Home » Posts tagged 'CGEIT'

Tag Archives: CGEIT

Guide COBIT 2019 : de A jusqu’à Z

COBIT 2019 vient d’être publié par l’ISACA et les certifications commencent tout juste à être disponibles. Pour l’instant seul le niveau Foundation et le Bridge sont proposés. Le reste suivra en Avril. C’est donc le bon moment, me semble-t-il, pour comprendre ce que COBIT 2019 apporte vraiment aux organisations. Il fallait trouver une façon un peu ludique de vous le présenter. J’ai donc choisi cette approche originale d’un guide sous forme d’un abécédaire. Je vous laisse le découvrir en vous amusant et j’attends vos commentaires.

COBIT 2019 - Guide de A jusqu'à Z
Crédit © rawpixel 2019

J’ai déjà eu l’occasion de décrire quelques aspects importants de COBIT 2019, notamment dans mon introduction à COBIT 2019. C’était fin 2018, au moment de la publication des deux premiers volumes par l’ISACA.

COBIT est un cadre conçu pour prendre en charge la gouvernance et la gestion de l’information d’entreprise, incluant les technologies associées. Il aide les organisations à créer de la valeur pour divers groupes de parties prenantes en priorisant leurs besoins. Il aide également les organisations à atteindre leurs objectifs en établissant un partenariat entre l’informatique et le reste de l’entreprise, plutôt que de traiter la DSI comme une entité à part.

Bien sûr, COBIT 2019 va beaucoup plus loin que cela. C’est pourquoi j’écris aujourd’hui cet article afin de donner un aperçu de haut niveau de ce qu’est vraiment COBIT. Cela complète un précédent article : « 10 étapes pour bien démarrer avec COBIT 2019« . Je vous invite également à jeter un coup d’œil à mon dernier article « Atteignez vos objectifs de gouvernance grâce à COBIT 2019 » qui met en lumière les principaux changements entre COBIT 5 datant de 2012 et la nouvelle version améliorée.

Alignement des objectifs

Un des mécanismes essentiels de COBIT est la cascade d’objectifs. Le concept de cascade d’objectifs consiste en une approche descendante qui aide les organisations à créer des objectifs d’entreprise à partir des besoins et facteurs de motivation des parties-prenantes. Ces objectifs d’entreprise (ou objectifs stratégiques) se transforment ensuite en objectifs d’alignement. Dans le domaine informatique, les objectifs d’alignement «mettent l’accent sur l’alignement de tous les efforts informatiques avec les objectifs commerciaux». Enfin, les objectifs d’alignement se transforment en objectifs de gouvernance et de gestion de l’information et des technologies associées (EGIT).

La cascade d'objectifs de COBIT 2019
Crédit © ISACA 2019

Bénéfices pour les parties prenantes

L’ISACA déclare qu ’«… une majorité d’entreprises indiquent que moins de la moitié de leurs initiatives informatiques apportent réellement les avantages attendus

Si vous travaillez dans l’informatique (ou tout autre service dépendant des services informatiques), vous avez sûrement dû rencontrer, par exemple, un produit technologique acheté et installé avec toutes les promesses du monde. Mais vous constaterez que finalement, il ne livre pas ce qui était attendu. Le but recherché c’est la réalisation des bénéfices commerciaux et c’est ce que COBIT aide les organisations à faire: utiliser les technologies de l’information pour obtenir les résultats souhaités.

Composants de gouvernance de COBIT 2019

Dans COBIT 2019, des composants – vous les connaissez peut-être en tant que facilitateurs ou « enablers » dans COBIT 5 – existent pour aider une entreprise à gouverner et gérer avec succès son information et la technologie associée. Le but de chaque composant est défini par les objectifs d’alignement de l’organisation dans le cadre d’un processus en cascade d’objectifs. 

Dans COBIT, il y a sept composants:

  1. Les processus
  2. Structures organisationnelles
  3. Les flux d’information et éléments
  4. Personnes, aptitudes et compétences
  5. Politiques et procédures
  6. Culture, éthique et comportement
  7. Services, infrastructure et applications.

Ces sept composants fonctionnent ensemble pour garantir que l’objectif de gouvernance est en adéquation avec la stratégie de l’organisation.

DevOps

COBIT 2019 intègre désormais explicitement DevOps. DevOps illustre à la fois une variante de composant et une zone d’intérêt. Pourquoi? DevOps est un thème actuel sur le marché et nécessite certainement des orientations spécifiques. Cela en fait donc une zone d’intérêt (Voir la lettre Z).

DevOps comprend un certain nombre d’objectifs génériques de gouvernance et de gestion du modèle central COBIT, ainsi qu’un certain nombre de variantes de processus et de structures organisationnelles liés au développement, aux opérations et à la surveillance. DevOps nécessite également la mise en place d’une certaine culture et d’une  attitude d’ouverture d’esprit, de partage des compétences ainsi que sortir les équipes de leur zone de confort. De même DevOps nécessite une certain niveau d’automatisation (services, infrastructures et applications). Il est clair que DevOps constitue une zone d’intérêt, priorisée parmi les premières et en cours de développement.

Economique et efficient

COBIT vise à maintenir la conformité des organisations et à réduire les risques au sein de l’informatique, ce qui peut les aider à économiser de l’argent. Par exemple, être exposé à un risque particulier pourrait entraîner des conséquences très coûteuses et indésirables pour une entreprise, tant sur le plan financier que sur le plan de la réputation.

Il aide également à traduire les besoins des parties prenantes en objectifs et utilise des méthodes approfondies (telles que les tableaux de bords équilibrés mentionnée ci-dessous) pour garantir que les activités opérationnelles restent sur la bonne voie (performances) et restent alignées sur la vision de l’entreprise. Cela aussi permet d’économiser de l’argent à long terme, car l’argent n’est pas gaspillé pour des activités ou des processus qui n’apportent aucune valeur à l’organisation.

Facteurs de conception

Les facteurs de conception sont des facteurs qui peuvent influer sur la conception du système de gouvernance d’une entreprise et la positionner de manière appropriée pour réussir dans l’utilisation de son SI.

COBIT répartit les facteurs de conception dans11 catégories qui peuvent d’ailleurs se combiner entre eux.

Les facteurs de conception de COBIT 2019
Crédit © ISACA 2019

Gouvernance de l’information et des technologies

L’objectif principal de COBIT 2019 est de fournir aux entreprises des lignes directrices sur la gouvernance ET la gestion de l’information et des technologies de l’information d’entreprise.

COBIT considère ces disciplines comme des domaines distincts et les traite donc comme tels. L’aspect gouvernance de COBIT aide les organisations à rester en conformité et à réduire les risques liés à l’informatique. La direction doit ensuite planifier, élaborer, exécuter et surveiller les activités conformément à l’orientation fournie par la gouvernance pour atteindre les objectifs de l’organisation.

Hollistique

Le cadre permet une approche globale de la gouvernance et de la gestion de l’informatique d’entreprise. Le tableau de bord équilibré (décrit à la lettre T) aide à faire correspondre les objectifs de l’informatique à ceux de l’organisation et montre leur lien avec les objectifs de gouvernance de COBIT.

En utilisant cette approche globale, c’est-à-dire en fusionnant informatique et business, les relations entre l’organisation et les TI peuvent être considérablement améliorées. L’informatique devient alors une partie intégrante de l’entreprise au lieu d’être traitée comme une entité distincte.

Intégré (cadre de gouvernance et de management)

L’un des principes sous-jacents de COBIT est qu’il s’intègre bien à d’autres référentiels et normes du secteur, tels que ISO, ITIL, TOGAF, PMBOK, SFIA, etc..

Le point important, c’est qu’il ne cherche pas à remplacer d’autres cadres. Au lieu de cela, les autres cadres devraient être utilisés ensemble pour atteindre les résultats souhaités. COBIT aide également les entreprises à utiliser pleinement les cadres qui sont peut-être déjà en place. Considérez-le donc comme un cadre global permettant de les intégrer.

aJustable aux organisations

Chaque entreprise se distingue des autres par de nombreux aspects: taille, secteur, environnement réglementaire, spectre des menaces, rôle de l’informatique dans l’organisation, choix tactiques liés à la technologie, etc.

COBIT les désigne collectivement comme des « facteurs de conception » – (voir F comme facteurs de conception).

Les organisations doivent adapter leur système de gouvernance pour tirer le meilleur parti de l’utilisation de leur SI. Il n’existe pas de système de gouvernance unique pour l’information et la technologie d’entreprise qui convienne à tous.

La personnalisation signifie qu’une entreprise part du modèle central COBIT et applique des modifications à ce cadre générique. La réalisation de ces modifications intervient en fonction de la pertinence et de l’importance d’une série de facteurs de conception.

Ce processus s’appelle «conception du système de gouvernance de l’information et de la technologie d’entreprise».

Kanban et autres méthodes agiles

Dans sa conception même, COBIT 2019 intègre les concepts issus des méthodes agiles (Kanban, SAFE, Scrum, Lean IT, DevOps). Il s’adapte donc à toute organisation souhaitant améliorer son agilité business sur la base de son système d’information et de la technologie associée.

Lois et réglementations

Le monde du droit et de la réglementation peut être très déroutant et difficile à maîtriser. Comme dans le monde des technologies, les choses peuvent évoluer très rapidement.

COBIT peut aider les organisations à rester en conformité. En effet, il s’aligne sur les normes de gouvernance acceptées dans le monde entier. Il s’appuie également sur les lois, les réglementations et les accords contractuels, et facilite l’élaboration de politiques internes en matière de conformité.

Mapping

C’est certainement un mot que nous pouvons associer à COBIT, car la cartographie apparaît dans plusieurs domaines:

  • Les objectifs sont mis en correspondance avec les objectifs de gouvernance du tableau de bord équilibré
  • Les besoins des parties prenantes sont mis en correspondance avec les objectifs de l’entreprise
  • Le cadre COBIT peut être mappé sur d’autres cadres, travaillant ensemble pour réussir.

Nouveautés de COBIT 2019

La publication de COBIT 2019 date de novembre 2018. Il contient un certain nombre d’éléments nouveaux, modifiés et mis à jour. J’ai déjà mentionné les composants, les zones d’intérêt et les facteurs de conception. Le management de la performance dans COBIT 2019 est un autre exemple qu’on doit mentionner. Il examine le fonctionnement du système de gouvernance et de gestion de votre organisation, ainsi que de tous les composants.

