conseil d’Administration doit comprendre que tout miser sur la technologie est une grave erreur.  C’est d’ailleurs la cause sous-jacente d’un grand nombre de violations majeures.

2 – Comprendre les implications juridiques et réglementaires des cyber-risques

Les administrateurs doivent comprendre les implications légales et réglementaires des cyber-risques dans la mesure où ceux-ci se rapportent au caractère spécifique de leur Organisation.

Avec la fonction vient la responsabilité. La direction et le conseil d’administration sont considérés comme responsables ultimes des cyber-risques. Ces derniers mois, de nombreux piratages importants se sont produits et, dans de nombreux cas, ils ont perdu leur poste. Gregg Steinhafel, Président du Conseil d’Administration et Directeur Général de Target, a été contraint de démissionner de toutes ses fonctions à la suite de la violation massive des données de l’Entreprise en 2013. Et plus récemment, le Directeur Général d’Equifax, Richard Smith, a du démissionner à la suite de l’important piratage informatique qui a compromis les données d’environ 143 millions d’Américains.

3 –  S’appuyer sur l’expertise adéquate et mettre la cybersécurité à l’orde du jour

Les conseils d’administration devraient avoir un accès adéquat à l’expertise en matière de cyber-risques et de cybersécurité. D’autre part, les discussions sur la gestion des risques informatiques devraient faire l’objet d’une point régulier à l’ordre du jour des réunions du conseil. Il est également très important de pouvoir accorder un temps suffisant aux discussions sur ce sujet important. Il est de plus en plus courant de voir des membres du conseil d’administration qui ont un bagage technologique ou en sécurité. Cette expertise peut vraiment aider à sensibiliser les autres administrateurs. C’est la prise de conscience qui permet de gagner la bataille contre les cybercriminels.

4 – Mettre en oeuvre un cadre de sécurité pour l’Entreprise doté de ressources suffisantes

C’est la responsabilité du Conseil d’Administration de s’assurer de la mise en place d’un cadre de gestion des risques au niveau de l’Entreprise. La Direction doit être en charge de sa mise en oeuvre, de sa surveillance et de son suivi. Il est essentiel que le Conseil d’Administration lui donne les ressources nécessaires pour atteindre cet objectif. Ces ressources devront comprendre le personnel adéquat, les budget et les outils et technologies indispensables.

Pour la définition du cadre de risques, il est toujours plus facile d’appuyer sur des référentiels existants et éprouvés. Ainsi aux USA, il sera pertinent de s’appuyer du le référentiel NIST CSF. Ce cadre a été élaboré par le  National Institute of Standards and Technology . Il a pour but de permettre aux organisations – indépendamment de la taille, du degré de cyber-risque ou de la sophistication de la cybersécurité – d’appliquer les principes et les meilleures pratiques de gestion des risques à l’amélioration de la sécurité et de la résilience des infrastructures critiques. En Europe, NIST CSF est quasi inconnu. On pourra utiliser comme base de travail les normes ISO 27001 (Systèmes de management de la sécurité de l’information) et ISO 27005 (Gestion des risques liés à la sécurité de l’information).

Il existe de nombreuses autres sources également très intéressante pour l’élaboration de votre cadre de risque. Parmi celles-ci, vous  pouvez également  vous appuyer sur la publication COBIT for risk de l’ISACA.

Une chose est sûre : il est inutile de réinventer la roue!!!

5 – Identifier les risques, prioriser, définir l’approche et planifier

La discussion du conseil d’administration sur les cyber-risques devrait inclure l’identification des risques à éviter, à accepter, à atténuer ou à transférer par le biais de l’assurance, ainsi que des plans spécifiques associés à chaque approche.

Une gestion efficace du risque de cybersécurité nécessite une compréhension de l’importance relative des actifs de l’entreprise afin de déterminer la fréquence à laquelle ils devront être examinés pour détecter les expositions au risque. Ce n’est pas une tâche simple. Il faut beaucoup de réflexion et d’efforts, ainsi qu’une grande expertise en cybersécurité.