Pour connaître le détail des nouveautés de COBIT 2019, je vous invite à lire un de mes précédents articles : COBIT 2019 – Les nouveautés.

Objectifs de gouvernance et de management

Les objectifs de Gouvernance et de Management sont maintenant au nombre de 40. Chaque objectif est supporté par un processus qui sera associé aux autres composants permettant d’atteindre cet objectif. Les objectifs se répartissent en cinq domaines.

COBIT 2019 : domaines des objectifs de gouvernance et de management

Performance (management de la)

Le management de la Performance COBIT (CPM) fait référence au fonctionnement du système de gouvernance et de gestion et de tous les composants d’une entreprise, ainsi qu’à la manière les améliorer au niveau requis. Il inclut des concepts et des méthodes tels que les niveaux de capacité et les niveaux de maturité. COBIT 2019 repose sur les principes suivants:

  • Simple à comprendre et à utiliser
  • Conformité avec le modèle conceptuel COBIT, et prise en charge de ce modèle
  • Fournir des résultats fiables, reproductibles et pertinents
  • Doit être flexible
  • Devrait supporter différents types d’évaluations

Le modèle CPM s’aligne largement sur les concepts CMMI® Development 2.0 et les étend:

  • Les activités de processus sont associées à des niveaux de capacité. Ceci est inclus dans le guide COBIT: Objectifs de gouvernance et de gestion.
  • D’autres types de composants de gouvernance et de gestion (structures organisationnelles, informations, par exemple) peuvent également avoir des niveaux de capacité définis pour eux dans les futures directives que l’ISACA pourrait publier.
  • Les niveaux de maturité sont associés à des zones d’intérêt (c’est-à-dire un ensemble d’objectifs de gouvernance et de gestion et des composants sous-jacents) et seront atteints si tous les niveaux de capacité requis sont atteints.

Qualité de l’information

Toute organisation ayant besoin de technologie pour conserver et transmettre ses informations peut utiliser COBIT. Il fournit des conseils sur les systèmes d’information de l’organisation afin de s’assurer qu’ils sont conformes, sécurisés et fiables. De plus, COBIT fournit aux entreprises les informations dont elles ont besoin pour comprendre, utiliser et gérer les processus et l’infrastructure informatiques.

Risque et ressources optimisées pour créer de la valeur

L’objectif principal de COBIT en matière de gouvernance est défini comme suit: «création de valeur», basée sur trois éléments:

  1. Réalisation des bénéfices – la citation, «la seule raison valable d’investir dans un changement fondé sur la technologie est de générer des bénéfices» est un bon point de départ pour décrire cet élément.
  2. Optimisation des risques – il existe deux types de risques, le mauvais et le bon. L’optimisation des risques consiste à éviter autant que possible les mauvais risques et à rechercher de manière proactive les bons risques qui rapporteront.
  3. Optimisation des ressources: il s’agit de veiller à ce que le service informatique dispose des ressources appropriées pour atteindre les objectifs de l’entreprise. Cela comprend la technologie, les ressources humaines et les processus. Il se concentre sur l’optimisation de ces ressources pour une fourniture efficace et cohérente de services informatiques. Et, sans les ressources adéquates en place, les organisations peuvent gaspiller de l’argent, laisser tomber les consommateurs et nuire au moral du personnel.

Le cadre aide à trouver le meilleur équilibre entre ces facteurs, de manière à ce que chaque groupe de parties prenantes puisse bénéficier d’une valeur optimale.

Système de gouvernance pour la transformation numérique

La nouvelle version mise à jour de COBIT reconnaît que la transformation numérique modifie le mode de travail des entreprises. Elle indique qu’il n’est plus acceptable que le conseil d’administration d’une organisation «délègue, ignore ou évite des décisions relatives à l’information et à la technologie». L’information et la technologie sont des outils essentiels dans un monde numérique. Les conseils d’administration et les cadres supérieurs doivent donc être étroitement associés. alors même que la création de valeur dépend de plus en plus de la numérisation.

Tableaux de bord équilibrés (BSC)

Le système de tableaux de bord équilibrés (Balanced Score Cards) est utilisé depuis de nombreuses années dans les entreprises pour aider les organisations à suivre leurs activités opérationnelles et s’assurer qu’elles s’efforcent de respecter la vision, la mission et les objectifs de l’entreprise. COBIT apporte le système de tableaux de bord équilibrés au service informatique pour aider à aligner les objectifs informatiques sur les besoins de l’entreprise.

Le tableau de bord équilibré (BSC) lui-même comporte quatre dimensions:

  1. Financier (l’organisation travaille-t-elle dans les limites de son budget et réalise-t-elle un bénéfice?)
  2. Client (l’organisation fournit-elle des services / produits que le client aime?)
  3. Interne (l’organisation optimise-t-elle tous ses processus pour fournir ses services de manière efficace?)
  4. Apprentissage et croissance (l’organisation est-elle en constante amélioration?)

Les objectifs de COBIT se répartissent sur les quatre dimensions des BSC. Le cadre précise si la relation de chaque objectif est primaire ou secondaire par rapport aux objectifs de gouvernance de COBIT. L’objectif de gouvernance est, rappelons-le la réalisation de bénéfices, l’optimisation des risques et l’optimisation des ressources.

Utilisateurs mieux satisfaits

Avec COBIT, les besoins des utilisateurs professionnels sont analysés et intégrés à des objectifs. Cela les aide à accroître leur satisfaction à la fois de l’utilisation des services (car ceux-ci répondent désormais à leurs besoins) et de l’interaction avec les technologies de l’information (parce qu’ils sont pris en compte dans le développement du processus). Dès lors, le cadre, ainsi que d’autres éléments, aident le service informatique à fournir la meilleure expérience utilisateur possible.

Valeur assurée pour les parties prenantes

Les parties prenantes sont toujours le point de départ de COBIT. L’analyse des parties prenantes consiste notamment à déterminer qui elles sont, ce dont elles ont besoin et ce qu’elles veulent.

Il est important ensuite de différencier leurs besoins et leurs désirs. Les désirs sont souvent «agréables à avoir», ce qui n’est tout simplement pas réalisable. Par contre, les besoins sont des exigences. L’organisation doit impérativement les satisfaire afin de fournir une valeur aux parties prenantes. En effet, comme le dit COBIT, la création de valeur est la raison pour laquelle les organisations existent.

Worldwide

Des entreprises du monde entier utilisent COBIT comme cadre de gouvernance. Reconnu dans le monde entier, il peut être mis en œuvre dans toute organisation qui s’appuie sur l’information et la technologie pour faciliter ses opérations commerciales. L’ISACA met à disposition des utilisateurs, sur son site web un document montrant les principales utilisations de COBIT comme cadre de gouvernance ou d’audit dans les différents pays du monde.

eXemples de mise en oeuvre

Se voulant clairement moins théorique que la version précédente, la documentation de COBIT 2019 inclut désormais de nombreux exemples destinés aux responsable de la conception et de la mise en oeuvre d’un système de gouvernance spécifique dans leur organisation. COBIT 2019 apparaît désormais comme une boîte à outils directement utilisable dans toute organisation.

Yes you can

Pour reprendre la devise du Président Obama, vous pouvez, vous aussi participer à l’évolution de COBIT 2019.

COBIT a été développé à l’origine par l’ISACA. L’ISACA est  une association professionnelle indépendante à but non lucratif regroupant plus de 140 000 professionnels de la gouvernance, de la sécurité, des risques et de l’assurance dans 187 pays.

L’ISACA a choisi un modèle «open source» pour COBIT 2019. Les utilisateurs ont donc désormais la possibilité de fournir de manière proactive un retour d’information et de proposer des améliorations, et de nouvelles évolutions qui seront publiées au besoin.

Zones d’intérêt

Une zone d’intérêt (focus area) décrit un sujet, un domaine ou un problème de gouvernance qui peut être traité par un ensemble d’objectifs de gouvernance et de gestion et leurs composants.

Les zones d’intérêt peuvent contenir une combinaison de composants de gouvernance génériques et de variantes.

Le nombre de zones d’intérêts est pratiquement illimité. C’est ce qui rend COBIT ouvert. L’ajout de nouvelles zones d’intérêt interviendra à la demande ou avec la contribution d’experts et de praticiens.

Les 4 zones d’intérêts actuellement priorisées et en cours de publication sont :

  • Petites et moyennes entreprises,
  • Cybersécurité,
  • Risques,
  • DevOps

Voici donc mon abécédaire de COBIT 2019, de A jusqu’à Z. Je ne vous cache pas que cela n’a pas été facile de trouver les mots adéquats pour certaines lettres rarement utilisées en français (K, W, Y, Z par exemple). J’ai essayé d’inclure les modifications de la version 2019 autant que possible. Pensez-vous qu’il faudrait ajouter d’autres sujets? N’hésitez pas à laisser vos remarques et commentaires. Nous vous en remercions.

10 trucs pour bien démarrer avec COBIT 2019

Il y a quelques semaines que la nouvelle version du référentiel de Gouvernance et de Management de l’information : COBIT 2019 a été publiée sous la forme des 4 premiers volumes. Nous nous sommes donc posé la question de comment bien démarrer avec COBIT 2019. Voici nos 10 conseils.

COBIT 2019 - 10 trucs pour bien démarrer votre initiative de gouvernance
Crédit © rawpixel.com 2018

Petit rappel historique : de Cobit à COBIT® 2019

Vous avez sûrement déjà entendu parler de COBIT. COBIT existe depuis un moment maintenant. Si tel est le cas, vous vous souviendrez peut-être que COBIT était un cadre dirigé vers des pratiques en matière d’audit. Vous vous souvenez peut-être aussi de l’ancien nom: CobiT. C’était alors un acronyme signifiant littéralement «Objectifs de contrôle pour l’information et les technologies connexes». Son nom traduisait clairement ses racines basées sur l’audit. Tout cela, c’était il y bien longtemps. En tout cas, c’était avant 2012.

Mais maintenant c’est simplement devenu COBIT®, un nom commercial  sans signification spéciale. À l’instar d’ITIL, l’acronyme a été remplacé en 2012 avec la version COBIT® 5 traduisant une ambition beaucoup plus grande. COBIT 5 est devenu LE cadre de gouvernance et de management de l’information des entreprises, incluant la technologie associée. Il s’agit donc depuis 2012 d’un référentiel de gouvernance et de management couvrant toute l’entreprise. Ce n’est plus un cadre d’audit limité au domaine informatique.

Avec COBIT 2019, l’ISACA va encore plus loin en simplifiant COBIT 5 et en y rajoutant des outils de design ainsi que des niveaux de maturité pour chacun des objectifs. Les processus et les « enablers » ont quitté le premier plan du modèle principal, remplacés par les objectifs.

Démarrer avec COBIT

Comme pour beaucoup de choses dans la vie, et pas uniquement dans les TI, il y a rarement une seule approche universelle. Au lieu de cela, vous devez trouver l’équilibre entre ce que vous devez réaliser, vos priorités clés et les limites organisationnelles sur lesquelles vous souhaitez appliquer le changement.

Alors, prenez les 10 conseils suivants dans l’esprit dans lequel ils vous sont proposés. Considérez-les et conservez seulement ceux qui sont pertinents pour votre organisation.

1. Comprenez d’abord à quoi sert COBIT

Cela peut vous paraître étrange de prime abord. Mais je vous rappellerai l’évolution de COBIT que j’ai décrite en introduction. COBIT 2019 est aujourd’hui décrit comme un «cadre de gouvernance et de gestion de l’information et de la technologie (I & T)». On est très loin de sa vocation d’origine. Il est également important de bien comprendre que ce n’est pas un cadre de gestion des services informatiques comme l’est ITIL par exemple. Il s’adresse à toute l’organisation prise dans son ensemble. Ce n’est donc pas quelque chose destiné au DSI. Un programme de mise en oeuvre couvre toute l’entreprise, c’est à dire toutes les directions : métiers, finances, RH, risques, sécurité, etc.

2. Comprenez ce que le mot « gouvernance » signifie pour votre organisation

C’est peut-être le conseil le plus important. Pour tirer le meilleur parti de COBIT 2019, il est primordial de «mettre tout le monde sur la même longueur d’onde» en ce qui concerne la gouvernance (et la gestion bien sûr). Sinon, vous aurez probablement autant de définitions internes de la gouvernance que d’employés. D’ailleurs il n’est pas du tout certain que votre haute direction ait une vision claire à ce sujet. En effet, la notion de gouvernance dans les pays francophones est assez mal comprise. Sans doute est-ce dû à l’histoire et à la culture « monarchique » française. Elle est très éloignée de la gouvernance comprise par les anglophones. Nous y reviendrons dans un prochain article sur la structure de gouvernance et de management des organisations. Alors si besoin, n’hésitez pas à faire suivre aux membres de votre direction une formation d’introduction. 2AB & Associates propose également des présentations destinées aux exécutifs que nous réalisons sur 1h30 à 3h pour l’ensemble de Comité de Direction

3. Reconnaissez que COBIT 2019 n’est pas seulement un ensemble de 40 processus

De nombreuses approches ITSM se concentrent sur les processus d’amélioration. COBIT 2019 inclut aussi 40 processus mais il ne sont que des composantes des 40 objectifs de gouvernance et de management. Les 40 objectifs se répartissent dans 5 domaines:

  • 1 domaine pour la Gouvernance
    • EDM : Evaluer, Diriger et Surveiller
  • 4 domaines pour le management
    • APO : Aligner, Planifier et Organiser
    • BAI : Bâtir, Acquérir et Implémenter
    • DSS : Délivrer, Servir et Supporter
    • MEA : Surveiller, Evaluer et Contrôler.

Chaque objectif repose sur 7 composants (qui s’appelaient les « enablers » dans la version précédente) pour être atteint :

  • un processus
  • structures organisationnelles
  • flux d’informations et d’éléments
  • personnes, des aptitudes et des compétences
  • politiques et des procédures
  • culture, éthique et comportement
  • services, infrastructure et applications.

Les objectifs sont déterminés en utilisant la cascade d’objectifs qui était au coeur de COBIT 5. De la sorte, vous vous focaliserez sur les objectifs prioritaires de votre organisation.

4. Obtenez l’implication forte de la haute direction pour la mise en oeuvre

Un facteur clé du succès de COBIT 5 a toujours été la haute direction, qui fournit la direction, le mandat et son engagement continu pour l’initiative. C’est encore plus vrai avec la version 2019. Il s’agit de mettre en oeuvre des pratiques de gouvernance et de management. C’est donc une responsabilité qui se situe au plus haut niveau de l’organisation. Sans une implication forte de haute direction, l’échec de votre programme est quasiment assuré.

5. Justifiez formellement l’investissement dans COBIT 2019

Ne démarrez pas cela comme «une bonne chose à faire» en vue de s’améliorer. Ces types d’initiatives tendent à être les premières à être arrêtées lorsque des pressions budgétaires entrent en jeu. Il s’agit là d’un programme d’envergure au niveau de votre entreprise. La justification grâce à des business cases appropriés est donc impérative. Réalisez une analyse de rentabilité pour chaque projet contenu dans le programme définissant la portée, les bénéfices attendus et, surtout, décrivant un mécanisme permettant de mesurer les progrès et les succès.

6. Commencez de façon ciblée pour obtenir un accord

En particulier, identifiez les «points de douleur» spécifiques. COBIT 2019 peut vous aider à les traiter (et à les résoudre) au lieu de simplement commencer par une liste d’actions. Cela vous aidera non seulement à rester concentré, mais aussi à promouvoir les succès obtenus. Cela vous permettra également de mieux convaincre la haute direction et de transformer un sentiment de besoin diffus en nécessité absolue de mise en oeuvre. C’est ainsi que vous déclencherez le désir du changement sans lequel rien n’est possible.

7. Mettez en oeuvre « votre » programme et n’essayez pas de copier-coller le contenu de COBIT 2019

Comme pour les autres cadres de bonnes pratiques, il est nécessaire d’adopter et d’adapter COBIT 2019 aux besoins et au contexte spécifiques de votre organisation. Ne considérez surtout pas la publication de l’ISACA comme un évangile et le seul moyen de bien faire les choses. Il s’agit simplement de lignes directrices vous permettant de comprendre comment procéder. Vous devez vous en inspirer pour créer votre propre cadre de gouvernance et de management de l’I&T, spécifique à votre organisation. Il convient également de cibler les objectifs qui sont prioritaires dans votre cas particulier. N’oubliez jamais que les ressources mises à votre disposition ne sont pas illimitées.

8. Assurez-vous que le langage que vous employez est compris et accepté de tous

Votre organisation n’est sans doute pas nouvelle. Elle a sans doute adopté un langage ou un lexique commun en interne afin de garantir la clarté de la communication. Il convient de faire en sorte que tout le monde ait une compréhension commune des choses. Donc, lorsque vous démarrez avec COBIT 2019, ne changez pas les habitudes. Utilisez le langage interne connu et compris de tout le monde connaît. Tant pis si ce n’est pas le langage utilisé dans les publications officielles. Le programme de mise en oeuvre ou d’amélioration de la gouvernance et du management de l’I&T est complexe. Ne le compliquez pas encore plus avec l’utilisation de termes que les gens ne comprennent pas. Cela risquerait d’aboutir au rejet pur et simple de votre initiative et à son échec. Ne courrez pas ce risque.

9. Démarrez doucement avec les choses simples et visibles

Comme pour chaque nouveauté introduite dans l’environnement professionnel, il est important de mettre l’accent sur les «gains rapides» (Quick Wins). Cette astuce se reflète dans la hiérarchisation des améliorations les plus bénéfiques dans le contexte de la facilité de réalisation. Cette atteinte rapide des objectifs et la réalisation des premiers bénéfices contribuera à renforcer la crédibilité et la confiance. Elle renforcera ainsi l’investissement continu en temps et en argent, ainsi que la motivation des personnes impliquées dans le changement.

10. Assurez-vous de mettre en place dès le début des mesures du succès

Comme déjà mentionné dans le conseil n ° 5, il doit exister un mécanisme permettant d’évaluer et de rendre compte des améliorations. Il est important de noter qu’il ne s’agit pas seulement de mesurer  la phase « projet ». Il convient aussi et surtout  de réaliser l’évaluation continue des performances et la progression des opportunités d’amélioration. Et surtout ne trichez pas. Soyez transparent et communiquez les résultats des mesures réelles. Si les cibles ne sont pas atteintes, c’est peut-être que vous avez été trop ambitieux. Alors expliquez- et adaptez vos cibles pour qu’elles soient atteignables et faites les progresser dans le temps. Il vaut toujours mieux commencer avec des résultats modestes mais en constante amélioration qu’avec des résultats incroyablement bons mais faux…

Voici donc nos 10 conseils pour bien démarrer avec COBIT 2019. Vous n’êtes pas d’accord? Vous pensez que vous pouvez en rajouter d’autres? Vos commentaires sont les bienvenus. N’hésitez pas à ouvrir le débat.

Introduction à COBIT 2019

L’ISACA vient de publier les deux premiers volumes de la nouvelle version de son cadre de Gouvernance et de Management de l’information d’Entreprise et des Technologies : COBIT 2019.

COBIT 2019 : le nouveau cadre de gouvernance et de management de l'I & T
© ISACA 2018

Nous vous proposons donc aujourd’hui une introduction à COBIT 2019. Cette introduction se compose de deux parties :

  • une présentation exécutive destinées aux équipes de direction. L’objectif est de mieux comprendre l’intérêt du cadre de gouvernance et de management de l’I & T,
  • les différences essentielles existant avec COBIT 5, la version précédente déjà largement adoptée dans le monde entier.

Concernant l’adoption de COBIT comme cadre de Gouvernance et de Management, mentionnons que la certification COBIT 5 Foundation fait une entrée remarquée dans les certifications qui correspondent aux meilleurs salaires en Europe en prenant cette année la 7ème place.

Présentation de COBIT 2019 et de ses nouveautés

Pour en savoir plus

Pour en savoir plus, nous vous conseillons la lecture de nos deux précédents articles COBIT 2019 – Les nouveautés ainsi que COBIT 2019 – Vos questions, nos réponses.