Exigences légales et réglementaires

Les industries les plus matures ont également des directives et des exigences réglementaires sectorielles en ce qui concerne les responsabilités en matière de cybersécurité du conseil d’administration. C’est par exemple  cas du secteur financier et bancaire. Certaines exigences réglementaires et légales sont aussi à l’étude au niveau des états. Parmi ces réglementations présentant des exigences en matière de sécurité des informations, on peut citer le RGPD.

Le RGPD (ou GDPR en Anglais) est la réglementation européenne sur la protection des données personnelles. Elle s’impose à toute Organisation publique ou privée traitant les données personnelles de citoyens européens. Le RGPD comporte plusieurs exigences précises en matière de cybersécurité des données personnelles. Le non respect de cette réglementation expose l’Organisation contrevenante, quelle que soit sa localisation dans le monde à une amende pouvant atteindre 4% de son chiffre d’affaire mondial avec un minimum de 20 millions d’Euros. La conformité réglementaire et légale est une responsabilité de la Gouvernance. Il s’agit donc d’une responsabilité du Conseil d’Administration. Déjà plusieurs Entreprises ont été sanctionnées en France par la CNIL pour non conformité au RGPD. Et, à chaque fois, il s’agissait de problématiques liées à la sécurisation de données dans leur système informatique.

Responsabilités du Conseil d’Administration

Le Conseil d’Administration assure la responsabilité de Gouvernance de l’Organisation. Gouverner une organisation consiste à s’assurer de la création de bénéfices pour les parties prenantes en optimisant les risques et les ressources. Ceci peut être représenté par le diagramme suivant extrait de COBIT.

Responsabilités de la Gouvernance et du Management - COBIT
Crédit © 2012 ISACA

Le Conseil d’Administration a pour responsabilité d’évaluer les bénéfices attendus, les risques et les ressources nécessaires (Evaluate). Il devra, suite  à cette évaluation, donner l’orientation à suivre (Direct). Il a également la responsabilité de surveiller la performance et les progrès réalisés (Monitor).

Evaluer les besoins, les risques et les ressources

Une évaluation de la posture de la cybersécurité est une première étape utile pour toute organisation qui souhaite identifier sa position actuelle en matière de cybersécurité, ses faiblesses, les risques encourus et ce qu’elle doit entreprendre pour augmenter son niveau de maturité. C’est là une étape importante pour permettre à toute organisation de renforcer ses défenses en matière de cybersécurité. Le Conseil d’Administration pourra dès lors prioriser les risques et fournir une feuille de route concrète à la Direction.

En quoi consiste votre posture de cybersécurité?

Selon le National Institute of Standards and Technology (SP 800-128 de NIST), une posture de cybersécurité se rapporte à «l’état de sécurité des réseaux, informations et systèmes d’une entreprise basé sur des ressources de sécurité de l’information (personnes, matériel, logiciels, stratégies). ) et des capacités en place pour gérer la défense de l’entreprise et réagir à mesure que la situation change ».

En d’autres termes, votre posture de cybersécurité indiquera à quel point votre entreprise est saine et cyber-résiliente. Elle indiquera à quel point l’organisation peut se défendre contre les cyberattaques, les violations et les intrusions. Définir votre posture de cybersécurité est donc important. En effet, cela guidera toute votre stratégie de cybersécurité, déterminera vos projets et influencera vos dépenses en la matière au fil des ans.

Signification des niveaux de maturité

  • Un niveau de maturité faible de la cybersécurité faible signifie généralement des défenses faibles. L’organisation  court donc un risque élevé. Elle nécessite par conséquent des améliorations significatives à plusieurs niveaux pour renforcer sa posture de cybersécurité et protéger ses actifs essentiels contre les violations et les intrusions.
  • Si le niveau de maturité est moyen c’est généralement indicatif de défenses de cybersécurité moyennes. L’organisation a alors pris plusieurs mesures pour sécuriser ses actifs critiques. Elle est cependant toujours en danger et il reste encore beaucoup à faire.
  • Un niveau de maturité élevé indique généralement de solides défenses. Cela signifie que l’organisation a mis en œuvre les stratégies, processus et procédures nécessaires pour optimiser sa posture de cybersécurité. Elle est conscients de ses actifs critiques et est préparée à faire face à des incidents de sécurité en toute confiance.