De plus, 2AB & Associates vous proposera début 2019 deux formations sur COBIT 2019 :

  • Une formation « Bridge » destinée aux certifiés COBIT 5 Foundation. Cette formation se déroulera sur 1 journée. Elle couvrira l’ensemble des différences entre COBIT 5 et COBIT 2019. A l’issue de cette formation, les participants pourront passer l’examen leur permettant d’obtenir la certification COBIT 2019 Foundation.
  • COBIT 2019 Foundation sans prérequis spécifiques. Cette formation d’une durée de 3 jours permet aux participants de comprendre les concepts du cadre de gouvernance et de management de l’I&T d’entreprise. A l’issue de la formation, les stagiaires passeront l’examen de certification COBIT 2019 Foundation.

Enfin, nous proposons également, sur demande, une présentation exécutive destinée aux dirigeants d’entreprises. Cette session est présentée par un de nos experts. Elle permettra donc aux participants d’échanger sur les avantages de la mise en oeuvre de COBIT 2019 dans leur organisation

Enfin, n’hésitez pas à commenter et à poser des questions à nos experts qui vous répondront en ligne. Et si vous aimez nos publications, vous pouvez bien entendu les partager sur les réseaux sociaux ou nous mettre un « like ».

Certifications et compétences qui paient en 2018

Comme chaque année, nous vous proposons un survol des certifications et compétences qui paient le mieux en 2018. Cet article s’appuie sur l’enquête annuelle réalisée par Global Knowledge sur les compétences et les salaires dans le domaine IT.

Les certifications et les compétences les mieux payées en 2018
Crédit © AdobeStock & Gwimages 2018

Notre précédent article sur les 6 certifications qui payaient le mieux en 2017 continue à être l’article plus lu de ce blog. Voici donc la version 2018 avec quelques évolutions notables. On constate un véritable glissement vers de nouvelles certifications et compétences correspondant aux meilleurs salaires. Cependant on peut constater des différences énormes selon les zones géographiques. Elles correspondent totalement à l’économie et aux besoins des entreprises dans chacune des zones. Il reste toutefois clair que les salaires sont dépendants de l’offre de compétences et de la demande régionale.

Vous courrez après les gros salaires? Cet article vous présente les certifications les mieux payées. Cependant il vous indique aussi ce que les employeurs attendent de vous et ce que cela implique. La certification ne suffit pas… C’est, pour un employeur potentiel, une assurance raisonnable quand à vos connaissances dans le cas de certifications courantes et aussi de votre compétence dans le cas des certifications professionnelles. Le recherche trois critères :

  • le savoir (sur la base de vos diplômes académiques et des vos certifications standards),
  • le savoir-faire (sur la base de vos certifications professionnelles et de votre expérience),
  • votre savoir-être sur la base de l’évaluation de votre comportement et de votre attitude (le recruteur ira chercher ces informations sur les réseaux sociaux, auprès de votre entourage professionnel et personnel).

Dans tous les cas, dites-vous que votre futur employeur vérifiera la réalité de ce que vous annoncez dans votre CV. Inutile donc de revendiquer une certification que vous n’avez pas. La vérification auprès de l’organisme émetteur de la certification révèlera immédiatement la supercherie. Cela se retournera contre vous. D’ailleurs, certains organismes de certification n’hésitent pas à porter plainte contre les fraudeurs et réclament des amendes importantes.

Certifications standards vs certifications professionnelles

Lorsqu’on parle de certification, il faut toujours bien faire attention à la signification qu’on donne aux mots. Les certifications standards sont par essence des certifications résultant de la simple réussite à un examen. C’est le cas des certifications ITIL, PRINCE2, VERISM, certaines certifications COBIT, etc. Elles se dénomment souvent Foundation, Practitioner, Intermediate ou encore Advanced. Aucune expérience dans le domaine n’est réclamée et la certification est valide sans limitation de durée.

Dans le cas des certifications professionnelles, à l’inverse, la réussite à l’examen n’est qu’une première étape. Ensuite il est nécessaire de prouver une expérience minimum de 3 à 5 ans dans le domaine concerné. L’organisme de certification effectue donc une vérification auprès des précédents employeurs de du candidat sur la valeur et la durée de son expérience ainsi que sur son attitude et son comportement. Ce n’est que lorsque cette vérification est positive que la certification est délivrée.

En général les certifications professionnelles ont une durée limitée, souvent de 3 ans. Chaque année ou chaque 3 ans, l’organisme exige la preuve que le certifié a bien suivi un nombre minimum d’heures de formation (CPD/CPE/CPU). Le certifié doit également acquitter de nouveau un montant significatif pour le renouvellement de sa certification. L’organisme de certification effectue alors, de façon aléatoire, des contrôles sur l’expérience acquise pendant les 3 ans ainsi que sur le comportement du certifié pendant cette période. A cette occasion la certification peut lui être retirée.

Parmi les certifications professionnelles, on peut citer CISA, CISM, CGEIT, CRISC, PMP, CIA, ISO 27001 Lead Implementer ou ISO 27001 Lead Auditor. Il est bien évident que les certifications professionnelles, plus « sérieuses », sont les plus recherchées par les employeurs. Ce sont donc aussi, logiquement, celles qui correspondent aux meilleurs salaires.

Les compétences les plus recherchées

Les compétences les plus recherchées sont bien naturellement celles qui paient le plus. C’est tout simplement la loi de l’offre et de la demande. Voyons ensemble les 5 domaines de compétences qui suscitent le plus de demandes en 2018. Précisons bien qu’il s’agit là de recherche de professionnels certifiés et pouvant démontrer plusieurs années d’expérience dans le domaine. Donc ce sont des domaines dans lesquels les employeurs recherchent en priorité des détenteurs de certifications professionnelles.

Notons toutefois que parmi ces 5 compétences les plus recherchées, deux certifications sont de niveau Foundation (COBIT 5 Foundation et Six Sigma Green Belt).

La cybersécurité

Comme lors des trois dernières années, les certifications en sécurité tiennent les premières places en matière de rémunération. Lorsque nous élargissons la liste aux 20 premiers, six certifications sont relatives à la sécurité an niveau mondial, y compris les deux premières places: CISSP de (ISC) 2 et CRISC de l’ISACA. Le CISM d’ISACA se classe au sixième rang mondial et au huitième rang en EMEA.

Le CISSP enregistre le salaire global moyen le plus élevé avec 70.177 € en EMEA (100.146 $ aux USA, ce qui représente une différence de plus de 27% entre les deux zones géographiques). Les professionnels de l’informatique possédant des certifications en sécurité ont tendance à avoir des salaires moyens globaux supérieurs de 15% (aux USA) à 63% (dans la région Asie-Pacifique) à la moyenne des autres certifiés.

Pour en savoir plus sur les certifications CISSP et CISM, nous vous invitons à lire notre article CISM vs CISSP : quelle certification choisir?

Le Cloud

Les certifications liées au Cloud, y compris AWS Certified Solutions Architect – Associate, ont des salaires moyens nettement supérieurs à la norme. En Amérique du Nord, le le salaire moyen du personnel informatique certifié AWS est 10% plus élevé que celui des personnels possédant une autre certification dans le Cloud et 29% supérieur au salaire moyen des professionnels IT certifiés dans un autre domaine. Toutefois, l’augmentation du salaire des professionnels certifiés en Cloud computing n’est pas limitée à ceux possédant les certifications AWS.

L’accent mis sur le nuage s’est également étendu à d’autres domaines fonctionnels. Les help-desks et les équipes de support technique recherchent activement des professionnels possédant des certifications dans le cloud computing et les réseaux.

La gestion de projet

Les gestionnaires de projets certifiés en Amérique du Nord ont également des salaires moyens au dessus de la norme. C’est particulièrement vrai pour ceux qui possèdent une certification PMP (103 406 $) par rapport à la moyenne des autres professionnels certifiés en gestion de projet, par exemple PRINCE2  (97 745 $). La tendance est beaucoup moins nette sur la région EMEA. Pour en savoir plus sur ces deux certifications, nous vous invitons à relire notre article PRINCE2 vs PMP : Quelle méthode de gestion de projet choisir?

On voit également émerger cette année une demande croissante pour les chefs de projets certifiés sur une méthode agile. Dans ce contexte c’est la certification Certified ScrumMaster (CSM) avec un salaire moyen de 98 562 $ qui tient la tête.

La gouvernance et le management

L’ISACA est une association indépendante axée sur l’adoption et l’utilisation des meilleures pratiques de gouvernance et de management de l’information et des technologies dans les organisations. L’ISACA possède six certifications dans le top 20 mondial, y compris CGEIT, CISA, CRISC et CISM . Une nette tendance se dégage également avec une demande de plus en plus forte de professionnels certifiés sur COBIT 5. Cela se traduit par un salaire moyen des professionnels certifiés COBIT 5 Foundation qui atteint maintenant 65.000 € dans la région EMEA.

Si vous vous posez des questions sur le CISA, nous vous conseillons trois articles précédemment publiés sur notre blog :

Compétences Six Sigma

La certification Six Sigma Green Belt est parrainée par l’association indépendante IASSC. C’est une certification de base sur un ensemble de techniques et d’outils d’amélioration des processus. Une tendance nette se dégage également en faveur des professionnels possédant une certification Six Sigma Green Belt qui obtiennent un salaire moyen de 99.865 $ en Amérique du Nord et de 69.000 Euros en EMEA soit une différence de 21%, la plus faible du top 20 des certifications.

Le top vingt des salaires par certification en Europe

Les résultats du classement 2018 sont extrêmement intéressants car ils montrent un changement important par rapport à 2017. La grande nouveauté est l’arrivée en force des certifications AWS (Amazon) dans les premières places du classement. A l’inverse les certifications qui monopolisaient les premières places ce dernières années subissent un fort recul (CISA, PMP). On voit également apparaître en 7ème position une certification qui fait sont entrée dans les 10 premières : COBIT 5 Foundation. Il est également à noter que cette année les certifications CISCO disparaissent complètement du classement.

Classement 2018 des 20 certifications et certifications professionnelles correspondant au meilleurs salaires en euros
Classement établi sur les salaires en région EMEA (Europe, Moyen Orient & Afrique). L’ordre est différent en Amérique du Nord.

L’autre enseignement de ce classement est la différence très importante des salaires entre la région EMEA et l’Amérique du Nord. Les salaires en EMEA sont tirés nettement vers le bas par la zone Afrique ainsi que le montre la carte suivante.

Salaires des professions IT par région du monde
Moyenne des salaires IT par région du monde – Crédit © Global Knowledge 2018

Conclusion

Ces éléments peuvent vous aider à choisir parmi les certifications disponibles celles qui vous conviennent le mieux. Bien sûr le salaire est un critère mais n’oubliez pas que la certification ne garantit pas le niveau de salaire. C’est votre compétences et votre adéquation au marché qui feront la différence.

N’hésitez pas à commenter cet article en y apportant vos témoignages sur votre expérience personnelle. Posez-nous également des questions. Nos experts se feront un plaisir de vous répondre. Si cet article vous a paru intéressant, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux et à nous mettre un « like » si vous le souhaitez.

COBIT 2019 – Vos questions, nos réponses

Depuis la publication de notre article présentant, en avant-première, les nouveautés de COBIT 2019, vous nous avez posé de nombreuses questions. Nous vous apportons quelques réponses. Pour l’heure, nous ne pouvons pas encore tout vous dire. Soyez patients. Nous vous donnerons notre avis détaillé sur cette nouvelle version du cadre de référence en Gouvernance de l’Information dès que les deux premières publications seront disponibles sur le site de l’ISACA.

Cadre de gouvernance COBIT 2019 - Questions réponses
Crédit © rawpixel 2018

L’accélération de la transformation numérique a rendu l’information et la technologie (I&T) cruciales pour le soutien, la croissance et la durabilité des entreprises. Les conseils d’administration et les cadres dirigeants ont pu jadis déléguer, ignorer ou éviter les décisions liées à l’I&T. Cependant ils savent maintenant que cette approche est mal avisée. Ce ne sont pas uniquement les entreprises digitales qui dépendent de l’I&T pour leur survie et leur croissance. La création de valeur par les parties prenantes (c’est-à-dire la réalisation des bénéfices à un coût optimal en ressources tout en optimisant les risques) est également souvent obtenue par la digitalisation de nouveaux modèles d’affaires, grâce à des processus efficaces et à des innovations réussies.

L’I&T est maintenant totalement intégrée à la gestion des risques d’entreprise et de la création de valeur. Un accent particulier a donc été mis sur la gouvernance de l’information d’entreprise et de la technologie (GEIT) au cours des deux dernières décennies. COBIT a reflété cet accent mis sur la GEIT dans ses dernières mises à jour, aboutissant à COBIT 5. Toutefois, une nouvelle édition, dont la sortie est prévue en novembre 2018, étendra et facilitera encore cette tendance.

La nouvelle édition s’appelle COBIT 2019. Les mises à jour de COBIT ne seront dorénavant plus identifiées par des numéros de version. Au lieu de cela, elles porteront  la date de la dernière mise à jour. Cela correspond à un environnement I&T dynamique qui génère des changements à un rythme si rapide qu’il est difficile de les suivre. COBIT 2019 prend en compte ces problèmes et les résout en faisant de COBIT un cadre de gouvernance I&T dynamique pouvant être mis à jour plus rapidement, en appliquant les commentaires des utilisateurs pour qu’ils restent pertinents pour la communauté internationale des professionnels de la gouvernance.

Vos questions, nos réponses

Qu’est-ce que COBIT?

Le processus de mise à jour de COBIT a impliqué des efforts considérables pour mettre en perspective ce qu’il est et ce qu’il n’est pas. Cet article décrit chaque côté de l’équation, en commençant par ce qu’il est.

COBIT 2019 peut être décrit comme un cadre pour la gouvernance et la gestion de l’I&T des entreprises, destiné à l’ensemble de l’organisation. L’I&T d’entreprise fait référence à tous les traitements I&T mis en place par l’entreprise pour atteindre ses objectifs, quel que soit le lieu où cela se produit dans l’organisation. En d’autres termes, l’I&T d’entreprise ne se limite pas au service informatique d’une organisation, mais il est certain qu’elle l’inclut. Elle inclut aussi sans aucun doute d’autres départements tout aussi importants comme les ressources humaines.

COBIT 2019 définit les composants permettant de construire et de maintenir un système de gouvernance : politiques, processus et procédures, structures organisationnelles, flux d’informations, compétences, infrastructure, culture et comportements. Celles-ci étaient appelées «facilitateurs» (« enablers » en anglais) dans COBIT 5. Il définit également les facteurs de conception que l’organisation doit prendre en compte pour créer un système de gouvernance parfaitement adapté.

Il aborde les problèmes de gouvernance en regroupant les composants de gouvernance pertinents dans des domaines prioritaires pouvant être gérés aux niveaux de maturité requis.

Qu’est-ce que COBIT n’est pas?

Après avoir décrit ce qu’est COBIT 2019, il est important de définir ce qu’il n’est pas. Cela implique de tordre définitivement le cou à certaines idées fausses au sujet de COBIT, telles que :

  • COBIT 2019 ne décrit pas complètement l’environnement I&T d’une organisation.
  • Ce n’est pas un cadre pour organiser les processus métier.
  • Ce n’est pas un cadre technique (informatique) pour gérer toutes les technologies.
  • Il ne prend ni ne prescrit aucune décision liée à l’informatique. Par exemple, il ne répond pas aux questions telles que: quelle est la meilleure stratégie informatique? Quelle est la meilleure architecture? Combien devrait coûter l’informatique? Au lieu de cela, il définit tous les composants qui décrivent quelles décisions doivent être prises, comment et par qui elles doivent être prises.

Pourquoi le logo a-t-il changé?

COBIT 5 a été publié en 2012, ce qui fait presque 7 ans. Depuis cette époque, d’autres cadres et les normes ont évolué, créant un paysage différent. L’émergence de nouvelles technologies et les tendances business en matière d’utilisation des technologies de l’information (transformation numérique, DevOps, par exemple) n’étaient pas intégrées dans COBIT 5. Un réalignement était donc nécessaire.

Pour rester pertinent, il est impératif que COBIT continue d’évoluer, ce qui nécessitera des mises à jour plus fréquentes et plus fluides. Dans le nouveau logo, la flèche rouge symbolise cette notion d’évolution continue. De plus, pour assurer un contrôle efficace des versions, toutes les mises à jour futures comporteront l’année correspondant à la publication la plus récente.

Quelles sont les publications de COBIT 2019 et quand seront-elles disponibles?

La famille de produits COBIT 2019 est n’est pas limitée aux produits qui seront prochainement publiés. Le développement de nouvelles orientations, formations et ressources pour soutenir la famille de produits COBIT 2019 sera continuellement évaluée en fonction de la demande du marché. Ce développement sera géré en cohérence avec les autres produits de l’ISACA.

Disponibles le 12 novembre 2018

  • Cadre COBIT 2019: Introduction et méthodologie – Introduction aux concepts clés de COBIT 2019.
  • Cadre COBIT 2019: Objectifs de gouvernance et de gestion. Cette publication décrit de manière exhaustive les 40 objectifs fondamentaux en matière de gouvernance et de gestion, les processus qu’ils contiennent, et d’autres composants connexes. Ce guide fait également référence à d’autres normes et référentiels du marché.

Disponibles le 10 décembre 2018

  • Guide de conception COBIT 2019: Conception d’une solution de gouvernance de l’information et de la technologie. Ce guide explore les facteurs de conception pouvant influencer la gouvernance. Il inclut un flux d’activités afin de planifier un système de gouvernance sur mesure pour l’entreprise.
  • Guide d’implémentation COBIT 2019: Implémentation et optimisation d’une solution de gouvernance de l’information et de la technologie. Ce titre représente une évolution du Guide de mise en œuvre de COBIT 5.  Il propose l’élaboration d’une feuille de route pour l’amélioration continue de la gouvernance. Il peut être utilisé en combinaison avec le Guide de conception COBIT 2019.

Les publications COBIT 2019 seront-elles gratuites pour les membres ISACA?

Dans le cadre de l’engagement de l’ISACA d’apporter une valeur optimale à ses membres, le téléchargement au format PDF des quatre publications principales de COBIT 2019 suivantes seront gratuites pour les membres :

  • Cadre COBIT 2019 : Introduction et méthodologie
  • Cadre COBIT 2019 : Objectifs de gouvernance et de gestion
  • Guide de conception COBIT 2019 : Conception d’une solution de gouvernance de l’information et de la technologie
  • Guide d’implémentation COBIT 2019: Implémentation et optimisation d’une Solution de gouvernance de l’information et de la technologie

De plus, les membres de l’ISACA recevront des réductions exclusives sur l’achat de publications imprimées. Pour en savoir plus, consultez le site de ‘ISACA : http://www.isaca.org/COBIT.

COBIT 2019 est-il aligné avec les autres normes et cadres internationaux?

L’un des principes directeurs appliqués tout au long du développement était de maintenir son positionnement de COBIT 2019 en tant que cadre général de gouvernance. Ainsi, il continue de s’aligner sur un certain nombre de normes, cadres et / ou réglementations pertinents. COBIT 2019 comprend des références et s’aligne sur des concepts provenant d’autres sources. Par exemple COBIT 2019 est aligné, entre autres, sur ITIL, ISO 27001, ISO 20000, DEVOPS, PRINCE2, PMBOK, TOGAF, COSO, SFIA, etc..

Dans ce contexte, l’alignement signifie que :

  • COBIT 2019 ne contredit aucune indication des référentiels et normes correspondants,
  • Le cadre COBIT 2019 ne copie pas le contenu de ces référentiels et normes associés,
  • COBIT 2019 fournit des conseils ou références équivalents aux normes et référentiels correspondants.

Une liste complète des normes et guides pratiques utilisés dans le cadre du développement de COBIT 2019 est fournie dans la présentation PPT intitulée  COBIT® 2019 Overview. Celle-ci, en anglais, est disponible dans la boîte à outils COBIT 2019 sur le site de l’ISACA. Cette liste figure également dans la publication Cadre COBIT 2019 : Introduction et méthodologie.

Y aura-t-il un cursus de formation de certification COBIT 2019?