Donner l’orientation à la haute direction

Le Comité Stratégique IT

Le Conseil d’Administration définit l’orientation concernant l’utilisation de l’informatique par l’Organisation. Le Conseil d’Administration doit approuver le plan stratégique informatique, le programme de sécurité de l’information et les autres politiques liées aux TI. Pour ce faire, le Conseil d’Administration peut créer un  comité stratégique en charge des problématiques IT. Ce Comité Stratégique IT sera présidé par un membre du Conseil et aura notamment les responsabilités suivantes :

  • Examiner et approuver un plan stratégique informatique qui s’aligne sur la stratégie d’entreprise globale;
  • Promouvoir une gouvernance informatique efficace;
  • Superviser les processus d’approbation des fournisseurs tiers de l’organisation;
  • Superviser et recevoir des mises à jour sur les principaux projets informatiques, les budgets informatiques, les priorités informatiques et les performances informatiques globales;
  • Approuver les politiques à appliquer et signaler les incidents de sécurité importants au conseil d’administration;
  • Superviser l’adéquation et l’allocation des ressources informatiques pour le financement et le personnel;
  • Tenir la direction responsable de l’identification, de la mesure et de l’atténuation des risques informatiques;
  • Assurer une couverture d’audit indépendante, complète et efficace des contrôles informatiques.

Le recours à des sous-traitants pour la fournitures de certains services

Le Conseil d’Administration et la haute Direction devraient établir et approuver des politiques fondées sur les risques pour régir le processus d’impartition. Les politiques devraient reconnaître le risque pour l’Organisation d’externaliser les relations. Elles devraient également être adaptées à la taille et à la complexité de l’Organisation. Les facteurs que les Entreprises devraient envisager sont les suivants:

  • S’assurer que chaque relation d’impartition appuie les exigences globales et les plans stratégiques de l’organisation;
  • S’assurer que l’organisation dispose d’une expertise suffisante pour superviser et gérer la relation;
  • Evaluer les prestataires potentiels en fonction de la portée et de la criticité des services externalisés;
  • Adapter le programme de surveillance des prestataires de services à l’échelle de l’entreprise en fonction des évaluations des risques initiales et continues des services externalisés;

Surveiller la performance de l’organisation et les progrès

L’audit

  • Le Conseil dAdministration et la haute direction ont la responsabilité de veiller à ce que le système de contrôle interne de l’établissement fonctionne efficacement;
  • Le Conseil d’Administration devrait s’assurer que des directives écrites pour la conduite des audits informatiques ont été adoptées;
  • Le Comité d’Audit (sous la responsabilité du C.A.) est chargé d’examiner et d’approuver les stratégies d’audit (y compris les politiques et les programmes) et de surveiller l’efficacité de la fonction d’audit.

 

7 raisons de suivre une formation COBIT

Formation COBIT : Pour qui et pourquoi?

Au moment d’adopter COBIT® 5 en tant que cadre pour la Gouvernance et le Management de l’Information, de nombreuses questions se posent. Tout d’abord, l’entreprise comprend-elle parfaitement ce que signifie la gouvernance et la gestion l’Information d’Entreprise et de la Technologie Associée (GEIT)? Les professionnels de la gouvernance de l’entreprise savent-ils comment évaluer efficacement l’état actuel du système d’information de l’entreprise dans le but de déterminer quels aspects de COBIT® 5 mettre en œuvre? L’entreprise est-elle en mesure de réaliser une évaluation pour déterminer l’aptitude d’un processus défini?

7 raisons de suive une formation COBIT

Pourquoi une formation COBIT?

La formation COBIT® 5 constitue, bien évidemment, un aspect important pour pouvoir s’assurer que les professionnels de la Gouvernance du SI ont les réponses à leurs questions et deviennent des professionnels compétents sur COBIT®.