Un nouveau parcours de formation et de certification sera proposé dès le début 2019. COBIT 2019 est un cadre en évolution continue. En conséquence, l’ISACA continuera en permanence à évaluer le marché et à proposer de nouveaux modules de formation. Les premier modules seront disponibles selon le calendrier suivant :

Janvier 2019 : Atelier de transition COBIT 5 vers COBIT 2019 (1 journée)

Ce cours de transition d’une journée présente les concepts, les modèles et les définitions clés du nouveau cadre en mettant l’accent principalement sur les différences majeures entre COBIT 2019 et COBIT 5.

Janvier 2019 : Formation et certification COBIT 2019 Foundation (3 jours)

Développée pour préparer les participants à l’examen de certification COBIT 2019 Foundation, cette formation plongera dans le contexte, les composants, les avantages et les principales raisons pour lesquelles utiliser COBIT en tant cadre de gouvernance de l’information et des technologies en entreprise.

Avril 2019 : Formation et certification COBIT 2019 Conception et mise en oeuvre (3 jours)

Cette formation de 3 jours prépare les participants à l’examen de certification COBIT 2019 Design and Implementation. Les participants apprendront comment concevoir un système de gouvernance parfaitement adapté au contexte de leur entreprise en s’appuyant sur le cadre de gouvernance de l’ISACA.

Où puis-je me former et passer les certifications?

La formation ainsi que les examens de certification seront disponibles à partir de janvier 2019. Vous pourrez y accéder via les canaux suivants:

  • Centres de formation accrédités par ISACA (via APMG ou Peoplecert);
  • Chapitres ISACA;
  • Conférences ISACA et ateliers pré-conférence;
  • Programme de formation sur site d’ISACA.

Pour ce qui nous concerne, 2AB & Associates sera accrédité par l’ISACA dès le lancement des modules de formation. Nous avons d’ores et déjà commencé le développement des trois modules initiaux prévus par ISACA. Les premières sessions COBIT 2019 Bridge et COBIT 2019 Foundation sont déjà à notre calendrier dès janvier 2019. Nous proposons également pour les personnes déjà certifiées COBIT 5 Foundation un atelier d’une journée leur permettant de faire la transition de leur certification actuelle vers la nouvelle version.

Nous organisons également, à la demande, des présentations d’une demi-journée destinées aux dirigeants des entreprises. N’hésitez pas à consulter le site www.2abassociates.fr ou www.2abassociates.ca pour en savoir plus.

Les programmes de formation COBIT 2019 remplaceront-il les formations COBIT 5?

ISACA continuera à soutenir l’accréditation et la délivrance de la formation et du cursus de certification COBIT 5. Ainsi, la formation COBIT 5 continuera à cohabiter avec la formation COBIT 2019. Il ne serait donc par judicieux de remettre votre formation COBIT à plus tard en attendant le nouveau cursus de formation/certification. Tout au contraire, nous vous invitons à profiter de notre offre promotionnelle sous forme de package Formation et certification COBIT 5 Foundation + atelier de transition vers COBIT 2019.

Les publications COBIT 5 resteront-elles disponibles en 2019?

L’ISACA continuera de soutenir les nombreuses organisations gouvernementales et  non gouvernementales qui, depuis 2012, ont mis en oeuvre COBIT 5. Tous les guides COBIT 5 (et produits dérivés) vont donc rester disponibles pour téléchargement ou achat en ligne. De plus, tous les produits, ressources et programmes de formation COBIT 5 resteront disponibles (parallèlement à COBIT 2019).

Quelles sont les différences entre COBIT 2019 et COBIT 5?

COBIT 2019 offre une plus grande flexibilité et une plus grande ouverture pour améliorer la pertinence dans le temps de COBIT.

  • L’introduction de nouveaux concepts tels que les domaines de focalisation et les facteurs de conception permet de proposer des bonnes pratiques pour adapter un système de gouvernance aux besoins de l’entreprise.
  • La mise à jour de l’alignement sur les normes, les cadres et les meilleures pratiques améliore la pertinence de COBIT.
  • Un modèle de type «open source» permettra à la communauté mondiale de la gouvernance de contribuer aux futures mises à jour  en apportant des commentaires, en partageant des applications et en proposant des améliorations au
    cadre et aux produits dérivés en temps réel. De la sorte, de nouvelles évolutions de COBIT pourront être publiées sur une base cyclique.
  • De nouvelles orientations et de nouveaux outils soutiennent l’élaboration d’un système de gouvernance optimal. Cela rend donc COBIT 2019 plus prescriptif.

Ce n’est pas le CISA qui fait un bon auditeur

Je suis toujours très étonné de constater que les pages les plus consultées sur ce blog sont celles qui font référence au CISA, à la certification PMP et aux certifications qui correspondent aux meilleurs salaires. C’est un peu comme si le fait de posséder une certification garantissait un niveau de rémunération. D’ailleurs une des pages les plus populaires de ce blog est celle qui liste les 6 certifications les mieux payées.

Le CISA ne fait pas un auditeur
Crédit © Bakhtiarzein

Le CISA est une certification professionnelle, pas un label

En France et dans la majorité des pays francophones, on cultive une vénération totalement incohérente pour les diplômes et les certifications de tout type. Ainsi, un de mes clients, en Afrique de l’Ouest, membre de l’élite dirigeante, me confiait :


Aux Etats-Unis, quand tu recherches un emploi, le recruteur te demande: « Pourquoi voulez-vous travailler pour nous et qu’est-ce que vous pouvez nous apporter? ». En France le recruteur te demande: « Quels diplômes et quelles certifications possédez-vous? ». En Afrique, le recruteur te pose la question suivante: « Qui est-ce qui t’envoie? ».


Tout est résumé dans cette approche. La France est obsédée par les certifications et les diplômes. Dès lors il n’est pas étonnant de voir que l’intérêt des personnes se porte sur les certifications. Et le CISA figurant parmi les certifications qui, statistiquement, sont détenues par des  personnes considérées comme les mieux rémunérées, le raccourci est assez facile. CISA devient synonyme de forte rémunération.

Comment est structuré le CISA?

Essayons d’abord de replacer le CISA dans son contexte. C’est une certification professionnelle, proposée par l’ISACA et destinée à reconnaître les compétences d’auditeurs TI expérimentés. A ce titre, il est composé de deux parties. La première partie est un examen – difficile -de 150 questions destinées à vérifier les connaissances des auditeurs. Il porte sur 5 domaines de connaissances  que devraient posséder à minima tous les auditeurs TI pour accomplir leur mission :

  • Le processus d’audit des SI (représente 21% des connaissances testées)
  • La gouvernance et le management des TI (16% sur l’organisation, les rôles et responsabilités et surtout le système de management de l’entreprise)
  • Acquisition, développement et mise en oeuvre des SI (18% sur l’audit des projets dans le domaine des TI)
  • Exploitation, maintenance et gestion des services (20% sur la production informatique)
  • Protection des actifs informationnels (25% sur la sécurité des systèmes d’information)

Bien évidemment, cela n’est en aucun cas suffisant pour prétendre être un bon auditeur TI. Vous pouvez toujours apprendre par coeur les contenu des manuels, cela ne prouvera jamais que vous êtes compétent. Tout au plus cela prouvera que vous avez « une mémoire de cheval »… Et clairement, vous ne serez pas le profil dont ont besoin les entreprises pour se développer. C’est juste un minuscule premier pas vers la compétence. Pour pouvoir se développer sur leur marché, les entreprises ont besoin de personnels compétents.

La compétence de l’auditeur, dès lors qu’il a acquis les connaissances de base, se mesure à son aptitude à réaliser des missions d’audit. La compétence intègre donc une composante importante liée à l’expérience et au comportement des personnes. C’est ce qui constitue la seconde partie du CISA : la vérification de l’expérience et de l’attitude des candidats sur une durée totale de 5 ans durant les 10 dernières années écoulées.

Comment s’effectue la vérification de la compétence des postulants au CISA?

Chaque postulant à la certification CISA doit remplir des documents listant ses expériences passées dans le domaine de l’audit et du contrôle interne des TI. Chaque document doit ensuite être signé par un (ex-) manager qui pourra attester de la véracité de vos compétences d’auditeur. Lorsque vous avez atteint la durée cumulée de 5 années durant lesquelles il existe des preuves de votre expérience, vous pourrez alors renvoyer votre dossier à l’ISACA. A ce moment, un comité de certification évaluera votre dossier et vérifiera vos compétences. Le plus souvent il s’agit de revoir votre dossier de candidature et de vérifier sa cohérence par rapport au cinq domaines de compétences.

De façon aléatoire et/ou en fonction du résultat de cette revue, ISACA contacte les personnes qui vous ont servi de référence. Elles seront interviewées par un membre de l’ISACA qui vérifiera que le document reçu représente bien la vérité. Ensuite le comité de certification, après délibération, vous attribuera, ou pas, la certification CISA.

Dès lors que l’ISACA reçoit votre dossier complet, le processus  prend environ de 4 à 8 semaines.

Et après l’obtention du certificat?

Ce n’est que lorsque vous recevez le certificat final, à l’issue du processus complet que vous pourrez revendiquer votre certification sur votre CV et sur les réseaux sociaux. Tant que vous n’avez réussi que l’examen seulement, vous n’êtes pas certifié CISA. Dans ce cas, il est d’ailleurs mentionné clairement par l’ISACA que vous ne pouvez en aucune façon le mentionner. Vous ne pouvez revendiquer votre certification qu’en mentionnant votre numéro de certificat. Il est à noter que l’ISACA audite régulièrement les réseaux sociaux afin d’éliminer et de sanctionner les « fraudeurs ».

Il est également important de noter que le CISA étant une certification professionnelle destinée aux auditeurs IT, elle n’est valable que pour une durée de 3 ans. A l’issue de ces trois ans vous serez nudité par le Comité de Certification. Celui-ci déterminera si votre CISA vous est attribué pour 3 années supplémentaires.

Comment maintenir son CISA dans le temps?

Dès l’obtention du CISA, vous serez soumis à des obligations pour pouvoir le conserver. Parmi ces obligations, figure celle d’adhérer au code d’éthique de l’ISACA et de le respecter en toute circonstance. En cas de manquement avéré votre CISA vous sera retiré immédiatement et définitivement. Il vous sera également demandé d’être adhérent à l’ISACA et de maintenir votre adhésion chaque année.