Bien que de nombreux concepts puissent sembler familiers aux personnels du domaine informatique, cette version évolutive intègre les dernières réflexions sur les techniques de Gouvernance et de Gestion de l’Information des Entreprises et fournit des principes, des pratiques, des outils analytiques et des modèles reconnus dans le monde entier.

COBIT 5 porte sur la Gouvernance et le Management du Système d’Information et non sur l’Informatique. L’informatique ne constitue qu’une faible partie du Système d’Information. L’information est partout dans l’Entreprise. Contrairement aux idées reçues, seule une très faible partie est gérée par la technologie. Il est donc essentiel de ne pas se limiter au domaine informatique. La réalisation d’un programme de formation approprié pour les professionnels des métiers de l’Entreprise sur ce qu’est vraiment COBIT et comment il peut être utilisé et mis en œuvre est absolument essentielle. Bien sûr les technologies de l’information sont également concernées mais à moindre titre.

Une formation COBIT pour qui?

La formation COBIT est d’abord destinée aux membres des conseils d’administration et des comités de direction ainsi qu’aux directions métiers. Les auditeurs IT / IS, les auditeurs internes, la sécurité de l’information sont également ciblés. Les consultants et les membres de la direction du SI et des TI, qui ont besoin de connaître la GEIT, en tireront également un grand bénéfice.

7 bénéfices clés d’une formation COBIT

Une formation sur le référentiel COBIT profitera tout autant à l’organisation qu’aux personnes qui auront la chance d’y participer. Examinons 7 de ces bénéfices, en gardant à l’esprit qu’il en existe bien d’autres.

1 – Amélioration de l’efficacité et de la productivité

Une formation COBIT 5 fournit les outils et les connaissances indispensables à l’utilisation de COBIT. Les professionnels comprendront mieux ce que signifie la GEIT et comment ce concept peut être appliqué à leur entreprise. Chaque individu en tirera une appréciation plus pratique de la façon d’appliquer COBIT 5 à des problèmes spécifiques d’entreprise, des points de douleur, des événements déclencheurs et des scénarios de risque. Les rôles et les responsabilités de chacun au sein de l’organisation, en relation avec COBIT, seront clairement définis (facilitateur 3), entraînant un accroissement de productivité et d’efficacité dans l’entreprise. Cette meilleure compréhension des rôles et responsabilités permettra de mieux gérer les ressources et les risques. L’ensemble de ces concepts sont étudiés dans la formation COBIT Foundation qui sert de point d’entrée dans le cursus.

2 – Renforcer la confiance et la valeur créée par les systèmes d’information

Les cours de formation COBIT 5 fournissent aux participants les concepts et les principes clés leur permettant de découvrir comment évaluer l’état actuel de leur système d’information d’entreprise, dans le but de déterminer quels aspects de COBIT 5 seraient les plus prioritaires à mettre en œuvre. La confiance provient du fait que chacun connaîtra son rôle et disposera des outils et des connaissances nécessaires pour mettre en œuvre et évaluer efficacement la Gouvernance et le Management de l’Information dans son Entreprise.

3 – Positionnement spécifique

La connaissance de COBIT par le professionnel de la Gouvernance lui permettra de bien dissocier les activités de Gouvernance des activités de Management. La Gouvernance consiste à Diriger, Evaluer et Surveiller la performance. Le Management Planifie, Construit, Exploite et Contrôle. Les formations COBIT 5 confèrent aux participants une connaissance inégalée en matière de Gouvernance et de Management de l’Information dans l’Entreprise sous la forme de concepts, de principes et de processus. Cette connaissance est cruciale pour l’évaluation de la capacité de l’Entreprise à créer de la valeur. Elle est également indispensable pour mettre en oeuvre un système de Gouvernance et de Management adapté. En outre, COBIT® est évolutif. Une formation accréditée permet ainsi au professionnel d’être à la pointe des connaissances et de la pratique.

4 – Accroissement de la confiance et de la capacité

Une formation COBIT permet aux participants d’affiner leurs compétences et d’améliorer la compréhension des risques IT. Elle permet notamment d’améliorer la prise de décisions éclairées pour réduire les incidents de sécurité de l’information. Cette compréhension et la sensibilisation au risque sont essentielles pour améliorer la prévention, la détection et la résilience aux incidents. Le professionnel COBIT sera capable de fournir des outils à son Organisation pour maintenir des informations de haute qualité lui permettant de prendre les décisions commerciales avisées et de l’aider à respecter les exigences réglementaires, légales ou gouvernementales. Ces connaissances permettront de mettre en place un programme d’amélioration continue en s’appuyant sur la formation COBIT Implementation.

5 – Crédibilité

Les organismes de formation COBIT accrédités par l’ISACA qui offrent des formations et des examens de certification doivent d’abord passer un processus d’agrément méticuleux. Les formateurs accrédités sont évalués régulièrement au travers d’audits sur site de leur compétence et de leur pédagogie. Les participants à une formation auprès d’un organisme de formation accrédité sont donc certains de la qualité de la formation qu’elles reçoivent. Les entreprises peuvent vérifier que l’organisme de formation auquel ils font appel est bien accrédité par APMG ou par Peoplecert. Les examens sont rigoureux, stimulants et cohérents, et, en conséquence, les participants peuvent être fiers de leur réussite. En outre, les employeurs peuvent vérifier auprès de l’ISACA si leurs employés sont vraiment titulaires d’une certification COBIT.

6 – Alignement de la sécurité de l’information avec la stratégie de l’organisation

La cascade d’objectifs est un outil essentiel pour aligner les objectifs de l’informatique avec les objectifs de l’Entreprise. Les participants à une formation COBIT apprendront à maîtriser cet outil très puissant. Ils seront ainsi en mesure d’assurer que la sécurité de l’information est bien alignée à la stratégie de l’Entreprise. Ceci leur permettra de s’assurer que la tolérance au risque de l’Organisation est bien respectée tout en maximisant les bénéfices et en optimisant les ressources. Ainsi, il leur sera plus facile de prendre les bonnes décisions tout en économisant les ressources et les budgets. Grâce à cette connaissance, la sécurité ne sera plus un sujet exclusivement technique. Selon une étude d’IBM, 95% des attaques réussies sur les données ne proviennent pas de l’informatique. Il est donc primordial de ne pas laisser ce sujet entre les mains des informaticiens.

7 – Assurance de l’aptitude de l’organisation à créer de la valeur

Grâce à la méthode d’évaluation d’aptitude des processus basée sur la norme ISO 15504, les auditeurs internes participant à une formation COBIT apprendront à s’assurer de l’aptitude de l’Entreprise à créer de la valeur. Il s’agit là d’un élément très important. Le programme d’évaluation de COBIT 5 se focalise sur l’aptitude plutôt que sur la maturité. C’est une approche radicalement différente de la plupart des autres cadres d’audit. La maturité correspond à la façon dont une organisation travaille. Ce qui est audité c’est l’application de processus formalisés au sein de l’Organisation. A l’inverse, l’aptitude fait référence à la qualité des processus et à leur capacité à délivrer de la valeur. C’est une autre approche extrêmement importante qui sera approfondie dans la formation COBIT Assessor.

Il sera ainsi possible d’auditer l’aptitude, par exemple, du processus de gestion des ressources humaines. Cela permettra également d’évaluer la qualité du système de Management de l’Entreprise. Une autre évaluation possible pourra concerner les risques, par exemple en matière d’éthique.

En savoir plus et échanger avec nos experts

Pour en savoir plus ou échanger avec nos experts, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire. Nous vous répondrons alors avec grand plaisir. Si vous avez suivi une formation COBIT 5 ou si vous utilisez COBIT 5 dans votre entreprise, n’hésitez pas à nous laisser votre témoignage. Nous serons heureux de le relayer.