De plus, le métier d’auditeur évoluant en permanence, vous serez obligé, chaque année, de fournir des preuves que vous êtes dans un processus d’amélioration de vos compétences. Cela se fait en suivant des formations, en participant activement à des publications ou encore en participant à des conférences. Chacune de ces activités vous rapportera des CPE (Continual Professional Education). En moyenne, un CPE équivaut à 50 minutes de formation ou d’activité reconnue. Chaque année vous devez communiquer à l’ISACA le nombre de CPE acquis dans l’année écoulée. Vous devez en produire un minimum de 20 par année avec un minimum cumulé de 120 sur 3 ans.

A la fin de chaque période de 3 ans, votre certification est évaluée par le comité de certification et vos CPE peuvent être audités pour s’assurer qu’ils sont bien justifiés. Vous devrez donc conserver précieusement les preuves des CPE que vous revendiquez. Si l’ISACA découvre que vous revendiquez des CPE non valides ou si vous n’atteignez pas le minimum requis sur les 3 ans, votre certificat vous sera immédiatement retiré. Vous devrez alors retirer immédiatement la mention de votre CISA sur vos cartes de visite, vos CV et sur les réseaux sociaux. Le retrait du CISA est définitif. Dans le cas où vous souhaiteriez l’obtenir de nouveau, vous devrez repasser l’examen et suivre de nouveau le processus complet de certification.

Le CISA fait-il de vous un bon auditeur?

Comme vous pouvez le comprendre, le CISA ne fait pas de vous un bon auditeur. Au contraire, c’est si vous êtes déjà un bon auditeur que vous pourrez espérer obtenir le CISA. Ensuite pour le conserver, vous devrez démontrer durant toute votre vie professionnelles que vous restez parmi les meilleurs. C’est ce qui explique la valeur de cette certification et les salaires élevés qui lui sont associés. Les Entreprises sont toujours prêtes à bien rémunérer des personnes compétentes qui leurs apportent de la valeur. Elles n’ont aucun intérêt à rémunérer le savoir. Il est dans ce cas plus simple d’acheter une bonne base de connaissances auprès d’un éditeur. Ce n’est donc pas le CISA qui fait la rémunération. C’est la satisfaction des conditions exigées des auditeurs pour conserver leur CISA qui justifie leur rémunération élevée.

Y a-t-il de mauvais auditeurs parmi les détenteurs du CISA?

Malgré toutes les précautions prises par l’ISACA, il existe bien sûr des cas de personnes qui passent au travers « des mailles du filet ». L’ISACA est une association professionnelle dont l’effectif salarié est d’environ une centaine de personnes au niveau mondial. L’association n’a donc pas les moyens de vérifier en détail tous les dossiers. Elle procède donc par échantillonnage. N’oublions pas que nous avons affaire à des auditeurs. Il existe donc des personnes qui arrivent à obtenir leur certification en n’ayant pas les qualités requises. Mais l’audit réalisé tous les trois ans pour maintenir la certification aide à les éliminer sur le long terme. Il y a aussi des fraudeurs qui obtiennent des références de complaisance. Dans ce cas l’interview des références par les membres de l’ISACA a tôt fait de mettre au jour la fraude. Mais là encore, ces interviews ne sont pas systématiques et elles sont réalisées par échantillonnage.

Cependant, dans l’ensemble, une gros effort est fait pour maintenir la crédibilité de cette certification. Et c’est bien ce qui en garantit toute la valeur auprès des Entreprises et des recruteurs.

 

7 raisons de suivre une formation COBIT

Formation COBIT : Pour qui et pourquoi?

Au moment d’adopter COBIT® 5 en tant que cadre pour la Gouvernance et le Management de l’Information, de nombreuses questions se posent. Tout d’abord, l’entreprise comprend-elle parfaitement ce que signifie la gouvernance et la gestion l’Information d’Entreprise et de la Technologie Associée (GEIT)? Les professionnels de la gouvernance de l’entreprise savent-ils comment évaluer efficacement l’état actuel du système d’information de l’entreprise dans le but de déterminer quels aspects de COBIT® 5 mettre en œuvre? L’entreprise est-elle en mesure de réaliser une évaluation pour déterminer l’aptitude d’un processus défini?

7 raisons de suive une formation COBIT

Pourquoi une formation COBIT?

La formation COBIT® 5 constitue, bien évidemment, un aspect important pour pouvoir s’assurer que les professionnels de la Gouvernance du SI ont les réponses à leurs questions et deviennent des professionnels compétents sur COBIT®.

Bien que de nombreux concepts puissent sembler familiers aux personnels du domaine informatique, cette version évolutive intègre les dernières réflexions sur les techniques de Gouvernance et de Gestion de l’Information des Entreprises et fournit des principes, des pratiques, des outils analytiques et des modèles reconnus dans le monde entier.

COBIT 5 porte sur la Gouvernance et le Management du Système d’Information et non sur l’Informatique. L’informatique ne constitue qu’une faible partie du Système d’Information. L’information est partout dans l’Entreprise. Contrairement aux idées reçues, seule une très faible partie est gérée par la technologie. Il est donc essentiel de ne pas se limiter au domaine informatique. La réalisation d’un programme de formation approprié pour les professionnels des métiers de l’Entreprise sur ce qu’est vraiment COBIT et comment il peut être utilisé et mis en œuvre est absolument essentielle. Bien sûr les technologies de l’information sont également concernées mais à moindre titre.

Une formation COBIT pour qui?

La formation COBIT est d’abord destinée aux membres des conseils d’administration et des comités de direction ainsi qu’aux directions métiers. Les auditeurs IT / IS, les auditeurs internes, la sécurité de l’information sont également ciblés. Les consultants et les membres de la direction du SI et des TI, qui ont besoin de connaître la GEIT, en tireront également un grand bénéfice.

7 bénéfices clés d’une formation COBIT

Une formation sur le référentiel COBIT profitera tout autant à l’organisation qu’aux personnes qui auront la chance d’y participer. Examinons 7 de ces bénéfices, en gardant à l’esprit qu’il en existe bien d’autres.

1 – Amélioration de l’efficacité et de la productivité

Une formation COBIT 5 fournit les outils et les connaissances indispensables à l’utilisation de COBIT. Les professionnels comprendront mieux ce que signifie la GEIT et comment ce concept peut être appliqué à leur entreprise. Chaque individu en tirera une appréciation plus pratique de la façon d’appliquer COBIT 5 à des problèmes spécifiques d’entreprise, des points de douleur, des événements déclencheurs et des scénarios de risque. Les rôles et les responsabilités de chacun au sein de l’organisation, en relation avec COBIT, seront clairement définis (facilitateur 3), entraînant un accroissement de productivité et d’efficacité dans l’entreprise. Cette meilleure compréhension des rôles et responsabilités permettra de mieux gérer les ressources et les risques. L’ensemble de ces concepts sont étudiés dans la formation COBIT Foundation qui sert de point d’entrée dans le cursus.

2 – Renforcer la confiance et la valeur créée par les systèmes d’information

Les cours de formation COBIT 5 fournissent aux participants les concepts et les principes clés leur permettant de découvrir comment évaluer l’état actuel de leur système d’information d’entreprise, dans le but de déterminer quels aspects de COBIT 5 seraient les plus prioritaires à mettre en œuvre. La confiance provient du fait que chacun connaîtra son rôle et disposera des outils et des connaissances nécessaires pour mettre en œuvre et évaluer efficacement la Gouvernance et le Management de l’Information dans son Entreprise.

3 – Positionnement spécifique

La connaissance de COBIT par le professionnel de la Gouvernance lui permettra de bien dissocier les activités de Gouvernance des activités de Management. La Gouvernance consiste à Diriger, Evaluer et Surveiller la performance. Le Management Planifie, Construit, Exploite et Contrôle. Les formations COBIT 5 confèrent aux participants une connaissance inégalée en matière de Gouvernance et de Management de l’Information dans l’Entreprise sous la forme de concepts, de principes et de processus. Cette connaissance est cruciale pour l’évaluation de la capacité de l’Entreprise à créer de la valeur. Elle est également indispensable pour mettre en oeuvre un système de Gouvernance et de Management adapté. En outre, COBIT® est évolutif. Une formation accréditée permet ainsi au professionnel d’être à la pointe des connaissances et de la pratique.

4 – Accroissement de la confiance et de la capacité

Une formation COBIT permet aux participants d’affiner leurs compétences et d’améliorer la compréhension des risques IT. Elle permet notamment d’améliorer la prise de décisions éclairées pour réduire les incidents de sécurité de l’information. Cette compréhension et la sensibilisation au risque sont essentielles pour améliorer la prévention, la détection et la résilience aux incidents. Le professionnel COBIT sera capable de fournir des outils à son Organisation pour maintenir des informations de haute qualité lui permettant de prendre les décisions commerciales avisées et de l’aider à respecter les exigences réglementaires, légales ou gouvernementales. Ces connaissances permettront de mettre en place un programme d’amélioration continue en s’appuyant sur la formation COBIT Implementation.

5 – Crédibilité

Les organismes de formation COBIT accrédités par l’ISACA qui offrent des formations et des examens de certification doivent d’abord passer un processus d’agrément méticuleux. Les formateurs accrédités sont évalués régulièrement au travers d’audits sur site de leur compétence et de leur pédagogie. Les participants à une formation auprès d’un organisme de formation accrédité sont donc certains de la qualité de la formation qu’elles reçoivent. Les entreprises peuvent vérifier que l’organisme de formation auquel ils font appel est bien accrédité par APMG ou par Peoplecert. Les examens sont rigoureux, stimulants et cohérents, et, en conséquence, les participants peuvent être fiers de leur réussite. En outre, les employeurs peuvent vérifier auprès de l’ISACA si leurs employés sont vraiment titulaires d’une certification COBIT.