 

Culture et éthique au coeur de l’Entreprise

Pas de création de valeur sans culture et éthique

Ardent défenseur de la bonne gouvernance pour promouvoir les comportements adéquats, en matière de business, je défends depuis longtemps l’idée que les Entreprises doivent comprendre et pratiquer un capitalisme responsable. En ce moment même se déroule un G20 en Chine. C’est le cadre dans lequel deux des plus grands pollueurs de la planète, à savoir les USA et la Chine viennent enfin de ratifier l’accord de la COP21. Cet accord vise à réduire l’émission de gaz à effets de serre. Ces gaz menacent directement la survie même de l’humanité et plus globalement de la Terre. Il est donc désormais clair que le capitalisme responsable est plus que jamais une nécessité vitale. Cela s’appuie, de toute évidence, sur une culture et une éthique d’Entreprise plus exigeantes.

Corporate Culture of a Company and Responsibility

Qu’est-ce que le capitalisme responsable?

Il se trouve que ce concept a été soulevé, il y a quelques semaines par l’Institute of Business Ethics (IBE). L’IBE est une organisation Britannique non gouvernementale créée en 1986. Sa mission consiste à encourager l’adoption de normes de haut niveau en matière de comportement d’affaires au sein des Entreprises. Pour ce faire il est indispensable de s’appuyer sur des valeurs éthiques fortes. Or chacun sait que les Entreprises, par la voix de leur Conseil d’Administration réagissent majoritairement dans deux cas seulement. Elles doivent y être contraintes soit par des obligations légales ou réglementaires, soit par un scandale financier affectant leurs actionnaires. Dans les deux cas, elles réagissent sous la contrainte et sont malheureusement rarement pro-actives.

En juillet, l’IBE a présidé un excellent colloque sur ce que le «capitalisme responsable» signifie aujourd’hui. Cela conforte ce que je préconise depuis longtemps, m’appuyant sur COBIT 5, à mes clients et partenaires. Il est devenu indispensable de créer une culture d’entreprise permettant aux humains d’exploiter les opportunités, et pas l’inverse. Cet objectif se réalise, bien sûr, en encourageant la liberté de produire, de vendre et d’acheter des biens et services afin de créer de la valeur pour la Société, pour le plus grand profit de ses parties prenantes. Mais cela nécessite impérativement d’agir dans un cadre bien défini en matière de comportement d’affaires. C’est un pré-requis à la bonne gouvernance selon COBIT qui propose 6 autres facilitateurs pour la création de Valeur. 

Le rôle du Conseil d’Administration

Il est donc important que les Organisations définissent les comportements business qui sont et ne sont pas autorisés. Il est également vital de définir dans quelle mesure la culture de l’Organisation soutient ou contredit sa position éthique officielle.

Pour illustrer ce propos, prenons, par exemple, le cas de la FIFA (Fédération Internationale du Football Amateur). D’un point de vue éthique, la FIFA a pour mission de promouvoir les opportunités dans le monde du football. Son site Web met en exergue cette orientation. « La mission de la FIFA consiste à développer le football partout et pour tous, à toucher le monde à travers des tournois passionnants et à construire un avenir meilleur grâce au pouvoir du beau jeu ». Or nous avons tous en mémoire les récents scandales affectant la Direction de la FIFA et démontrant la corruption culturelle de cette Organisation. Ceci révèle une énorme différence entre la parole («ce que je dis») et les actes («ce que je fais»). Et cela conduit inévitablement à une faillite complète de l’Organisation et à la destruction de Valeur.

FIFA culture eroded ethics

Les scandales du LIBOR, du FOREX et des assurances emprunteurs PPI dans le secteur financier, la tricherie de Volkswagen sur les émissions de particules et les manipulations financières de Tesco destinées à dissimuler un trou au niveau comptable, sont autant d’exemples où la culture d’entreprise a violé l’éthique. Les Conseils d’Administration se réunissent et prennent note de ces violations. Hélas cela se passe seulement une fois que l’éthique a été violée. En effet, c’est seulement à postériori que les impacts au niveau de l’Entreprise se font sentir. Et c’est donc seulement après coup que le Conseil d’Administration se trouve contraint d’agir. A ce moment là, il est le plus souvent trop tard pour agir.

La création de valeur

Toutes ces Organisations étaient pourtant bien établies. Elles inspiraient suffisamment de confiance en terme de création de valeur. Malheureusement elles ont toutes fini par violer les règles fondamentales de l’éthique. C’est comme si la signification de la valeur avait été déformée. La valeur est la conjonction du profit, de l’optimisation des risques et de l’optimisation des ressources. Aujourd’hui, de nombreuses Entreprises évaluent uniquement la valeur d’un point de vue financier. Valeur devient synonyme de gros profits, gros dividendes et valeur marchande élevée. Elles font souvent fi de l’optimisation des risques liés à un comportement non éthique. De même elles se préoccupent  peu de l’utilisation efficiente des ressources.

Alors même qu’augmente la pression sur les ressources de la planète, et que la législation et la réglementation se concentrent maintenant sur la façon de faire les choses, les entreprises doivent désormais se focaliser sur leur façon de fonctionner, de produire et de servir. Le changement de la façon de faire des affaires favorise une approche éthique. la culture au sein des Organisations et des chaînes d’approvisionnement doit donc également se transformer pour permettre le  passage de la simple «création de richesse» à la notion de «création de bien-être».

Peut-être est-ce là la différence entre une entreprise bâtie sur le «capitalisme» (d’aucuns parlent de capitalisme sauvage) et une entreprise construite sur le «capitalisme responsable». Celui-ci intègre d’autres éléments dans sa définition de la «valeur», tels que les bénéfices sociaux et environnementaux. Le capitalisme responsable prolonge ainsi la «richesse» jusqu’au «bien-être». En d’autres termes, dans ce contexte, la valeur ajoutée est la somme de la richesse (s’appuyant sur le profit, pas seulement financier d’ailleurs) et du bien-être (résultant de l’optimisation des risques et des ressources). Cette création de valeur sera soutenue par l’éthique (objectif à atteindre), et la culture (moyen de la produire).

Peut-on auditer la culture d’une Organisation ?

Maintenant, il est nécessaire de mesurer tout cela. La culture est partout et nulle part dans les entreprises. Elle est partout dans le sens où elle est façonnée et déterminée par toutes les caractéristiques de l’entreprise – son personnel, son organisation, la façon de récompenser les gens, etc; – et nulle part, parce que la culture n’est pas tangible. Ce n’est pas un produit qu’on peut mettre sur une étagère, puis modifier et faire évoluer à volonté. Il est cependant nécessaire d’évaluer l’aptitude de la culture d’une entreprise à créer de la valeur pour l’Entreprise.

Avec quelque chose d’aussi intangible que la culture, où et comment peut-on commencer cette évaluation? Une bonne façon de démarrer une telle évaluation consiste à identifier la  « pression d’entreprise» sur son personnel. C’est cette pression qui va révéler les changements culturels et leur impact sur l’éthique. Cela soulèvera immanquablement des «feux rouges» indiquant que l’Organisation présente un risque important. Ce risque pourra se traduire notamment par un scandale affectant l’image de l’Organisation.

Les indicateurs de risque

Quels sont ces feux rouges? On peu en identifier cinq essentiels :

  • l’existence d’accords salariaux controversés, tels q’une rémunération anormalement élevée des dirigeants favorisant la prise de risques et encourageant uniquement des objectifs à court terme;
  • des structure juridique complexe rendant difficile la transparence, pour les Conseils d’Administration et le Management, sur ce qui se passe à l’intérieur de l’entreprise;
  • une mauvaise réalisation de Fusions / acquisitions conduisant à un mélange de cultures au sein de l’entreprise, avec des «poches» de mauvais comportement qui se développent hors du contrôle du Conseil d’Administration;
  • une discipline financière laxiste (par exemple Northern Rock et RBS avaient un endettement excessif qui a conduit à leurs problèmes) pouvant déclencher une crise;
  • des dirigeants « autocratiques » que le personnel craint de fâcher par crainte de représailles, ce qui signifie que des informations vitales sur les problèmes potentiels risquent de ne jamais atteindre la haute direction et les Conseil d’Administration.