6 – Alignement de la sécurité de l’information avec la stratégie de l’organisation

La cascade d’objectifs est un outil essentiel pour aligner les objectifs de l’informatique avec les objectifs de l’Entreprise. Les participants à une formation COBIT apprendront à maîtriser cet outil très puissant. Ils seront ainsi en mesure d’assurer que la sécurité de l’information est bien alignée à la stratégie de l’Entreprise. Ceci leur permettra de s’assurer que la tolérance au risque de l’Organisation est bien respectée tout en maximisant les bénéfices et en optimisant les ressources. Ainsi, il leur sera plus facile de prendre les bonnes décisions tout en économisant les ressources et les budgets. Grâce à cette connaissance, la sécurité ne sera plus un sujet exclusivement technique. Selon une étude d’IBM, 95% des attaques réussies sur les données ne proviennent pas de l’informatique. Il est donc primordial de ne pas laisser ce sujet entre les mains des informaticiens.

7 – Assurance de l’aptitude de l’organisation à créer de la valeur

Grâce à la méthode d’évaluation d’aptitude des processus basée sur la norme ISO 15504, les auditeurs internes participant à une formation COBIT apprendront à s’assurer de l’aptitude de l’Entreprise à créer de la valeur. Il s’agit là d’un élément très important. Le programme d’évaluation de COBIT 5 se focalise sur l’aptitude plutôt que sur la maturité. C’est une approche radicalement différente de la plupart des autres cadres d’audit. La maturité correspond à la façon dont une organisation travaille. Ce qui est audité c’est l’application de processus formalisés au sein de l’Organisation. A l’inverse, l’aptitude fait référence à la qualité des processus et à leur capacité à délivrer de la valeur. C’est une autre approche extrêmement importante qui sera approfondie dans la formation COBIT Assessor.

Il sera ainsi possible d’auditer l’aptitude, par exemple, du processus de gestion des ressources humaines. Cela permettra également d’évaluer la qualité du système de Management de l’Entreprise. Une autre évaluation possible pourra concerner les risques, par exemple en matière d’éthique.

En savoir plus et échanger avec nos experts

Pour en savoir plus ou échanger avec nos experts, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire. Nous vous répondrons alors avec grand plaisir. Si vous avez suivi une formation COBIT 5 ou si vous utilisez COBIT 5 dans votre entreprise, n’hésitez pas à nous laisser votre témoignage. Nous serons heureux de le relayer.

 

Les 6 certifications qui paient

Vous envisagez de vous lancer dans une carrière dans le domaine des technologies de l’information (TI)? Vous souhaiteriez obtenir une certification dans un domaine que vous maîtrisez déjà? Une multiplicité de solutions s’offre à vous. Alors comment choisir? Sur quels critères? Que vous soyez intéressé par les réseaux, la sécurité ou l’administration des systèmes, vous trouverez sans peine une certification qui est censée vous aider à lancer ou faire progresser votre carrière. Mais toutes ces certifications ont-elles la même valeur? Et même, pour certaines certifications il semble qu’il y ait différents organismes proposant des certifications concurrentes. Sont-elles équivalentes? S’adressent-elles au même public? Sont-elles reconnues de façon similaire par la communauté des Entreprises? Bien évidemment la réponse est négative. Alors, vous devez faire votre choix et ne pas vous tromper.

6 certifications qui paient en 2018

6 certifications qui paient bien!

Une des motivations souvent évoquées par les personnes qui nous contactent pour suivre une formation et passer une certification consiste à obtenir un meilleur salaire. Quelles sont donc les certifications qui paient le mieux en 2017? Nous allons essayer de vous aiguiller un peu en vous présentant les 6 certifications qui paient le mieux de façon générale. Bien sûr il peut y avoir des différences selon les pays. Il est clair que le salaire proposé pour une fonction correspondant à une même certification ne sera pas le même aux USA, au Canada, en France ou en Côte d’Ivoire. Mais il demeure que le classement reste globalement identique.

Mais soyons honnêtes: vous courrez après les gros salaires? Cet article vous présente les six certifications les mieux payées. Mais il vous indique aussi ce que les employeurs attendent de vous et ce que cela implique. La certification ne suffit pas… C’est un élément qui, conjugué à d’autres vous permettra d’atteindre votre objectif.

Commençons par le bas pour remonter vers la certifications qui, cette année, remporte la palme du meilleur salaire. Nous sommes fiers, chez 2AB & Associates, de proposer des ateliers de préparation à ces 6 certifications depuis maintenant plusieurs années dans le cadre de nos accréditations internationales.

6. Project Management Professional : PMP

Les professionnels adorent la certification PMP car elle leur donne accès à une grande variété d’Entreprises.  Elle leur permet d’appliquer leurs compétences dans une grande variété de domaines. Beaucoup d’informaticiens la recherchent, même si ce n’est pas une certification liée au domaine informatique. Toutes les Organisations ont des projets à gérer. Mais il est vrai que beaucoup de projets, aujourd’hui, tournent autour de l’informatique. La capacité d’appliquer les principes de gestion de projet (PM) au domaine informatique vous permet de glisser un pied dans la porte de presque n’importe quelle Entreprise. Vous serez alors responsable de veiller à ce que les activités de gestion des services informatiques soient effectuées dans les temps et dans les budgets.

Venons-en à ce qui vous intéresse vraiment: l’argent. Le titulaire du certificat PMP gagne en moyenne 112.153 $ par année, en 2017. Ce n’est pas mal si vous pouvez obtenir ce type de certification. Pour pouvoir passer l’examen de certification, vous devrez  justifier d’au moins un diplôme d’études secondaire, d’un minimum de 7 500 heures d’expérience de gestion ou de direction de projets, et 35 heures de formation au PMP dans un organisme de formation accrédité. Bien sûr, le PMI vérifiera minutieusement chacun des pré-requis avant de vous autoriser à passer votre certification.

5. Certified Information Systems Auditor : CISA

Pour ceux qui veulent démontrer leurs compétences dans les domaines de la sécurité informatique, de l’audit informatique, de la gestion des risques et de la gouvernance, la certification CISA constitue une excellente référence.

L’examen se compose de 200 questions à choix multiples réparties sur 5 domaines. Si vous le réussissez, ce ne sera qu’un premier pas franchi. Vous devrez également prouver au minimum cinq ans d’expérience professionnelle dans les domaines concernés et 20 heures de formation. Ce n’est que lorsque vous aurez accompli cette étape supplémentaire que vous vous verrez attribuer la certification CISA. En aucun cas vous ne pourrez vous prévaloir de la certification avec uniquement la réussite à l’examen. Dès lors que l’ISACA vous aura attribué la certification, vous intègrerez un groupe de professionnels dont le salaire annuel moyen est de l’ordre de 112.931 $.

Pour en savoir plus sur cet examen, vous pouvez consulter notre article CISA: 12 trucs utiles pour l’examen.

4. Certified Information Systems Security Professional : CISSP

Si vous êtes un consultant en sécurité, un manager, un auditeur, un analyste ou un ingénieur système, le CISSP peut être une bonne certification pour vous. C’est l’opportunité de prouver que vous êtes capable de concevoir et d’élaborer et de mettre en oeuvre un protocole de sécurité d’entreprise.

Le test est composé de 250 questions à choix multiples et de mises en concordance. Cette certification vous donne accès à des postes en sécurité de l’information qui paient, en moyenne, 120.933 $ par an.

3. Certified Information Security Manager : CISM

Le CISSP est principalement focalisé sur les aspects techniques. A l’inverse la certification CISM est principalement axée sur le management de la sécurité de l’information. Bien sûr, vous serez toujours impliqué dans la conception et l’ingénierie des protocoles de sécurité, mais vous serez surtout impliqué dans la gestion de la sécurité d’une entreprise. Ce type de position vous donnera accès à des secteurs d’activité en dehors de l’informatique, car vous devrez travailler avec d’autres parties prenantes pour atteindre les objectifs commerciaux globaux de l’entreprise. Il s’agit d’une certification débouchant sur des rôles de senior manager.

Si c’est bien ce qui vous intéresse, vous pourrez alors prétendre à un salaire annuel moyen de l’ordre 121.177 $. Avant de pouvoir récolter les fruits de votre labeur, vous devrez d’abord réussir l’examen, qui comprend 200 questions à choix multiples, et ensuite prouver que vous avez un minimum cinq ans d’expérience pertinente dans les domaines correspondants. Ce n’est seulement après cette dernière étape que l’ISACA vous attribuera la certification CISM.

2. Certified in Risk and Information Systems Control : CRISC

L’examen de certification CRISC porte sur quatre domaines majeurs de la gestion des risques : identification, évaluation, réponse et atténuation, surveillance et suivi des contrôles. Si vous souhaitez travailler dans ce domaine, ou si vous avez une expérience dans le domaine et si vous voulez obtenir une certification recherchée, vous devriez envisager la certification CRISC.

L’examen comprend 150 questions à choix multiples. Si vous réussissez l’examen, devrez ensuite justifier d’un minimum de 3 années d’expérience dans 3 des 4 domaines couverts par le CRISC. L’ISACA confirmera la recevabilité de votre demande et vous attribuera le certificat CRISC. Vous entrerez alors dans une catégorie professionnelle dont la moyenne de salaire annuel est de l’ordre de 121.424 $.

1. Certified in Governance of Enterprise Information and related Technology : CGEIT

La certification la plus lucrative couvre un large éventail de responsabilités, y compris les responsabilités de la gestion du cadre de gouvernance de l’information d’entreprise, de la gestion stratégique de l’informatique et de l’entreprise, de la réalisation des bénéfices, de l’optimisation des risques et de l’optimisation des ressources.

Cette certification s’adresse à des personnes exerçant des responsabilités au sein d’un Conseil d’Administration ou d’un Comité de Direction.

L’examen de certification comprend 150 questions à choix multiples auxquelles il faut répondre en moins de quatre heures. La réussite à l’examen vous permettra de soumettre votre dossier à l’ISACA. Vous devrez alors prouver un minimum de 5 années d’expérience à un niveau de Gouvernance ou de Direction.  Dès lors que votre dossier sera vérifié et validé par l’ISACA vous obtiendrez la certification CGEIT. La moyenne annuelle de rémunération d’un CGEIT est de l’ordre de 131.443 $.

Pour en savoir plus et échanger avec nos experts…

Pour en savoir plus et échanger avec nos experts, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire. Nous vous répondrons alors avec grand plaisir. Et si vous avez réussi au moins l’une de ces certifications, n’hésitez pas à nous laisser votre témoignage…

Catégories

Archives

Calendrier

mars 2019
L M M J V S D
« Fév    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
%d blogueurs aiment cette page :