COBIT 5 comme cadre d’évaluation

L’étape suivante consiste en la définition d’une approche pour examiner et évaluer la culture et l’éthique, en s’appuyant par exemple sur COBIT 5.

facilittaeurs de la création de valeur

Nous pouvons appliquer la publication COBIT 5 for Assurance, pages 139 – 141, à chacun des « feux rouges » identifiés ci-dessus. COBIT 5 examine l’influence sur le comportement par le Leadership selon trois axes, « à travers la communication, l’application et les règles », « au travers des incitations et des récompenses» et «par les actions de sensibilisation». Tous les trois portent sur les questions relatives à la pression de l’Entreprise.

La communication, les règles et leur application influencent les comportements

Cette perspective permettra de découvrir si l’entreprise « prend des raccourcis » ou fait preuve d’une discipline financière laxiste. Elle permettra également de découvrir si le conseil d’administration se concentre sur les mesures à court terme. On s’attachera notamment à ce niveau à étudier l’existence et le contenu des politiques et du système de management.

Les incitations et récompenses soutiennent les comportements souhaités:

Cet axe d’évaluation va révéler comment la rémunération et les récompense réelles correspondent aux schémas officiels de récompenses/pénalités en vérifiant si le personnel s’affranchit des limites, si les managers et le conseil d’administration tolèrent les petites infractions aux politiques et si les pénalités au niveau du salaire sont bien appliquées et encouragent la prise de risque – pour atteindre des objectifs à court terme.

La sensibilisation conditionne les comportements attendus

Cette perspective permet d’identifier si des structures juridiques complexes existent. C’est alors difficile, pour le conseil et la direction, de comprendre ce qui se passe à l’intérieur de l’entreprise. Par exemple, une complexité des structures peut résulter de prises de contrôle, conduisant à un choc de cultures. Cela générera des zones de mauvais comportement allant au-delà de la capacité de supervision du Conseil d’Administration.

En résumé, une évaluation globale basée sur COBIT 5 nous aidera à évaluer si le conseil change de direction s’écartant des pratiques validées sans officiellement modifier ou communiquer sa nouvelle approche.

A quoi sert vraiment COBIT ?

Mais COBIT 5 peut faire encore beaucoup plus pour nous. Il peut, de manière transparente, identifier la fourniture et l’utilisation des développements technologiques, tels que les objets connectés par Internet et le Big Data, et évaluer la réponse d’Entreprise en matière de confidentialité des données et de pratiques de cyber-sécurité. A mesure que les progrès technologiques se combinent de façon plus évidente, imbriquant chaque jour davantage vie professionnelle et vie privée, de nouvelles questions éthiques se posent. C’est l’évaluation continue de la culture et de l’éthique qui soutiendra toutes les opérations et l’obtention des résultats attendus.

Vous voulez découvrir comment COBIT peut vous aider?

AB Consulting, seul organisme de formation accrédité par APMG/ISACA sur l’ensemble des certifications COBIT 5 en Afrique de l’Ouest et du Nord, mais également certifié en matière d’audits sur la base de COBIT 5 vous propose de découvrir comment ce cadre de Gouvernance et de Management qui couvre la totalité de l’Entreprise, bien au delà du département informatique, peut vous aider à créer de la valeur au sein de votre organisation. N’hésitez pas à consulter notre site web pour en savoir davantage ou pour vous inscrire à l’une de nos formations certifiantes.

Des commentaires à faire sur cet article? Un témoignage à nous apporter? Des questions à poser? Surtout n’hésitez pas à poster ci-dessous vos commentaires. Nous vous répondrons avec grand plaisir.

Si vous pensez que ce post peut intéresser d’autres personnes, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux.

Catégories

Archives

Calendrier

octobre 2018
L M M J V S D
« Sep    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  
%d blogueurs aiment cette page :